Aperçus économiques
Taux d’emploi et salaires des travailleurs du principal groupe d’âge actif au Canada et aux États-Unis, de 2000 à 2017

par André Bernard et René Morissette
Direction des études analytiques, Statistique Canada

Date de diffusion : le 4 Juin 2018

Passer au texte

Début du texte

Début de la boîte de texte

Le présent article des Aperçus économiques évalue l’évolution des taux d’emploi et des salaires des personnes âgées de 25 à 54 ans au Canada et aux États-Unis de 2000 à 2017. L’analyse repose sur des données tirées de l’Enquête sur la population active (EPA) de Statistique Canada et de la Current Population Survey (CPS) du Bureau of Labor Statistics des États-Unis. L’étude conclut que les taux d’emploi et les salaires horaires médians réels des travailleurs du principal groupe d’âge actif ont évolué plus favorablement au Canada qu’aux États-Unis pendant cette période.

Fin de la boîte de texte

Introduction

Les marchés du travail au Canada et aux États-Unis ont passé par de nombreux changements structurels et cycliques de nature similaire depuis 2000. Les deux pays ont vu leur secteur des technologies de l’information et des communications (TIC) se contracter au début des années 2000, la syndicalisation et l’emploi dans le secteur de la fabrication reculer, leurs industries pétrolières et gazières croître pendant le boom pétrolier des années 2000 et les activités du secteur de la construction s’ajuster au cours de la dernière récession.

L’ampleur de certaines de ces variations a été similaire dans les deux pays. Par exemple, le taux de syndicalisation des employés âgés de 25 à 54 ans a baissé de près de 4 points de pourcentage au Canada et aux États-Unis de 2000 à 2017, à différents niveaux cependant (graphique 1). L’emploi dans le secteur de la fabrication a diminué d’environ 25 % dans les deux pays pendant cette période (graphique 2).

Toutefois, l’ampleur des autres chocs a varié, souvent de façon substantielle. Pendant la dernière récession, le marché de l’habitation et l’industrie de la construction ont été plus gravement touchés aux États-Unis qu’au Canada. Au premier trimestre de 2009, le nombre de mises en chantier aux États-Unis a baissé de près de 67 % par rapport au début de 2007, comparativement à une baisse d’environ 39 % au Canada. Les mises en chantier au Canada ont repris à un rythme plus rapide, dépassant en nombre celles d’avant la récession au troisième trimestre de 2011. En revanche, le nombre de mises en chantier aux États-Unis en 2017 était encore inférieur à celui d’avant la récessionNote 1.

Une autre différence importante entre les deux pays est le rôle relativement plus grand qu’a joué le secteur pétrolier et gazier dans l’économie canadienne. En 2014, l’extraction de pétrole et de gaz représentait 5,9 % du produit intérieur brut (en dollars courants) au Canada, comparativement à 1,9 % aux États-UnisNote 2. Tandis que l’emploi dans le secteur de l’extraction de pétrole et de gaz et les activités périphériquesNote 3 représentait 0,6 % de l’emploi total aux États-Unis cette année-là, il représentait 1,3 % de l’emploi total au Canada. Puisque les industries pétrolières et gazières sont relativement plus importantes au Canada qu’aux États-Unis, il se pourrait que la hausse et la baisse subséquente des prix mondiaux du pétrole aient eu des répercussions beaucoup plus importantes au Canada qu’aux États-Unis en raison de diverses retombées économiquesNote 4.

Pour ces raisons, il est possible que les taux d’emploi et les salaires aient évolué différemment dans les deux pays depuis le début des années 2000. À l’aide des données de l’Enquête sur la population active (EPA) de Statistique Canada et de la Current Population Survey (CPS) du Bureau of Labor Statistics des États-Unis, l’étude documente les variations des taux d’emploi et des salaires des travailleurs canadiens et américains âgés de 25 à 54 ans. Comme il est possible que les variations de salaires et de taux d’emploi aient été différentes pour les travailleurs hautement scolarisés et leurs homologues moins scolarisés, l’analyse documente ces tendances pour trois groupes de personnes : a) celles qui possèdent tout au plus un diplôme d’études secondaires, b) celles qui possèdent un titre postsecondaire inférieur au baccalauréat et c) celles qui possèdent un baccalauréat ou un grade de niveau supérieur (ci-après désigné un baccalauréat). L’étude couvre la période de 2000 à 2017.

