Statistique Canada - Gouvernement du Canada
Accessibilité : Renseignements générauxÉviter tous les menus et aller au contenu.Accueil - Logo de Statistique Canada Éviter le menu principal et aller au menu secondaire. English 1 de 5 Contactez-nous 2 de 5 Aide 3 de 5 Recherche site web 4 de 5 Site du Canada 5 de 5
Éviter le menu secondaire et aller au menu des rubriques. Le quotidien 1 de 7
Recensement 2 de 7
Le Canada en statistiques 3 de 7 Profils des communautés 4 de 7 Nos produits et services 5 de 7 Accueil 6 de 7
Autres liens 7 de 7

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Page principale du quatriéme trimestre de 2005 1 de 13 Version PDF du quatriéme trimestre de 2005 2 de 13 Produit interieur brut en termes de revenus et de dépenses 3 de 13 Produit intérieur brut par industrie 4 de 13 Balance des paiements internationaux 5 de 13 Flux financiers 6 de 13 Bilan des investissements internationaux 7 de 13 Comptes du bilan national 8 de 13 Index des tableaux statistiques 9 de 13 Produits connexes 10 de 13 Documentations connexes 11 de 13 Information supplémentaire 12 de 13 Parutions précédentes 13 de 13
Éviter le menu du rubriques et aller au contenu.

Balance des paiements internationaux

Quatrième trimestre de 2005

Note aux lecteurs

Faits saillants

L’excédent du compte courant du Canada avec le reste du monde, après désaisonnalisation, a progressé de 5,5 milliards de dollars au quatrième trimestre, atteignant un nouveau sommet de 13,3 milliards de dollars. Cela fut le résultat de l’un des excédents les plus élevés au chapitre des biens, et d’un déficit plus faible au chapitre des revenus de placements. Pour l’année 2005, l’excédent du compte courant a atteint 30,2 milliards de dollars, dépassant son record précédent de 29,3 milliards de dollars établi en 2000.

Excédent du compte courant record
Graphique : Excédent du compte courant record

En ce qui a trait au compte capital et financier (non désaisonnalisé), la croissance des actifs internationaux du Canada, provenant à la fois des investissements de portefeuille et des investissements directs, a surpassé la hausse du passif international du Canada. Le passif du Canada avec le reste du monde a augmenté, principalement en raison des acquisitions d’entreprises canadiennes par des investisseurs étrangers directs.

Compte courant

Autre hausse marquée de l’excédent au chapitre des biens

L’excédent commercial au chapitre des biens se situait à 21,9 milliards de dollars au quatrième trimestre, en hausse de 4,0 milliards de dollars par rapport au troisième trimestre. Au cours des deux derniers trimestres, l’excédent au chapitre des biens a augmenté de 7,9 milliards de dollars, atteignant le deuxième rang juste derrière l’excédent du premier trimestre de 2001.

Les exportations ont progressé de 6,1 milliards de dollars au quatrième trimestre, pour se situer à 121,1 milliards de dollars, un deuxième record d’affilée. Les prix plus élevés des produits de l’énergie, et plus particulièrement ceux du gaz naturel, ont été responsables de la presque totalité de l’augmentation de la valeur des exportations de produits de l’énergie. Comme c’était le cas au dernier trimestre, les exportations de produits de l’automobile ont augmenté de plus de 1 milliard de dollars.

Les produits de l’énergie mènent la montée des exportations
Graphique : Les produits de l'énergie mènent la montée des exportations

Les importations, quant à elles, ont progressé de 2,1 milliards de dollars, pour atteindre 99,2 milliards de dollars. La majeure partie de la hausse a été le fait des machines et du matériel, des biens industriels et des produits de l’énergie. Les importations de produits de l’automobile ont diminué dans une certaine mesure, les importations élevées de pièces ayant été plus que contrebalancées par les importations plus faibles de voitures particulières.

Pour l’ensemble de l’année, l’excédent au chapitre des biens est demeuré plus ou moins stable, à 66,7 milliards de dollars, les exportations de même que les importations ayant augmenté d’environ 24 milliards de dollars. Les produits de l’énergie en tête, la plupart des grandes catégories d’exportations ont progressé mais les produits forestiers et les produits de l’automobile ont connu un recul, après avoir enregistré de bons résultats en 2004.

