Statistique Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Faits saillants

Troisième trimestre de 2008

Le produit intérieur brut (PIB) réel a progressé de 0,3 % au troisième trimestre, après avoir essentiellement stagné au cours de la première moitié de l’année. La plus grande partie de la hausse au troisième trimestre a eu lieu en juillet. L’activité économique a légèrement augmenté de 0,1 % en septembre après avoir affiché une baisse en août.

Les exportations ont diminué pour un cinquième trimestre d’affilée et la croissance de la demande intérieure finale a décéléré pour s’établir à 0,1 %, en raison principalement du ralentissement des dépenses de consommation.

Graphique 1
La demande intérieure finale ralentit

Au troisième trimestre, l’instabilité sur les marchés financiers mondiaux ne semble pas avoir eu de répercussion significative sur les fonds empruntés sur les marchés financiers intérieurs. L’augmentation des emprunts sur les marchés financiers par les secteurs intérieurs non financiers a ralenti. La fluctuation était semblable à ce qui a été typiquement observé dans le passé.

La diminution des emprunts du secteur des ménages a été contrebalancée en partie par l’accroissement de l’emprunt des sociétés non financières et cette hausse, menée par une augmentation des prêts bancaires, représentait un peu plus du tiers du financement total obtenu.

Tableau A1
Produit intérieur brut réel, dollars enchaînés (2002) [1]

Le taux annualisé de croissance de l’économie canadienne s’est établi à 1,3 % au troisième trimestre, comparativement à une baisse de 0,5 % dans le cas de l’économie américaine.

Graphique 2
Contributions à la variation en pourcentage du PIB, troisième trimestre de 2008

Nouvelle baisse des exportations

Les exportations de biens et de services ont diminué de 1,4 % au troisième trimestre. Suite à cette cinquième baisse trimestrielle consécutive, le volume des exportations s’est établi à un niveau de 5,8 % inférieur à celui atteint au deuxième trimestre de 2007. Les exportations de biens primaires, y compris les produits de l’agriculture et de la pêche, les produits de l’énergie et les produits de la forêt, ont connu des baisses notables. Les livraisons de produits automobiles à l’étranger ont enregistré une quatrième diminution consécutive.

Les exportations de services ont reculé de 1,7 %, la troisième baisse d’affilée. La diminution a été généralisée dans toutes les principales catégories. Le volume des exportations de services commerciaux au troisième trimestre de 2008 était de 7,0 % inférieur à celui enregistré au quatrième trimestre de 2007.

Graphique 3
La chute des exportations se poursuit

Recul des importations

Les importations de biens et de services ont reculé de 1,6 % au troisième trimestre, pour s’établir à un niveau de 3,2 % inférieur au sommet atteint au quatrième trimestre de 2007. Les importations de services (-4,4 %) ont connu une troisième baisse trimestrielle consécutive, les importations de services financiers liés aux opérations sur valeurs mobilières ayant diminué de façon marquée. Les dépenses de voyage des Canadiens à l’étranger ont également enregistré une baisse notable pour un troisième trimestre d’affilée.

Les importations de biens ont reculé au troisième trimestre principalement en raison d’une baisse marquée des importations des produits de l’énergie qui avaient fortement augmenté au cours des deux trimestres précédents. Les importations de biens et matériaux industriels se sont repliées pour un troisième trimestre consécutif. Les importations de machines et matériel ont également diminué, l’investissement des entreprises en matériel ayant reculé légèrement.

Les importations de produits automobiles ainsi que celles d’autres biens de consommation ont progressé pour un deuxième trimestre d’affilée.

Ralentissement de la croissance des dépenses personnelles

La croissance du volume de dépenses personnelles a ralenti pour s’établir à 0,2 % au troisième trimestre. Il s’agit d’une troisième décélération trimestrielle consécutive et du plus faible taux de croissance enregistré depuis le quatrième trimestre de 2003. La croissance plus lente des dépenses a touché tant les biens que les services.

Les dépenses au chapitre des transports ont été particulièrement faibles, les achats de véhicules automobiles ayant reculé de 2,5 % après avoir fléchi de 0,8 % au deuxième trimestre. Les diminutions des dépenses en véhicules automobiles ont suivi deux fortes augmentations des achats de véhicules automobiles au quatrième trimestre de 2007 et au premier trimestre de 2008, sous l’effet des incitatifs offerts par les fabricants et d’une réduction d’un point de pourcentage de la TPS. La diminution des achats de véhicules automobiles s’est traduite par une réduction de la demande de crédit à la consommation au troisième trimestre.

Graphique 4
Les dépenses personnelles en véhicules automobiles chutent

Les dépenses en pièces et réparation de véhicules automobiles ainsi qu’en carburants et lubrifiants ont également diminué.

Le ralentissement des dépenses en services de consommation reflète de plus faibles dépenses au chapitre des voyages à l’étranger, des restaurants et de l’hébergement ainsi que des frais d’utilisation des services de transport.

Les dépenses personnelles en meubles, accessoires d’ameublement et équipement ménager ont connu une vigueur soutenue, ayant progressé de 1,3 % au cours du trimestre. Les dépenses personnelles au titre de ces articles ménagers ont affiché une septième augmentation trimestrielle consécutive de plus de 1 %.

L’investissement en logement demeure inchangé

La construction résidentielle est demeurée pratiquement inchangée au troisième trimestre, après deux baisses trimestrielles consécutives. La valeur de la construction résidentielle neuve a légèrement augmenté, tout comme les activités de rénovation, ce qui a contribué à soutenir l’investissement dans le logement. L’activité sur le marché de la revente, dont témoignent les coûts de transfert de propriété, a affiché sa cinquième baisse trimestrielle d’affilée, reculant de 1,5 % au cours du trimestre.

Légère progression de l’investissement des entreprises en usines et matériel

L’investissement des entreprises en usines et matériel a progressé de 0,2 % au troisième trimestre. La croissance trimestrielle moyenne de 0,6 % de l’investissement observée au cours des trois premiers trimestres de 2008 était environ la moitié de celle enregistrée au cours des deux derniers trimestres de 2007.

L’investissement en travaux de génie est demeuré vigoureux (+1,5 %), ayant progressé pour un troisième trimestre consécutif. En revanche, l’investissement en bâtiments a diminué pour un deuxième trimestre d’affilée.

L’investissement en machines et matériel a reculé de 0,2 % au troisième trimestre après avoir fléchi de 0,1 % au trimestre précédent. Les diminutions au titre d’autres machines et matériel, d’autre équipement de transport et de machinerie industrielle ont été partiellement compensées par des augmentations au titre des ordinateurs et autre matériel de bureau, des logiciels et des camions.

Graphique 5
L’investissement en machines et matériel fléchit

Nouvelle accumulation des stocks

Une augmentation des stocks des entreprises non agricoles comparable à celle du trimestre précédent a entraîné une nouvelle accumulation des stocks au cours du troisième trimestre. Les stocks de détaillants, particulièrement en véhicules automobiles, ont augmenté en raison du ralentissement des dépenses de consommation. Les grossistes ont accumulé des biens tant durables que non durables.

Dans l’ensemble, les stocks agricoles ont progressé, principalement en raison de l’accumulation des stocks de céréales.

Le ratio des stocks aux ventes pour l’économie dans son ensemble a augmenté légèrement pour s’établir à 0,701, ce qui équivaut à 64 jours de ventes.

Forte augmentation des bénéfices

Les sociétés ont enregistré une forte croissance des bénéfices au troisième trimestre (+5,7 %), faisant suite au rythme de croissance vigoureux observé au deuxième trimestre (+8,6 %). Il s’agit des deux plus importantes augmentations trimestrielles consécutives enregistrées depuis 2004. Les bénéfices des sociétés non financières ont connu une forte croissance pour un deuxième trimestre de suite. Les bénéfices des sociétés financières étaient également en hausse après plusieurs trimestres de faiblesse.

