Résultats

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Informations archivées

Les informations archivées sont fournies aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elles ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiées ou mises à jour depuis leur archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Secteur du tourisme
Profil des industries touristiques
Professions liées aux industries touristiques
Profil des employés dans les industries touristiques

La présente section a pour but de mettre en relief certains résultats et d'illustrer certains types d'analyses que permet de réaliser le Module des ressources humaines ( MRH). L'analyse porte sur l'année 2009 et sur les comparaisons avec les années précédentes. L'exposé débute par une brève description de la conjoncture économique générale au Canada et dans le secteur du tourisme en 2009, qui servira de contexte aux analyses subséquentes présentées aux sections 5.1 à 5.4.

En 2009, le Produit intérieur brut (PIB) réel du Canada a baissé de 2,9 %, après la progression de 0,6 % enregistrée en 2008 (voir le tableau 1). Les exportations ont diminué de 14 % et la demande intérieure finale a fléchi de 1,7 %, en grande partie à cause d'une réduction de 17 % de l'investissement des entreprises dans les bâtiments et le matériel. Depuis 1961, les seules autres baisses annuelles du PIB réel ont été enregistrées en 1982 (-2,9 %) et en 1991 (-2,1 %)1.

En 2009, les dépenses consacrées au tourisme au Canada ont diminué de 2,6 % (comparativement à une croissance de 2,0 % en 2008), les dépenses des visiteurs internationaux ayant reculé de 9,5 % et les dépenses touristiques des Canadiens au Canada ayant fléchi de 0,6 %2. Il s'agit de la première baisse annuelle des dépenses touristiques intérieures depuis 1991. Trois facteurs ont contribué à cette diminution des dépenses, à savoir :

  • l'entrée en vigueur le 1er juin des nouvelles règles concernant les voyageurs de l'Initiative relative aux voyages dans l'hémisphère occidental (IVHO), en vertu desquelles toute personne entrant aux États-Unis doit être titulaire d'un passeport, de la carte NEXUS ou d'un permis de conduire Plus

  • la réduction du nombre de voyages d'affaires et de loisirs effectués par les Canadiens depuis le ralentissement économique de la fin de 2008

  • l'épidémie de grippe H1N1 au Mexique en avril 2009.

Secteur du tourisme

La présente section offre une comparaison des variables clés du MRH, à savoir l'emploi, les heures travaillées et la rémunération, dans le secteur canadien du tourisme et l'économie canadienne dans son ensemble au cours du temps.

Rémunération pour la totalité des emplois

En 2009, la valeur totale de la rémunération3 a atteint 47,6 milliards de dollars dans les industries touristiques au Canada, soit une hausse de 0,3 % par rapport à l'année précédente, laquelle surpasse la croissance de 0,1 % de la rémunération pour l'ensemble de l'économie canadienne (voir le tableau 2). Toutefois, cette croissance était due principalement à l'augmentation de la rémunération horaire (+3,3 %), les nombres d'emplois (-0,6 %) et d'heures travaillées (-2,3 %) ayant diminué.

Depuis 1999, les industries touristiques ont perdu du terrain comparativement à l'ensemble de l'économie en ce qui a trait à la rémunération, tous emplois confondus. En 1999, la rémunération dans le secteur du tourisme représentait 6,2 % de la rémunération de la totalité des emplois au Canada. En 2009, cette proportion était descendue à 5,6 %.

En 2000 et en 2001, et de 2003 à 2006, le taux de croissance de la rémunération dans le secteur du tourisme a été inférieur à celui de la rémunération dans l'ensemble de l'économie, et considérablement plus faible en 2003 et 2005. La croissance plus lente enregistrée en 2003 a eu pour origine la baisse des salaires dans le secteur du tourisme cette année-là. En 2005, la croissance plus lente peut être attribuée principalement à la diminution du nombre d'emplois dans le secteur du tourisme, mais aussi à une croissance plus lente des salaires.