Les biens mènent à l’excédent record
Graphique : Les biens mènent à l'excédent record

Bénéfices plus faibles au chapitre des investissements directs au Canada

Au quatrième trimestre, le déficit au chapitre des revenus de placements a diminué de 1,7 milliard de dollars, pour s’établir à 5,2 milliards de dollars, une valeur similaire à celle enregistrée au premier trimestre de 2005. Au cours de ces deux trimestres, on a noté les déficits les plus faibles depuis la fin de 1992. Les bénéfices plus faibles des investisseurs étrangers directs au Canada combinés à des bénéfices plus élevés au chapitre des investissements directs des Canadiens à l’étranger ont contribué à ce résultat.

Même si les bénéfices réalisés sur les investissements directs au Canada ont diminué de 1,1 milliard de dollars par rapport au record de 8,5 milliards de dollars du troisième trimestre, ils demeurent quand même les deuxièmes en importance jamais enregistrés. Parallèlement, les bénéfices des investisseurs canadiens directs ont augmenté, pour atteindre un niveau record de 5,8 milliards de dollars. Il s’agit du septième trimestre consécutif où ces bénéfices sont supérieurs à 5 milliards de dollars.

La vigueur de la devise canadienne a contribué au maintien de la tendance à la baisse des paiements d’intérêts sur les obligations canadiennes de portefeuille libellées en devises étrangères. Les intérêts reçus sur les obligations de portefeuille étrangères ont atteint 1,1 milliard de dollars au quatrième trimestre, soit presque 0,5 milliard de dollars de plus qu’il y a un an. Cette hausse rend compte de l’augmentation significative de l’avoir de ces titres détenus par des Canadiens au cours des deux dernières années.

Pour l’année, le déficit au chapitre des revenus de placements a diminué de 2,1 milliards de dollars, les revenus tirés des investissements à l’étranger ayant progressé plus rapidement que les paiements au chapitre des investissements étrangers au Canada, principalement en raison des paiements d’intérêt plus faibles sur les obligations canadiennes. Il s’agit de la quatrième réduction annuelle consécutive du déficit au chapitre des revenus de placements.

Les services demeurent stables

Au quatrième trimestre, le déficit au chapitre du commerce des services est demeuré inchangé; toutefois, il a augmenté de 0,7 milliard de dollars pour l’année 2005.

En 2005, le déficit au chapitre des voyages a progressé de 1,3 milliard de dollars, un moins grand nombre de visiteurs américains s’étant rendus au Canada, plus particulièrement pour des voyages d’une journée. Parallèlement, les Canadiens ont dépensé davantage que l’an dernier pour leurs voyages vers des destinations américaines et celles des autres pays.

Le déficit au chapitre des services de transport a augmenté de 1,0 milliard de dollars en 2005, le déficit au chapitre des billets de passagers s’étant élargi en parallèle avec les activités de voyage.

Des recettes plus élevées, notamment pour les services financiers, combinées à des paiements plus faibles pour les services de gestion et de communication, ont été responsables de la majorité de la baisse de 1,4 milliard de dollars du déficit des services commerciaux en 2005.

Compte financier

Les titres étrangers continuent d’attirer les investisseurs canadiens

Au quatrième trimestre, les Canadiens ont encore investi dans les titres étrangers, mais toutefois moins qu’au trimestre précédent. Les 9,7 milliards de dollars investis au quatrième trimestre ont porté les investissements pour 2005 à 42,2 milliards de dollars, soit une somme supérieure à celle investie au cours des deux années précédentes. La limite de contenu étranger à l’égard des véhicules de placement canadien à imposition reportée a été supprimée en 2005, ce qui a contribué à ce niveau d’activité.

Encore une fois, la majorité des investissements est allé dans des obligations étrangères, les Canadiens en ayant acheté pour 5,7 milliards de dollars. Les deux tiers des investissements sont allés à des obligations américaines et des obligations du Trésor américain, et le reste, à des obligations étrangères. Une partie de ces investissements a été consacrée à des obligations étrangères libellées en dollars canadiens vendues directement sur le marché canadien au cours de l’année.

