Article principal

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

  1. Introduction
  2. Enquête sur les véhicules au Canada de 2007 : données sur l'utilisation personnelle ou professionnelle des véhicules et sur la consommation de carburant
  3. Comparaison de l'EVC à d'autres sources de données sur la consommation de carburant
  4. Conclusion

1   Introduction

L'Enquête sur les véhicules au Canada (EVC) est une enquête à participation volontaire, fondée sur les véhicules, qui donne des estimations trimestrielles et annuelles de l'utilisation des véhicules routiers. Ces estimations portent sur les véhicules-kilomètres et les passagers-kilomètres, ainsi que sur plusieurs autres éléments relatifs aux déplacements, comme le sexe du conducteur, la période de la journée et la saison (voir la section « Références » no 2, Statistique Canada, 2008).

En 2007, la taille de l'échantillon de l'EVC a été augmentée pour combler une lacune statistique liée à la consommation de carburant à des fins personnelles. L'EVC était perçue comme un bon moyen d'avoir une meilleure idée de la consommation de carburant des ménages. En établissant une distinction entre les types d'utilisation de véhicules, l'EVC permet de produire des estimations de la quantité de carburant consommée à des fins personnelles et professionnelles.

La distinction entre les types d'utilisation de véhicules pourrait éventuellement faciliter un certain nombre d'améliorations à des statistiques existantes qui utilisent les données sur la consommation de carburant des ménages : 

  1. utilisation totale d'énergie par les ménages et émissions totales de gaz à effet de serre des ménages;
  2. carburants utilisés par les ménages pour les transports;
  3. analyse des tendances dans la composante des ménages des émissions totales de gaz à effet de serre.

Le présent rapport a pour but de présenter un profil national de la consommation annuelle de carburant pour véhicules selon le type d'utilisation – personnelle ou professionnelle. Plus important encore, il compare les quantités de carburant estimées grâce à l'EVC avec d'autres sources de données connues qui produisent ce genre de renseignements, en particulier les sources de Statistique Canada. La comparaison des données permettra de mieux valider les données et servira de fondement aux travaux à venir fondés sur les ensembles de données de l'EVC sur la consommation de carburant par des véhicules, selon le type d'utilisation.

2   Enquête sur les véhicules au Canada de 2007 : donnéessur l'utilisation personnelle ou professionnelle des véhiculeset sur la consommation de carburant

2.1  Vue d'ensemble de l'enquête et questions supplémentaires pour 2007

L'EVC est une enquête-échantillon transversale qui comprend deux volets. Le premier volet consiste en une interview téléphonique assistée par ordinateur (ITAO) auprès des propriétaires des véhicules immatriculés de l'échantillon. L'interview sert à recueillir des renseignements généraux sur l'utilisation du véhicule, et à demander au répondant de remplir un carnet de bord propre à son type de véhicule. Le carnet de bord du véhicule contient des questions détaillées sur les déplacements du véhicule, la distance parcourue, le type de véhicule, la consommation de carburant, ainsi qu'un profil démographique des conducteurs et d'autres renseignements connexes 1 .

En 2007, on a demandé aux répondants conduisant des véhicules de moins de 4,5 tonnes (catégorie des véhicules légers) s'ils faisaient une utilisation personnelle ou professionnelle de leur véhicule. Cette question était en accord avec la notion générale voulant que les véhicules pour usage personnel se classent principalement dans la catégorie des véhicules légers, et que seulement une très petite portion de la consommation globale de carburant serait attribuable aux personnes qui conduisent des véhicules de grande dimension pour leur usage personnel. La question suivante a été ajoutée à la partie ITAO de l'enquête, pour déterminer s'il s'agissait d'un déplacement à des fins personnelles ou professionnelles : 

Faites-vous un usage uniquement professionnel de votre véhicule, un usage uniquement personnel ou une combinaison d'usages professionnel et personnel?

On a posé une question de suivi aux répondants qui ont déclaré faire une combinaison d'usages professionnel et personnel de leur véhicule, afin d'attribuer un pourcentage d'utilisation.

