Statistique Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Produit intérieur brut par industrie

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Décembre 2008

Le produit intérieur brut réel a diminué de 1,0 % en décembre, presque tous les principaux secteurs ayant réduit leur production. Ce repli fait suite à une baisse de 0,7 % en novembre.

La fabrication, le commerce de détail, la construction et le commerce de gros ont été les principaux secteurs à l'origine du recul de la production en décembre. Des baisses d'activité ont également été notées dans le transport, le secteur minier excluant l'extraction de pétrole et de gaz, l'hébergement et les services de restauration, ainsi que dans la foresterie. Le secteur public (la santé, les services d'enseignement et les administrations publiques combinés) a progressé, tandis que le secteur de la finance et des assurances est resté inchangé.

Graphique C.1 Baisse généralisée de l'activité économique
Graphique C.1 Baisse généralisée de l'activité économique

Le secteur de la fabrication fléchit

Le secteur de la fabrication a fléchi encore une fois en décembre (-3,0 %), 16 des 21 grands groupes ayant perdu du terrain, imitant ainsi les baisses récentes dans les exportations. Les industries des véhicules et des pièces automobiles, de la première transformation des métaux, des produits chimiques et des produits en bois ont continué de reculer. Certaines usines de véhicules automobiles ont été fermées temporairement au cours du mois en raison de la contraction de la demande, résultant en une chute de 12,0 % de la production.

Le commerce de détail se replie

La valeur ajoutée dans le commerce de détail a diminué de 3,5 % en décembre, soit la plus forte baisse mensuelle depuis plus d'une décennie. Le recul a été généralisé, avec tous les principaux groupes de commerce à la baisse. Les baisses du volume des activités des concessionnaires de voitures neuves et d'occasion, des centres de rénovation et des quincailleries, et des magasins de bière, de vin et de spiritueux, ont été les principales sources du recul.

Graphique C.2 Chute du commerce de détail
Graphique C.2 Chute du commerce de détail

Recul de la construction

Le secteur de la construction a diminué de 2,3 % en décembre. Pour un deuxième mois consécutif, les trois composantes du secteur se sont repliées. La construction résidentielle a baissé, aucune des catégories de bâtiments n'ayant été épargnée. La construction de maisons unifamiliales et de semi-détachés a connu une baisse marquée. Le repli de la construction non résidentielle a, lui aussi, été généralisé, des diminutions de l'activité ayant été relevées dans la construction de bâtiments à usage commercial, industriel et institutionnel.

Le marché de la revente de maisons a baissé de nouveau en décembre. Les activités des agents et des courtiers immobiliers ont ainsi chuté de 4,2 % à la suite d'importants replis au cours des deux mois précédents.

Le commerce de gros se contracte

Le volume des activités des grossistes a diminué pour un troisième mois d'affilée en décembre (-2,4 %). Les baisses les plus notables ont été observées chez les grossistes de machines et fournitures électroniques, de matériaux de construction, et de produits divers (qui regroupent entre autres les produits agricoles et chimiques, les matières recyclées et les produits du papier). Toutefois, le commerce de gros de produits alimentaires, tabac et alcool a augmenté.

La production du secteur de l'énergie diminue

La production du secteur de l'énergie a diminué de 0,6 % en décembre. Les activités de soutien à l'extraction minière, pétrolière et gazière ont le plus contribué à cette baisse, même si l'extraction de pétrole et de gaz a progressé de 0,9 % en décembre. Tant l'extraction de gaz naturel que celle de pétrole ont augmenté.

Les stocks de gaz naturel ont diminué au Canada comme aux États-Unis, de même que le transport par pipeline. La distribution de gaz naturel s'est intensifiée, mais la production d'électricité s'est réduite.

La production du secteur minier excluant le pétrole et le gaz a chuté de 7,4 % en décembre. L'extraction de minerais métalliques ainsi que celle de minerais non métalliques (qui comprennent les diamants et la potasse) ont baissé. L'extraction de charbon a également connu une forte baisse.