Tableau de données du graphique 1

Tableau de données du graphique 1
Tableau de données du graphique 1
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 1. Les données sont présentées selon Année (titres de rangée) et Canada et États-Unis, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Année Canada États-Unis
pourcentage
2000 36,1 16,5
2001 35,9 16,3
2002 35,8 16,0
2003 35,5 15,6
2004 35,0 15,2
2005 35,2 14,9
2006 34,8 14,3
2007 34,8 14,3
2008 34,2 14,7
2009 34,1 14,4
2010 34,1 14,0
2011 33,6 13,8
2012 33,8 13,2
2013 33,9 13,3
2014 33,1 13,1
2015 33,5 13,0
2016 32,9 12,7
2017 32,7 12,7

Tableau de données du graphique 2

Tableau de données du graphique 2
Tableau de données du graphique 2
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 2. Les données sont présentées selon Année (titres de rangée) et Canada et États-Unis, calculées selon index (2000=100) unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Année Canada États-Unis
index (2000=100)
2000 100,0 100,0
2001 99,1 93,9
2002 102,1 87,2
2003 101,6 85,9
2004 102,5 83,8
2005 98,3 82,9
2006 93,8 83,7
2007 90,3 82,2
2008 86,0 80,9
2009 77,8 72,6
2010 76,3 71,1
2011 76,8 72,7
2012 77,9 74,5
2013 76,8 75,8
2014 76,3 74,0
2015 76,4 74,2
2016 75,6 75,4
2017 76,9 74,8

Taux d’emploi

De 2000 à 2017, les taux d’emploi des personnes âgées de 25 à 54 ans ont évolué plus favorablement au Canada qu’aux États-Unis. Au cours de cette période, le pourcentage de personnes employées a baissé légèrement aux États-Unis, passant de 81 % en 2000 à 79 % en 2017, mais a augmenté dans la même mesure au Canada, passant de 80 % en 2000 à 82 % en 2017. Cela ne reflète pas simplement le fait que la dernière récession a été plus sévère aux États-Unis. Comme l’indique le graphique 3, les taux d’emploi étaient différents avant 2008. De 2000 à 2007, les taux d’emploi des personnes âgées de 25 à 54 ans ont augmenté de 2 points de pourcentage au Canada, mais n’ont affiché aucune croissance aux États-Unis.

Tableau de données du graphique 3

Tableau de données du graphique 3
Tableau de données du graphique 3
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 3. Les données sont présentées selon Année (titres de rangée) et Canada et États-Unis, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Année Canada États-Unis
pourcentage
2000 79,9 81,4
2001 79,8 80,6
2002 80,3 79,3
2003 80,8 78,8
2004 81,3 79,0
2005 81,3 79,4
2006 81,6 79,8
2007 82,2 80,0
2008 82,3 79,1
2009 80,3 75,8
2010 80,5 75,1
2011 81,0 75,2
2012 81,4 75,8
2013 81,6 75,9
2014 81,2 76,7
2015 81,4 77,2
2016 81,4 78,0
2017 82,3 78,7

Ces tendances contraires des taux d’emploi étaient les plus prononcées chez les personnes qui ne possédaient pas de baccalauréat. Par exemple, les taux d’emploi des femmes possédant un titre postsecondaire inférieur au baccalauréat ont augmenté de 3 points de pourcentage au Canada, mais ont baissé de 5 points de pourcentage aux États-Unis de 2000 à 2017 (tableau 1). Les taux d’emploi des femmes possédant tout au plus un diplôme d’études secondaires étaient environ les mêmes en 2000 et 2017 au Canada, mais ont baissé de 7 points de pourcentage aux États-Unis pendant cette période. En revanche, les taux d’emploi des femmes titulaires d’un baccalauréat ont peu varié de 2000 à 2017 dans les deux pays. Des variations plus favorables de taux d’emploi ont aussi été observées chez les hommes canadiens sans baccalauréat, plus particulièrement chez ceux possédant un diplôme d’études postsecondaires inférieur au baccalauréat. Par conséquent, tandis que les taux d’emploi ont évolué de façon relativement similaire dans les deux pays pour les titulaires d’un baccalauréat (graphique 4), ils ont suivi différentes trajectoires pour les personnes qui n’avaient pas obtenu de baccalauréat (graphique 5).

Tableau de données du graphique 4

Tableau de données du graphique 4
Tableau de données du graphique 4
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 4. Les données sont présentées selon Année (titres de rangée) et Hommes, États-Unis, Femmes, États-Unis, Hommes, Canada et Femmes, Canada, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Année Hommes, États-Unis Femmes, États-Unis Hommes, Canada Femmes, Canada
pourcentage
2000 94,3 81,2 90,8 83,2
2001 93,8 80,1 89,7 82,8
2002 92,6 80,0 89,3 82,6
2003 92,1 79,6 88,6 81,6
2004 92,5 79,4 89,6 82,6
2005 92,6 80,4 89,6 82,8
2006 93,5 80,9 90,6 83,0
2007 93,5 80,7 90,3 83,6
2008 92,8 81,0 90,2 82,9
2009 90,5 79,6 88,6 82,9
2010 90,4 78,8 88,8 82,5
2011 90,7 78,9 89,1 82,9
2012 91,3 79,1 89,6 83,3
2013 91,1 79,2 89,4 83,7
2014 91,6 79,9 89,0 83,2
2015 91,9 80,2 89,9 83,1
2016 91,9 80,7 89,9 83,2
2017 92,2 81,4 90,9 84,2

