Analyse

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Informations archivées

Les informations archivées sont fournies aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elles ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiées ou mises à jour depuis leur archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Introduction

Le Compte satellite du tourisme (CST) est devenu le cadre de référence au niveau international pour mesurer l'activité touristique dans l'économie. Le Compte satellite du tourisme du Canada (CSTC) suit les lignes directrices internationales adoptées par la Commission statistique des Nations Unies1 et s'inspire du Système des comptes nationaux du Canada (SCNC).

À cet égard, le CSTC fournit des mesures de l'importance économique du tourisme, du point de vue des dépenses, du produit intérieur brut et de l'emploi, qui sont comparables aux mesures similaires du SCNC pour l'ensemble de l'économie canadienne. Il permet en outre une comparaison avec d'autres industries du point de vue de la production et de l'emploi.

Le CSTC fournit un cadre cohérent permettant l'intégration et l'analyse des statistiques économiques pertinentes au tourisme, tant du point de vue de l'offre (industrie) que de la demande (touriste). Il définit en outre les biens et services touristiques, ainsi que les industries touristiques, et a contribué par conséquent à l'élaboration de statistiques sur le tourisme au Canada.

Enfin, le CSTC sert de base pour une gamme de produits statistiques connexes, y compris : 1) les Indicateurs nationaux du tourisme, qui comprennent des données macroéconomiques trimestrielles à jour sur la situation du tourisme au Canada; 2) le Module des ressources humaines du tourisme, qui comprend des données annuelles détaillées sur l'emplois dans le sectuer touristiques et dans chacun des industries touristiques; 3) des études sur les recettes des administrations publiques attribuables au tourisme.

Le présent rapport porte sur le CSTC pour l'année de référence 2004, et intègre les données finales des entrées-sorties les plus récentes. Des tableaux détaillés pour l'année 2004, ainsi qu'une brève description des concepts, des définitions, des sources et des méthodes, se trouvent en annexe.

Croissance du tourisme de 2002 à 2004

Le Produit intérieur brut (PIB) généré par le tourisme2 a atteint 23,9 milliards de dollars en 2004, en hausse de 2,5 % par rapport à 2002. Cela représente 2,0 % du PIB pour l'ensemble de l'économie en 2004. Les dépenses touristiques ont augmenté, atteignant 58,6 milliards de dollars en 2004, une hausse de 3,7 % par rapport à leur niveau de 2002. Le nombre d'emplois dans l'économie canadienne a augmenté de 3,9 % au cours de cette période, tandis que le nombre d'emplois liés au tourisme est demeuré relativement stable, à 610 600.

Tableau 1 Produit intérieur brut généré par le tourisme selon l'industrie, Canada

La baisse dans l'industrie du transport aérien continue

Les bénéfices du transport aérien au Canada ont été beaucoup plus faibles en 2004 qu'en 2002. La demande accrue de billets à faible tarif, la baisse de la demande de voyages en classe affaires, les coûts accrus liés à la sécurité et aux assurances, après le 11 septembre, ainsi que la volatilité au prix du carburant, ont tous eu des répercussions sur les bénéfices nets de l'industrie. Aussi l'industrie du transport aérien a traversé une période restructuration en 2004.

Le PIB du tourisme au chapitre du transport aérien, qui s'établit à 2,7 milliards de dollars, a chuté de 13,7 % par rapport à son niveau de 2002. Cela a eu pour résultat de faire diminuer de 7,3 % le PIB du tourisme pour l'ensemble de l'industrie du transport. L'emplois généré par le tourisme au titre du transport aérien a diminuer 7,5 % par rapport à son niveau en 2002.

La part du PIB du tourisme attribuable au transport aérien a diminué de près de quatre points de pourcentage, s'établissant à 52,0 %, tandis que la part des emplois liés au tourisme attribuable au transport aérien a diminué de un point de pourcentage, s'établissant à 63,8 %. Parallèlement, la part des dépenses touristiques au chapitre du transport aérien de passagers a diminué de trois points de pourcentage, s'établissant à 51,9 % du total pour le transport.

