Statistique Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Flux financiers

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Deuxième trimestre de 2009

Flux financiers note aux lecteurs

L'emprunt des secteurs non financiers intérieurs a ralenti entre le premier trimestre et le deuxième trimestre de 2009, alors que l'emprunt de l'administration publique fédérale a diminué considérablement, à la suite des mesures temporaires pour favoriser la liquidité sur les marchés financiers. En excluant cet effet, les secteurs intérieurs ont augmenté leurs emprunts au deuxième trimestre.

Les obligations émises par les provinces et les sociétés représentaient plus de 40 % du total du financement durant le trimestre, reflétant les taux obligataires favorables pour les emprunteurs. L'emprunt des ménages a également augmenté au deuxième trimestre, mais il est demeuré bien inférieur aux niveaux observés au cours des périodes récentes qui ont précédé le ralentissement économique actuel.

L'emprunt substantiellement moindre de l'administration publique fédérale associé aux initiatives d'octroi de liquidités, y compris le Programme d'achat de prêts hypothécaires assurés, a contribué à la baisse du financement total des secteurs non financiers intérieurs au deuxième trimestre de 2009.

Graphique E.1 La demande totale de financement continue à fléchir
Description pour le graphique E.1
Graphique E.1 La demande totale de financement continue à fléchir

La Banque du Canada a continué à réduire le taux directeur de financement à un jour, lequel a baissé de 25 points de base pour s'établir à 0,25 % en avril 2009. Le taux hypothécaire conventionnel sur cinq ans a augmenté de 30 points de base durant le trimestre pour atteindre 5,85 %, soit une valeur néanmoins considérablement plus faible que celle de 7,15 % enregistrée à la même période l'année précédente.

Les marchés boursiers canadiens ont rebondi au deuxième trimestre de 2009, l'indice composite Standard and Poor's / Bourse de Toronto s'étant accru de près de 20 %, reflétant la hausse des prix de l'énergie et d'autres produits de base. Il s'agit de l'accroissement trimestriel en pourcentage le plus important enregistré depuis le quatrième trimestre de 1999 et d'un redressement significatif par rapport à la baisse record observée à la fin de 2008. Durant le deuxième trimestre de 2009, le cours du dollar canadien s'est apprécié comparativement à celui du dollar américain, clôturant le trimestre à 88,8 cents US.

Particuliers et entreprises individuelles

L'emprunt total des ménages a augmenté pour atteindre 98,3 milliards de dollars au cours du deuxième trimestre de 2009, surtout en raison du crédit à la consommation et des emprunts hypothécaires. Toutefois, la diminution des taux d'intérêts a contribué à garder le ratio du service de la dette des ménages sous contrôle, lequel a baissé légèrement, passant de 7,8 % à 7,7 %.

Le crédit à la consommation a augmenté de 19 % pour s'établir à 26,9 milliards de dollars, tandis que la valeur nette des nouveaux emprunts hypothécaires a augmenté de plus de 30 % pour atteindre 64,4 milliards de dollars. Ces niveaux sont toutefois encore plus faibles que ceux observés avant le ralentissement économique. L'accroissement important de l'emprunt hypothécaire était lié à une recrudescence d'activité sur le marché de la revente de maisons, dans le contexte des coûts d'emprunt historiquement faibles. La hausse du crédit à la consommation reflétait des augmentations appréciables dans les achats de véhicules automobiles, les acheteurs ayant vraisemblablement réagi aux promotions attrayantes des concessionnaires.

Graphique E.2 L'emprunt total des ménages est en hausse, mais reste bien inférieur aux niveaux historiques
Description pour le graphique E.2
Graphique E.2 L'emprunt total des ménages est en hausse, mais reste bien inférieur aux niveaux historiques

Administrations publiques

Le secteur des administrations publiques est de nouveau en situation d'emprunt net au reste de l'économie, soit une tendance qui avait pris naissance au cours de la dernière partie de 2008. Les recettes des administrations publiques fédérale et provinciales ont continué à diminuer au deuxième trimestre de 2009, en baisse de 4,7 % et de 1,7 % respectivement. Ce repli a contribué à l'accroissement des déficits (sur la base du Système de comptabilité nationale), les recettes de l'impôt sur les sociétés, les entreprises publiques et les particuliers ayant diminué alors que les dépenses globales étaient à la hausse.

La demande de financement de l'administration publique fédérale a baissé, passant de 182,9 milliards de dollars au premier trimestre à 34,7 milliards de dollars au deuxième trimestre de 2009 (données désaisonnalisées aux taux annuels; sur une base trimestrielle, l'administration publique fédérale a emprunté 45,7 milliards de dollars au premier trimestre et 8,7 milliards de dollars au deuxième trimestre de 2009). Le niveau d'activité de financement élevé aux deux trimestres précédents était associé aux initiatives d'octroi de liquidités, y compris le Programme d'achat de prêts hypothécaires assurés.

L'emprunt par les autres ordres de l'administration publique a atteint 83,7 milliards de dollars au deuxième trimestre de 2009, composé principalement d'importantes émissions importantes d'obligations provinciales et d'effets à court terme.

Sociétés

Les bénéfices des sociétés ont de nouveau baissé de façon importante au deuxième trimestre de 2009. L'investissement en capital fixe des sociétés privées non financières a diminué pour un troisième trimestre de suite, ce qui a contribué au maintien de la position d'emprunt net au reste de l'économie de ce secteur pour un deuxième trimestre consécutif.

L'emprunt du secteur des sociétés privées non financières est passé de 14,6 milliards de dollars au premier trimestre à 62,2 milliards de dollars au deuxième trimestre. La demande croissante de fonds d'emprunt de ce secteur reflétait la quantité importante de nouvelles émissions d'obligations. Toutefois, la valeur totale des actifs a augmenté de manière significative par rapport au trimestre précédent, particulièrement en ce qui a trait aux actifs financiers.

Institutions financières

Les placements des investisseurs institutionnels et des institutions prêteuses dans les titres à revenu fixe canadiens et les émissions nettes de nouveaux prêts ont baissé, alors que le crédit à la consommation et les emprunts hypothécaires se redressaient. L'émission de titres hypothécaires assurés en vertu de la Loi nationale sur l'habitation a diminué sensiblement au deuxième trimestre de 2009, à la suite des deux émissions trimestrielles les plus importantes jamais enregistrées.

Non-résidents

L'investissement des non-résidents dans les titres canadiens est demeuré élevé pour un deuxième trimestre consécutif. La croissance de l'investissement de portefeuille a été stimulée par une augmentation des émissions de titres de créance canadiens, en particulier celles d'obligations provinciales et d'obligations de société. Le secteur des non-résidents est resté en situation de prêt net au reste de l'économie au deuxième trimestre, soit une tendance qui s'est amorcée au quatrième trimestre de 2008.

Tableaux de données

Information sur les méthodes et la qualité des données disponible dans la Base de métadonnées intégrée: 1804.