Fécondité : moins d'enfants, mères plus âgées

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Mégatendances canadiennes

Voyons voir? votre arrière-grand-père a grandi dans une famille de sept enfants. Votre grand-mère, dans une famille de quatre enfants et vous êtes l'un des trois enfants. Vous prévoyez avoir un ou deux enfants, ce qui se traduit, pour un statisticien, par une moyenne de 1,61 enfant par femme à l'heure actuelle.

Au cours des 150 dernières années, le Canada est passé d'une société à forte fécondité où les femmes mettaient au monde de nombreux enfants au cours de leur vie à une société à faible fécondité où les femmes ont moins d'enfants, et ce, à un âge de plus en plus avancé.

Malgré certaines fluctuations, l'indice synthétique de fécondité au Canada est resté inférieur au seuil de renouvellement des générations depuis plus de 40 ans. En fait, c'est en 1971 que le seuil de renouvellement de 2,1 a été atteint pour la dernière fois, c'est-à-dire que les couples produisaient, en moyenne, suffisamment d'enfants pour se remplacer.

En 2011, l'indice synthétique de fécondité était de 1,61 enfant par femme, ce qui représente une légère hausse par rapport au plus faible niveau observé de 1,51 enregistré une dizaine d'années plus tôt.

Les tendances en matière de fécondité – plus précisément, les tendances liées au nombre moyen d'enfants mis au monde et à l'âge moyen à la maternité – ont une incidence sur la dynamique de la croissance démographique, sur la structure par âge de la société canadienne, ainsi que sur la formation des familles et la composition des ménages.

L'évolution démographique observée au cours des 150 dernières années s'est traduite par une transition d'un pays ayant une population relativement jeune et en croissance, à un pays ayant une population vieillissante et dont la croissance repose de plus en plus sur l'immigration.

Graphique 1 - Indice synthétique de fécondité, Canada, 1926 à 2011
Description du graphique 2
Description du graphique 1 – Indice synthétique de fécondité, Canada, 1926 à 2011
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Description du graphique 1 – Indice synthétique de fécondité. Les données sont présentées selon Année (titres de rangée) et Indice synthétique de fécondité, calculées selon nombre d'enfants par femme unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Année Indice synthétique de fécondité
nombre d'enfants par femme
1926 3,36
1927 3,32
1928 3,30
1929 3,22
1930 3,28
1931 3,20
1932 3,09
1933 2,87
1934 2,80
1935 2,75
1936 2,70
1937 2,64
1938 2,70
1939 2,65
1940 2,76
1941 2,83
1942 2,96
1943 3,03
1944 3,00
1945 3,01
1946 3,36
1947 3,58
1948 3,43
1949 3,44
1950 3,44
1951 3,49
1952 3,63
1953 3,71
1954 3,82
1955 3,82
1956 3,86
1957 3,92
1958 3,88
1959 3,94
1960 3,91
1961 3,86
1962 3,78
1963 3,69
1964 3,52
1965 3,16
1966 2,83
1967 2,60
1968 2,46
1969 2,41
1970 2,34
1971 2,13
1972 1,97
1973 1,88
1974 1,83
1975 1,83
1976 1,78
1977 1,75
1978 1,70
1979 1,70
1980 1,68
1981 1,65
1982 1,63
1983 1,62
1984 1,62
1985 1,61
1986 1,59
1987 1,58
1988 1,60
1989 1,66
1990 1,71
1991 1,72
1992 1,71
1993 1,68
1994 1,69
1995 1,67
1996 1,63
1997 1,57
1998 1,56
1999 1,54
2000 1,51
2001 1,54
2002 1,51
2003 1,54
2004 1,55
2005 1,57
2006 1,61
2007 1,66
2008 1,68
2009 1,67
2010 1,63
2011 1,61

Fécondité élevée au milieu des années 1800 suivie par un déclin

Jusqu'au début du 20e siècle, alors que la population vivait encore principalement en milieu rural, il était avantageux pour les couples d'avoir une grande famille. On s'attendait à ce que les enfants participent aux tâches quotidiennes, tant à la maison qu'à la ferme. Leur travail contribuait directement à la productivité et à la prospérité de la famille.

Les avantages économiques offerts par une grande famille, ajoutés à l'influence des enseignements religieux et l'absence de méthodes de contraception fiables, ont mené à un indice synthétique de fécondité estimé à 6,56 enfants par femme en 1851.