On a défini que la conduite à des fins professionnelles incluait les activités suivantes : les appels de service, les visites de vente, les livraisons et les cueillettes, ainsi que les voyages d'affaires. Les taxis sont aussi inclus dans ce groupe 2 . Si le déplacement faisait partie du travail du conducteur, alors il était sous-entendu qu'il devait être classé dans la catégorie de l'utilisation professionnelle. Par conséquent, la conduite à des fins personnelles pourrait être interprétée comme tout type de conduite qui n'est pas directement lié au travail. L'utilisation d'un véhicule pour les déplacements entre le domicile et le travail n'est pas considérée comme une utilisation professionnelle (la conduite dans le cadre de son travail).

2.2  Portée du rapport et points saillants de l'enquête

En 2007, la taille de l'échantillon de l'EVC était de 26 987 véhicules provenant de dix provinces. Un autre groupe de 11 693 véhicules a été inclus dans l'échantillon pour les trois territoires. Les taux de réponse provinciaux allaient de 53 % en Alberta à 69 % à l'Île-du-Prince-Édouard (voir la section « Références » no 2, Statistique Canada, 2008, pages 32 et 37). Tous les véhicules automobiles, à l'exception des autobus, des motocyclettes, des véhicules hors route et de l'équipement spécial, étaient inclus dans l'échantillon de l'EVC.

L'EVC de 2007 a permis d'estimer que 0,34 % de la population totale de véhicules utilise un carburant autre que l'essence ou le diesel 3 . Étant donné une si faible proportion, les estimations de l'EVC quant à la quantité de carburant consommée par ces types de véhicules ne sont pas fiables. La comparaison entre les données de l'EVC et d'autres sources portera donc uniquement sur les véhicules qui consomment de l'essence ou du diesel.

Le tableau 1 présente les estimations globales de consommation de carburant selon le type de véhicule. En 2007, les véhicules ont consommé 42 694 mégalitres d'essence et de diesel; 76 % de ce total a été consommé par des véhicules légers (moins de 4,5 tonnes) et le reste, par des véhicules lourds (4,5 tonnes et plus).

Les Canadiens qui conduisent des véhicules légers ont consommé 32 597 mégalitres de carburant, dont 75 % à des fins personnelles et le reste, soit 25 %, à des fins professionnelles (tableau 2).

Pour l'ensemble du pays, l'Ontario accaparait la plus grande part de la consommation totale de carburant pour les transports dans la catégorie des véhicules légers (38 %), suivi du Québec (20 %), de l'Alberta (14 %) et de la Colombie-Britannique (12 %). Ces résultats étaient prévisibles puisqu'il s'agit des provinces qui comptent le plus grand nombre de véhicules (voir la section « Références » no 2, Statistique Canada, 2008).

3   Comparaison de l'EVC à d'autres sourcesde données sur la consommation de carburant

Afin d'utiliser efficacement les nouvelles données à l'avenir, on a jugé important de comparer les données de l'EVC à d'autres sources qui recueillent et publient des données semblables. Cette comparaison permettra de préparer le terrain pour le travail analytique à venir dont la source sera l'EVC, y compris la répartition selon l'utilisation personnelle ou professionnelle.

Le fait que l'EVC utilise 2007 comme période de référence limite la comparabilité des données de l'EVC avec toutes les autres données utilisées dans le présent rapport, sauf les données sur les ventes au détail d'essence à la pompe tirées de l'enquête Produits pétroliers raffinés (rapport mensuel) 4 . Pour les autres sources utilisées pour la comparaison avec les données de l'EVC, seules les données de 2006 ou des années antérieures sont disponibles. Toutefois, il convient de souligner qu'il y a eu relativement peu de changements dans la consommation de carburant au fil des ans. Par exemple, de 2006 à 2007, l'EVC a montré une augmentation de 1,5 % dans la consommation d'essence pour les véhicules légers, qui a atteint 31 305 mégalitres. Depuis 2004, il y a eu une augmentation globale de seulement 2 % dans la consommation d'essence par les véhicules légers.

