Statistique Canada - Gouvernement du Canada
Accessibilité : Renseignements générauxÉviter tous les menus et aller au contenu.Accueil - Logo de Statistique Canada Éviter le menu principal et aller au menu secondaire. English 1 de 5 Contactez-nous 2 de 5 Aide 3 de 5 Recherche site web 4 de 5 Site du Canada 5 de 5
Éviter le menu secondaire et aller au menu des rubriques. Le quotidien 1 de 7
Recensement 2 de 7
Le Canada en statistiques 3 de 7 Profils des communautés 4 de 7 Nos produits et services 5 de 7 Accueil 6 de 7
Autres liens 7 de 7

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Page principale du premier trimestre de 2005 Version PDF du premier trimestre de 2005 Produit interieur brut en termes de revenus et de dépenses Produit intérieur brut par industrie Balance des paiements internationaux Flux financiers Productivité du travail, rémunération horaire et coût unitaire de main-d'oeuvre Bilan des investissements internationaux Comptes du bilan national Index des tableaux statistiques Produits connexes Parutions précédentes, Une nouvelle fenêtre s'ouvrira. Information supplémentaire
Éviter le menu du rubriques et aller au contenu.

Bilan des investissements internationaux

Premier trimestre de 2005

Note aux lecteurs

Le passif international net du Canada a poursuivi sa tendance à la baisse au cours des trois premiers mois de 2005 enregistrant une baisse trimestrielle record.

Notre passif net a diminué de 10,4 % par rapport au quatrième trimestre de 2004 pour atteindre 162,3 milliards de dollars, soit son plus bas niveau en vingt ans.

Le passif international net représentait seulement 12,2 % du produit intérieur brut annuel du Canada à la fin de mars 2005, poursuivant sa tendance à la baisse. Il y a dix ans, il se situait à 42,3 % du PIB.

La baisse du passif net s’explique par une hausse moyenne plus rapide de la valeur des actifs canadiens à l’étranger comparativement à la hausse des engagements envers l’étranger.

Par ailleurs, les étrangers qui ont investi au Canada ont acheté des actions à un rythme plus rapide que les obligations, parallèlement à la baisse de la dette de l’administration publique. Les actions canadiennes aux mains de non-résidents ont plus que doublé depuis 10 ans en proportion du passif international total.

La valeur de l’actif international s’établissait à 983,3 milliards de dollars à la fin du premier trimestre de 2005, soit une hausse de 2,9 % par rapport au trimestre précédent. Les investissements directs à l’étranger, les dépôts et les avoirs en obligations étrangères expliquent en grande partie cette augmentation.

Le dollar canadien s’est légèrement déprécié par rapport au dollar américain au premier trimestre, mais s’est apprécié par rapport à la plupart des autres devises, réduisant de 4,2 milliards de dollars la valeur de l’actif international.

Le passif international du Canada se chiffrait de son côté à 1 145,6 milliards de dollars, enregistrant un faible gain de 0,8 % par rapport à la fin de 2004. La hausse du passif s’expliquait surtout par les investissements directs étrangers et les prêts. Elle faisait suite à une série de baisses trimestrielles fréquentes du passif depuis le début de 2003.

Bilan des investissements internationaux du Canada
Graphique : Bilan des investissements internationaux du Canada

Passif international net du Canada par rapport au PIB
Graphique : Passif international net du Canada par rapport au PIB

Hausse modérée des investissements directs canadiens à l’étranger

Les investissements directs canadiens à l’étranger ont atteint 452,6 milliards de dollars à la fin de mars 2005, une hausse de 1,7 % par rapport à la fin de 2004. Ils représentent maintenant 46 % de l’actif international du Canada et progressent régulièrement depuis 10 ans.

Des opérations de 10 milliards de dollars expliquent cette hausse de la position, en partie réduite (2,4 milliards de dollars) par une appréciation globale du dollar canadien.

Les investissements directs aux États-Unis ont augmenté de 9,1 milliards de dollars pour atteindre 202,9 milliards de dollars, surtout à cause de l’acquisition d’une entreprise du secteur financier américain.

La valeur des investissements directs canadiens dans tous les autres pays a diminué de 1,5 milliard de dollars pour se situer à 249,7 milliards de dollars, surtout en raison de l’appréciation du dollar canadien par rapport aux devises autres que le dollar américain.

