Bulletin d'analyse : régions rurales et petites villes du Canada
Les perspectives des entreprises rurales, premier trimestre de 2022

par Andrew Balcom et Anne Munro

Date de diffusion : le 17 mars 2022

Passer au texte

Début du texte

En janvier 2022, l’inflation au Canada a grimpé à plus de 5 % pour la première fois en plus de 30 ansNote . Le nombre total d’heures travaillées a diminué de 2,2 % après s’être maintenu aux niveaux observés avant la pandémie de COVID-19 au cours des deux mois précédentsNote , au moment où les entreprises devaient faire face à l’imposition de nouvelles restrictions liées à l’émergence du variant Omicron. Le produit intérieur brut (PIB) réel a continué de croître : il a augmenté de 1,6 % au quatrième trimestre, après une hausse de 1,3 % enregistrée au trimestre précédentNote .

La mesure dans laquelle ces conditions changeantes ont touché les entreprises variait selon leur région et leur industrie. L’Enquête canadienne sur la situation des entreprises (ECSE) fournit des renseignements détaillés sur l’environnement dans lequel les entreprises mènent actuellement leurs activités ainsi que sur leurs attentes pour l’avenir. Cette analyse porte sur les entreprises des régions ruralesNote  et repose sur les résultats de l’ECSE du premier trimestre de 2022, menée du 4 janvier au 7 février 2022Note .

Les obstacles à court terme les plus souvent attendus parmi les entreprises rurales étaient l’augmentation du coût des intrants (56,0 %), le coût des assurances (42,2 %), les coûts liés au transport (39,4 %) et le recrutement d’employés qualifiés (38,0 %).

Parmi les entreprises rurales qui s’attendaient à des défis liés à la chaîne d’approvisionnement, près des trois quarts (71,9 %) ont indiqué que ces difficultés s’étaient aggravées au cours des trois derniers mois, et près des trois cinquièmes (58,4 %) s’attendaient à ce que ces défis persistent pendant six mois ou plus. Les stratégies les plus couramment adoptées par les entreprises rurales pour relever les défis liés à la chaîne d’approvisionnement étaient la recherche d’autres sources d’approvisionnement (63,6 %), le maintien de stocks plus élevés (50,4 %), l’augmentation des communications avec les fournisseurs ou les grossistes (49,8 %) et la surveillance des problèmes liés aux intrants, aux produits ou aux fournitures essentiels (49,7 %).

Parmi les entreprises rurales, les plans de recrutement, de maintien en poste et de formation les plus souvent mentionnés pour les 12 prochains mois comportaient les éléments suivants : l’augmentation des salaires offerts aux employés actuels (43,4 %), l’augmentation des salaires offerts aux nouveaux employés (22,6 %) et l’offre d’un horaire de travail flexible (22,3 %).

Plus de la moitié des entreprises rurales s’attendent à ce que l’augmentation du coût des intrants constitue un obstacle dans un proche avenir

Même si les consommateurs peuvent constater une augmentation du prix de l’essence ou de l’épicerie, les entreprises peuvent également connaître une augmentation des dépenses d’entreprise. L’augmentation du coût des intrantsNote  représentait l’obstacle à court terme le plus souvent attenduNote  par les entreprises rurales pour un cinquième trimestre consécutif : 49,4 % des entreprises l’avaient déclaré au quatrième trimestre de 2021, comparativement à 56,0 % des entreprises au premier trimestre de 2022. L’augmentation du coût des intrants a également constitué l’obstacle à court terme pour les entreprises urbaines le plus fréquemment cité au premier trimestre de 2022 (soit un taux de 49,0 %), en hausse de 8,0 points de pourcentage par rapport au trimestre précédent.

Pour la première fois, le coût des assurances se classait au deuxième rang des obstacles à court terme les plus courants pour les entreprises rurales (42,2 %), suivi des coûts liés au transport (39,4 %). Au quatrième rang, le recrutement d’employés qualifiés représentait un obstacle auquel les entreprises rurales étaient légèrement plus susceptibles de s’attendre au cours du présent trimestre, passant d’un taux de 35,5 % au trimestre précédent à un taux de 38,0 %.

La difficulté d’acquérir des intrants, des produits ou des fournitures provenant du Canada s’est atténuée d’un trimestre à l’autre, passant du deuxième rang des obstacles les plus courants pour les entreprises rurales au cinquième, malgré une augmentation de la part des entreprises déclarant faire face à ce défi. Cela indique que même si les problèmes liés à la chaîne d’approvisionnement persistent au pays, d’autres défis sont devenus plus courants dans l’ensemble des entreprises rurales.

