Coup d’œil sur la mobilité de la main-d’œuvre et la stabilité d’emploi chez les femmes, 1980 à 2018

Date de diffusion : le 28 août 2020
Infographie : Coup d’œil sur la mobilité de la main-d’œuvre et la stabilité d’emploi chez les femmes, 1980 à 2018
Description : Coup d’œil sur la mobilité de la main-d’œuvre et la stabilité d’emploi chez les femmes, 1980 à 2018

Coup d’œil sur la mobilité de la main-d’œuvre et la stabilité d’emploi chez les femmes, 1980 à 2018

Le taux d’embaucheNote 1 des femmes pendant les années 1980 a été marqué par une hausse considérable du nombre de femmes entrant sur le marché du travail, et a atteint un sommet en 1987, lorsqu’il s’est élevé à 38,6 %.

En 2018, les taux d’embauche des femmes et des hommes étaient semblables, se situant tous deux à environ 25 %. Les nouvelles embauches concernent principalement les professions traditionnellement occupées par les hommes et les femmes.


Tableau 1
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau 1. Les données sont présentées selon Année (titres de rangée) et Femmes et Hommes, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Année Femmes Hommes
pourcentage
1980 34,1 28,0
1981 35,9 29,2
1982 29,6 24,7
1983 31,8 29,1
1984 33,8 30,7
1985 35,0 31,5
1986 38,0 31,9
1987 38,6 33,5
1988 38,4 32,7
1989 36,7 31,6
1990 34,0 29,7
1991 30,5 28,4
1992 30,7 30,1
1993 30,0 29,2
1994 29,2 28,5
1995 27,8 27,7
1996 26,8 26,5
1997 26,4 26,8
1998 26,8 25,2
1999 26,5 25,6
2000 26,9 25,1
2001 25,4 23,4
2002 25,0 24,1
2003 24,6 23,9
2004 24,4 24,1
2005 24,0 25,3
2006 25,2 25,5
2007 25,7 26,0
2008 25,3 25,6
2009 22,2 21,9
2010 22,9 25,4
2011 23,7 26,1
2012 23,8 24,9
2013 22,4 24,3
2014 23,7 25,8
2015 23,3 24,4
2016 23,7 23,9
2017 23,6 25,3
2018 24,4 25,1

En 2018, les professions à prédominance féminine, c’est-à-dire les professions dont plus de 70 % de l’effectif est constitué de femmes, affichaient, en moyenne, une plus grande stabilité d’emploi que les professions à prédominance masculine (82,9 % par rapport à 76,7 %)*.
* Renvoie au taux de maintien en poste sur un an pour les emplois en cours.

À la fin des années 1980, les femmes qui avaient de jeunes enfants étaient moins susceptibles de rester auprès de leur employeur que leurs homologues de sexe masculin, mais en 2018, l’écart était négligeable.


Tableau 2
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau 2 1987-1988 et 2017-2018, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
1987-1988 2017-2018
pourcentage
Femmes avec jeunes enfants 72,5 84,5
Hommes avec jeunes enfants 80,0 83,4

Les femmes sont tout aussi susceptibles que les hommes de conserver l’emploi qu’elles occupent, qu’il s’agisse d’un nouvel emploi, d’un emploi en cours ou d’un nouvel emploi d’une durée de cinq ans**.
** Renvoie au taux de maintien en poste sur cinq ans.


Tableau 3
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau 3 1980 à 1984, 1985 à 1989, 1990 à 1994, 1995 à 1999, 2000 à 2004, 2005 à 2009 et 2010 à 2014, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
1980 à 1984 1985 à 1989 1990 à 1994 1995 à 1999 2000 à 2004 2005 à 2009 2010 à 2014
pourcentage
Femmes 25,2 23,5 24,8 25,9 27,4 28,9 28,3
Hommes 22,7 20,8 22,3 25,0 24,8 25,5 26,2

Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active.

Pour obtenir plus de renseignements, veuillez consulter l’article « Aussi mobiles et aussi stables : Convergence entre les sexes en matière de mobilité de la main-d’œuvre et de stabilité d’emploi au Canada », accessible en ligne, dans Statistiques sur le travail : Documents de recherche (75-004-M).

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :