Statistique Canada - Gouvernement du Canada
Accessibilité : Renseignements générauxÉviter tous les menus et aller au contenu.Accueil - Logo de Statistique Canada Éviter le menu principal et aller au menu secondaire. English 1 de 5 Contactez-nous 2 de 5 Aide 3 de 5 Recherche site web 4 de 5 Site du Canada 5 de 5
Éviter le menu secondaire et aller au menu des rubriques. Le quotidien 1 de 7
Recensement 2 de 7
Le Canada en statistiques 3 de 7 Profils des communautés 4 de 7 Nos produits et services 5 de 7 Accueil 6 de 7
Autres liens 7 de 7

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Page principale du Deuxième trimestre de 2006 1 de 14 Version PDF du Deuxième trimestre de 2006 2 de 14 Produit interieur brut en termes de revenus et de dépenses 3 de 14 Produit intérieur brut par industrie 4 de 14 Balance des paiements internationaux 5 de 14 Flux financiers 6 de 14 Productivité du travail, rémunération horaire et coût unitaire de main-d'oeuvre 7 de 14 Bilan des investissements internationaux 8 de 14 Comptes du bilan national 9 de 14 Index des tableaux statistiques 10 de 14 Produits connexes 11 de 14 Documentations connexes 12 de 14 Information supplémentaire 13 de 14 Parutions précédentes 14 de 14
Éviter le menu du rubriques et aller au contenu.

Balance des paiements internationaux

Deuxième trimestre de 2006

Note aux lecteurs

Faits saillants

L’excédent du compte courant du Canada avec le reste du monde, après désaisonnalisation, a chuté de 4,0 milliards de dollars au deuxième trimestre de 2006 pour s’établir à 4,2 milliards de dollars. C’était la deuxième diminution importante consécutive de l’excédent, après le sommet atteint à la fin de 2005. Comme au trimestre précédent, le gros du repli provenait d’une baisse de l’excédent au chapitre du commerce des biens.

Le surplus du compte courant de nouveau en forte baisse
Graphique : Le surplus du compte courant de nouveau en forte baisse

Dans le compte capital et financier (non désaisonnalisé), l’actif et le passif international du Canada se sont accrus considérablement d’environ la même valeur pour un deuxième trimestre consécutif. L’augmentation de l’actif international du Canada provenait, en partie, du niveau quasi-record des acquisitions des investisseurs de portefeuille.

Compte courant

Nouveau repli de l’excédent au chapitre des biens

L’excédent au chapitre des biens a diminué de 3,8 milliards de dollars de dollars pour s’établir à 12,8 milliards de dollars au deuxième trimestre, après un recul du même ordre au premier trimestre. Alors que les importations et les exportations ont fléchi au premier trimestre, les exportations ont continué de diminuer au deuxième trimestre, tandis que les importations ont rebondi.

Une baisse de 2,0 milliards de dollars a ramené les exportations à 112,5 milliards de dollars, tandis que les importations ont atteint un sommet de 99,7 milliards de dollars, après une progression de 1,8 milliard de dollars.

La valeur des exportations de produits énergétiques s’est quelque peu améliorée au deuxième trimestre, après un repli de 4,5 milliards de dollars au trimestre précédent. Pendant que les prix du gaz naturel continuaient de fléchir, ceux du pétrole brut ont progressé de plus de 20 % au cours du trimestre, notamment sous la poussée d’une forte augmentation des prix du pétrole brut lourd qui a représenté environ les deux tiers du volume total des exportations.

Tout le surplus des biens provient des produits de l’énergie
Graphique : Tout le surplus des biens provient des produits de l’énergie

La diminution des exportations des voitures au deuxième trimestre a entraîné une réduction de 1,7 milliard de dollars des exportations de produits de l’automobile. C’est le plus faible niveau d’exportations pour ce groupe de produits depuis 1998.

Les exportations de machines et de matériel ont diminué de 0,8 milliard de dollars au cours du trimestre, la baisse s’étalant sur la plupart des composantes, tandis que les produits forestiers ont poursuivi la tendance à la baisse amorcée il y a deux ans. Ces diminutions ont été partiellement épongées par l’amélioration de la performance au chapitre des biens industriels, et particulièrement des métaux et des alliages.

Les importations de produits énergétiques ont crû de 1,8 milliard de dollars au deuxième trimestre. Le pétrole brut comptait pour le plus clair de l’augmentation, du fait d’une hausse des prix et des volumes, tandis que les produits du pétrole et du charbon ont aussi réalisé une progression appréciable.