Graphique C.3 Contribution des principaux secteurs industriels à la croissance totale – Décembre 2008
 Graphique C.3 Contribution des principaux secteurs industriels à la croissance totale – Décembre 2008

Le secteur de la finance et des assurances reste inchangé

Le secteur de la finance et des assurances est resté inchangé en décembre. La diminution du volume des activités de courtage de valeurs mobilières et des ventes de fonds communs de placement a neutralisé la croissance des services d'intermédiation financière et de l'assurance.

Autres industries

Le transport ferroviaire et le transport par camion, de même que l'hébergement et les services de restauration, ont subi les contrecoups du déclin généralisé de l'activité économique. Le transport ferroviaire s'est contracté de 8,3 % en décembre, et le transport par camion a fléchi de 1,7 %. Le secteur de l'hébergement et des services de restauration s'est replié de 0,6 %.

Quatrième trimestre de 2008

Le produit intérieur brut réel par industrie a diminué de 1,0 % au quatrième trimestre de 2008, ralentissant un peu plus chaque mois. Il s'agit de la plus forte baisse observée depuis le premier trimestre de 1991.

La baisse dans la production de biens (-2,4 %) a été généralisée suite à la faiblesse de la demande intérieure et extérieure. Tous les secteurs de production de biens ont reculé, hormis l'agriculture. Le secteur de la fabrication a le plus contribué à ce recul, enregistrant une sixième baisse trimestrielle consécutive (-4,3 %). Le secteur des services, en baisse de 0,4 %, a connu son premier repli trimestriel depuis le troisième trimestre de 1991. Le repli du secteur des services a été principalement attribuable aux baisses dans le commerce de détail, le commerce de gros et les services de transport, lesquelles ont éclipsé les hausses dans le secteur public et celui de la finance et des assurances.

Les baisses dans la fabrication de bien ont été généralisées, alors que 18 des 21 grands groupes ont cédé du terrain. Les fabricants ont été particulièrement touchés par l'affaiblissement de la demande extérieure. Les industries reliées à l'automobile de même que la sidérurgie ont été les principales sources de ce recul. La production de véhicules et de pièces automobiles (y compris la fabrication de pièces en plastique, de carrosseries et de remorques) suit une tendance à la baisse depuis le premier trimestre de 2006. La baisse de l'industrie de la sidérurgie, qui survient après un troisième trimestre vigoureux, va de pair avec les fluctuations correspondantes de la demande extérieure au cours du second semestre de l'année.

L'activité des grossistes a chuté de 5,4 % au quatrième trimestre en raison de la diminution du volume des importations et des exportations, de la réduction des activités dans la construction et de la baisse de la demande des consommateurs. De fortes baisses ont été observées dans les ventes en gros de véhicules automobiles, d'articles ménagers et personnels, de matériaux de construction et de produits divers. La progression des ventes de produits alimentaires, pétroliers et agricoles a partiellement contrebalancé ces baisses. La valeur ajoutée dans le commerce de détail a également diminué de façon généralisée (-1,6 %), les consommateurs hésitant à acheter des articles coûteux.

Le secteur de l'extraction minière, pétrolière et gazière a reculé de 1,1 % au cours du dernier trimestre de 2008. Dans l'ensemble, le secteur de l'énergie s'est contracté de 0,7 % au quatrième trimestre de 2008.

Le secteur de la construction s'est replié de 1,2 %, la construction résidentielle ayant poursuivi sa baisse, tout comme les travaux de génie et de réparation. Après deux baisses consécutives, la construction de bâtiments non résidentiels a augmenté de 0,9 %, grâce à la croissance dans les bâtiments à usage institutionnel. Les activités des agents et des courtiers immobiliers ont chuté de 22,5 %, alors qu'une chute de cette ampleur du nombre de ventes de résidences ne s'était pas vue depuis le deuxième trimestre de 1990.

La faiblesse généralisée de nombreux secteurs de l'économie s'est traduite par une réduction des activités de plusieurs industries de transport.

Au quatrième trimestre, le secteur public (+0,9 %) et celui de la finance et des assurances (+0,5 %) ont montré des signes de vigueur.

Revue de fin d'année 2008

La croissance économique a ralenti pour s'établir à 0,5 % en 2008, le taux le plus bas depuis le début des années 1990. La faiblesse de l'économie a été manifeste tout au long de l'année, mais s'est amplifiée au dernier trimestre (-1,0 %), particulièrement en novembre et en décembre.