Emplois

Les industries touristiques au Canada ont produit 1,6 million d'emplois en 2009. Ce chiffre englobe les emplois à temps plein et à temps partiel, ainsi que les salariés et les travailleurs autonomes. En 2009, le secteur du tourisme était à l'origine de 9,4 % de l'ensemble des emplois au Canada. En 1999, la proportion était de 10,0 % (voir le tableau 3).

En 2000, le nombre d'emplois a commencé à augmenter moins rapidement dans les industries touristiques que dans l'économie canadienne dans son ensemble (voir le graphique 1). En 2005, le nombre d'emplois a diminué de 1,7 %, ou de 27 000 emplois, dans le secteur du tourisme (principalement dans le groupe des loisirs et divertissements), tandis qu'il a augmenté au taux de 1,6 % dans l'ensemble de l'économie. En 2005, le secteur du tourisme a été touché par plusieurs événements uniques, c'est-à-dire le lock-out de la Ligue nationale de hockey, le départ des Expos de Montréal et la hausse des prix de l'énergie après l'ouragan Katrina. Une restructuration majeure des industries du transport aérien a également eu lieu en 2005.

En 2009, le nombre d'emplois dans les industries touristiques a baissé de 0,6 %, soit un recul plus faible que celui enregistré pour l'ensemble des industries au Canada (-1,7 %). Dix mille emplois ont été perdus dans les industries touristiques en 2009 : le nombre d'emplois à temps plein a diminué (-12 000), mais certains emplois à temps partiel ont été créés (+2 000). Les pertes d'emplois ont eu lieu principalement dans le groupe des services de restauration (-5 000) et celui des autres industries du transport (-3 000).

Le ralentissement économique mondial et l'épidémie de grippe H1N1 sont les principaux événements ponctuels qui ont touché le secteur du tourisme au Canada en 2009. L'entrée en vigueur des nouvelles règles concernant les voyageurs de l'Initiative relatives aux voyages dans l'hémisphère occidental (IVHO) le 1er juin 2009 a également été un événement important pour le secteur du tourisme en 2009.

Graphique 1 Taux annuel de croissance de l'emploi dans le secteur du tourisme et dans l'ensemble de l'économie, Canada, 1998 à 2009
Description pour le graphique 1
Taux annuel de croissance de l'emploi dans le secteur du tourisme et dans l'ensemble de l'économie, Canada, 1998 à 2009

Il convient de souligner que le nombre d'emplois selon le MRH englobe tous les emplois requis pour produire les biens et services des industries touristiques, qu'ils soient consommés par des visiteurs ou par des résidents locaux (non visiteurs). Ce nombre est plus élevé que celui des emplois attribuables à la consommation des visiteurs (dépenses ou demande) tel que mesuré dans le compte satellite du tourisme et dans les indicateurs nationaux du tourisme, puisqu'une partie seulement des 1,6 million d'emplois peut être attribuée aux visiteurs. En 2009, 521 0004 emplois étaient liés au tourisme ou à la consommation de biens et services des industries touristiques par les visiteurs.

En 2009, le nombre d'emplois créés dans le secteur du tourisme par la consommation de biens et services des visiteurs (demande touristique) a diminué de 2,2 %. En revanche, le nombre d'emplois créés dans le secteur du tourisme par la consommation des visiteurs et des résidents locaux a été moins touché (-0,6 %), en raison de la consommation locale soutenue de biens et services touristiques.

Au Canada, les emplois à temps partiel étaient deux fois plus fréquents dans les industries touristiques (40,2 %) que dans l'ensemble des industries (22,7 %). En 2009, quatre emplois sur dix dans le secteur du tourisme étaient des emplois à temps partiel. En 1997, la prévalence des emplois à temps partiel dans ce secteur était plus faible (38,0 %).

Le travail autonome était moins fréquent dans le secteur du tourisme (7,0 % des emplois) que dans l'ensemble de l'économie (9,4 % des emplois). En 1997, le travail autonome représentait 8,5 % des emplois dans le secteur du tourisme.