Augmentation du déficit au chapitre du revenu de placements

Le déficit au chapitre du revenu de placements a augmenté de 0,4 milliard de dollars, pour atteindre 4,4 milliards de dollars. Malgré une deuxième hausse consécutive, le déficit est demeuré faible par rapport à ses niveaux antérieurs.

Le déficit des revenus de placements s’élargit mais demeure historiquement bas
Graphique : Le déficit des revenus de placements s’élargit mais demeure historiquement bas

Les bénéfices réalisés par les non-résidents sur leurs investissements directs au Canada sont demeurés relativement stables au deuxième trimestre. Cependant, les dividendes versés sont retombés à des niveaux plus normaux, après deux trimestres consécutifs au‑dessus des 5 milliards de dollars. En même temps, les bénéfices réalisés par les investisseurs directs canadiens ont baissé de 0,8 milliard de dollars.

Les intérêts reçus sur les obligations et les instruments du marché monétaire étrangers ont augmenté pour un neuvième trimestre consécutif, les Canadiens ayant continué d’accroître leur portefeuille de ces titres. Les paiements d’intérêts sur le passif de portefeuille canadien sont demeurés faibles, une baisse des paiements sur les obligations ayant été épongée en partie par une augmentation des opérations reliées aux instruments du marché monétaire.

Encore une légère augmentation du déficit des services

Le déficit des services a augmenté de 0,3 milliard de dollars au deuxième trimestre et atteint 4,5 milliards de dollars, un autre sommet. L’augmentation des paiements pour les services de transport a été le premier facteur de l’augmentation alors que le déficit au chapitre des voyages est demeuré élevé. Les exportations et les importations de services commerciaux ont affiché des hausses semblables et le déficit est resté à 0,8 milliard de dollars.

Les voyageurs canadiens ont encore une fois accru leurs paiements internationaux au deuxième trimestre, surtout dans les pays autres que les États-Unis. Cependant, pour le premier trimestre depuis la fin de 2004, il y a eut une augmentation des dépenses par les voyageurs américains au Canada.

Si le nombre total de voyageurs des États-Unis au Canada a régressé quelque peu au deuxième trimestre, un nombre plus considérable de personnes ont passé au moins une nuit au pays. En moyenne, ces voyageurs passent 3 à 4 jours au Canada et dépensent 8 fois plus que les voyageurs d’un jour.

Compte financier

Investissements quasi-records en titres étrangers

Au deuxième trimestre, les Canadiens ont acheté pour 18,8 milliards de dollars de titres étrangers se composant d’obligations et d’actions. Avec le record d’achats du premier trimestre, les deux trimestres consécutifs ont donné un investissement de 38,7 milliards de dollars, ce qui est déjà plus que 60 % du total record de 2000.

Poursuite des forts investissements dans les titres étrangers1
Graphique : Poursuite des forts investissements dans les titres étrangers

Les deux tiers des 18,8 milliards de dollars d’investissements étaient en obligations étrangères, soit un niveau très élevé pour un deuxième trimestre d’affilée. Les investissements en obligations étrangères se sont répartis à peu près également entre les obligations de sociétés américaines et les obligations d’outre-mer. Les investissements canadiens dans les bons du Trésor américains ont peu varié après 10 trimestres d’investissement. Comme au premier trimestre, une partie des investissements canadiens est allée dans des obligations dites « maple » – des obligations libellées en dollars canadiens. Les investisseurs financent leur dette au Canada depuis un certain temps déjà. Typiquement, les obligations sont libellées en dollars canadiens et vendues à des investisseurs institutionnels.

Au deuxième trimestre, les investisseurs canadiens ont encore une fois acheté de grandes quantités d’actions étrangères, pour un total de 7,6 milliards de dollars. Les caisses de retraite canadiennes ont été particulièrement actives dans l’acquisition d’actions étrangères. Un peu plus de la moitié du total était en actions américaines, et le reste en actions d’outre-mer. En même temps, les investisseurs canadiens ont revendu le 1,1 milliard de dollars d’instruments du marché monétaire étrangers qu’ils avaient acquis au premier trimestre. Au deuxième trimestre, les investisseurs ont acheté pour 1,6 milliard de dollars d’effets américains mais vendu pour 2,8 milliards de dollars d’effets d’outre-mer.

Solide reprise des investissements directs étrangers après le creux du premier trimestre

Les investisseurs directs canadiens ont injecté 11 milliards de dollars dans les économies étrangères, marquant un retour à un niveau plus habituel d’investissements comparable à ceux observés depuis quelques années. Les investissements de 7,3 milliards de dollars du premier trimestre étaient les plus faibles montants trimestriels en deux ans. Le gros des investissements pour le trimestre en cours a été sous forme d’injections de fonds de roulement dans des sociétés affiliées étrangères existantes. Dans une perspective des industries, les investissements se sont concentrés dans le secteur de la finance et de l’assurance. Les investissements directs à l’étranger étaient bien répartis au niveau géographique, l’Europe en ayant la plus grosse part.