Tableau de données du graphique 5

Tableau de données du graphique 5
Tableau de données du graphique 5
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 5. Les données sont présentées selon Année (titres de rangée) et Hommes, États-Unis, Femmes, États-Unis, Hommes, Canada et Femmes, Canada, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Année Hommes, États-Unis Femmes, États-Unis Hommes, Canada Femmes, Canada
pourcentage
2000 86,7 71,4 84,5 71,5
2001 85,6 70,8 84,1 72,0
2002 84,0 69,0 84,0 73,3
2003 83,2 68,7 84,8 74,3
2004 83,9 68,5 84,9 74,9
2005 84,5 68,4 85,1 74,4
2006 84,8 68,6 84,8 74,8
2007 84,9 68,7 84,9 76,2
2008 82,9 68,2 85,4 76,1
2009 77,6 65,6 81,8 74,9
2010 76,8 64,5 82,2 74,8
2011 77,5 63,9 83,3 74,7
2012 78,7 64,0 83,5 75,1
2013 79,0 63,7 83,6 75,4
2014 79,9 64,3 83,5 74,6
2015 80,5 64,3 83,4 74,5
2016 81,4 65,2 82,9 74,6
2017 81,8 66,0 83,8 75,2
Tableau 1
Taux d’emploi des personnes âgées de 25 à 54 ans, selon le sexe et le niveau de scolarité, Canada et États-Unis, certaines années
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Taux d’emploi des personnes âgées de 25 à 54 ans. Les données sont présentées selon Niveau de scolarité et année (titres de rangée) et Hommes, Femmes, Canada et États-Unis, calculées selon pourcentage et points de pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Niveau de scolarité et année Hommes Femmes
Canada États-Unis Canada États-Unis
pourcentage
Études secondaires ou niveau de scolarité moins élevé
2000 80,3 84,6 64,2 66,7
2007 80,6 82,7 68,3 63,2
2011 78,4 74,8 65,4 58,0
2017 78,3 79,4 64,3 59,3
points de pourcentage
Variation
De 2000 à 2007 0,3 -1,9 4,1 -3,5
De 2007 à 2011 -2,1 -7,9 -2,9 -5,2
De 2011 à 2017 -0,1 4,6 -1,0 1,3
De 2000 à 2017 -1,9 -5,2 0,2 -7,4
pourcentage
Études postsecondaires inférieures au baccalauréat
2000 88,2 90,3 78,0 78,2
2007 88,2 88,6 81,6 76,0
2011 86,8 81,9 80,4 71,2
2017 87,4 85,5 81,1 73,5
points de pourcentage
Variation
De 2000 à 2007 -0,1 -1,6 3,6 -2,1
De 2007 à 2011 -1,4 -6,8 -1,2 -4,9
De 2011 à 2017 0,7 3,6 0,7 2,4
De 2000 à 2017 -0,8 -4,8 3,0 -4,6
pourcentage
Baccalauréat
2000 90,8 94,3 83,2 81,2
2007 90,3 93,5 83,6 80,7
2011 89,1 90,7 82,9 78,9
2017 90,9 92,2 84,2 81,4
points de pourcentage
Variation
De 2000 à 2007 -0,4 -0,8 0,4 -0,5
De 2007 à 2011 -1,2 -2,8 -0,7 -1,8
De 2011 à 2017 1,8 1,5 1,3 2,5
De 2000 à 2017 0,2 -2,1 1,0 0,2

Quels sont les facteurs à l’origine de ces différentes tendances chez les personnes qui ne possèdent pas de baccalauréat? Les graphiques 6 et 7 présentent des données descriptives sur cette question pour les travailleurs masculins. Le graphique 6 montre que la proportion d’hommes canadiens sans baccalauréat employés dans le secteur de la fabrication a diminué de façon substantielle de 2000 à 2017, alors que la proportion d’hommes canadiens sans baccalauréat employés dans le secteur de la construction a augmenté significativement au cours de la même période. Ainsi, le pourcentage d’hommes canadiens âgés de 25 à 54 ans sans baccalauréat qui étaient employés dans le secteur de la fabrication ou dans le secteur de la construction n’a diminué que légèrement.

Ce n’était pas le cas aux États-Unis. Tandis que la proportion d’hommes employés dans le secteur de la fabrication a diminué régulièrement de 2000 à 2017, le secteur de la construction n’a pas exercé d’effet compensateur. Après avoir augmenté de 2000 à 2007, la proportion d’hommes américains employés dans le secteur de la construction a reculé pendant la récession américaine de 2007 à 2009 et, en date de 2017, elle s’était seulement rétablie à la proportion observée pour la dernière fois en 2000 (graphique 7). Dans l’ensemble, la proportion d’hommes américains âgés de 25 à 54 ans sans baccalauréat qui étaient employés dans le secteur de la fabrication ou dans le secteur de la construction a reculé pour passer d’environ le tiers en 2000 à environ le quart en 2017Note 5.

Les différentes tendances dans la proportion d’hommes moins scolarisés et employés dans le secteur de la construction étaient le résultat des différentes trajectoires d’emploi observées dans ce secteur dans les deux pays. Tandis que l’emploi dans la construction a augmenté de 75 % au Canada de 2000 à 2017, en 2017, il était seulement 9 % plus élevé qu’en 2000 aux États-Unis (graphique 8).

