Aperçus économiques
Entreprises appartenant à des immigrants dans les industries fondées sur le savoir

par Garnett Picot, Direction générale de la recherche et de l’évaluation, Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada, et
Yuri Ostrovsky, Division de l’analyse sociale et de la modélisation, Statistique Canada

Date de diffusion : le 17 mars 2017

Début de l'encadré

Le présent article de la série Aperçus économiques décrit dans quelle mesure les entreprises appartenant à des immigrants participent à l’économie « fondée sur le savoir », à l’économie ethnique plus traditionnelle ou aux autres secteurs industriels. On y donne également un aperçu des différences entre les catégories d’immigrants (regroupement familial, réfugiés, catégorie des gens d’affaires et catégorie économique) dans les types d’entreprises leur appartenant. L’analyse porte sur deux types d’entreprises : entreprises privées constituées en société et travailleurs autonomes non constitués en société.

Introduction

Traditionnellement, la plus grande partie de la recherche effectuée sur les entreprises appartenant à des immigrants portait sur l’économie ethnique, soit la mesure dans laquelle la demande de biens spécialisés au sein de groupes ethniques particuliers offrait des occasions d’affaires aux immigrants entrepreneurs dans ces collectivités. Les marchés d’alimentation, les restaurants et les autres commerces de détail ou entreprises de services appartenant à des immigrants dans ces marchés à créneaux en sont des exemples. Ce n’est que plus récemment que l’on s’est intéressé davantage au rôle que jouent les immigrants entrepreneurs dans l’économie au sens large, et plus particulièrement dans les entreprises fondées sur le savoir et les entreprises de haute technologie.

On connaît encore peu de choses sur la nature des entreprises appartenant à des immigrants au Canada. En raison des limites des données, les études sont davantage axées sur les travailleurs autonomes immigrants, ce qui exclut ainsi de grands segments d’entreprises appartenant à des immigrants. Afin de combler cette lacune, on recourt, dans la présente analyse, à des données de 2010 provenant de la Base de données canadienne sur la dynamique employeurs-employés de Statistique Canada pour décrire les entreprises appartenant à des immigrants et, plus particulièrement, la mesure dans laquelle ces entreprises exercent leurs activités dans les industries fondées sur le savoir (IFS) ou les industries plus traditionnelles comme le commerce de détail et les services de restauration. En outre, on y examine les différences de répartition des immigrants par industrie dans les différentes catégories d’immigrants (regroupement familial, réfugiés, catégorie des gens d’affaires et catégorie économiqueNote 1). L’étude se fonde sur une autre étude antérieure utilisant le même ensemble de données, qui a démontré qu’après une période d’ajustement et d’intégration, les immigrants étaient propriétaires d’entreprise dans une plus grande proportion que les personnes nées au Canada (Green et coll., 2016). Cependant, les entreprises privées constituées en société appartenant à des immigrants sont généralement de plus petite taille que celles des personnes nées au Canada, et ces entreprises emploient respectivement en moyenne quatre et sept salariés. Le taux de travailleurs autonomes non constitués en société est également plus élevé chez les immigrants que dans la population née au Canada.

L’analyse s’intéresse à deux types d’entreprises. Le premier type comprend les entreprises privées constituées en société, que l’on considère appartenir à des immigrants lorsqu’au moins l’un des propriétaires est un immigrant. Les propriétaires détenant au moins 10 % des actions de l’entreprise sont définis comme tels. Seules les entreprises privées constituées en société ayant des employés sont incluses dans l’analyse. Le deuxième type comprend les entreprises appartenant à des travailleurs autonomes non constitués en société. La vaste majorité de ces entreprises ne compte pas d’employés. Dans le cas d’environ 55 % des immigrants travailleurs autonomes non constitués en société, leur entreprise est leur principale activité économique et le travail autonome, leur principale source de revenus (Green et coll., 2016). Ils sont désignés comme étant principalement travailleurs autonomes, et les entreprises qui leur appartiennent sont incluses dans la présente étude. Les 45 % qui restent sont exclus, car, chez ces personnes, le travail autonome est une activité économique secondaire, puisque les gains qu’ils tirent d’un travail salarié excèdent ceux provenant d’un travail autonomeNote 2.