Les investissements en titres étrangers demeurent élevés1
Graphique : Les investissements en titres étrangers demeurent élevés

Les Canadiens ont acheté pour 3,4 milliards de dollars d’actions étrangères au cours du trimestre, dont la presque totalité était des actions américaines, comme c’était le cas pour le reste de l’année. Les 14 milliards de dollars d’actions étrangères achetées en 2005 ont représenté une hausse importante par rapport aux deux années précédentes. Toutefois, cette somme était de beaucoup inférieure au sommet atteint en 2000-2001. Par ailleurs, les investisseurs canadiens ont acheté pour environ 592 millions de dollars d’effets du marché monétaire, ce qui a porté les investissements annuels à 2,5 milliards de dollars. Au quatrième trimestre, les Canadiens ont acheté principalement des effets du marché monétaire outre-mer.

Investissements modérés à l’étranger des investisseurs directs du Canada

Les investissements canadiens directs à l’étranger ont retrouvé un rythme plus lent au cours du trimestre. À 8,3 milliards de dollars, ils ont été stimulés par des injections de fonds de roulement dans des filiales étrangères existantes, les acquisitions ayant été minimes. Les acquisitions des investisseurs canadiens directs pour l’ensemble de l’année ont diminué par rapport au niveau record atteint en 2004. Cela a eu pour résultat que le total annuel des investissements directs à l’étranger pour 2005 s’est établi à 37,8 milliards de dollars, comparativement à 62 milliards de dollars en 2004. Dans la perspective des industries, au quatrième trimestre, les investissements se sont concentrés dans les secteurs de l’énergie et des minerais métalliques, de la finance et des assurances. Au niveau géographique, ce sont les économies asiatiques qui ont profité le plus des investissements directs.

Investissements directs à l’étranger encore modérés1
Graphique : Investissements directs à l'étranger encore modérés

Les investissements étrangers directs au Canada font un bond pour le deuxième trimestre d’affilée

Les investissements étrangers directs au Canada ont progressé pour un deuxième trimestre consécutif, atteignant leur niveau le plus élevé au cours des 15 derniers trimestres. L’injection de capitaux de 15,5 milliards de dollars dans l’économie canadienne au quatrième trimestre a été alimentée dans une large mesure par les acquisitions. Ces dernières ont rebondi en 2005, après deux années de rapatriement par les Canadiens de certaines entreprises détenues par des investisseurs étrangers directs. Les investissements étrangers au Canada, qui s’établissent à 39,9 milliards de dollars annuellement, ont atteint un nouveau record en quatre années. En 2005, les investissements étrangers au Canada ont été le fait principalement d’investisseurs américains; plus de la moitié des investissements sont allés à des entreprises appartenant au secteur de l’énergie et des minerais métalliques.

Investissements directs étrangers en hausse
Graphique : Investissements directs étrangers en hausse

Les investissements étrangers en titres canadiens vont aux actions et aux effets à court terme

Les investisseurs étrangers ont acheté pour 5,2 milliards de dollars de titres canadiens. Les investissements sont allés aux actions et aux effets à court terme, les non-résidents s’étant départis de certaines des obligations canadiennes qu’ils détenaient. En 2005, les investissements étrangers de 15,5 milliards de dollars en titres ont représenté une baisse marquée par rapport à la somme exceptionnelle de 55,5 milliards de dollars investie en 2004.

Les investissements étrangers de 3,4 milliards de dollars en actions canadiennes au cours du trimestre sont allés à des actions en circulation, ce qui a été contrebalancé dans une certaine mesure par d’autres transactions liées à la prise de contrôle d’entreprises canadiennes par des étrangers. Les actionnaires étrangers de portefeuille de ces entreprises ont vendu leurs actions canadiennes au comptant. Les investisseurs américains étaient derrière la majorité des investissements du trimestre, tout comme pour l’ensemble de l’année. Les 12,7 milliards de dollars investis en 2005 n’ont représenté que le tiers du niveau total record de 2004. Même si les investissements étrangers en actions en circulation ont été assez similaires les deux années, la majeure partie des investissements en 2004 ont été liés à des transactions découlant d’activités de prise de contrôle. En 2004, de nouvelles obligations de trésorerie ont été émises par une entreprise canadienne, dans le cadre de la prise de contrôle d’une entreprise étrangère la plus importante jamais effectuée. En 2005, les achats ont été dominés pour une large part par les investissements dans les actions des entreprises de ressources naturelles canadiennes. Les prix des matières brutes ont augmenté de près de 13 % au cours de l’année, tandis que l’indice composite S&P/TSX a terminé l’année à 11 272,3, une hausse d’environ 22 % pour 2005.