Tableau de données du graphique 6

Tableau de données du graphique 6
Tableau de données du graphique 6
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 6. Les données sont présentées selon Année (titres de rangée) et Construction, Fabrication et Construction et fabrication, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Année Construction Fabrication Construction et fabrication
pourcentage
2000 9,6 20,1 29,7
2001 9,8 19,9 29,8
2002 10,0 20,0 30,0
2003 10,4 20,0 30,3
2004 10,5 19,9 30,4
2005 11,3 18,9 30,2
2006 11,6 17,9 29,5
2007 12,0 16,7 28,7
2008 13,2 16,1 29,3
2009 12,8 14,5 27,2
2010 13,3 14,3 27,6
2011 14,0 14,1 28,1
2012 14,2 14,3 28,5
2013 14,7 13,8 28,5
2014 14,5 13,6 28,0
2015 14,7 13,2 27,9
2016 15,3 12,5 27,8
2017 15,2 12,9 28,1

Tableau de données du graphique 7

Tableau de données du graphique 7
Tableau de données du graphique 7
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 7. Les données sont présentées selon Année (titres de rangée) et Construction, Fabrication et Construction et fabrication, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Année Construction Fabrication Construction et fabrication
pourcentage
2000 14,3 18,8 33,1
2001 14,6 17,6 32,2
2002 14,3 16,7 31,0
2003 14,4 16,0 30,4
2004 15,3 15,3 30,6
2005 15,7 14,8 30,6
2006 16,4 14,9 31,3
2007 16,5 14,4 30,9
2008 15,3 14,0 29,3
2009 13,4 12,4 25,8
2010 12,7 12,2 24,9
2011 12,5 12,2 24,7
2012 12,4 12,3 24,7
2013 12,9 12,3 25,2
2014 13,8 12,0 25,7
2015 13,8 12,1 25,9
2016 14,2 11,9 26,2
2017 14,4 11,6 26,0

Tableau de données du graphique 8

Tableau de données du graphique 8
Tableau de données du graphique 8
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 8. Les données sont présentées selon Année (titres de rangée) et Canada et États-Unis, calculées selon indice (2000=100)
unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Année Canada États-Unis
indice (2000=100)
2000 100,0 100,0
2001 101,9 102,9
2002 107,0 100,4
2003 112,9 102,7
2004 118,3 109,6
2005 126,7 114,0
2006 132,2 119,4
2007 139,7 120,8
2008 153,2 111,1
2009 147,4 98,9
2010 153,9 92,9
2011 160,4 92,5
2012 163,9 91,0
2013 169,8 94,4
2014 170,0 100,4
2015 169,9 101,3
2016 171,6 105,4
2017 174,6 108,7

Dans l’ensemble, les graphiques 6 et 7 donnent à penser que les variations différentielles dans les proportions d’hommes employés dans le secteur de la construction au Canada et aux États-Unis ont contribué à la divergence des taux d’emploi des hommes entre les deux pays. Le tableau 2 présente des preuves supplémentaires relativement à cette question. Il montre que les taux d’emploi des hommes canadiens et américains sans baccalauréat ont reculé de 0,7 point de pourcentage et de 5,0 points de pourcentage respectivement, de 2000 à 2017. L’écart de 4,2 points de pourcentage dans les variations du taux d’emploi est entièrement attribuable aux divergences dans les proportions d’hommes employés dans le secteur de la construction. Tandis que la proportion d’hommes canadiens employés dans le secteur de la construction a augmenté de 5,6 points de pourcentage, la proportion d’hommes américains employés dans le même secteur a augmenté faiblement (0,1 point de pourcentage).

L’augmentation plus prononcée de la proportion d’hommes employés dans le secteur de l’extraction minière et de l’extraction de pétrole et de gaz observée au Canada (0,8 point de pourcentage, comparativement à 0,2 point de pourcentage aux États-Unis) représente 12 %Note 6 de la différence de variation globale du taux d’emploi des hommes. Comme le montre le graphique 2, les variations différentielles dans les proportions d’hommes employés dans le secteur de la fabrication n’ont pas contribué à la divergence dans les taux d’emploi puisque la proportion d’hommes employés dans le secteur de la fabrication n’a pas plus diminué aux États-Unis qu’au Canada.

Le tableau 2 permet aussi de mieux comprendre les différentes tendances des taux d’emploi observées chez les femmes canadiennes et américaines sans baccalauréat. Les taux d’emploi ont augmenté de 3,8 points de pourcentage chez les femmes canadiennes, tandis qu’ils ont diminué de 5,4 points de pourcentage chez leurs homologues américaines. De la différence de 9,2 points de pourcentage de la variation globale du taux d’emploi des femmes, 3,9 points de pourcentage (ou 42 %) sont attribuables à une augmentation plus prononcée de la proportion de femmes canadiennes employées dans les services d’enseignement, les soins de santé et l’assistance sociale. Une autre proportion de 11 % est attribuable à la baisse plus prononcée de la proportion de femmes américaines employées dans le secteur de la fabrication.