Graphique 6
Les bénéfices des entreprises progressent

Le revenu agricole a fortement augmenté au cours du trimestre, à la faveur des prix élevés des céréales et des graines oléagineuses. Les exploitants agricoles ont affiché de fortes augmentations du revenu net depuis le début de 2008.

La progression du revenu personnel se poursuit

Le revenu du travail a progressé de 0,8 %, ayant ralenti pour un troisième trimestre de suite. L’emploi a baissé de 0,1 % pendant le trimestre, alors que les heures travaillées sont demeurées pratiquement inchangées.

Ce trimestre, le rythme de croissance du total des traitements et salaires dans les industries productrices de services a de nouveau été supérieur à celui dans les industries productrices de biens. Dans ces dernières, la hausse des salaires et traitements dans les industries de l’extraction minière et l’extraction de pétrole et de gaz ainsi que dans la construction a été contrebalancée en partie par des baisses enregistrées dans le secteur de la fabrication.

Globalement, le revenu personnel a crû de 0,7 %, ce qui représente une légère accélération par rapport au deuxième trimestre. Les dépenses personnelles ont augmenté plus vite que le revenu, et le taux d’épargne est descendu à 3,0 %. Les augmentations de prix, notamment pour les aliments et le carburant, ont contribué à une progression de 1,2 % des achats personnels de biens et services de consommation en termes nominaux, bien que la croissance en volume de ces achats a été beaucoup plus faible (+0,2 %).

Dans le secteur des particuliers et entreprises individuelles, les intérêts versés ont diminué au cours du trimestre. Le ratio du service de la dette (la proportion du revenu personnel disponible que représentent les intérêts versés) était de 7,8 % au troisième trimestre, soit inférieur à celui du trimestre précédent. Le fardeau des frais d’intérêt demeure inférieur à la moyenne de 8,2 % enregistrée depuis 1990.

Graphique 7
Le ratio du service de la dette baisse

Progression plus modérée des prix pour l’ensemble de l’économie

Les prix ont augmenté plus lentement au troisième trimestre qu’au deuxième, principalement en raison d’un ralentissement de la croissance des prix de l’énergie. Bien que le prix du pétrole brut se soit établi en moyenne à 123 $CAN le baril au cours de la période de trois mois allant de juillet à septembre, un niveau semblable à la moyenne des trois mois précédents, il a connu une tendance à la baisse pendant le troisième trimestre.

Les prix des biens et services produits au Canada ont progressé de 0,9 % comparativement à 2,6 % au deuxième trimestre. Les prix à l’exportation ont augmenté de 3,9 %, mais moins rapidement qu’au deuxième trimestre (+8,4 %).

Les prix des biens et services de consommation ont progressé de 0,9 % au troisième trimestre. Les augmentations des prix des aliments et de l’énergie ont contrebalancé les diminutions des prix des biens durables comme les véhicules automobiles.

Les prix à l’importation (+4,8 %) ont affiché une plus forte augmentation que les prix à l’exportation au troisième trimestre, reflétant la dépréciation du dollar canadien. Il s’agit de la troisième hausse trimestrielle marquée des prix à l’importation. Ceci fait suite à une période de cinq ans où les prix à l’importation ont chuté de plus de 16 % alors que le dollar canadien s’était apprécié par rapport au dollar américain.

Graphique 8
Les prix à l’importation augmentent

Au cours du troisième trimestre, le dollar canadien s’est déprécié de 3,1 % par rapport au dollar américain, mais s’est toutefois maintenu à une valeur nettement supérieure à 90 cents par rapport à la devise américaine.

Nouvelle augmentation de l’épargne nationale

L’épargne des sociétés et des entreprises publiques a crû de 7,8 %, ce qui a contribué à la croissance de l’épargne nationale au troisième trimestre. Le taux d’épargne nationale est passé de 13,6 % au deuxième trimestre à 13,8 % au troisième trimestre.

Graphique 9
Hausse de l’épargne nationale