Points pouvant être améliorés

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Même si les Comptes canadiens de productivité peuvent prendre appui sur un des meilleurs programmes du Système de comptabilité nationale dans le monde, plusieurs points peuvent être améliorés.

D'abord, les estimations de la croissance de la production réelle nécessitent des estimations des déflateurs de prix. Tous les systèmes statistiques évoluent en s'ajustant à la demande de l'utilisateur. Le Système de comptabilité nationale est généralement supérieur lorsqu'il s'agit de produire des estimations de la production en dollars courants comparativement à lorsqu'il s'agit de produire des estimations de la croissance du volume simplement parce que ces dernières estimations nécessitent des indices de prix pour un très large éventail de produits qui changent constamment. Le Système de comptabilité nationale fait tout de même des estimations pour presque 30 % de la production dans le secteur des entreprises (marché) selon des méthodes qui pourraient être améliorées13.

Le Système de comptabilité nationale a fait des progrès considérables dans ce domaine et continue de progresser malgré des budgets limités. Plus particulièrement, l'Initiative des prix des services a commencé à produire de nouvelles mesures plus précises des prix dans des domaines où on n'avait pas d'estimations (et où les prix des entrées servaient à titre d'approximations) et également dans les domaines où les changements à la situation économique (déréglementation du secteur du transport aérien et des communications) engendraient des changements aux prix qui nécessitaient de nouvelles procédures de collecte.

Les problèmes rattachés à la mesure de la croissance de la production réelle sont particulièrement importants lorsqu'il s'agit de mesurer la production réelle dans le secteur de l'administration publique et non commercial. En général, lorsque les opérations sur le marché ne sont pas disponibles pour mesurer les recettes, on mesure la production par les paiements consacrés aux facteurs dans le secteur non commercial. Les prix des entrées servent à déflater cette mesure, ce qui donne par construction une croissance de la productivité nulle. C'est pour cette raison que les Comptes de la productivité se concentrent principalement sur le secteur commercial ou des entreprises, malgré la demande des utilisateurs qui souhaitent avoir des estimations plus complètes14.

Ensuite, les utilisateurs des estimations de la croissance de la productivité doivent tenir compte des problèmes possibles relativement aux concepts utilisés par le système international de comptabilité nationale pour mesurer la production de certains secteurs. Le milieu des utilisateurs a porté une attention particulière aux lacunes dans les secteurs bancaire et de l'assurance15. Le secteur des ressources et la mesure de la production réelle associée aux travaux d'exploration dans les industries d'exploitation des ressources naturelles sont d'autres secteurs sur lesquels on s'est penché. Le dernier est particulièrement important pour le secteur des ressources de l'économie canadienne.

Troisièmement, il est important de se demander si la liste des entrées utilisée dans l'estimation de la productivité multifactorielle (PMF) est suffisamment complète. Par exemple, les estimations du ratio de capital ciblent particulièrement le capital physique, soit les machines et le matériel, les immeubles et les structures mécaniques. Les travaux récents dans le milieu universitaire suggèrent que les actifs incorporels (un d'entre eux étant la recherche-développement) sont de plus en plus importants et doivent être pris en considération si nous voulons mieux comprendre le processus de croissance. Dans le même ordre d'idées, les estimations de la PMF dans le secteur des entreprises font généralement abstraction de l'incidence de l'infrastructure publique.

 

14. Des estimations de l'économie totale sont produites dans des publications occasionnelles suivant des demandes spéciales des utilisateurs — souvent pour des comparaisons internationales lorsque des estimations comparables du secteur des entreprises ne sont pas faciles à obtenir pour d'autres pays.

15. Voir le volume de Triplet et Bosworth, 2004.

13. Le secteur des entreprises comprend le secteur des finances et les industries où les prix implicites mesurés à l'aide des entrées (c'est-à-dire le travail) ont été employés.