La production de biens a diminué de 2,8 % en 2008, soit la première baisse depuis 2001, l'année de l'effondrement du secteur de la technologie. Tous les secteurs de production de biens, sauf celui de la construction, ont fléchi en 2008. Par contre, le secteur des services a progressé de 2,1 %, toutes les composantes affichant une croissance.

Les activités de construction ont augmenté de 2,3 % en 2008. Les travaux de génie et de réparation ont crû plus rapidement qu'en 2007. Toutefois, la croissance de la construction de bâtiments résidentiels et celle de bâtiments non résidentiels ont ralenti. Cette faiblesse s'explique principalement par le repli de la construction de maisons unifamiliales, ainsi que de bâtiments à usage industriel.

Le secteur de la fabrication s'est replié de 5,1 % en 2008. Il s'agit là d'une troisième baisse annuelle consécutive. Selon l'Enquête sur la population active, l'emploi dans ce secteur a fléchi pour une quatrième année d'affilée. La diminution de la production manufacturière a été généralisée, 18 des 21 grands groupes ayant reculé. Les baisses les plus importantes ont été observées chez les fabricants de véhicules et de pièces automobiles, y compris de pièces en plastique, de carrosseries et de remorques. Ensemble, ces quatre industries ont été à l'origine de près de la moitié du déclin du secteur de la fabrication en 2008.

À l'instar des industries reliées à l'automobile, d'autres industries exportatrices, comme celles des produits en bois, des produits métalliques et des produits en papier, ont subi les effets de l'érosion de la demande extérieure. En revanche, l'industrie aérospatiale a affiché de bons résultats en 2008, sa production ayant grimpé de 10,6 %, dépassant le sommet atteint en 2001.

La foresterie et l'exploitation forestière ont aussi subi les effets de la diminution de la demande extérieure. La production de ce secteur a chuté de 16,4 % en 2008, soit une quatrième baisse annuelle consécutive.

La production du secteur de l'énergie a diminué de 3,3 % en 2008, l'extraction de pétrole comme celle du gaz naturel ayant fléchi. La demande de ces produits a été conditionnée par les fluctuations considérables des prix sur les marchés internationaux. Le prix moyen du baril de pétrole brut s'établissait à 94 $ en janvier; il a atteint un sommet de 136 $ en juin pour clôturer l'année à 52 $. Le prix du gaz naturel s'est comporté d'une façon similaire.

Dans le secteur des services, les principaux moteurs de la croissance ont été le secteur public (les services d'enseignement, la santé et les services sociaux, ainsi que les administrations publiques combinés) le secteur de la finance et des assurances, et le commerce de détail.

Le secteur de la finance et des assurances a enregistré une hausse de 3,1 %, soit le taux de croissance le plus faible depuis 2003. Les activités d'intermédiation financière et d'assurances ont augmenté, mais le courtage de valeurs mobilières et les activités connexes sont restés pratiquement inchangés après avoir connu une croissance moyenne de 8,8 % entre 1999 et 2007.

La valeur ajoutée dans le commerce de détail a crû de 3,1 % en 2008, soit près de la moitié du taux de croissance enregistré au cours de chacune des deux années précédentes. Toutes les composantes de ce secteur ont contribué à la progression.

Le commerce de gros a affiché une croissance pratiquement nulle en 2008, une faiblesse sans précédent depuis la baisse enregistrée en 1991. Les grossistes, qui se livrent aussi à des activités d'exportation et d'importation, ont ressenti les effets de la réduction du volume du commerce extérieur.

Les agents et les courtiers immobiliers ont, eux aussi, présenté des signes de faiblesse. Leurs activités ont chuté de 18,0 % en 2008, ce qui a fortement contribué à la baisse de 2,2 % de l'industrie des services juridiques et des services de comptabilité. Après neuf années de croissance quasi ininterrompue, le marché de la revente de maisons a perdu du terrain, le nombre d'habitations vendues s'étant replié de 17,1 %.

Tableaux de données

Information sur les méthodes et la qualité des données disponible dans la base de métadonnées intégrée : 1301.