Statistique Canada - Gouvernement du Canada
Accessibilité : Renseignements générauxÉviter tous les menus et aller au contenu.Accueil - Logo de Statistique Canada Éviter le menu principal et aller au menu secondaire. English 1 de 5 Contactez-nous 2 de 5 Aide 3 de 5 Recherche site web 4 de 5 Site du Canada 5 de 5
Éviter le menu secondaire et aller au menu des rubriques. Le quotidien 1 de 7
Recensement 2 de 7
Le Canada en statistiques 3 de 7 Profils des communautés 4 de 7 Nos produits et services 5 de 7 Accueil 6 de 7
Autres liens 7 de 7

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Page principale du Deuxième trimestre de 2006 1 de 14 Version PDF du Deuxième trimestre de 2006 2 de 14 Produit interieur brut en termes de revenus et de dépenses 3 de 14 Produit intérieur brut par industrie 4 de 14 Balance des paiements internationaux 5 de 14 Flux financiers 6 de 14 Productivité du travail, rémunération horaire et coût unitaire de main-d'oeuvre 7 de 14 Bilan des investissements internationaux 8 de 14 Comptes du bilan national 9 de 14 Index des tableaux statistiques 10 de 14 Produits connexes 11 de 14 Documentations connexes 12 de 14 Information supplémentaire 13 de 14 Parutions précédentes 14 de 14
Éviter le menu du rubriques et aller au contenu.

Flux financiers

Deuxième trimestre de 2006

Note aux lecteurs

Faits saillants

Le financement total des secteurs non financiers intérieurs sur les marchés de crédit a atteint 89,5 milliards de dollars (données désaisonnalisées aux taux annuels) au deuxième trimestre de 2006. Cela représente une baisse marquée par rapport au premier trimestre de 2006. Cette baisse s’explique par une diminution importante de la dette du secteur public ainsi que par une réduction de la demande de financement du secteur privé. Le ratio du financement total des ménages et des sociétés privées non financières par rapport à la demande intérieure finale s’est établi à 9,4 % au deuxième trimestre, contre 10,4 % le trimestre précédent.

Diminution du financement total de l’ensemble des secteurs non financiers intérieurs
Graphique : Diminution du financement total de l’ensemble des secteurs non financiers intérieurs

La correction du marché boursier de Toronto a été l’un des faits saillant du trimestre. Les marchés financiers ont aussi été caractérisés par la hausse des taux d’intérêt, y compris les taux hypothécaires et le rendement des obligations. L’appréciation du dollar canadien s’est poursuivie, clôturant le trimestre tout juste sous la marque des 90 cents américains.

Stabilité des emprunts des ménages

Les emprunts des ménages sont demeurés stables au deuxième trimestre. La demande d’emprunts hypothécaires a diminué, ce qui correspond à un ralentissement de l’investissement résidentiel. Les dépenses de consommation sont demeurées élevées dans l’ensemble, mais l’on observe un fléchissement des dépenses en biens durables, en particulier les véhicules automobiles, ce qui s’est traduit par une augmentation moins marquée de l’endettement à la consommation.

La dette totale des ménages, soit la somme des emprunts hypothécaires et du crédit à la consommation, a légèrement augmenté, s’élevant à 109,2 % du revenu personnel disponible. Par contre, les frais de service de la dette sont demeurés stables, équivalant à 8 % environ du revenu personnel disponible.

Le taux d’épargne était de 1,0 % au deuxième trimestre à la suite de l’augmentation provoquée par la cotisation spéciale à un régime de retraite au cours du premier trimestre. Par conséquent, les actifs financiers des ménages se sont accumulés à un rythme plus lent, surtout en ce qui a trait aux actifs de retraite et aux titres boursiers (fonds mutuels inclus).

Les emprunts des ménages demeurent stables
Graphique : Les emprunts des ménages demeurent stables

L’épargne des sociétés demeure supérieure à leurs dépenses en capital

Au deuxième trimestre, les sociétés ont continué de produire à l’interne davantage de fonds que les sommes requises pour financer d’importants investissements en capital, en particulier les investissements en machines et en ouvrages de génie ainsi que les stocks. De ce fait, le secteur des sociétés est demeuré un prêteur net de fonds au reste de l’économie. La demande de fonds de la part des sociétés privées non financières a affiché une baisse correspondante au cours du trimestre, ce qui s’est reflété au niveau des obligations et des titres de participation. Les nouvelles émissions nettes ont diminué après avoir enregistré une forte hausse au premier trimestre; cela tient probablement au recul des cours boursiers.

Les sociétés demeurent des prêteurs nets
Graphique : Les sociétés demeurent des prêteurs nets

L’excédent des administrations publiques augmente et leurs emprunts diminuent

Au cours du deuxième trimestre, l’excédent du secteur des administrations publiques a augmenté sensiblement, et il y a eu remboursement net de la dette des administrations publiques. En particulier, l’administration fédérale a remboursé une partie de sa dette à court terme, et les administrations fédérale et provinciales ont réduit leur endettement obligataire. Ce remboursement net reflète une baisse des dépenses courantes au cours du trimestre, conjuguée à une stabilisation des besoins de financement en capital.

Réduction de la dette négociable totale des administrations publiques
Graphique : Réduction de la dette négociable totale des administrations publiques

Tableaux statistiques

Information sur les méthodes et la qualité des données disponible dans la Base de métadonnées intégrée: 1804.


Page d'accueil | Recherche | Contactez-nous | English
Haut de la page
Date de modification : 2006-11-28 Avis importants