Statistique Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Productivité du travail, rémunération horaire et coût unitaire de main-d'œuvre

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Troisième trimestre de 2008

Productivité du travail note aux lecteurs

La productivité du travail dans les entreprises canadiennes est demeurée stagnante au troisième trimestre, prolongeant ainsi un relâchement amorcé au deuxième trimestre de 2007.

Graphique F.1 Aucun gain de productivité dans les entreprises canadiennes au troisième trimestre
Graphique F.1 Aucun gain de productivité dans les entreprises canadiennes au troisième trimestre

Au troisième trimestre, le produit intérieur brut des entreprises canadiennes ainsi que les heures travaillées consacrées à cette production ont augmenté en tandem au rythme de 0,2 %. Le nombre d'heures travaillées dans les entreprises canadiennes a connu une hausse similaire à celle des deux premiers trimestres de l'année. Durant les trois premiers trimestres de 2008, les heures de travail ont ralenti à plus de la moitié de la cadence observée durant les trois premiers trimestres de 2007.

Fort ralentissement des gains de productivité aux États-Unis

En dépit du ralentissement de l’activité économique, la productivité américaine a progressé de 0,4 % au troisième trimestre, après avoir augmenté de 0,9 % au second trimestre. Cette hausse de productivité s’est produite dans un contexte de baisse de la production et des heures travaillées.

Graphique F.2 La croissance de la productivité américaine accélère
Graphique F.2 La croissance de la productivité américaine accélère

La production des entreprises américaines s’est contractée de 0,4 % au troisième trimestre. L’ampleur de ce déclin est la plus importante depuis la baisse de 0,8 % enregistrée au troisième trimestre de 2001. Il s’agit aussi d’une deuxième baisse trimestrielle en un an. Le recul du PIB américain au troisième trimestre résulte principalement de la première baisse des dépenses des consommateurs depuis 1991.

Parallèlement, les heures travaillées aux États-Unis continuent de baisser, reculant de 0,8 % au troisième trimestre. Il faut remonter au premier trimestre de 2002 pour découvrir une baisse aussi forte.

Graphique F.3 Les heures travaillées continuent d’augmenter au Canada, pendant qu’elles poursuivent leur déclin aux États-Unis
Graphique F.3 Les heures travaillées continuent d’augmenter au Canada, pendant qu’elles poursuivent leur déclin aux États-Unis

La compétitivité des entreprises canadiennes a gagné du terrain au troisième trimestre

Le taux de croissance des coûts de main-d’œuvre par unité de production, un baromètre des pressions inflationnistes à long terme, a ralenti à 0,6 % dans les entreprises canadiennes au troisième trimestre, soit environ la moitié du taux enregistré au trimestre précédent (+1,1 %). Il s’agissait du taux de croissance le plus faible enregistré depuis le troisième trimestre de 2007.

Compte tenu de la stagnation de la productivité au troisième trimestre, la croissance du coût unitaire de main-d’œuvre provient surtout de la croissance de la rémunération horaire, qui a décéléré à 0,6 %.

Graphique F.4 Les coûts unitaires de main-d'oeuvre (CUM) canadiens en $US reculent nettement
Graphique F.4 Les coûts unitaires de main-d'oeuvre (CUM) canadiens en $US reculent nettement

Au troisième trimestre, la valeur du dollar canadien a reculé de 3,1 % face à la devise américaine, ce qui a aidé le coût unitaire de main-d’œuvre canadien mesuré en dollars américains à baisser substantiellement au troisième trimestre.

Pour leur part, les entreprises américaines ont vu leurs coûts unitaires de main-d’œuvre bondir de 0,6 % au troisième trimestre, après avoir reculé de 0,6 % au deuxième trimestre.

Analyse par industrie

La productivité s’accroît encore dans la fabrication

La productivité du travail dans le secteur des biens a affiché une croissance de 0,3 % au troisième trimestre, après avoir connu cinq replis trimestriels consécutifs. La hausse de la productivité dans la fabrication et dans les industries d’extraction minière, pétrolière et gazière a plus qu’effacé la baisse de la productivité dans la construction. En dépit d’une réduction des effectifs en toile de fond, le secteur de la fabrication a connu un deuxième accroissement consécutif de sa productivité.

Au troisième trimestre de 2008, la productivité dans la fabrication s’est accrue de 1,0 %, soit presque au même rythme qu’au trimestre précédent. La production manufacturière a légèrement progressé au troisième trimestre, après avoir connu quatre reculs trimestriels consécutifs. Pendant ce temps, les heures travaillées ont continué de diminuer, reculant de 0,8 % par rapport au deuxième trimestre.

Graphique F.5 La productivité manufacturière continue d’augmenter
Graphique F.5 La productivité manufacturière continue d’augmenter

Pour ce qui est de la construction, la productivité a reculé pour un sixième trimestre consécutif, malgré une hausse de 0,5 % de sa production.

La productivité demeure stagnante de nouveau dans les services

Dans un contexte d’un net ralentissement de son activité économique, la productivité dans les entreprises productrices de services a connu une croissance nulle au troisième trimestre, après une légère hausse de 0,1 % au deuxième trimestre.

Dans le secteur des services, ce sont surtout le commerce de détail et les industries des services administratifs et d’assainissement qui ont enregistré les plus forts gains de productivité.

En revanche, les finances, les assurances et les services immobiliers de même que l’hébergement et les services de restauration ont enregistré des baisses majeures de productivité au troisième trimestre de 2008.

Le coût unitaire de main-d’œuvre recule dans le secteur des biens

La croissance du coût unitaire de main-d’œuvre dans le secteur des entreprises (un indicateur à long terme des pressions inflationnistes) a ralenti à 0,6 % au troisième trimestre. La majeure partie de cette hausse est attribuable au secteur des services qui a vu son coût unitaire de main-d’œuvre augmenter de 0,8 %, soit un taux identique à celui enregistré au deuxième trimestre. Cette hausse des coûts de main-d’oeuvre provient surtout du commerce de détail et de l’hébergement et les services de restauration.

Graphique F.6 Contribution des principales industries à la variation en pourcentage du coût unitaire de main-d’oeuvre (CUM) dans le secteur des entreprises, troisième trimestre de 2008
Graphique F.6 Contribution des principales industries à la variation en pourcentage du coût unitaire de main-d’oeuvre (CUM) dans le secteur des entreprises, troisième trimestre de 2008

Par ailleurs, le coût unitaire de main-d’œuvre dans le secteur des biens a reculé pour la première fois depuis le deuxième trimestre de 2007. Au troisième trimestre, le secteur des biens a connu un recul de son coût unitaire de 0,2 %, comparativement à une hausse de 1,2 % observée au deuxième trimestre. Ce recul est principalement attribuable à la baisse du coût unitaire de main-d’œuvre dans la fabrication. Ceci reflète la hausse de la productivité, conjuguée au léger recul de la rémunération horaire.

Tableaux statistiques

Information sur les méthodes et la qualité des données disponible dans la Base de métadonnées intégrée: 5042.