L’analyse met l’accent sur les entreprises appartenant à des immigrants âgés de 18 à 69 ans qui sont arrivés au Canada à partir de 1980. Le groupe témoin comprend des entreprises appartenant à des personnes nées au pays ainsi qu’à des immigrants qui sont arrivés au Canada avant 1980 (désignées collectivement comme « personnes nées au Canada », puisque 93 % d’entre elles sont nées au Canada).

Répartition selon l’industrie des entreprises appartenant à des immigrants

En 2010, environ 60 % des entreprises privées constituées en société appartenant à des immigrants se trouvaient dans six grands secteurs d’industrie. Il s’agissait des secteurs suivants : services professionnels, scientifiques et techniques; commerce de détail; hébergement et services de restauration; transport et entreposage; construction; soins de santé et assistance sociale (tableau 1)Note 3. Les immigrants principalement travailleurs autonomes se retrouvaient dans des industries plutôt différentes, mais, encore une fois, les six principales comptaient une grande portion d’entre eux, soit plus de 75 %. Il s’agissait des secteurs suivants : services immobiliers et services de location et de location à bail; services administratifs, services de soutien, services de gestion des déchets et services d’assainissement (par exemple, services de conciergerie); soins de santé et assistance sociale; services professionnels, scientifiques et techniques; transport et entreposage; construction.

Tableau 1
Répartition selon l’industrie des entreprises privées, par type de propriété et code d’industrie à deux chiffres du SCIAN, Canada, 2010
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Répartition selon l’industrie des entreprises privées Entreprises privées constituées en société, Principalement travailleurs autonomes, Appartenant à des immigrants et Appartenant à des personnes nées au Canada, calculées selon répartition en pourcentage et nombre unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
  Entreprises privées constituées en société Principalement travailleurs autonomes
Appartenant à des immigrantsTableau 1 Note 1 Appartenant à des personnes nées au CanadaTableau 1 Note 2 Appartenant à des immigrants Appartenant à des personnes nées au Canada
répartition en pourcentage
Industrie (code du SCIAN)  
Inconnu 13,6 6,3 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
Agriculture, foresterie, pêche et chasse (11) 1,2 4,8 2,0 11,0
Extraction minière, exploitation en carrière, et extraction de pétrole et de gaz (21) 0,2 1,2 0,1 0,2
Services publics (22) 0,0 0,1 0,0 0,1
Construction (23) 7,3 14,0 9,6 9,2
Fabrication (31 à 33) 3,9 5,4 1,6 1,3
Commerce de gros (41) 5,3 5,4 1,1 1,0
Commerce de détail (44 et 45) 11,2 9,6 6,0 4,5
Transport et entreposage (48 et 49) 8,5 4,5 10,0 3,7
Industrie de l'information et industrie culturelle (51) 1,0 1,3 0,9 1,1
Finance et assurances (52) 1,5 3,3 2,1 2,1
Services immobiliers et services de location et de location à bail (53) 2,5 4,1 19,9 19,4
Services professionnels, scientifiques et techniques (54) 14,3 13,8 10,5 12,7
Gestion de sociétés et d’entreprises (55) 0,6 1,7 0,0 0,0
Services administratifs, services de soutien, services de gestion des déchets et services d’assainissement (56) 3,6 4,6 15,7 11,2
Services d’enseignement (61) 1,1 0,9 1,4 0,9
Soins de santé et assistance sociale (62) 7,2 6,1 10,7 10,4
Arts, spectacles et loisirs (71) 0,6 1,4 1,7 3,0
Hébergement et services de restauration (72) 11,1 5,1 1,2 1,0
Autres services (sauf les administrations publiques) (81) 5,4 6,4 5,5 7,1
Administrations publiques (91) 0,0 0,0 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
Ensemble des industries 100,0 100,0 100,0 100,0
    nombre
Total 144 350 642 840 399 140 1 328 130