Il est important d’insister sur le fait que les chiffres montrés au tableau 2 sont le résultat d’un exercice de comptabilité. Ils ne tiennent pas compte des effets d’entraînement, comme la mesure dans laquelle le taux d’emploi plus élevé chez les hommes canadiens dans le secteur de la construction a été le résultat de l’activité économique générée par le secteur pétrolier et gazier. Par conséquent, les répercussions causales des variations du taux d’emploi dans le secteur de l’extraction minière et de l’extraction de pétrole et de gaz chez les hommes sont susceptibles d’être plus importantes que les 12 % indiqués ci-dessus.

Les résultats présentés jusqu’à maintenant reflètent les avantages nationaux et masquent la variation régionale qui peut s’avérer importante. Comme le montre le tableau 3, les variations du taux d’emploi au Canada n’étaient pas uniformes d’une province à l’autre. Tandis que les taux d’emploi des hommes canadiens sans baccalauréat ont reculé de 0,7 point de pourcentage de 2000 à 2017 à l’échelle nationale, ils ont baissé d’environ 4 points de pourcentage en Ontario et en Alberta, mais ont augmenté légèrement à Terre-Neuve-et-Labrador, à l’Île-du-Prince-Édouard, au Nouveau-Brunswick, au Québec et en Colombie-Britannique. De plus, les taux d’emploi des femmes canadiennes sans baccalauréat ont augmenté de 3,8 points de pourcentage de 2000 à 2017 à l’échelle nationale; ils ont crû d’environ 12 points de pourcentage au Québec et à Terre-Neuve-et-Labrador, tandis qu’ils n’ont affiché aucune croissance en Ontario, au Manitoba, en Saskatchewan et en Alberta.

Les variations des taux d’emploi étaient plus uniformes aux États-Unis. Quelle que soit la région prise en compte, les taux d’emploi des hommes sans baccalauréat ont reculé de 4 à 6 points de pourcentage de 2000 à 2017 (tableau 4). Les taux d’emploi de leurs homologues féminines ont baissé de 3 à 7 points de pourcentage au cours de cette période.

Compte tenu de l’importance des travailleurs sans baccalauréat pour expliquer les différences globales dans les tendances à long terme des taux d’emploi entre le Canada et les États-Unis, un aperçu visuel des différences entre l’emploi et les salaires des travailleurs sans baccalauréat au Canada et aux États-Unis a été préparé. L’infographie « Une comparaison de l’emploi et des salaires au Canada et aux États-Unis » est disponible dans le produit Statistique Canada — Infographies (11-627-M).