Baisse légère de l'emploi lié au tourisme

Le tourisme a généré 610 600 emplois et a représenté 3,8 % de tous les emplois au Canada en 2004. Il s'agit d'une baisse légère (-0,1 %) par rapport à 2002. Les activités touristiques ont été à l'origine du plus grand nombre d'emplois dans l'industrie de l'hébergement (161 600), l'industrie des services de restauration suivant de près au deuxième rang, avec 145 300 emplois. Environ 20 % des emplois générés par le tourisme sont allés aux industries non touristiques. Les activités touristiques de ces industries, et principalement celles du commerce en détail, de la fabrication et du commerce de gros, ont entraîné la création de 120 500 emplois. Entre 2002 et 2004, l'emploi lié au tourisme dans l'industrie du transport a diminué de 5,9 % pour s'établir à 73 300 emplois, par suite des pertes enregistrées dans l'industrie du transport aérien et la restructuration dans la même industrie.

Tableau 2 Emploi généré par le tourisme selon l'industrie, Canada

Augmentation des dépenses touristiques au Canada

La demande touristique au Canada a généré des dépenses de 58,6 milliards de dollars en 2004, en hausse de 3,7 % par rapport à 2002. Le transport a représenté la part la plus importante des dépenses, à 20,9 milliards de dollars, soit 35,6 % du total. Les dépenses, des Canadiens et des non-résidents voyageant au Canada, au titre des biens et services non touristiques (vêtements, chaussures, souvenirs, articles d'épicerie, boissons alcoolisées achetées au détail, etc.) ont diminué légérement de 1,4 %. Les autres biens et services touristiques (qui englobent les loisirs et spectacles, les services d'agences de voyages et les dépenses avant les voyages) venaient au troisième rang, à 16,7 %, en proportion des dépenses touristiques en 2004. Les dépenses en services d'hébergement ont augmenté de 1,9 % par rapport au niveau de 2002, atteignant 9,2 milliards de dollars, soit 15,6 % du total en 2004.

Tableau 3 Dépenses touristiques selon le bien ou le service, Canada

Tableau 4 Demande touristique au Canada

La demande intérieure compte pour les deux tiers des dépenses touristiques

Plus des deux tiers des dépenses touristiques en 2004 ont été attribuables à la demande intérieure, ce qui est légèrement supérieur à 2002. En 2004, les résidents Canadiens ont fait 175,1 millions de voyages au Canada (153,5 millions de voyages intraprovincaux et 21,6 millions de voyages interprovincaux). Les dépenses touristiques des Canadiens au pays se sont chiffrées à 41,1 milliards de dollars, en hausse de 6,9 % par rapport à 2002. Ces dépenses incluent les frais encourus (autres que de transport) par des Canadiens au Canada pour la partie intérieure d'un voyage vers une destination internationale, ainsi que les tarifs des voyages internationaux utilisant un transporteur Canadien.3 En 2004, 9,5% de la demande touristique était le fait de Canadiens voyageant à l'étranger. En 2004 les non-résidents ont effectué plus de 38,8 millions de voyages au Canada. Les non-résidents ont été à l'origine de 17,5 milliards de dollars de dépenses touristiques au Canada, soit une baisse de 3,2 % par rapport à 2002.

Augmentation des importations touristiques

En 2004 les résidents du Canada ont effectué 41,8 millions de voyages à l'extérieur du pays, la première augmentation depuis 2000. Les Canadiens voyageant à l'étranger ont dépensé 23,8 milliards de dollars, soit 15,2 % de plus qu'en 2002. Les Canadiens ont dépensé davantage en voyages à l'extérieur du Canada que les étrangers au Canada. Le déficit du solde commercial touristique s'est établi à 6,2 milliards de dollars, soit une détérioration par rapport au déficit de 2,5 milliards de dollars enregistré en 2002. C'est le déficit le plus élevé du solde commerciale touristiques calculé dépuis le CSTC du 1992. Le solde commerciale au titre du tourisme est le résultat de la comparaison des dépenses des Canadiens à l'étranger au chapitre du tourisme et de celles des non-résidents au Canada.

