La productivité en perspective21

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Les statistiques sommaires relatives à la productivité illustrent la mesure dans laquelle une économie est efficace pour transformer ses entrées en production. Elles sont toutefois loin d'être complètes pour ce qui est de déterminer où se situent exactement les Canadiens.

On évalue la productivité d'une économie à l'aide de la mesure du produit intérieur brut (PIB) réel, qui représente la rémunération en dollars constants (revenu du travail plus bénéfices) que génère une économie grâce à la production intérieure, les indices de volume ou de mesure en dollars constants étant calculés à partir des prix des biens et services produits au Canada.

Cette mesure ne tient pas compte de la personne qui reçoit le revenu (résidents canadiens ou résidents étrangers), de la quantité de capital utilisée pour la production et de la mesure dans laquelle les changements relatifs des prix des exportations par rapport aux importations (termes de l'échange) ont une incidence sur le volume de biens et de services qui peuvent être achetés avec ce revenu.

Des modifications peuvent être apportées aux estimations traditionnelles du PIB pour tenir compte de ces facteurs. Le rendement de l'économie canadienne peut également être examiné à l'aide d'autres mesures, soit le revenu intérieur brut (RIB), le revenu national brut (RNB) et le revenu intérieur net (RIN).

Lorsque l'on élargit le concept de revenu de façon à inclure les modifications au pouvoir d'achat du revenu gagné, la mesure qui convient est le revenu intérieur brut (RIB) réel. Les modifications au pouvoir d'achat s'expliquent par des modifications aux prix relatifs des exportations et importations, les termes de l'échange.

Le RIB réel est une mesure en dollars constants du pouvoir d'achat du revenu généré au Canada et tient compte des variations dans les niveaux relatifs des prix à l'importation et à l'exportation. Toutefois, les Canadiens investissent à l'étranger et les étrangers investissent au Canada. Par conséquent, ce ne sont pas tous les revenus gagnés au Canada qui reviennent aux Canadiens, et une certaine partie du revenu gagné dans d'autres pays revient aux Canadiens. Lorsque cette circulation internationale des revenus est combinée au RIB réel, l'agrégat du revenu réel qui en résulte est le revenu national brut (RNB) réel.

Enfin, si on soustrait la dépréciation du capital, cela mène au revenu intérieur net (RIN) réel. Le RIN réel saisit le pouvoir d'achat du revenu réel conservé par les résidents du Canada une fois qu'ils ont remplacé le capital physique utilisé et désuet. Il s'agit du revenu réel rajusté au pouvoir d'achat et distribué aux Canadiens après avoir assuré le maintien du stock de capital national des machines et du matériel, des immeubles et de l'infrastructure.

À des fins de comparaison, on retrouve à la figure 12 les mesures du PIB réel par habitant et du RIN réel par habitant au Canada comparativement à celles des États-Unis. En chiffres réels, l'économie canadienne est restée en deçà de celle des États-Unis avant 2000 puisque le PIB relatif par habitant a diminué d'environ 10 points de pourcentage au cours des années 1980, s'est stabilisé dans les années 1990 puis a augmenté légèrement après 2000. La productivité relative a également diminué avant 2000. Elle a subi une baisse dans les années 1980, est demeurée stable dans les années 1990 puis a diminué de façon précipitée après 2000. On a constaté une différence entre la croissance du PIB et de la productivité après 2000 puisque le marché du travail canadien était beaucoup plus vigoureux que celui des États-Unis. Le nombre d'heures travaillées par habitant a augmenté beaucoup plus rapidement au Canada qu'aux États-Unis, influencé par une augmentation beaucoup plus rapide du nombre d'emplois par habitant22.

Figure 12
Rendement économique du Canada par rapport à celui des États-Unis1

La baisse du prix relatif des produits et la dépréciation du dollar portent également un dur coup sur la mesure du RIN par habitant au Canada par rapport aux États-Unis, menant à une diminution plus notable du RIN réel ainsi que du PIB relatif pendant les années 1980. Avant 1990, le revenu relatif a connu une plus grande baisse que le PIB relatif. La mesure du revenu réel révèle un écart encore plus important du rendement des deux économies.

Dans la période précédant 2002, toutes les mesures indiquent une baisse à long terme du rendement relative de l'économie canadienne, bien que les diverses mesures du revenu modifiées diminuent davantage par rapport à la mesure du PIB relative par habitant, en particulier dans les années 1980. Il s'agit ici des années au cours desquelles l'économie des ressources au Canada était en baisse Les entrées de ressources à titre de pourcentage du PIB étaient en baisse partout dans les monde. Le prix relatif des produits était en baisse. Les Canadiens versaient de plus en plus d'argent à l'étranger par rapport à ce qu'ils recevaient. Par conséquent, les diverses mesures du revenu ont en fait connu une plus grande baisse que celle des mesures du PIB.

Tout cela a changé avec l'essor des prix des produits de base qu'a connu le Canada après 2000. Le prix des exportations a augmenté considérablement par rapport au prix des importations. Les recettes du Canada provenant de l'étranger ont grandement augmenté par rapport aux paiements à l'étranger. L'enchaînement de ces événements a engendré une augmentation spectaculaire de la croissance du revenu réel au Canada par rapport à la croissance de son PIB. Cela a également eu une incidence sur les comparaisons entre le Canada et les États-Unis. Le Canada a connu une progression marquée des termes de l'échange de 2002 à 2006 en raison de l'augmentation des prix des produits de base, d'une remontée du dollar et d'une diminution partout dans le monde des prix des produits manufacturés qui ont contribué grandement à la croissance du revenu réel. Les mesures du revenu réel aux États-Unis ont été beaucoup moins touchées par les gains commerciaux.

Par conséquent, les comparaisons du rendement relatif par habitant des deux pays dépendent au plus haut point de la présence des termes de l'échange et de la circulation internationale du revenu dans l'analyse des données. Dans le cas où les termes de l'échange sont exclus, et si la croissance relative du PIB réel par habitant (ou la croissance relative de la productivité) est l'élément central, le Canada semble avoir un moins bon rendement que celui des États-Unis de 2002 à 2006. De 2002 à 2006, le PIB réel par habitant des États-Unis augmente de 9,3 % tandis que le PIB réel du Canada augmente de 7,0 %, ce qui semble indiquer que le rendement de l'économie des États-Unis est supérieur à celui du Canada. Une fois que les variations des prix des ressources et du taux de change ainsi que le revenu des investissements internationaux et la consommation de capital sont pris en compte, le revenu réel par habitant aux États-Unis augmente de 8,6 %, proportion semblable à celle de la croissance du PIB par habitant de ce pays. Toutefois, la mesure ajustée de la croissance du revenu réel par habitant du Canada donne une augmentation de 15,6 %, ce qui est plus du double de la croissance du PIB réel par habitant au Canada et près du double du taux des États-Unis.

 

21. Pour de plus amples renseignements sur cette question, voir Macdonald, 2007.

22. Voir Maynard, 2007a.