Tableau 2
Variations des parts d'emploi chez les hommes et les femmes âgés de 25 à 54 ans sans baccalauréat, selon l’industrie, Canada et
États-Unis, 2000 à 2017
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Variations des parts d'emploi chez les hommes et les femmes âgés de 25 à 54 ans sans baccalauréat Hommes, Femmes, Variation entre 2000 et 2017, Écart, Canada et États-Unis, calculées selon points de pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Hommes Femmes
Variation entre 2000 et 2017 Écart Variation entre 2000 et 2017 Écart
Canada États-Unis Canada États-Unis
points de pourcentage
Variations des parts d’emploi
Agriculture, foresterie, pêche et chasse -1,5 -0,3 1,2 -0,6 -0,1 0,5
Extraction minière, exploitation en carrière et extraction de pétrole et de gaz 0,8 0,2 -0,5 0,1 0,0 -0,1
Construction 5,6 0,1 -5,5 0,8 -0,3 -1,1
Fabrication -7,2 -7,2 -0,1 -3,0 -4,0 -1,0
Commerce de gros et commerce de détail -0,2 -0,8 -0,6 0,2 -1,2 -1,5
Finance, assurances et services immobiliers 0,1 0,1 0,0 -0,8 -1,2 -0,4
Services d’enseignement, soins de santé et assistance sociale 0,2 0,6 0,4 4,8 1,0 -3,9
Services d’hébergement et de restauration 1,0 1,3 0,3 1,0 1,4 0,5
Administrations publiques -0,4 -0,1 0,3 -0,1 -0,7 -0,6
Autres services 0,9 1,2 0,3 1,2 -0,4 -1,6
Variations du taux d’emploi -0,7 -5,0 -4,2 3,8 -5,4 -9,2
Tableau 3
Taux d’emploi des personnes âgées de 25 à 54 ans sans baccalauréat, selon la province, Canada, certaines années
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Taux d’emploi des personnes âgées de 25 à 54 ans sans baccalauréat 2000, 2007, 2011, 2017 et Variation de 2000 à 2017, calculées selon pourcentage et points de pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
2000 2007 2011 2017 Variation de 2000 à 2017
pourcentage points de pourcentage
Hommes
Terre-Neuve-et-Labrador 66,4 70,0 72,4 67,5 1,0
Île-du-Prince-Édouard 77,6 79,2 77,2 79,3 1,7
Nouvelle-Écosse 78,3 79,5 79,1 77,6 -0,7
Nouveau-Brunswick 76,4 78,5 78,5 78,5 2,1
Québec 81,4 82,1 82,0 84,5 3,1
Ontario 87,2 84,5 82,8 82,9 -4,3
Manitoba 88,6 89,3 87,9 86,2 -2,5
Saskatchewan 87,7 90,3 89,2 85,4 -2,3
Alberta 89,7 92,0 88,6 86,0 -3,7
Colombie-Britannique 83,0 87,0 82,6 86,1 3,1
Toutes les provinces 84,5 84,9 83,3 83,8 -0,7
Femmes
Terre-Neuve-et-Labrador 56,2 65,0 68,2 68,9 12,7
Île-du-Prince-Édouard 72,9 76,6 76,9 74,4 1,6
Nouvelle-Écosse 66,9 73,9 74,8 75,8 8,9
Nouveau-Brunswick 66,6 74,5 73,9 76,0 9,4
Québec 67,9 76,4 76,7 79,8 11,9
Ontario 73,4 76,4 73,7 73,0 -0,4
Manitoba 77,1 78,2 76,8 75,4 -1,6
Saskatchewan 77,0 80,1 77,4 75,7 -1,2
Alberta 76,0 78,1 75,7 73,2 -2,8
Colombie-Britannique 70,8 74,8 73,2 76,3 5,5
Toutes les provinces 71,5 76,2 74,7 75,2 3,8
Tableau 4
Taux d’emploi des personnes âgées de 25 à 54 ans sans baccalauréat, selon la région, États-Unis, certaines années
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Taux d’emploi des personnes âgées de 25 à 54 ans sans baccalauréat 2000, 2007, 2011, 2017 et Variation de 2000 à 2017, calculées selon pourcentage et points de pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
2000 2007 2011 2017 Variation de 2000 à 2017
pourcentage points de pourcentage
Hommes
Nouvelle-Angleterre 87,6 84,4 77,8 83,5 -4,1
Atlantique centre 84,7 83,4 77,3 79,7 -5,0
Centre nord-est 87,4 83,7 76,6 81,1 -6,3
Centre nord-ouest 88,9 86,3 81,1 85,0 -3,9
Sud de l’Atlantique 87,4 85,4 76,2 81,6 -5,9
Centre sud 85,8 84,6 78,9 81,1 -4,7
Rocheuses 88,9 87,6 77,7 84,7 -4,2
Pacifique 85,9 85,2 76,6 81,8 -4,1
Toutes les régions 86,7 84,9 77,5 81,8 -5,0
Femmes
Nouvelle-Angleterre 76,4 72,5 69,3 70,2 -6,2
Atlantique centre 68,9 68,0 63,5 65,5 -3,4
Centre nord-est 73,8 70,4 65,0 67,7 -6,2
Centre nord-ouest 79,5 77,1 73,6 74,4 -5,1
Sud de l’Atlantique 73,2 70,5 65,1 66,0 -7,3
Centre sud 68,6 65,1 60,7 63,4 -5,2
Rocheuses 70,8 69,5 63,7 65,5 -5,3
Pacifique 67,6 65,0 60,5 63,9 -3,7
Toutes les régions 71,4 68,7 63,9 66,0 -5,4
Tableau 5
Croissance des salaires horaires médians réels, employés âgés de 25 à 54 ans, selon le sexe et la scolarité, Canada et États-Unis, 2000 à 2017
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Croissance des salaires horaires médians réels Canada, États-Unis et Écart entre le Canada et les États-Unis , calculées selon pourcentage et points de pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Canada États-Unis Écart entre le Canada et les États-Unis
pourcentage points de pourcentage
Hommes
Études secondaires ou niveau de scolarité moins élevé 0,7 -6,4 -7,1
Études postsecondaires inférieures au baccalauréat 5,8 -9,4 -15,2
Baccalauréat 3,5 2,0 -1,5
Tous les niveaux de scolarité 7,4 -1,7 -9,1
Femmes
Études secondaires ou niveau de scolarité moins élevé 6,8 -0,7 -7,5
Études postsecondaires inférieures au baccalauréat 7,2 -7,1 -14,3
Baccalauréat 7,5 -0,1 -7,6
Tous les niveaux de scolarité 13,8 5,3 -8,5

Salaires

Les tendances plus favorables du marché du travail au Canada ne se limitaient pas aux taux d’emploi. De 2000 à 2017, les salaires horaires médians réels des employés âgés de 25 à 54 ans ont augmenté d’environ 9 % au Canada, comparativement à 3 % aux États-Unis (graphique 9).

Une plus forte croissance des salaires a été observée au Canada chez les hommes et les femmes, peu importe leurs niveaux de scolarité. La différence de la croissance des salaires entre le Canada et les États-Unis était particulièrement prononcée chez les hommes et les femmes employés et possédant un titre postsecondaire inférieur au baccalauréat (par exemple, ceux et celles possédant un diplôme d’études collégiales ou un certificat universitaire inférieur au baccalauréat) : elle s’élevait à environ 15 points de pourcentage (tableau 5). En revanche, la croissance du salaire réel chez les hommes canadiens titulaires d’un baccalauréat était seulement de 2 points de pourcentage supérieure à celle chez leurs homologues américains.