Afin de fournir une perspective plus nuancée, la présente analyse examine 18 industries détaillées qui, en 2010, représentaient au moins 2 % des entreprises privées constituées en société appartenant à des immigrants ou au moins 2 % des entreprises appartenant à des immigrants principalement travailleurs autonomes. Il s’agit d’une combinaison d’industries ayant un code du SCIANNote 4 à quatre chiffres et de secteurs comportant un code à deux chiffres qui comprennent non seulement des industries où se retrouvent traditionnellement les immigrants, comme les commerces de détail, les services de restauration et le transport en commun et le transport terrestre de voyageurs, mais également des industries du génie et des technologies de l’information (TI) comme la conception de systèmes informatiques et les services connexes, l’architecture, le génie et les services connexes ainsi que les services de conseils en gestion et de conseils scientifiques et techniquesNote 5.

Bon nombre de ces industries ont été regroupées pour former le secteur des industries fondées sur le savoir (IFS), un petit groupe d’entreprises exerçant leurs activités dans le domaine des sciences et de la technologie. Lee et Has (1996) se sont servis de l’activité de recherche-développement d’une industrie et du niveau de scolarité de sa main-d’œuvre pour déterminer si l’on peut la classifier comme une industrie fondée sur le savoirNote 6. Leur liste a été mise à jour par Innovation, Sciences et Développement économique Canada et comprend les fabricants des domaines du génie et de la science, des télécommunications, du traitement des données, de la conception de systèmes informatiques et des services de consultation (tableau 2).

Tableau 2
Industries dans la catégorie des industries fondées sur le savoir, telles que définies par Innovation, Sciences et Développement économique Canada
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Industries dans la catégorie des industries fondées sur le savoir. Les données sont présentées selon Code du SCIAN (titres de rangée) et Industrie(figurant comme en-tête de colonne).
Code du SCIAN Industrie
3254 Fabrication de produits pharmaceutiques et de médicaments
3333 Fabrication de machines pour le commerce et les industries de services
3341 Fabrication de matériel informatique et périphérique
3342 Fabrication de matériel téléphonique
3342 Fabrication de matériel de radiodiffusion, de télédiffusion et de communication sans fil
3342 Fabrication d’autres types de matériel de communication
3343 Fabrication de matériel audio et vidéo
3344 Fabrication de semi-conducteurs et d’autres composants électroniques
3345 Fabrication d’instruments de navigation et de guidage
3345 Fabrication d’appareils de mesure et de commande et d’appareils médicaux
3359 Fabrication de fils et de câbles électriques et de communication
3364 Fabrication de produits aérospatiaux et de leurs pièces
5112 Éditeurs de logiciels
5121 Production de films et de vidéos
5121 Postproduction et autres industries du film et de la vidéo
5152 Télévision payante et spécialisée
5171 Fournisseurs de services de télécommunications par fil (sauf câblodistribution)
5171 Câblodistribution et autres activités de distribution d’émissions de télévision
5172 Télécommunications sans fil (sauf par satellite)
5174 Télécommunications par satellite
5179 Autres services de télécommunications
5182 Traitement de données, hébergement de données et services connexes
5413 Services de prospection et de levé géophysiques
5413 Services d’arpentage et de cartographie (sauf les levés géophysiques)
5415 Conception de systèmes informatiques et services connexes
5416 Services de conseils en environnement
5416 Autres services de conseils scientifiques et techniques
5417 Recherche et développement en sciences physiques, en génie et en sciences de la vie
5419 Tous les autres services professionnels, scientifiques et techniques

Comme il est indiqué à la fin du tableau 3, 13,2 % des entreprises privées constituées en société appartenant à des immigrants se situaient dans le secteur des IFS, comparativement à 11,1 % de ces mêmes types d’entreprises appartenant à des personnes nées au Canada. La plus grande portion des entreprises appartenant à des immigrants dans le secteur des IFS correspond aux résultats d’une enquête sur les petites et moyennes entreprises pour l’année 2011 (Statistique Canada, s.d.) qui révélait que bien que les immigrants constituaient 22 % de tous les propriétaires d’entreprises, ils représentaient 28 % des propriétaires d’entreprises exerçant leurs activités dans les domaines liés à l’économie du savoir. Cependant, puisque les entreprises appartenant à des immigrants sont généralement de petite taille, les immigrants ne représentent pas nécessairement des parts relativement plus grandes de l’emploi ou des extrants dans ces industries.

