Résumé

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

La présente étude vise à déterminer si les rôles des hommes et des femmes dans le pays d’origine ont des répercussions sur l’activité rémunérée et non rémunérée (p. ex., les tâches ménagères) des femmes immigrantes au Canada. Les résultats montrent que le ratio entre l’activité des femmes et celle des hommes et le ratio entre les études secondaires des femmes et celles des hommes dans le pays d’origine — deux indicateurs des rôles des hommes et des femmes dans le pays d’origine — comportent tous les deux une association positive avec l’offre de main-d’oeuvre des femmes immigrantes et une association négative avec la somme de tâches ménagères qu’elles exécutent. Par ailleurs, l’effet de l’activité des femmes par rapport à celle des hommes dans le pays d’origine sur l’offre de main-d’oeuvre des femmes immigrantes demeure stable au fil du temps, et l’effet sur les tâches ménagères diminue légèrement en fonction du nombre d’années écoulées depuis l’établissement au Canada. L’effet de l’activité des femmes par rapport à celle des hommes dans le pays d’origine est plus grand lorsque les couples d’immigrants proviennent du même pays, mais demeure significatif même lorsque les femmes immigrantes et leurs maris proviennent de pays différents. L’effet des études secondaires des femmes par rapport à celle des hommes dans le pays d’origine est généralement plus faible que l’effet de l’activité des femmes par rapport à celle des hommes dans le pays d’origine.

Date de modification :