Graphique 1 Les quatre principaux obstacles des entreprises rurales au cours des trois prochains mois

Tableau de données du graphique 1 
Tableau de données du Graphique 1
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du Graphique 1 Augmentation du coût des intrants, Coût des assurances, Coûts liés au transport et Recrutement d'employés qualifiés, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Augmentation du coût des intrants Coût des assurances Coûts liés au transport Recrutement d'employés qualifiés
pourcentage
Entreprises rurales 56,0 42,2 39,4 38,0
Entreprises urbaines 49,0 34,2 33,6 38,6

Les difficultés liées à la chaîne d’approvisionnement en milieu rural ont augmenté, et l’on prévoit qu’elles se poursuivent et s’intensifient

Près des trois quarts (71,9 %) des entreprises rurales qui s’attendaient à des difficultés liées à la chaîne d’approvisionnement à court terme ont déclaré que ces problèmes avaient empiré au cours des trois derniers mois. Plus du quart (26,3 %) des répondants ont indiqué que les défis sont demeurés à peu près les mêmes, tandis que 1,9 % d’entre eux ont mentionné une amélioration sur ce plan. Comme pour les entreprises rurales, 71,9 % des entreprises urbaines qui s’attendaient à des difficultés liées à la chaîne d’approvisionnement ont indiqué que ces problèmes s’étaient aggravés au cours des trois mois précédents.

Parmi les entreprises rurales qui s’attendaient à des difficultés dans l’acquisition des intrants, des produits ou des fournitures provenant du Canada à court terme, 12,3 % s’attendaient à ce que ces difficultés se dissipent au cours des six prochains mois. Un peu plus des trois cinquièmes (58,4 %) s’attendaient à ce qu’elles se poursuivent pendant six mois ou plus, tandis que 29,3 % ne savaient pas combien de temps les difficultés pourraient subsister.

Les entreprises rurales qui s’attendaient à des difficultés dans l’acquisition d’intrants, de produits ou de fournitures à l’étranger étaient tout aussi pessimistes : 9,3 % d’entre elles prévoyaient que les difficultés seraient résolues dans un délai de six mois; 62,0 % s’attendaient à ce qu’elles se poursuivent pendant six mois ou plus; 28,7 % ne savaient pas combien de temps ces difficultés pourraient subsister.

Plus de la moitié (51,6 %) des entreprises rurales qui prévoyaient être confrontées à des défis liés à la chaîne d’approvisionnement s’attendaient à ce que ces difficultés empirent au cours des trois prochains mois, et 43,6 % s’attendaient à ce qu’elles demeurent à peu près les mêmes. Moins de cinq pour cent (4,8 %) s’attendaient à ce que les problèmes liés à la chaîne d’approvisionnement se résorbent à court terme.

Près des deux tiers des entreprises rurales touchées recherchent d’autres sources d’approvisionnement pour résoudre les difficultés liées à la chaîne d’approvisionnement

La stratégie la plus courante que les entreprises rurales qui prévoyaient des difficultés liées à la chaîne d’approvisionnement ont adoptée pour y répondre consistait à rechercher d’autres sources d’approvisionnement. Près des deux tiers (63,6 %) des entreprises rurales ont indiqué qu’elles avaient adopté cette approche. D’autres stratégies couramment adoptées par les entreprises rurales comprenaient le maintien de stocks plus élevés d’intrants, de produits ou de fournitures (50,4 %), l’augmentation des communications avec les fournisseurs ou les grossistes (49,8 %) et la surveillance des pénuries, des retards ou des interruptions touchant les intrants, les produits ou les fournitures essentiels (49,7 %). Parallèlement, 7,2 % des entreprises rurales ont indiqué qu’elles ne prenaient pas de mesures en réponse aux difficultés liées à la chaîne d’approvisionnement.

Graphique 2 Stratégies les plus couramment adoptées par les entreprises en réponse aux défis liés à la chaîne d’approvisionnement

Tableau de données du graphique 2 
Tableau de données du Graphique 2
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du Graphique 2 Entreprises rurales et Entreprises urbaines, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Entreprises rurales Entreprises urbaines
pourcentage
Rechercher d’autres sources d’approvisionnement 63,6 64,8
Maintenir des stocks plus élevés d’intrants, de produits ou
de fournitures
50,4 46,4
Augmenter les communications avec les fournisseurs ou
les grossistes
49,8 60,4
Surveiller les pénuries, les retards ou les interruptions touchant
les intrants, les produits ou les fournitures essentiels
49,7 59,2

En perspective des 12 prochains mois, moins de consensus ont été constatés parmi les entreprises rurales qui cherchaient à s’adapter aux problèmes anticipés en lien avec la chaîne d’approvisionnement. Les approches les plus courantes étaient l’établissement de partenariat avec de nouveaux fournisseurs (33,7 %), la substitution des intrants, des produits ou des fournitures par d’autres intrants, produits ou fournitures (29,6 %) et la transition vers des fournisseurs locaux (18,5 %). Plus du quart (27,5 %) des répondants ont indiqué qu’ils n’avaient pas l’intention de mettre en œuvre des stratégies au cours de la prochaine année. 