Reprise des investissements directs canadiens1
Graphique : Reprise des investissements directs canadiens

Baisse des investissements directs étrangers au Canada après trois solides trimestres

Au deuxième trimestre, les investisseurs étrangers directs ont injecté 8,4 milliards de dollars dans l’économie canadienne, en baisse par rapport à la moyenne de 14,4 milliards de dollars des trois derniers trimestres. Les investissements étrangers étaient répartis entre les acquisitions, les avances de fonds de roulement et de solides bénéfices réinvestis. Bien qu’il y a eu un certain nombre d’annonces d’importantes acquisitions étrangères au deuxième trimestre, un grand nombre ne sont toutefois pas encore formellement conclues. Une bonne part des investissements du deuxième trimestre sont venus des investisseurs américains et ont été largement répartis entre les diverses industries.

Meilleurs investissements étrangers en titres canadiens en six trimestres

Les placements de portefeuille étrangers se sont raffermis au cours du trimestre, avec l’achat d’actions et d’instruments du marché monétaire. Les investisseurs ont acheté pour 10,4 milliards de dollars de titres canadiens au cours du trimestre, ce qui est plus que le total pour toute l’année 2005.

Les investisseurs étrangers ont acheté pour 9,1 milliards de dollars d’actions au cours du trimestre, malgré le repli de l’indice composite S&P/TSX. Les investissements sont venus surtout des États-Unis, tandis que ceux des investisseurs britanniques ont été compensés par les ventes effectuées par les autres Européens.

Les investissements dans les titres canadiens dominés par les actions
Graphique : Les investissements dans les titres canadiens dominés par les actions

Meilleur trimestre pour les investissements étrangers en effets canadiens depuis 1997

Pour un troisième trimestre consécutif, les investisseurs étrangers ont fait d’importants investissements en instruments du marché monétaire canadiens. Ils ont acheté pour 4,6 milliards de dollars d’instruments du marché monétaire canadiens, après en avoir acheté une quantité semblable aux deux trimestres précédents. Plus de la moitié des investissements sont allés dans des instruments émis par des entreprises fédérales, tandis que le reste s’est réparti entre les effets des entreprises et des gouvernements. Par région, ce sont les investisseurs des États-Unis et du Royaume-Uni qui ont été les principaux acheteurs. Les taux à court terme ont poursuivi leur progression aux États-Unis et au Canada, et l’écart favorisant les investissements aux États-Unis s’est refermé jusqu’à un peu moins d’un demi-point de pourcentage.

Les plus imposants investissements dans les effets canadiens en presque 10 ans
Graphique : Les plus imposants investissements dans les effets canadiens en presque 10 ans

Les non-résidents ont continué de vendre des obligations canadiennes pour un quatrième trimestre de suite. Le désinvestissement étranger de 3,2 milliards de dollars au deuxième trimestre a été le plus important des quatre trimestres, dont le total est de 8,9 milliards de dollars. Au deuxième trimestre, ils ont vendu des obligations du gouvernement fédéral et des sociétés, mais acheté des obligations émises par des entreprises fédérales. Au niveau régional, le désinvestissement est venu principalement des États-Unis et des économies émergentes, mais des achats d’investisseurs européens ont fait contrepoids. Sur le plan des devises, les ventes étrangères ont été principalement en obligations canadiennes libellées en dollars américains. Cependant, il y a eu des achats d’obligations libellées dans d’autres devises étrangères.

Opérations liées aux dépôts, aux prêts et aux réserves

Le compte des autres investissements a enregistré une rentrée nette considérable de 13,8 milliards de dollars. L’entrée a été attribuable d’abord à une hausse du passif-dépôts, et ensuite du passif-prêts. Les dépôts et les emprunts ont aussi connu une forte augmentation du côté de l’actif, épongeant une partie de l’augmentation du passif. Le dollar canadien s’est apprécié de pas moins de quatre cents au cours du trimestre, clôturant à 89,6 cents par rapport à sa contrepartie américaine. Le dollar canadien a subi un certain recul par rapport à la plupart des autres grandes devises étrangères, sauf le yen.

Tableaux statistiques

Information sur les méthodes et la qualité des données disponible dans la Base de métadonnées intégrée: 1533, 1534, 1535 et 1536.


Page d'accueil | Recherche | Contactez-nous | English
Haut de la page
Date de modification : 2006-09-15 Avis importants