Les Canadiens achètent des obligations étrangères à un rythme plus rapide que les actions

Les investisseurs canadiens ont acheté des obligations étrangères à un rythme plus rapide que ce qu’ils ont fait pour les actions étrangères durant le premier trimestre de 2005.

La croissance des avoirs canadiens en obligations étrangères a augmenté de 9,4 % ce qui les a portés à 62,9 milliards de dollars. Près des trois quarts de cette augmentation s’expliquent par l’acquisition d’obligations américaines.

Par ailleurs, les avoirs en actions et instruments du marché monétaire étranger ont diminué de 0,6 % pour atteindre 196,6 milliards de dollars. L’effet conjoint de la faiblesse des achats et de l’appréciation du dollar canadien par rapport à la plupart des devises autres que le dollar américain, explique ce recul.

L’augmentation des réserves et de l’actif-dépôt a contribué pour sa part à réduire le bilan net des investissements internationaux de 9,0 milliards de dollars.

Près des deux tiers des investissements directs proviennent toujours des États-Unis

La hausse de 1,6 % des investissements directs étrangers au Canada leur a permis d’atteindre 371,5 milliards de dollars à la fin de mars 2005.

Près des deux tiers de cette augmentation provenaient des États-Unis. Cette proportion est demeurée relativement stable au cours des trois dernières années.

Par ailleurs, l’Union européenne a perdu du terrain au profit d’autres pays de l’OCDE et de pays moins développés durant la même période.

Par rapport au passif international total, les investissements étrangers ont avoisiné 32 % au cours des deux dernières années, après une croissance constante au cours des huit années précédentes.

Croissance régulière de la proportion des avoirs étrangers en actions canadiennes

Il y a eu une croissance régulière de la proportion des avoirs étrangers en actions canadiennes par rapport aux obligations. À la fin de mars 2005, les non-résidents détenaient pour une valeur de 110,5 milliards de dollars d’actions canadiennes, une hausse de 1,8 % par rapport au trimestre précédent.

Les actions canadiennes aux mains de non-résidents ont plus que doublé depuis 10 ans en proportion du passif international total, atteignant 10 % en 2005. Plus de 90 % de ces actions sont détenues par des résidents américains.

À l’opposé, les non-résidents possédaient 405,2 milliards de dollars d’obligations canadiennes. À la fin de mars 2005, un montant presque identique à celui du trimestre précédent.

Les avoirs étrangers en obligations canadiennes ont poursuivi leur recul par rapport au passif international total. Ils ont atteint 36 % du passif total en 2005, comparativement à 43 % 10 ans plus tôt.

Les données annuelles indiquent que, géographiquement, ces avoirs étrangers sont beaucoup plus diversifiés, 57 % étant détenus par les États-Unis, 27 % par l’Union européenne et 6 % par le Japon en 2004.

Les avoirs étrangers en instruments du marché monétaire canadien ont également enregistré une forte baisse par rapport au passif international du Canada. Ils représentent maintenant seulement 2 % de ce passif, comparativement à 7 % il y a 10 ans. Les non-résidents détenaient 18,6 milliards de dollars d’instruments du marché monétaire à la fin de mars 2005.

Le passif-prêt a connu un bond de 7,0 % pour se situer à 42,5 milliards de dollars, après deux trimestres de fort recul.

Diminution du passif étranger net avec les États-Unis

Les investisseurs américains ont continué de détenir de loin la part plus considérable du passif net du Canada, mais cette part a diminué en 2004. À la fin de l’année elle s’élevait à 251,0 milliards de dollars, en baisse comparativement à 262,3 milliards de dollars un an plus tôt.

Le Canada doit également moins à l’Union européenne et au Japon. Ces créanciers nets détenaient 45,8 milliards de dollars de la dette nette du Canada en 2004, par rapport à 78,0 milliards de dollars en 2003.

L’actif net du Canada avec tous les autres pays est passé à 115,7 milliards de dollars à la fin de 2004. après une forte augmentation au cours des dix années précédentes.

Bilan des investissements internationaux du Canada, par zone géographique
Graphique :Bilan des investissements internationaux du Canada, par zone géographique

Tableau statistique

Information sur les méthodes et la qualité des données disponible dans la Base de métadonnées intégrée: 1537.


Page d'accueil | Recherche | Contactez-nous | English
Haut de la page
Date de modification : 2005-06-24 Avis importants