Les investisseurs étrangers achètent des effets canadiens, mais vendent des obligations

Les investisseurs étrangers ont acheté pour 3,1 milliards de dollars d’effets du marché monétaire canadien au cours du trimestre, soit la valeur la plus élevée en trois ans. Environ la moitié de cette somme est allée à des bons du Trésor fédéral, et le reste, à des effets des entreprises et des effets des entreprises fédérales. Au niveau régional, ce sont les investisseurs américains qui ont été les principaux responsables des investissements.

Malgré leur faible valeur monétaire, les investissements étrangers en effets du marché monétaire canadien en 2005 ont connu un renversement par rapport au désinvestissement qui avait caractérisé les deux années précédentes. Les non-résidents ont acquis pour 446 millions de dollars de ces effets, principalement des effets directs de l’administration fédérale et des effets des entreprises. Au cours de 2005, les taux d’intérêt à court terme aux États-Unis ont augmenté plus rapidement qu’au Canada. Cela a favorisé, dans une proportion d’environ un demi-point, les investissements en effets américains en fin d’année.

Les non-résidents ont vendu pour 1,2 milliard de dollars d’obligations canadiennes au cours du trimestre, leur premier désinvestissement net de ces titres en neuf trimestres. La réduction des avoirs étrangers a été principalement attribuable aux retraits nets (retraits moins nouvelles émissions), particulièrement au chapitre des obligations émises par le secteur des entreprises. Les nouvelles émissions vendues sur les marchés étrangers par ce secteur ont connu une tendance à la baisse marquée en 2005. Sur le plan des devises, le désinvestissement étranger a touché les obligations canadiennes libellées en devises américaines. Cela a été contrebalancé en partie par l’achat d’obligations libellées en d’autres devises et d’obligations libellées en dollars canadiens. Les vendeurs se sont retrouvés principalement chez les investisseurs américains, les investisseurs de toutes les autres régions ayant plutôt été constitués d’acheteurs.

Pour l’ensemble de l’année, les investissements étrangers en obligations canadiennes ont totalisé 2,4 milliards de dollars, soit un peu plus du dixième de la valeur enregistrée en 2004. Encore une fois, les retraits nets ont joué un rôle majeur en 2005, les retraits d’obligations canadiennes détenues par des étrangers ayant augmenté par rapport à 2004, tandis que les niveaux de nouvelles émissions sur les marchés étrangers ont diminué considérablement par rapport aux années précédentes.

Les investisseurs asiatiques, malgré le faible niveau global des investissements, ont représenté les investissements annuels les plus importants en obligations canadiennes depuis la fin des années 80. La composition en devises des avoirs des non-résidents en obligations canadiennes a aussi connu des changements au cours de l’année, les investissements en obligations canadiennes libellées en dollars américains ayant diminué de 6,5 milliards de dollars, tandis que les investissements en obligations libellées en dollars canadiens ont augmenté de 3,7 milliards de dollars, et que celles libellées en d’autres devises ont connu une hausse de 5,1 milliards de dollars.

Opérations liées aux dépôts et aux prêts

Le compte des autres investissements a enregistré une sortie nette de 6,2 milliards, qui a atténué en partie l’entrée nette plus importante dans ce compte au troisième trimestre. La sortie a été liée principalement à une réduction du passif, en emprunts et autres. Le dollar canadien a connu une baisse légère par rapport au dollar américain au cours du trimestre, mais était en hausse de près de 0,03 $US pour l'année. Il a clôturé l’année à 0,86 $US, soit le niveau le plus élevé en 14 ans. Le dollar a aussi fait bonne figure par rapport à la plupart des autres devises principales en 2005.

Tableaux statistiques

Information sur les méthodes et la qualité des données disponible dans la Base de métadonnées intégrée: 1533, 1534, 1535 et 1536.


Page d'accueil | Recherche | Contactez-nous | English
Haut de la page
Date de modification : 2006-04-25 Avis importants