Heures travaillées par emploi

De 1997 à 2009, la durée moyenne de la semaine de travail a été plus courte dans le secteur du tourisme que dans le reste de l'économie, environ 10 % plus courte. En 2009, la semaine de travail dans le secteur du tourisme était de 29,0 heures, en baisse de 2,3 % par rapport à l'année précédente, comparativement à 32,7 heures pour l'ensemble du Canada (voir le tableau 4).

La semaine de travail plus courte dans le secteur du tourisme reflète la proportion plus élevée d'emplois à temps partiel et la proportion plus faible de travailleurs autonomes dans les industries touristiques que dans l'ensemble de l'économie. Les travailleurs autonomes travaillaient de plus longues heures dans le secteur du tourisme (34,7 heures par semaine) que dans l'ensemble de l'économie (32,8 heures par semaine).

Rémunération par emploi

En 2009, la rémunération horaire dans le secteur du tourisme était de 19,59 $, soit une hausse de 3,3 % par rapport à l'année précédente (voir tableau 2), mais un taux encore nettement plus faible que la rémunération horaire de 29,56 $ enregistrée pour l'ensemble du Canada5. En 2003, la rémunération horaire a baissé de 0,30 $ dans le secteur du tourisme (principalement dans les industries des loisirs et divertissements et de la restauration), alors qu'elle a augmenté de 0,69 $ dans l'ensemble de l'économie. En 2009, cette détérioration de la position relative du secteur du tourisme n'était pas encore complètement compensée, même si la rémunération horaire dans ce secteur avait augmenté.

Profils des industries touristiques

Le MRH contient des données agrégées sur cinq groupes d'industries touristiques, à savoir le transport (pour lequel les données sur le transport aérien et sur les autres industries du transport sont déclarées séparément), l'hébergement, les services de restauration, les loisirs et divertissements, et les services de voyages. La liste des industries comprises dans chaque groupe du secteur du tourisme figure à l'annexe E. Certains résultats destinés à donner une idée du genre d'analyses des industries que permet de réaliser le MRH sont présentés ci-après.

Services de restauration

Parmi les groupes d'industries touristiques, celui de la restauration était l'employeur le plus important en 2009. Avec ses 853 000 emplois (voir tableau 3), le groupe des services de restauration représentait 53,0 % de l'emploi dans les industries touristiques au Canada. Ce groupe d'industries a vu augmenter légèrement sa part des emplois dans le secteur au fil des ans. En 1997, elle était un peu plus faible, soit 51,7 % du total des emplois dans le secteur. En 2009, ce groupe  a enregistré une perte de 4 000 emplois (-0,5 %). Alors que des emplois à temps plein ont été perdus, certains emplois à temps partiel ont été créés.

Les services de restauration détenaient la part la plus importante d'emplois à temps partiel dans les industries touristiques canadiennes, soit plus de 50 %. Fait peu surprenant, la semaine de travail dans cette industrie, soit 27,2 heures, était la plus courte observée parmi les industries touristiques et était inférieure à la semaine de travail moyenne de 32,7 heures pour l'ensemble de l'économie (voir tableau 4).

En 2009, les travailleurs autonomes détenaient 25 000 emplois dans le groupe des services de restauration, représentant 22,0 % de l'ensemble des emplois occupés par des travailleurs autonomes dans le secteur du tourisme. Ces travailleurs affichaient les heures les plus longues, soit 42,9 heures par semaine, chiffre nettement supérieur à la moyenne de 34,7 heures par semaine observée pour les travailleurs autonomes dans le secteur du tourisme.