3.1  Ventes au détail à la pompe pour 2007

L'enquête Produits pétroliers raffinés (rapport mensuel) 5  publie des estimations annuelles des ventes provinciales au détail à la pompe au Canada. Quand on compare ces données à celles de l'EVC, il est important de considérer que cette enquête rend compte des carburants distribués dans les emplacements de vente au détail.

Les chiffres sur la consommation totale de diesel et d'essence produits par les deux enquêtes semblent très proches. Le tableau 3 montre que l'estimation globale de la consommation d'essence et de diesel fondée sur les ventes au détail à la pompe est supérieure de 1 % aux chiffres de l'EVC sur le volume total d'essence et de diesel. Bien que les données ne soient pas parfaitement comparables, comme il est expliqué ci-après, les résultats de la comparaison semblent encourageants en ce qui a trait aux estimations de l'EVC.

Pour pouvoir comparer les données de l'EVC sur l'utilisation personnelle de carburant, il est nécessaire de se limiter aux véhicules légers. La consommation de ce type de véhicules ne peut être extraite facilement des données sur les ventes au détail à la pompe, car les véhicules lourds, les autobus, les motocyclettes et les véhicules hors route utilisent ces mêmes pompes. Il y a aussi de nombreux exemples d'autres types d'équipement spécial dont on fait le plein aux emplacements de vente au détail, notamment les bateaux, les tondeuses à gazon, les souffleuses, les tondeuses à fouet fonctionnant à l'essence, etc. Ces véhicules et outils ne font pas partie de la population visée par l'EVC.

En raison de certaines différences de base dans la portée, notamment le fait que les véhicules lourds sont exclus de l'EVC, on s'attend à ce que les chiffres sur les ventes au détail à la pompe montrent des volumes considérablement plus élevés de carburant que les estimations de l'EVC, qui, elles, ne portent que sur les véhicules légers. La différence entre les estimations de la consommation de carburant de l'EVC et les ventes au détail à la pompe montre que les données sur les ventes au détail à la pompe dépassent de 33 % celles de l'EVC, sauf pour les véhicules lourds.

3.2  Comparaison des données de l'EVC avec les estimations de la consommation de carburant de la Division des comptes et de la statistique de l'environnement (DCSE)

La Division des comptes et de la statistique de l'environnement produit des données sur l'utilisation de l'énergie selon le secteur et le type de carburant. Les dernières données disponibles sont celles de 2004. Ces données indiquent la consommation d'essence et de diesel pour le secteur des ménages, le secteur des entreprises et le secteur non commercial.

On a tenté de comparer les données de l'EVC sur l'utilisation personnelle aux chiffres de la DCSE portant sur la composante des ménages. Bien qu'il y ait un écart marqué entre les années pour lesquelles des données sont disponibles, cette comparaison fournit un point de vue utile pour l'examen de l'utilisation personnelle du carburant pour les transports.

Pour produire des estimations de la consommation d'énergie du secteur des ménages, la DCSE utilise la répartition personnelle ou professionnelle de la consommation de carburant provenant des comptes d'entrées-sorties. Cette répartition est appliquée aux données sur les ventes au détail à la pompe afin d'attribuer la quantité appropriée d'essence à moteur et de carburant diesel au secteur des ménages 6 .

La consommation de carburant des entreprises pour les transports peut difficilement être extraite de ces données parce que l'ensemble de données comprend aussi la consommation de carburant pour d'autres usages que les transports. Par exemple, les activités de production agricole, comme la récolte des céréales, sont saisies par la DCSE, mais pas par l'EVC.

Les valeurs produites par la DCSE portent sur tous les secteurs, peu importe la façon dont le carburant est consommé, tandis que l'EVC s'intéresse seulement à la consommation de carburant pour les transports. Par exemple, la consommation de diesel par un générateur diesel ou dans la production agricole serait saisie dans les chiffres de la DCSE, alors que l'EVC ne mesurerait pas cette quantité. Vu que peu de gens possèdent des générateurs diesel et que la plus grande part de consommation de carburant par les ménages est consacrée au transport, les deux sources de données devraient être comparables pour le secteur des ménages.