Chez les femmes de cette époque, les grossesses se succédaient durant toute leur vie reproductive de femme mariée, car il était difficile de contrôler le moment des naissances ou leur nombre.

La fécondité est demeurée relativement élevée au cours des décennies suivantes, mais elle a commencé à baisser à la fin des années 1800 et au début des années 1900, les femmes donnant naissance à près de cinq enfants, en moyenne, au tournant du siècle.

Cette diminution de la fécondité a découlé de nombreux facteurs, dont une urbanisation accrue, une dépendance croissante à l'égard des salaires gagnés en dehors du foyer et le coût de plus en plus élevé associé à l'éducation des enfants.

Vint ensuite la Crise de 1929, suivie de près par la Seconde Guerre mondiale. Sous l'influence des incertitudes et des bouleversements de l'époque, les niveaux de fécondité ont continué de baisser à la fin des années 1920 et tout au long des années 1930. En 1937, l'indice synthétique de fécondité est tombé à 2,64 enfants par femme, en moyenne.

Lien entre la fécondité et les changements sociaux et législatifs

Entre 1946 et 1965, la vigueur de l'économie de l'après-guerre, la réunification des familles après la guerre et le taux élevé de nuptialité ont marqué le début du baby-boom au Canada. Celui-ci a atteint son apogée en 1959, année où l'indice synthétique de fécondité a atteint 3,94 enfants par femme.

À la fin des années 1960, tout cela a changé. L'influence de la religion sur la vie quotidienne diminuait, la contraception était plus efficace et plus accessible que jamais, et la participation des femmes aux études supérieures et au marché du travail augmentait. Les niveaux de fécondité ont alors rapidement diminué.

La réforme de la législation en matière de divorce en 1968, puis de nouveau en 1986, a facilité l'accès au divorce. Le nombre de divorces a augmenté, ce qui a vraisemblablement eu une incidence à la fois sur le nombre et sur le moment des naissances dans la vie des couples.

Au début du 20e siècle, l'âge moyen des femmes à l'accouchement était de 30 ans

On pourrait penser que la tendance à retarder le mariage et la maternité est un phénomène moderne, mais l'âge auquel les femmes se marient et ont leur premier enfant a varié au cours de l'histoire du Canada.

Graphique 2 ? Âge de la mère à la première naissance et pour l'ensemble des naissances, Canada, 1926 à 2011
Description du graphique 2
Description du graphique 2 – Âge de la mère à la première naissance et pour l'ensemble des naissances, Canada, 1926 à 2011
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Description du graphique 2 – Âge de la mère à la première naissance et pour l'ensemble des naissances, Canada, 1926 à 2011. Les données sont présentées selon Année (titres de rangée), Âge moyen de la mère à la première naissance et Âge moyen de la grossesse (toutes les naissances) (figurant comme en-tête de colonne).
Année Âge moyen de la mère à la première naissance Âge moyen à la maternité (toutes naissances confondues)
âge
1926   30,1
1927   30,1
1928   30
1929   29,9
1930   29,9
1931   29,9
1932   30
1933   30
1934   30,1
1935   30
1936   30
1937   29,8
1938   29,7
1939   29,6
1940   29,4
1941   29,2
1942   29,1
1943   29,2
1944   29,3
1945 25,2 29,3
1946 25,1 29
1947 24,9 28,7
1948 24,7 28,7
1949 24,6 28,6
1950 24,5 28,6
1951 24,3 28,5
1952 24,2 28,4
1953 24,2 28,3
1954 24,1 28,3
1955 24,1 28,2
1956 24 28,1
1957 23,9 28
1958 23,8 27,9
1959 23,7 27,9
1960 23,7 27,8
1961 23,6 27,8
1962 23,6 27,7
1963 23,6 27,7
1964 23,6 27,8
1965 23,5 27,8
1966 23,5 27,6
1967 23,6 27,4
1968 23,6 27,3
1969 23,7 27,3
1970 23,7 27,1
1971 23,9 27,1
1972 24 27
1973 24,1 26,8
1974 24,3 26,8
1975 24,3 26,7
1976 24,4 26,7
1977 24,5 26,8
1978 24,7 26,8
1979 24,8 26,9
1980 24,9 27
1981 25 27,1
1982 25,1 27,1
1983 25,3 27,2
1984 25,4 27,3
1985 25,5 27,4
1986 25,6 27,5
1987 25,7 27,6
1988 25,8 27,7
1989 25,8 27,7
1990 25,9 27,8
1991 25,9 27,8
1992 26,1 27,9
1993 26,2 28
1994 26,2 28,1
1995 26,3 28,2
1996 26,5 28,3
1997 26,7 28,5
1998 26,8 28,5
1999 27 28,7
2000 27,1 28,8
2001 27,3 29
2002 27,5 29,2
2003 27,8 29,3
2004 27,9 29,5
2005 28 29,6
2006 28 29,7
2007 28,1 29,7
2008 28,1 29,8
2009 28,2 29,9
2010 28,4 30,1
2011 28,5 30,2