En 2009, les emplois dans les services de restauration continuaient d'être les moins bien rémunérés parmi l'ensemble des industries touristiques, la rémunération horaire moyenne étant de 15,11 $ (voir tableau 2). Même si cette rémunération était en hausse (+4,6 %) par rapport à l'année précédente, elle demeurait bien en dessous de la moyenne de 19,59 $ enregistrée pour les industries touristiques au Canada6. Cependant, au fil des ans, la rémunération horaire dans ce groupe s'est quelque peu améliorée. En 2009, la rémunération horaire dans les services de restauration n'était inférieure que de 22,9 % à la moyenne pour le secteur du tourisme  comparativement à 29,9 % en 1997.

Il convient de souligner qu'en 2009, le salaire horaire moyen pour l'ensemble des emplois dans les services de restauration était de 13,96 $ (voir tableau 5), chiffre inférieur de 1,16 $ à la rémunération horaire moyenne (15,11 $), qui englobe le revenu supplémentaire du travail (cotisations des employeurs au nom des employés à l'assurance emploi, les régimes de pension privés et publics, les indemnités pour accident du travail, les régimes d'assurance-maladie et vie et les allocations de retraite).

La rémunération annuelle est fondée sur des renseignements au sujet de la rémunération horaire et du nombre d'heures travaillées. Dans le groupe des services de restauration, en 2009, la rémunération moyenne des employés était de 21 400 $ (voir le graphique 2), soit un montant inférieur de 27,6 % à la moyenne de 29 566 $ pour le secteur du tourisme dans son ensemble. Le nombre d'heures travaillées par semaine et la rémunération horaire des personnes occupées dans les services de restauration étaient les plus faibles observés pour le secteur du tourisme.

Graphique 2 Rémunération dans les industries touristiques, Canada, 2009
Description pour le graphique 2
Rémunération dans les industries touristiques, Canada, 2009

Loisirs et divertissements

En 2009, le groupe des loisirs et divertissements était le deuxième employeur par ordre d'importance parmi les groupes inclus dans le MRH, représentant 274 000 emplois ou 17,0 % de l'emploi dans le secteur du tourisme. Ce groupe a enregistré un léger recul en 2009. Au fil des ans, toutefois, le groupe a vu croître sa part de l'emploi du secteur. En 1997, il était à l'origine de 15,5 % des emplois dans le secteur.

La forte proportion (42,3 %) d'emplois à temps partiel dans les industries des loisirs et divertissements contribue à la courte semaine de travail dans ce groupe. D'une durée moyenne de 28,3 heures, cette semaine de travail compte parmi les plus courtes dans les industries touristiques.

Le groupe des loisirs et divertissements comptait la proportion la plus importante (18,6 %) de travailleurs autonomes, représentant 51 000 emplois. Cependant, ces travailleurs autonomes avaient une semaine de travail plus courte (27,4 heures par semaine) que l'ensemble des travailleurs autonomes dans le secteur du tourisme (34,7 heures par semaine).

La rémunération horaire dans le groupe des loisirs et divertissements (22,85 $) était supérieure à la moyenne observée pour le secteur du tourisme (19,59 $), mais demeurait inférieure à la rémunération horaire enregistrée pour l'ensemble de l'économie  (29,56 $). En 2009, la rémunération annuelle a atteint 33 631 $, chiffre supérieur à la moyenne pour le secteur du tourisme, même si la semaine de travail était parmi les plus courtes du secteur.

Hébergement

Représentant 222 000 emplois en 2009, soit 13,8 % des emplois dans le secteur du tourisme, le groupe de l'hébergement était le troisième employeur par ordre d'importance parmi les industries touristiques au Canada. Depuis 1997, le groupe de l'hébergement a perdu lentement du terrain par rapport aux autres industries touristiques en ce qui a trait à la part de l'emploi. Ce groupe détenait presque le même nombre d'emplois en 2009 qu'en 1997. Mais cette année-là, il était à l'origine de 16,1 % de l'ensemble des emplois dans le secteur du tourisme, ce qui en faisait le deuxième employeur par ordre d'importance dans le secteur.

En 2009, le nombre d'emplois dans les industries de l'hébergement a diminué de 0,2 %. Près d'un millier d'emplois à temps plein ont disparu, mais certains emplois à temps partiel ont été créés, ce qui explique en partie la semaine de travail plus courte en 2009. Le nombre d'heures travaillées par semaine dans le groupe de l'hébergement est passé de 32,4 heures en 2008 à 31,3 heures en 2009, mais est demeuré au-dessus de la moyenne de 29,0 heures par semaine pour le secteur du tourisme dans son ensemble.

Quoique plus élevée que la moyenne pour l'ensemble de l'économie canadienne (22,7 %), la proportion d'emplois à temps partiel dans le groupe de l'hébergement (28,9 %) est demeurée inférieure à la moyenne sectorielle de 40,2 %. La proportion de travailleurs autonomes dans ce groupe (4,1 %) comptait parmi les plus faibles pour le secteur du tourisme, le nombre de travailleurs autonomes étant de 9 000 en 2009.

En 2009, la rémunération horaire dans le groupe de l'hébergement, laquelle comprend les pourboires et le revenu supplémentaire du travail pour les salariés, a augmenté de 0,9 % pour atteindre 19,00 $, mais demeurait inférieure à la moyenne de 19,59 $ pour le secteur du tourisme dans son ensemble. À 30 918 $, la rémunération annuelle dans ce groupe était plus élevée que la moyenne sectorielle, principalement à cause d'une semaine de travail plus longue (31.3 heures) que celle de l'ensemble du secteur (29,0 heures).

Transport

En 2009, le groupe du transport (qui comprend le transport aérien et les autres industries du transport, y compris par chemin de fer, par eau et par autobus, de même que les taxis et les locations de voiture) était à l'origine de 214 000 emplois, ce qui représente 13,3 % de l'ensemble des emplois dans le secteur du tourisme au Canada. De 2008 à 2009, le nombre d'emplois dans les industries du transport a diminué de 1,7 % (ou -4 000). Des emplois à temps plein (-3 000) et à temps partiel (-1 000) ont été perdus. Ces pertes ont eu lieu principalement dans les autres industries du transport (-3 000).

La semaine de travail dans le groupe du transport était longue, d'une durée moyenne de 33,6 heures, c'est-à-dire près de 5 heures de plus que la moyenne pour le secteur du tourisme au Canada. L'une des raisons de ces longues heures est la proportion plus élevée d'emplois à temps plein (78,9 %), particulièrement dans les autres industries du transport. Une autre raison est la proportion relativement élevée (14,4 %) de travailleurs autonomes travaillant de plus longues heures (43,6 heures par semaine). Pour le secteur du tourisme dans son ensemble, le travail autonome ne représentait que 7,0 % des emplois. Les industries du transport comptaient 24 000 emplois occupés par des travailleurs autonomes, dont 23 000 dans les autres industries du transport.

En plus d'une longue semaine de travail, les emplois dans le groupe du transport étaient mieux rémunérés que dans les autres industries touristiques, la rémunération horaire étant de 30,39 $, soit 11,31 $ de plus de l'heure que la moyenne pour l'ensemble des emplois dans le secteur du tourisme au Canada (19,59 $). La rémunération horaire était particulièrement élevée dans l'industrie du transport aérien, soit 41,31 $.

Le transport est le seul groupe d'industries du secteur du tourisme pour lequel la rémunération annuelle (53 117 $) est supérieure à la moyenne de 50 229 $ pour le Canada. La longue semaine de travail et la rémunération horaire élevée dans l'industrie du transport aérien, ainsi que dans les autres industries du transport expliquent ce résultat.

Services de voyages

En 2009, les services de voyages représentaient le plus petit groupe d'industries touristiques, à l'origine de 45 000 emplois, soit une baisse de 2,9 % par rapport à l'année précédente. Ce groupe ne représentait que 2,8 % de l'ensemble des emplois dans le secteur du tourisme au Canada.