Tableau de données du graphique 9

Tableau de données du graphique 9
Tableau de données du graphique 9
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 9. Les données sont présentées selon Année (titres de rangée) et Canada et États-Unis, calculées selon indice (2000=100)
unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Année Canada États-Unis
indice (2000=100)
2000 100,0 100,0
2001 98,8 101,1
2002 99,7 102,3
2003 99,4 103,9
2004 99,0 101,5
2005 100,7 99,8
2006 100,0 101,5
2007 101,7 100,2
2008 103,3 101,0
2009 106,6 102,2
2010 107,2 100,1
2011 104,1 98,3
2012 107,1 98,0
2013 106,6 98,8
2014 108,1 97,2
2015 109,7 99,7
2016 110,4 102,4
2017 108,7 102,7

Chez les hommes et les femmes employés et sans baccalauréat, la croissance du salaire réel était généralement plus forte au Canada qu’aux États-Unis dans toutes les industriesNote 7. L’écart de croissance des salaires entre les pays s’élevait à 15 points de pourcentage ou plus dans trois secteurs : la construction, l’extraction minière et l’extraction de pétrole et de gaz ainsi que les administrations publiques (tableau 6). En revanche, il s’élevait à seulement 2 points de pourcentage chez les hommes employés dans le secteur de la fabrication.

Comme c’était le cas pour les variations du taux d’emploi, les variations de salaire étaient moins uniformes au Canada qu’aux États-Unis. Par exemple, les salaires horaires médians réels des hommes sans baccalauréat ont augmenté de 23 % ou plus dans les trois provinces productrices de pétrole, soit l’Alberta, la Saskatchewan et Terre-Neuve-et-Labrador, mais ont augmenté de seulement 2 % en Ontario (tableau 7). En revanche, les salaires horaires médians réels des travailleurs masculins américains sans baccalauréat ont reculé de 2 % à 10 %, selon la région prise en compte.

Tableau 6
Croissance des salaires horaires médians réels des hommes et des femmes âgés de 25 à 54 ans et sans baccalauréat, selon l’industrie, Canada et États-Unis, 2000 à 2017
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Croissance des salaires horaires médians réels des hommes et des femmes âgés de 25 à 54 ans et sans baccalauréat Hommes, Femmes, Canada et États-Unis, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Hommes Femmes
Canada États-Unis Canada États-Unis
pourcentage
Industrie
Agriculture, foresterie, pêche et chasse 2,5 13,7 17,3 3,0
Extraction minière, exploitation en carrière et extraction de pétrole et de gaz 26,4 4,4 25,9 -1,1
Construction 15,6 -2,2 20,3 5,3
Fabrication -2,2 -4,0 10,2 0,6
Commerce de gros et commerce de détail 2,9 -6,4 18,7 1,4
Finance, assurances et services immobiliers 4,2 -3,6 16,2 1,9
Services d’enseignement, soins de santé et assistance sociale 9,3 -1,6 10,0 2,2
Services d’hébergement et de restauration 10,6 2,1 20,6 7,5
Administrations publiques 18,4 -5,1 17,7 -7,1
Autres services 2,8 -8,9 7,2 -4,0
Toutes les industries 4,2 -5,5 9,3 1,1
Tableau 7
Croissance des salaires horaires médians réels des hommes et des femmes âgés
de 25 à 54 ans et sans baccalauréat, selon la région, Canada et États-Unis, 2000 à 2017
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Croissance des salaires horaires médians réels des hommes et des femmes âgés
de 25 à 54 ans et sans baccalauréat Hommes et Femmes, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Hommes Femmes
pourcentage
Canada
Terre-Neuve-et-Labrador 29,7 35,1
Île-du-Prince-Édouard 18,5 20,9
Nouvelle-Écosse 8,6 19,4
Nouveau-Brunswick 1,9 19,8
Québec 7,9 14,3
Ontario 1,7 1,9
Manitoba 9,8 21,9
Saskatchewan 23,4 28,5
Alberta 26,1 28,8
Colombie-Britannique -1,2 2,5
Toutes les provinces 4,2 9,3
États-Unis
Nouvelle-Angleterre -4,7 -4,3
Atlantique centre -8,2 -3,6
Centre nord-est -9,7 -3,1
Centre nord-ouest -7,2 1,5
Sud de l’Atlantique -5,1 -1,7
Centre sud -1,7 3,6
Rocheuses -4,8 3,4
Pacifique -6,4 -3,8
Toutes les régions -5,5 1,1

Conclusion

Les marchés du travail canadien et américain ont passé par de nombreux chocs économiques depuis le début des années 2000. L’ampleur de certains de ces chocs a variée entre les deux pays, particulièrement en ce qui a trait aux ajustements négatifs relativement plus importants dans le marché de l’habitation et l’industrie de la construction des États-Unis, de concert avec les répercussions positives du secteur des ressources au Canada.