Au début du 20e siècle, l'âge moyen des femmes au premier mariage était relativement tardif du point de vue historique. En 1921, par exemple, il était d'environ 25 ans et il a peu varié jusqu'au milieu des années 1940. La plupart des grossesses avaient lieu dans le contexte du mariage et l'âge moyen des mères à la maternité, toutes naissances confondues, est resté autour de 30 ans jusqu'à la fin des années 1930.

Dans les années 1950 et jusqu'à la fin des années 1970, l'âge moyen des femmes au premier mariage était de 23 ans, voire moins. Par conséquent, leur âge moyen à la maternité a également diminué, passant de 29,3 ans au milieu des années 1940 à 26,7 ans au milieu des années 1970.

L'âge moyen des mères à la première naissance (statistique disponible à partir de 1945) était d'environ 24 ans dans les années 1950 et jusqu'au milieu des années 1970.

L'âge moyen à l'accouchement commence à augmenter

Dans le contexte des changements sociaux survenus au cours de la deuxième moitié du 20e siècle, l'âge des mères au moment du mariage et de la maternité a commencé à augmenter au milieu des années 1970.

En 2010, l'âge moyen à la maternité (en prenant en considération l'ensemble des naissances) a dépassé 30 ans, comme au début du 20e siècle. En 2011, il a augmenté légèrement, pour s'établir à 30,2 ans, l'âge moyen le plus élevé jamais enregistré.

En outre, l'âge moyen à la première naissance a atteint 28,5 ans en 2011, le plus élevé observé jusqu'alors.

Contrairement aux périodes antérieures, la maternité aujourd'hui est de plus en plus concentrée autour de l'âge de 30 ans. Ainsi, beaucoup de femmes mettent au monde leur premier enfant à un âge plus avancé qu'autrefois, ont moins d'enfants dans l'ensemble, et mettent donc un terme à leur vie reproductive dans un laps de temps plus court qu'auparavant.


Définitions

Indice synthétique de fécondité : S'entend du nombre d'enfants qu'une femme aurait au cours de sa vie reproductive, si elle présentait, à chaque âge, les taux de fécondité observés au cours d'une année civile donnée. Il est fondé sur une compilation des expériences en matière de fécondité de nombreuses cohortes différentes de femmes au cours d'une année donnée

Seuil de renouvellement des générations : S'entend du nombre d'enfants par femme nécessaire pour que la population se renouvelle par elle-même, compte tenu de la mortalité entre la naissance et l'âge de 15 ans, et en l'absence de migration.

Bibliographie :

Bohnert, N. A. Milan et H. Lathe. 2014. « Une diversité qui perdure : le mode de vie des enfants au Canada selon les recensements des 100 dernières années », Documents démographiques, produit n° 91-0015 ? n° 11 au catalogue de Statistique Canada.

Regard sur la démographique canadienne. 2014. Produit n°  91-003-X au catalogue de Statistique Canada.

Gee, E.M. 1987. « Historical Change in the Family Life Course of Canadian Men and Women », Aging in Canada: Social Perspectives, publié sous la direction de V.W. Marshall, Fitzhenry et Whiteside, tableau 4.

Milan, A. 2013. « Fécondité : aperçu, 2011 », Rapport sur l'état de la population du Canada, produit n° 91-209-X au catalogue de Statistique Canada.

Milan, A. 2013. « État matrimonial : aperçu, 2011 », Rapport sur l'état de la population du Canada, produit n° 91-209-X au catalogue de Statistique Canada.

Milan, A. 2000. « Les familles : 100 ans de continuité et de changements », Tendances sociales canadiennes, produit n° 11-008 au catalogue de Statistique Canada.

Milan, A. et L. Martel. 2008. « Fécondité et avortements provoqués, 2011 », Partie I du Rapport sur l'état de la population du Canada, produit n° 91-209X au catalogue de Statistique Canada.

Romaniuc, A. 1984. La fécondité au Canada : croissance et déclin, produit n° 91-524 au catalogue de Statistique Canada.

Date de modification :