Les emplois dans ce groupe étaient principalement à temps plein (82 %), proportion la plus élevée parmi les industries touristiques. Par conséquent, ce groupe enregistrait la semaine de travail la plus longue, à 34,5 heures. Quatre milles emplois étaient occupés par des travailleurs autonomes, ce qui représente 7,8 % de l'ensemble des emplois dans les services de voyages, proportion légèrement supérieure à la part de 7,0 % des travailleurs autonomes dans l'ensemble du secteur du tourisme.

La rémunération horaire dans ce groupe était supérieure à la moyenne pour le secteur du tourisme (22,77 $ contre 19,59 $ de l'heure). La rémunération annuelle était parmi les plus élevées dans le secteur du tourisme, soit 40 837 $, en raison de la longue semaine de travail et de la rémunération horaire élevée.

Professions liées aux industries touristiques

Cinq groupes professionnels dominaient le secteur du tourisme, représentant 48,2 % de l'ensemble des emplois. Il s'agit des serveurs au comptoir et aides de cuisine occupant 245 000 emplois, des serveurs d'aliments et de boissons occupant 191 000 emplois, des cuisiniers occupant 145 000 emplois, des directeurs de la restauration occupant 82 000 emplois et des caissiers occupant 59 000 emplois.

En outre, ces professions étaient surtout concentrées dans un groupe d'industries touristiques. Quatre-vingt-treize pour cent des emplois dans les cinq groupes professionnels principaux appartenaient au groupe des services de restauration.

Dans le groupe de l'hébergement, la profession la plus nombreuse était celle des préposés aux nettoyage–travaux légers, qui comptait 45 000 emplois (voir le graphique 3). Dans le groupe des autres industries du transport, le groupe professionnel principal était celui des conducteurs d'autobus et des opérateurs de métro et d'autres transports en commun, à l'origine de 44 000 emplois, tandis que dans les industries des loisirs et des divertissements, le groupe professionnel le plus répandu était celui des animateurs et responsables de programmes de sports, de loisirs et de conditionnement physique, qui comptait 34 000 emplois. Les conseillers en voyages ne représentaient que 21 000 emplois, mais formaient la principale profession dans le groupe des services de voyages (voir le graphique 3). Dans l'industrie du transport aérien, le principal groupe professionnel était celui des agents à la billetterie et aux services aériens.

Lorsque nous comparons les salaires horaires, les conducteurs d'autobus et opérateurs de métro et d'autres transports en commun (23,27 $), les agents à la billetterie et aux services aériens (24,08 $) et les conseillers en voyages (18,27 $) gagnaient plus que la moyenne de 17,76 $7 pour le secteur du tourisme. Sur une base annuelle, les conducteurs d'autobus et les opérateurs de métro et d'autres transports en commun étaient, à 36 734 $, les travailleurs les mieux rémunérés dans le secteur du tourisme. Les serveurs au comptoir et aides de cuisine, qui constituent le groupe professionnel le plus nombreux dans le secteur du tourisme, étaient ceux qui gagnaient le moins, leur salaire annuel moyen étant de 11 403 $. Les animateurs et responsables de programmes de sports, de loisirs et de conditionnement physique gagnaient un salaire annuel de 13 709 $.

Graphique 3 Profession principale dans chaque groupe d'industries touristiques, Canada, 2009
Description pour le graphique 3
Profession principale dans chaque groupe d'industries touristiques, Canada, 2009

Profil des employés dans les industries touristiques

Le MRH fournit des données détaillées sur trois caractéristiques des employés, à savoir le sexe, le groupe d'âge et le statut d'immigrant. Voici certains résultats du MRH selon ces caractéristiques démographiques (voir le tableau 5).

Sexe

Au Canada, en 2009, les femmes ont continué d'être surreprésentées dans le secteur du tourisme, occupant 55,4 % des emplois de salariés. Les femmes détenaient 830 000 emplois de salariés, soit 163 000 de plus que les hommes. Une plus forte proportion de femmes employées dans le secteur du tourisme (42,0 %) que d'hommes (36,8 %) avaient moins de 25 ans.