En y regardant de plus près, la part des entreprises privées constituées en société appartenant à des immigrants était plus grande que la part des entreprises de ce type appartenant à des personnes nées au Canada dans la conception de services informatiques et services connexes (6,2 % et 2,8 %, respectivement), mais plus faible dans les services de conseils en gestion et de conseils scientifiques et techniques (2,7 % et 3,6 %, respectivement). La part des entreprises privées constituées en société appartenant à des immigrants était également plus élevée dans des domaines comme le commerce de détail, le transport par camion et les services de restauration et débits de boissons.

Au sein du groupe des travailleurs principalement autonomes, 8,0 % des entreprises d’immigrants exerçaient leurs activités dans le secteur des IFS, une part comparable à celle des entreprises appartenant à des personnes nées au Canada (7,4 %). Dans une proportion comparable, une grande partie des travailleurs autonomes immigrants et nés au Canada (17,0 % et 16,3 %, respectivement) exerçaient leurs activités dans le domaine immobilier (bailleurs de biens immobiliers). Les industries dans lesquelles on retrouve des parts relativement importantes d’immigrants travailleurs autonomes étaient le transport en commun et le transport terrestre de voyageurs, le transport par camion, le commerce de détail, les services relatifs aux bâtiments et aux logements et les services de garderie.

Tableau 3
Répartition détaillée selon l’industrie des immigrants et des personnes nées au Canada propriétaires d’entreprises privées constituées en société ou principalement travailleurs autonomes, Canada, 2010
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Répartition détaillée selon l’industrie des immigrants et des personnes nées au Canada propriétaires d’entreprises privées constituées en société ou principalement travailleurs autonomes Entreprises privées constituées en société, Principalement travailleurs autonomes, Appartenant à des immigrants et Appartenant à des personnes nées au Canada, calculées selon répartition en pourcentage, nombre et pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
  Entreprises privées constituées en société Principalement travailleurs autonomes
Appartenant à des immigrantsTableau 3 Note 1 Appartenant à des personnes nées au CanadaTableau 3 Note 2 Appartenant à des immigrants Appartenant à des personnes nées au Canada
répartition en pourcentage
Industrie (code du SCIAN)  
Construction de bâtiments (236) 2,2 4,3 3,2 2,8
Entrepreneurs spécialisés (238) 4,8 8,6 6,3 6,3
Fabrication (31 à 33) 3,9 5,4 1,6 1,3
Commerce de gros (41) 5,3 5,4 1,1 1,0
Commerce de détailTableau 3 Note 3 (44 et 45) 11,2 9,6 6,0 4,5
Transport par camion (484) 6,8 3,1 3,8 1,9
Transport en commun et transport terrestre de voyageursTableau 3 Note 4 (485) 0,2 0,3 5,2 1,0
Bailleurs de biens immobiliers (5311) 1,2 1,8 17,0 16,3
Bureaux d’agents et de courtiers immobiliers (5312) 0,5 0,7 2,0 2,0
Services de comptabilité, de préparation de déclarations de revenus, de tenue de livres et de paye (5412) 0,9 1,5 2,1 3,4
Architecture, génie et services connexes (5413) 2,1 2,2 0,8 0,7
Conception de systèmes informatiques et services connexes (5415) 6,2 2,8 1,1 0,7
Services de conseils en gestion et de conseils scientifiques et techniques (5416) 2,7 3,6 4,4 4,0
Services relatifs aux bâtiments et aux logementsTableau 3 Note 5 (5617) 1,6 1,8 12,5 9,0
Cabinets de médecins (6211) 3,9 2,8 1,3 2,1
Cabinets de dentistes (6212) 1,4 1,2 0,5 0,6
Services de garderie (6244) 0,4 0,3 6,7 4,4
Services de restauration et débits de boissons (722) 10,1 4,3 1,0 0,7
Toutes les autres industries 34,6 40,5 23,5 37,2
Pourcentage total des propriétaires 100,0 100,0 100,0 100,0
  nombre
Total 144 350 642 836 399 163 1 328 227
  pourcentage
Industries fondées sur le savoir 13,2 11,1 8,0 7,4