Les entreprises rurales sont moins susceptibles de prévoir l’augmentation des salaires des employés actuels

En janvier 2022Note , une première augmentation du chômage en neuf mois a été observée, tandis que la proportion des entreprises rurales qui prévoyaient augmenter les salaires de leurs employés actuels au cours des 12 prochains mois a diminué, passant de 49,1 % à 43,4 % du premier trimestre de 2021 au premier trimestre de 2022. Les entreprises urbaines ont connu la même tendance, passant de 48,2 % à 45,3 %.

Les autres approches les plus courantes pour les entreprises rurales en ce qui a trait aux plans de recrutement et de maintien en poste étaient l’augmentation des salaires offerts aux nouveaux employés (22,6 %) et l’offre d’horaires de travail flexibles (22,3 %). L’approche visant à encourager les employés à participer à une formation en cours d’emploi a affiché un recul par rapport au trimestre précédent, 18,2 % des entreprises rurales ayant l’intention d’adopter cette approche au cours des 12 prochains mois, comparativement à 28,3 % précédemment.

Les entreprises rurales et urbaines ont en grande partie suivi une tendance semblable en ce qui concerne leurs stratégies de recrutement et de maintien en poste (graphique 3). La plus grande différence entre les deux types d’entreprises a été observée sur le plan du travail à distance; les entreprises urbaines étaient presque deux fois plus susceptibles que les entreprises rurales de déclarer qu’elles commenceraient à offrir l’option de travailler à distance dans un délai de 12 mois, dans une proportion de 13,0 % par rapport à 7,3 % respectivement.

Les entreprises rurales étaient moins susceptibles, comparativement aux trimestres précédents, de prévoir que leur main-d’œuvre travaillerait exclusivement sur place au cours des trois prochains mois; cette proportion a diminué, passant de plus des quatre cinquièmes des entreprises rurales (80,9 %) au trimestre précédent à 62,0 %. Moins de la moitié (47,6 %) des entreprises urbaines s’attendaient à ce que tout leur personnel travaille exclusivement sur place.

Graphique 3 Plans de recrutement, de maintien en poste et de formation les plus courants pour les entreprises

Tableau de données du graphique 3 
Tableau de données du Graphique 3
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du Graphique 3 Augmenter les salaires offerts
aux employés actuels, Augmenter les salaires offerts
aux nouveaux employés et Offrir un horaire flexible, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Augmenter les salaires offerts
aux employés actuels
Augmenter les salaires offerts
aux nouveaux employés
Offrir un horaire flexible
pourcentage
Entreprises rurales 43,4 22,6 22,3
Entreprises urbaines 45,3 23,9 23,5

Méthodologie

Du 4 janvier au 7 février 2022, des représentants d’entreprises de partout au Canada ont été invités à répondre à un questionnaire en ligne portant sur la situation des entreprises et leurs attentes pour l’avenir. L’Enquête canadienne sur la situation des entreprises utilise un échantillon aléatoire stratifié d’établissements commerciaux dans lequel les employés sont classés selon la région géographique, le secteur d’industrie et la taille d’entreprise. L’estimation des proportions se fait à l’aide de poids calés afin de calculer les totaux de population dans les domaines d’intérêt. La taille totale de l’échantillon pour ce volet de l’enquête est de 35 026. Les résultats sont fondés sur les réponses d’un total de 17 695 entreprises ou organisations. Les entreprises ont été classées comme étant rurales ou urbaines en fonction de leur emplacement géographique. Le Fichier des limites des subdivisions de recensement de 2016 a été utilisé pour déterminer toutes les subdivisions de recensement (SDR) des entreprises en fonction de leur emplacement. Les entreprises situées dans des SDR classées comme des régions métropolitaines de recensement ou des agglomérations de recensement ont été classées comme étant urbaines. Toutes les entreprises situées dans d’autres emplacements étaient classées comme étant rurales.

Références

Statistique Canada. (2022). Enquête canadienne sur la situation des entreprises, premier trimestre de 2022.

Statistique Canada. (2022). Enquête canadienne sur la situation des entreprises, quatrième trimestre de 2021.

Statistique Canada. (2021). Enquête canadienne sur la situation des entreprises, troisième trimestre de 2021.

Statistique Canada. (2021). Enquête canadienne sur la situation des entreprises, deuxième trimestre de 2021.

Statistique Canada. (2021). Enquête canadienne sur la situation des entreprises, premier trimestre de 2021.

Les précédentes diffusions des articles « Les perspectives des entreprises rurales » publiés dans la série StatCan et la COVID-19 : Des données aux connaissances, pour bâtir un Canada meilleur :

Les perspectives des entreprises rurales, quatrième trimestre de 2021

Les perspectives des entreprises rurales et les répercussions de la COVID-19, troisième trimestre de 2021

Les perspectives des entreprises rurales et les répercussions de la COVID-19, deuxième trimestre de 2021

Les perspectives des entreprises rurales et les répercussions de la COVID-19, premier trimestre de 2021


Date de modification :