Les femmes n'étaient sous-représentées que dans un seul groupe d'industries, celui du transport, dans lequel 31,4 % seulement des emplois de salariés étaient occupés par des femmes. Par ailleurs, les femmes occupaient la majorité des emplois dans le groupe des services de voyages (73,8 %).

Dans toutes les industries touristiques, la semaine de travail des femmes était plus courte que celle de leurs homologues masculins. Il en était surtout ainsi dans le cas du transport aérien (24,9 heures par semaine pour les femmes comparativement à 36,1 heures pour les hommes) et les autres industries du transport. Les femmes (44,8 %) étaient également plus susceptibles que les hommes (34,8 %) de travailler à temps partiel.

Les femmes travaillant dans les industries touristiques au Canada gagnaient, en moyenne, 4,51 $ de moins que les hommes (15,55 $ de l'heure contre 20,06 $). Le salaire des femmes variait appréciablement, les emplois dans le transport aérien payant le plus (29,37 $ de l'heure) et ceux dans les services de restauration payant le moins (13,01 $ de l'heure). Même si les femmes employées dans l'industrie du transport aérien étaient bien rémunérées, elles étaient néanmoins payées 8,93 $ de moins de l'heure que les hommes, en moyenne.

La majorité des femmes employées dans le secteur du tourisme travaillaient dans les industries de la restauration (60,4 %), où le salaire des femmes était le plus faible, soit 13,01 $ de l'heure, et le nombre d'heures travaillées était parmi les plus faibles, soit 25,0 heures par semaine. Seulement 49,0 % des hommes employés dans le secteur du tourisme travaillaient dans cette industrie. La profession la plus fréquente chez les femmes était celle de serveuse d'aliments et boissons, tandis que la profession la plus fréquente chez les hommes était celle de conducteur d'autobus ou d'opérateur de métro et d'autres transports en commun, pour laquelle le salaire horaire et le nombre d'heures travaillées par semaine sont plus élevés.

En moyenne, le salaire annuel dans le secteur du tourisme était de 21 295 $ pour les femmes comparativement à 32 777 $ pour les hommes.

Graphique 4 Part des emplois selon le groupe d'âge, industries touristiques, Canada, 2009
Description pour le graphique 4
Part des emplois selon le groupe d'âge, industries touristiques, Canada, 2009

Jeunes et travailleurs plus âgés

En 2009, les jeunes de 15 à 24 ans ont été une source importante de main-d'œuvre pour les industries du secteur canadien du tourisme. Ils occupaient 594 000 emplois de salariés, ce qui représente quatre emplois de salariés sur dix dans le secteur du tourisme. Trois jeunes sur quatre étaient employés dans les industries des services de restauration. La profession la plus courante chez les jeunes était celle de serveur au comptoir, aide de cuisine et personnel assimilé.

Les travailleurs plus âgés, ceux de 45 ans et plus, constituaient aussi une source importante de main-d'œuvre pour le secteur du tourisme, occupant 411 000 emplois de salariés (27,4 %). En 2009, les travailleurs plus âgés étaient répartis plus uniformément que les jeunes adultes entre les diverses industries touristiques. Deux groupes d'industries touristiques employaient une main-d'œuvre sensiblement plus âgée, les travailleurs plus âgés représentant 62,1 % des employés dans les autres industries du transport et 43,6 % de ceux du groupe des services de voyages (voir le graphique 4). Parmi les travailleurs plus âgés, la profession la plus fréquente était celle de cuisinier.