Taux de propriété d’entreprises, selon la catégorie d’immigrants

Les types d’entreprises que possèdent les immigrants reflètent les différences de leurs caractéristiques, notamment la catégorie d’admission. Les immigrants de la catégorie économique et de la catégorie des gens d’affaires sont choisis pour des motifs économiques, tandis que les immigrants de la catégorie du regroupement familial et les réfugiés ne le sont pas. Les demandeurs principaux de la catégorie économique et leurs conjoints ont tendance à être très scolarisés (CIC, 2012) et, comparativement à la population née au Canada, ils sont plus susceptibles de travailler dans les domaines du génie et des TI (Picot et Hou, 2009). Le niveau de scolarité des immigrants de la catégorie du regroupement familial et des réfugiés est moins élevé et ceux-ci ne se retrouvent pas autant dans les métiers et professions liés au génie et aux TI. Ces différences ont probablement une incidence sur le niveau d’investissement dans des entreprises et sur le type d’entreprises qu’ils mettent sur pied ou qu’ils achètent.

Entreprises privées constituées en société

En 2010, les immigrants de la catégorie économique (demandeurs principaux et leurs personnes à charge) étaient à peu près aussi susceptibles que les personnes nées au pays de posséder une entreprise constituée en société, mais 1,8 fois plus susceptibles de posséder une entreprise dans les industries fondées sur le savoir (IFS), et 2,0 fois plus susceptibles de posséder une entreprise dans les domaines du génie et des TI (tableau 4)Note 7. La tendance des immigrants de la catégorie économique à posséder de telles sociétés peut avoir un lien avec leur niveau de scolarité plus élevé et avec leur plus grande propension à travailler dans les professions liées au génie et aux TI. Si l’on établissait la comparaison avec des adultes nés au Canada de niveau de scolarité semblable, le taux de propriété d’entreprise ne serait peut-être pas différent. Toutefois, les données permettant d’évaluer cette possibilité ne sont pas disponibles. Néanmoins, le taux de propriété plus élevé chez les immigrants de la catégorie économique donne à penser que la contribution de ce groupe au développement des IFS et des industries du génie et des TI était plus élevée que les nombres l’indiquaient.

Comparativement aux personnes nées au Canada, la catégorie du regroupement familial présentait des taux de propriété plus faibles d’entreprises privés constituées en société dans les IFS (0,7), mais des taux plus élevés de propriété dans le commerce de détail et les services de restauration (1,6). On constatait la même chose chez les immigrants réfugiés (tableau 4).

Tableau 4
Probabilité qu’un immigrantTableau 4 Note 1 soit propriétaire d’une entreprise privée constituée en société, comparativement à une personne née au CanadaTableau 4 Note 2, certaines industries, par catégorie d’immigrants, 2010
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Probabilité qu’un immigrant soit propriétaire d’une entreprise privée constituée en société Tous les immigrants et Catégorie d’immigrant, calculées selon ratio unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
  Tous les immigrants Catégorie d’immigrant
Regroupement familial Économique Réfugiés
  ratio
Ensemble des industries 1,0Tableau 4 Note 3 0,9 1,0 0,7
Groupe d’industries  
Industries fondées sur le savoir 1,2 0,7 1,8Tableau 4 Note 4 0,5
Génie et technologie de l’information 1,3 0,7 2,0 0,5
Commerce de détail (épicerie) et services de restauration (restaurant) 1,7 1,6 1,5 1,6
Taxi, conciergerie, aménagement paysager Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
Bailleur de biens immobiliers Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer

Principalement travailleurs autonomes

Tandis que les immigrants de la catégorie économique, de la catégorie du regroupement familial et les réfugiés étaient de 1,3 à 1,6 fois plus susceptibles que les personnes nées au Canada d’être principalement travailleurs autonomes, les taux variaient considérablement selon l’industrie (tableau 5). Les taux relatifs de travail autonome dans les IFS et les industries liées au génie et aux TI étaient les plus élevés chez les immigrants de la catégorie économique, ceux-ci représentant environ 2 fois ceux observés au sein de la population née au Canada, et leurs taux relatifs dans les secteurs du commerce de détail, des services de restauration et de taxi, de conciergerie et d’aménagement paysager étaient de 1,9 à 1,8 fois plus élevés. Les immigrants de la catégorie du regroupement familial et les réfugiés étaient à peu près aussi susceptibles que les personnes nées au pays d’être travailleurs autonomes dans les IFS et les industries du génie et des IT, leurs taux allant de 1,0 à 1,2; ils étaient toutefois beaucoup plus susceptibles que la population née au Canada d’être principalement travailleurs autonomes dans les secteurs du commerce de détail et des services de restauration et de taxi, de conciergerie et d’aménagement paysager, leurs taux étant de 1,7 à 2,7 fois supérieurs.

Tableau 5
Probabilité qu’un immigrantTableau 5 Note 1 soit principalement travailleur autonome (non constitué en société) comparativement à une personne née au CanadaTableau 5 Note 2, par catégorie d’immigrant, certaines industries, 2010
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Probabilité qu’un immigrant soit principalement travailleur autonome (non constitué en société) comparativement à une personne née au Canada Tous les immigrants et Catégorie d’immigrant, calculées selon ratio unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
  Tous les immigrants Catégorie d’immigrant
Regroupement familial Économique Réfugiés
  ratio
Ensemble des industries 1,4Tableau 5 Note 3 1,4 1,3 1,6
Groupe d’industries  
Industries fondées sur le savoir 1,6 1,1 2,0Tableau 5 Note 4 1,0
Génie et technologie de l’information 1,6 1,2 2,2 1,0
Commerce de détail (épicerie) et services de restauration (restaurant) 1,9 1,7 1,9 2,1
Taxi, conciergerie, aménagement paysager 2,5 2,7 1,8 2,1
Bailleur de biens immobiliers 1,5 1,2 2,2 1,1

Répartition dans l’ensemble des industries, selon la catégorie d’immigrants

Le taux de propriété d’entreprise ne mentionne pas dans quelles industries sont concentrées les entreprises appartenant à des immigrants. Ceux-ci peuvent présenter un taux de propriété élevé dans une industrie en particulier, mais lorsque cette industrie est de taille relativement petite, dans l’ensemble, le résultat est un faible nombre d’entreprises appartenant à des immigrants. Par conséquent, on indique maintenant dans l’analyse les industries dans lesquelles on retrouve la plupart des entreprises appartenant à des immigrants.

Demandeurs principaux de la catégorie économique et leurs personnes à charge

Parmi les entreprises privées constituées en société appartenant à des demandeurs principaux de la catégorie économique, deux nœuds de concentration d’industries se démarquent : près du quart des entreprises (22,9 %) se retrouvaient dans les IFS et presque un cinquième, dans les secteurs du commerce de détail ou des services de restauration (tableau 6). Les demandeurs principaux de la catégorie économique étant principalement travailleurs autonomes se situaient davantage dans les secteurs exigeant moins de compétences : 16,8 % d’entre eux étaient bailleurs de biens immobiliers, 10,5 % travaillaient dans les services relatifs aux bâtiments et aux logements et 6,6 %, dans le commerce de détail (tableau 7). Malgré tout, 13,8 % travaillaient dans les IFS, comparativement à 7,4 % des travailleurs autonomes nés au Canada (tableaux 7 et 3).

Au total, 21,9 % des entreprises constituées en société appartenant à des personnes à charge des demandeurs principaux de la catégorie économique se trouvaient dans les secteurs du commerce de détail ou des services de restauration, et 14,4 % dans les IFS. En comparaison, chez les personnes nées au pays, bon nombre des entreprises se situaient dans les secteurs de la conception de systèmes informatiques et des services connexes et dans les cabinets de médecins (tableau 6 et tableau 3). Le travail principalement autonome chez les personnes à charge de la catégorie économique était concentré dans les domaines de la location de biens immobiliers (22,6 %), des services relatifs aux bâtiments et aux logements (11,9 %) et du commerce de détail (6,7 %). Chez les personnes à charge des demandeurs principaux de la catégorie économique, 9 % des travailleurs autonomes exerçaient leurs activités dans les IFS, comparativement à 7,4 % chez les personnes nées au Canada.