Contribution du tourisme aux industries touristiques

Les services de voyages sont parmi les entreprises qui dépendent le plus du tourisme, 91,6 % des activités économiques de l'industrie étant le fait du tourisme. Les autres industries les plus touchées sont le transport aérien et l'hébergement. Le tourisme a été responsable de 78,4 % du PIB de l'industrie du transport aérien et a représenté 65,6 % des activités économiques de l'industrie de l'hébergement. Ces parts peuvent sembler faibles, mais l'industrie du transport aérien comprend les services de fret, et celle de l'hébergement, les repas et l'alcool servis à des résidents locaux (non touristes), ce qui diminue la part attribuable au tourisme. Les services de restauration, dont la contribution au PIB du tourisme est de 17,0 %, sont ceux qui dépendent le moins du tourisme, parmi les grandes industries touristiques.

Contribution du tourisme aux « industries non touristiques »

Plusieurs industries non désignées comme des « industries touristiques » produisent des biens et des services qui sont achetés par les touristes, comme les articles d'épicerie, les souvenirs et d'autres marchandises vendues au détail. Les touristes ont dépensé 9,9 milliards de dollars en 2004 pour l'achat de ce type de biens et de services et ont consacré davantage d'argent à ces biens qu'à l'hébergement. Il s'agit d'une baisse de 1,4 % par rapport à 2002.

En 2004, ces « autres industries » ont été à l'origine de 24,7 % du PIB du tourisme, une hausse par rapport à 2002. Le tourisme a généré 120 500 emplois dans ces industries.

Conclusion

Le CSTC est utilisé pour mesurer les répercussions du tourisme dans l'économie canadienne. Il montre qu'en 2004, le tourisme demeure un aspect important de l'économie canadienne, tant du point de vue de la production (PIB) que de l'emploi. Le tourisme a aussi profité aux industries « non touristiques », comme le commerce de détail.

Le CSTC fournit aussi des repères détaillés selon l'industrie et le bien et service, qui sont maintenant intégrés sur une base biennale régulière dans les Indicateurs nationaux du tourisme (INT). Par ailleurs, il fournit les ratios détaillés des industries touristiques et des biens et services touristiques utilisés dans le  Module des ressources humaines (MRH), ainsi que dans l'étude des recettes des administrations publiques attribuables au tourisme. Les résultats du CSTC de 2004 seront intégrés dans les Indicateurs du tourisme et dans l'étude sur les recettes des administrations publiques, ainsi que dans le Module des ressources humaines.

La mise à jour actuelle du CSTC sera la dernière basée sur l'Enquête sur les voyages canadiens (EVC). La prochaine mise à jour du Compte satellite du tourisme du Canada, pour l'année de référence 2006, sera basé sur la nouvelle enquête sur les voyages au Canada par des Canadiens, l'Enquête sur les voyages des résidents du Canada (EVRC), ansi que sur la nouvelle définition du tourisme. De plus, plusieurs précisions seront introduites afin d'établir une meilleure correspondance avec les lignes directrices internationales rédigées récemment et comprises dans Compte satellite du tourisme : recommandation concernant le cadre conceptuel de 2008 (CST : RCC 2008).4 La mise à jour de 2006 permettra de mettre les données provenant du CSTC (incluant les données des modules associés su CSTC :Indicateurs nationaux du tourisme, Module des ressources humaines et Module des recettes des administrations publiques attribuables au tourisme) sur le même pieds d'égalité que les données publiées de l'EVRC.


Notes :

  1. Voir Compte satellite du tourisme : cadre méthodologique recommandé. Organisation de coopération et de développement économiques, Office statistique des Communautés européennes, Organisation des Nations Unies et Organisation mondiale du tourisme, mai 2001.
  2. Tous les renvois au PIB sont aux « prix de base » (voir l'Annexe A). Tous les taux de croissance des séries libellées en dollars correspondent aux valeurs nominales.
  3. Les tarifs payés par les Canadiens pour des voyages internationaux utilisant un transporteur Canadien sont des paiements pour un service qui est produit au pays, et sont par conséquent inclus dans la demande intérieure.
  4. Voir Compte satellite du tourisme : cadre méthodologique recommandé 2008. Organisation de coopération et de développement économiques, Office statistique des Communautés européennes, Organisation des Nations Unies et Organisation mondiale du tourisme, 2008.
Date de modification :