Près de sept jeunes travailleurs sur dix occupaient un emploi à temps partiel dans le secteur du tourisme comparativement à environ un travailleur plus âgé sur cinq. Les jeunes adultes travaillaient un moins grand nombre d'heures par semaine (18,1 heures) que les travailleurs plus âgés (35,7 heures), surtout dans les industries des loisirs et divertissements (15,1 heures pour les jeunes adultes contre 35,1 heures pour les travailleurs plus âgés). Selon l'Enquête sur la population active8, en 2009 environ 90 % de jeunes travailleurs ont mentionné les études comme raison principale de leur travail à temps partiel.

Le salaire des jeunes travailleurs était aussi considérablement plus faible. Le salaire horaire des travailleurs de 15 à 24 ans dans les industries touristiques était de 11,68 $ en 2009, soit près de la moitié de celle des employés de 45 ans et plus (21,76$). L'écart salarial le plus important entre les jeunes et les travailleurs plus âgés était celui observé pour le groupe du transport aérien, les taux horaires étant de 18,36 $ contre 42,77 $, respectivement. Annuellement, les jeunes travailleurs gagnaient 10 982 $, soit près de 30 000 $ de moins, en moyenne, que les travailleurs plus âgés.

Immigrants

Les immigrants représentent une source importante de main-d'œuvre pour le secteur canadien du tourisme. En 2009, les immigrants y occupaient 333 000 emplois, ce qui représente 22,2 % des emplois de salariés dans le secteur du tourisme. Près de 60 % d'immigrants employés dans le secteur travaillaient dans les services de restauration, comparativement à 54,5 % de non immigrants. Par ailleurs, moins d'immigrants du secteur (9,0 %) que de non immigrants (16,5 %) travaillaient dans le groupe des loisirs et divertissements. Les concentrations d'immigrants et de non immigrants étaient comparables dans les autres groupes d'industries touristiques.

Les immigrants occupés dans les industries touristiques étaient plus âgés que les autres travailleurs du secteur. Environ quatre immigrants sur dix avaient 45 ans et plus, tandis qu'un peu plus de deux non immigrants sur dix étaient des travailleurs plus âgés.

Comparativement aux non immigrants (56,9 %), les immigrants (69,1 %) étaient plus susceptibles de travailler à temps plein. En 2009, les immigrants travaillaient de plus longues heures dans le secteur du tourisme que leurs homologues non immigrants, soit 33,2 heures contre 27,3 heures par semaine.

Le salaire horaire des immigrants (16,97 $ de l'heure) était plus faible que celui des non immigrants (18,03 $ de l'heure). Dans les industries du transport, les salaires des immigrants étaient appréciablement plus faibles (23,73 $ de l'heure contre 29,77 $ pour les non immigrants). Toutefois, si l'on examine le salaire annuel, les immigrants gagnaient plus que les non immigrants dans toutes les industries touristiques (à l'exception du transport), leur salaire moyen étant de 29 337 $ comparativement à 25 572 $ pour les non immigrants. Les immigrants compensaient leur salaire horaire moyen plus faible en travaillant de plus longues heures.


Notes :

  1. Voir Statistique Canada (2010a).
  2. Données ajustées afin d'exclure les biens et services touristiques produits dans des industries non touristiques. Pour davantage de détails, voir Statistique Canada (2010b).
  3. La rémunération comprend les salaires et traitements, le revenu supplémentaire du travail et le revenu après dépenses des travailleurs autonomes.
  4. Voir Statistique Canada (2010b).
  5. Il convient de souligner que les hypothèses utilisées pour estimer la rémunération du travail dans le secteur du tourisme ne sont pas exactement les mêmes que celles formulées pour l'ensemble de l'économie comme nous l'avons expliqué auparavant.
  6. Les pourboires sont inclus dans ces chiffres. Voir l'annexe C  pour savoir comment est calculé le montant des pourboires.
  7. En 2009, le salaire moyen dans le secteur touristique était de 17,76 $ de l'heure tandis que la rémunération moyenne dans ce secteur se situait à 19,59 $ de l'heure.
  8. Pour plus d'information sur le travail à temps partiel, voir Marshall, (2000).
Date de modification :