Ainsi, le présent article montre que, chez les personnes âgées de 25 à 54 ans, les salaires réels et les taux d’emploi ont tous deux évolué plus favorablement au Canada qu’aux États-Unis de 2000 à 2017. Cela reflète grandement les différentes tendances chez les travailleurs sans baccalauréat dans les deux pays au cours de cette période.

Les variations de salaire et du taux d’emploi plus favorables observées au Canada à l’échelle nationale masquent d’importants écarts régionaux. Par exemple, les hommes sans baccalauréat qui habitent en Ontario ont affiché des baisses de taux d’emploi similaires à celles chez leurs homologues dans de nombreuses régions des États-Unis.

Les facteurs à l’origine des écarts dans ces tendances entre les pays n’ont pas encore été cernés. Compte tenu de la similitude et de la proximité des deux économies, les changements technologiques qui entraînent une réduction de la main-d’œuvre ne sont probablement pas à l’origine d’une partie importante de ces différences entre les pays. Puisque la baisse de l’emploi dans le secteur de la fabrication était, en pourcentage, relativement la même dans les deux pays, elle n’est pas non plus susceptible d’expliquer la majorité de ces différences, pas plus que le léger recul du taux de syndicalisation observé dans les deux pays pendant la période de 2000 à 2017. On ignore pour l’instant si les différences de trajectoires des salaires minimums réels entre les deux pays, le cas échéant, y ont joué un rôle. De plus, la mesure dans laquelle l’ampleur différente des chocs qu’ont subis les secteurs de la construction et des ressources explique ces différences entre les pays n’a pas encore été déterminée.

Annexe

Sources de données

Le présent article repose sur les données tirées de l’Enquête sur la population active (EPA) de Statistique Canada et de la Current Population Survey (CPS) du Bureau of Labor Statistics des États-Unis.

L’EPA et la CPS sont des enquêtes mensuelles auprès des ménages. Leur but principal est de fournir des renseignements sur les récentes tendances de l’emploi et du chômage (Bender, 2016; Bernard et Usalcas, 2014). L’échantillon mensuel de l’EPA est d’environ 56 000 ménages, tandis que celui de la CPS est d’environ 60 000 ménages. Les microdonnées mensuelles pour la période de 2000 à 2017 ont été utilisées pour produire les données annuelles présentées dans le présent article.

Les deux enquêtes sont en majeure partie similaires. Il y a des différences conceptuelles mineures entre les deux, mais la plupart d’entre elles sont liées à la classification des répondants, qui sont soit chômeurs, soit inactifs. Ces différences sont, par conséquent, peu susceptibles d’avoir des répercussions sur une analyse de l’emploi et des salaires.

L’EPA et la CPS sont toutes deux des enquêtes par panel. Dans l’EPA, les ménages demeurent dans l’échantillon pour une période de six mois. Dans la CPS, les ménages sont échantillonnés pour une période initiale de quatre mois, sont exclus par la suite pendant huit mois et reviennent ensuite dans l’échantillon pour une autre période de quatre mois.

Dans la CPS, les questions portant sur les salaires versés pendant la semaine de référence sont posées seulement à la fin de chacune des deux périodes, lorsque les répondants sont dans l’échantillon. Les fichiers de données contenant les renseignements sur ces ménages lorsqu’ils quittent le panel sont appelés les fichiers du « groupe de renouvellement sortant » (GRS). Ce sont ces fichiers qui sont utilisés dans le cadre de cette étude. Lemieux (2006) montre que les renseignements sur les salaires contenus dans ces fichiers sont plus fiables que ceux produits par les suppléments de la CPS menés annuellement en mars. Ces suppléments comprennent également des questions sur les gains et les salaires des répondants, mais les questions se rapportent à l’année précédente, et non à la semaine de référence.

Puisque les salaires ne sont pas divulgués au-delà d’une certaine valeur dans les fichiers du GRS disponibles, il est impossible de mener une analyse en fonction des salaires moyens. C’est pour cette raison que les salaires médians sont utilisés pour documenter les variations de salaire.

Bibliographie

Bender, R. 2016. Mesure de l’emploi et du chômage au Canada et aux États-Unis — une comparaison. Statistiques sur le travail : Documents techniques, no 2015002. Produit no 75-005-M au catalogue de Statistique Canada. Ottawa : Statistique Canada.

Bernard, A., et J. Usalcas. 2014. Le marché du travail au Canada et aux États-Unis depuis la dernière récession. Aperçus économiques, no 36. Produit no 11-626-X au catalogue de Statistique Canada. Ottawa : Statistique Canada.

Beaudry, P., D.A. Green et B. Sand. 2012. « Does industrial composition matter for wages? A test of search and bargaining theory ». Econometrica 80 (3) : 1063 à 1104.

Charles, K.K., E. Hurst et M.J. Notowidigdo. 2016. « The masking of the decline in manufacturing employment by the housing bubble ». Journal of Economic Perspectives 30 (2) : 179 à 200.

Lemieux, T. 2006. « Increasing residual wage inequality: Composition effects, noisy data or rising demand for skill? » The American Economic Review 96 (3) : 461 à 498.


Date de modification :