Le tableau 4 montre qu'en 2004, la consommation de carburant par le secteur des ménages représentait 28 860 mégalitres d'essence et de diesel, selon la mesure de la DCSE. Ce total est inférieur de 11 % à la quantité totale d'essence et de diesel obtenue dans le cadre de l'EVC de 2007, chiffrée à 32 597 mégalitres.

Pour une comparaison plus exacte, la consommation à des fins personnelles d'essence et de diesel pour des véhicules légers (24 452 mégalitres) mesurée par l'EVC de 2007 est la valeur qui correspond le mieux au concept saisi par la valeur de la DCSE. Il ressort d'une telle comparaison que les valeurs produites par la DCSE sont supérieures de 18 % aux valeurs comparables de l'EVC de 2007. Une simple régression linéaire, pour projeter les valeurs probables de la DCSE en ce qui a trait à la consommation de carburant par les ménages d'après la tendance passée, montre une estimation de la DCSE supérieure de 22 % (29 832 mégalitres) à la valeur de l'EVC, si les valeurs projetées sont exactes.

Si l'on tient compte de la différence dans les années de référence et des augmentations annuelles dans la consommation de carburant depuis 2004, l'écart s'en trouve réduit. Théoriquement, de toutes les sources comparées dans la présente étude, ces deux sources sont les plus proches l'une de l'autre. La principale différence réside dans la quantité d'essence utilisée par les ménages pour l'utilisation des bateaux privés, des véhicules hors route et de l'équipement à essence, soit des chiffres qui sont saisis dans les estimations de la DCSE, mais non dans celles de l'EVC. Toutefois, ces quantités représentent une proportion relativement faible du total global et, par conséquent, les estimations des comptes de la consommation d'énergie de la DCSE seront légèrement plus élevées que les estimations de l'EVC pour la consommation totale d'essence et de diesel.

3.3  Comparaison des données de l'EVC avec des données quantitatives ne portant pas sur la quantité de carburant : Enquête sur les dépenses des ménages et données sur le prix du carburant

Une autre méthode utilisée pour comparer les données de l'EVC consistait à estimer la consommation de carburant d'après la moyenne provinciale des prix du carburant et les dépenses déclarées en carburant au sein des ménages.

Des données sur les dépenses moyennes des ménages en essence et autres carburants pour une automobile, un camion ou une fourgonnette, achetés ou loués, sont disponibles chaque année grâce à l'Enquête sur les dépenses des ménages (EDM enquête numéro 3508). Dans l'EDM, on demande aux répondants de déclarer leurs dépenses liées à un véhicule automobile. Ils doivent déclarer leurs dépenses annuelles en carburant pour les transports.

Le tableau CANSIM 326-0009 (Prix de détail moyens, essence et mazout, selon le centre urbain, mensuel) contient les prix mensuels de l'essence ordinaire sans plomb et du carburant diesel dans les stations d'essence avec service complet et libre-service, par région urbaine.

Pour calculer annuellement la moyenne provinciale du coût de l'essence, on a utilisé les données mensuelles sur les prix de l'essence, afin de calculer d'abord la moyenne annuelle pour chaque centre urbain disponible. Cette moyenne annuelle a ensuite été convertie en moyenne annuelle provinciale, fondée sur les régions urbaines qui déclarent des données dans chaque province.

On a ensuite calculé le total des litres de carburant pour chaque province en utilisant la formule suivante : 

Figure 1

Pour l'EVC de 2007, les coefficients de l'essence et du diesel ont été calculés pour chaque province à l'aide des données provinciales sur le nombre de véhicules. Pour ce faire, on a utilisé le ratio du nombre de véhicules à essence par rapport au nombre total de véhicules, et du nombre de véhicules diesel par rapport au nombre total de véhicules. Le coefficient a ensuite servi d'approximation pour estimer la proportion de ménages qui achètent de l'essence par rapport à ceux qui achètent du diesel.

Cette méthode produit une estimation de la consommation de carburant au sein des ménages, séparément de la consommation des entreprises. À l'échelle nationale, les estimations produites sont inférieures de 10 % aux estimations sur l'utilisation personnelle produite par l'EVC, et la moitié de la différence entre les deux ensembles de données est attribuable à l'Ontario (tableau 5).

3.4  Comparaison de l'EVC avec le Rapport d'inventaire national : Sources et puits de gaz à effet de serre au Canada de 1990 à 2006

Le Rapport d'inventaire national (RIN) est produit par Environnement Canada et a été présenté à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques en avril 2008. Le rapport contient une composante qui permet d'estimer les émissions de gaz à effet de serre (C02) au Canada selon le type de véhicule et la province. Cette estimation est produite en appliquant un facteur de conversion 7  à une valeur de consommation de carburant selon le type de véhicule, ce qui permet d'estimer les émissions de gaz à effet de serre.

La consommation de carburant se calcule à l'aide de la formule suivante : 

Consommation de carburant = population de véhicules automobiles * véhicules-kilomètres parcourus * taux de consommation de carburant  8 

Consommation de carburant – La consommation d'essence et de diesel est estimée d'abord en utilisant la population, les véhicules-kilomètres et les taux de consommation de carburant. Cette somme est ensuite ajustée en fonction des estimations descendantes provenant du Bulletin sur la disponibilité et écoulement d'énergie au Canada (BDEE) 9  de Statistique Canada. Si le résultat du calcul fondé sur le modèle est supérieur à la quantité de carburant déclarée dans le BDEE, on fait la moyenne des deux.

Population de véhicules automobiles – Les populations de véhicules légers et de camions pour la période de 1990 à 2002 sont tirées du Recensement de véhicules en service au Canada effectué par DesRosiers Automotive Consultants Inc. De 2003 à 2006, les données sur le nombre de véhicules légers et de camions ont été estimées d'après les tendances observées.

Véhicules-kilomètres parcourus – Il s'agit d'une mesure du nombre de kilomètres parcourus annuellement par véhicule. Les lectures d'odomètres sont estimées pour le pays en fonction des essais de surveillance d'émissions effectués en Ontario en 2004.

Taux de consommation de carburant – Les moyennes provinciales de ces taux selon la classe de véhicule et l'année du modèle sont estimées à l'aide des ventes provinciales de véhicules. Ces taux de consommation de carburant sont majorés de 25 % par rapport aux cotes obtenues en laboratoire pour tenir compte des conditions réelles de conduite.

La principale différence entre les deux sources de données réside dans le fait que l'EVC est une enquête-échantillon alors que le RIN regroupe des renseignements provenant de diverses sources afin de modéliser les émissions en fonction des valeurs de consommation de carburant.

Une autre différence entre ces deux sources réside dans le fait que chacune définit les véhicules légers de façon différente. L'EVC définit les véhicules légers comme des véhicules dont le poids nominal brut du véhicule (PNBV) est inférieur à 4,5 tonnes, alors que dans le RIN, les véhicules légers sont ceux dont le PNBV est inférieur ou égal à 3,9 tonnes. Étant donné que l'EVC utilise un seuil supérieur dans sa définition des véhicules légers, on peut s'attendre à ce que l'estimation de la consommation de carburant par les véhicules légers y soit également supérieure. Toutefois, ce n'est pas le cas, ce qui sera démontré plus tard.

Les tableaux de données reçus d'Environnement Canada révèlent que le total global est supérieur de 11 % au chiffre produit par l'EVC (tableau 6).

4   Conclusion

Chacun des ensembles de données utilisés pour la comparaison comporte des différences qui s'expliquent par des divergences dans les définitions, les méthodes et la portée de la source. Les différences entre les estimations vont habituellement dans le même sens dans l'ensemble des provinces pour toutes les méthodes de comparaison des données retenues.

De plus grandes différences sont apparentes entre les données de l'EVC, qui excluent les véhicules lourds, et les données sur les ventes au détail à la pompe. Jamais l'EVC n'a déclaré une quantité supérieure de carburant à celle mesurée par les ventes au détail à la pompe. Cette situation est prévisible en raison de la plus vaste couverture de la population des ventes au détail à la pompe.

Étant donné les diverses définitions de la population et les différences dans les méthodes utilisées par une variété de sources, les données recueillies par l'EVC ne semblent pas diverger outre mesure et peuvent être considérées comme étant au moins aussi exactes que n'importe quelle autre estimation.