Tableau 6
Répartition détaillée selon l’industrie des immigrantsTableau 6 Note 1 propriétaires d’entreprises privées constituées en société, par catégorie d’immigrants, Canada, 2010
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Répartition détaillée selon l’industrie des immigrants propriétaires d’entreprises privées constituées en société Catégorie d’immigrant, calculées selon répartition en pourcentage, nombre et pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
  Catégorie d’immigrant
Regroupement familial ÉconomiqueTableau 6 Note 2 Gens d’affairesTableau 6 Note 2 Personnes à chargeTableau 6 Note 3 Réfugiés
  répartition en pourcentage
Industrie (code du SCIAN)  
Construction de bâtiments (236) 2,5 1,6 2,4 1,7 2,9
Entrepreneurs spécialisés (238) 6,7 2,9 1,5 2,6 7,8
Fabrication (31 à 33) 3,7 4,0 5,2 3,4 4,5
Commerce de gros (41) 3,8 5,8 13,1 6,3 3,1
Commerce de détail (44 et 45) 10,0 10,7 16,3 12,4 11,1
Transport par camion (484) 13,0 3,1 1,2 2,3 9,8
Transport en commun et transport terrestre de voyageurs (485) 0,3 0,1 0,1 0,1 0,4
Bailleurs de biens immobiliers (5311) 1,0 0,8 3,5 1,6 0,9
Bureaux d’agents et de courtiers immobiliers (5312) 0,4 0,5 0,8 0,5 0,3
Services de comptabilité, de préparation de déclarations de revenus, de tenue de livres et de paye (5412) 0,7 1,2 0,3 1,0 0,6
Architecture, génie et services connexes (5413) 1,2 3,7 0,5 2,1 1,7
Conception de systèmes informatiques et services connexes (5415) 3,2 11,8 1,0 6,8 3,4
Services de conseils en gestion et de conseils scientifiques et techniques (5416) 2,1 4,1 2,2 3,2 1,2
Services relatifs aux bâtiments et aux logements (5617) 2,1 0,9 0,7 1,0 2,7
Cabinets de médecins (6211) 2,7 5,7 0,6 5,6 2,5
Cabinets de dentistes (6212) 1,3 1,0 0,5 2,5 1,5
Services de garderie (6244) 0,3 0,3 0,3 0,7 0,3
Services de restauration et débits de boissons (722) 10,6 7,9 9,9 9,5 13,3
Toutes les autres industries 34,4 33,8 40,1 36,9 32,0
Pourcentage total des propriétaires 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
  nombre
Total 44 199 38 659 7 266 29 318 17 035
  pourcentage
Industries fondées sur le savoir 8,2 22,9 5,0 14,4 7,5
Tableau 7
Répartition détaillée selon l’industrie des immigrants principalement travailleurs autonomes (non constitués en société)Tableau 7 Note 1 , par catégorie d’immigrants, Canada, 2010
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Répartition détaillée selon l’industrie des immigrants principalement travailleurs autonomes (non constitués en société) Catégorie d’immigrant, Regroupement familial, Économique, Gens d’affaires, Personnes à charge et Réfugiés, calculées selon répartition en pourcentage, nombre et pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
  Catégorie d’immigrant
Regroupement familial ÉconomiqueTableau 7 Note 2 Gens d’affairesTableau 7 Note 2 Personnes à chargeTableau 7 Note 3 Réfugiés
répartition en pourcentage
Industrie (code du SCIAN)  
Construction de bâtiments (236) 3,5 2,6 1,8 2,0 4,9
Entrepreneurs spécialisés (238) 6,9 5,0 2,6 3,7 10,1
Fabrication (31 à 33) 1,7 1,5 1,5 1,3 1,8
Commerce de gros (41) 1,0 1,3 1,4 1,1 1,0
Commerce de détail (44 et 45) 5,3 6,6 7,6 6,7 5,5
Transport par camion (484) 5,4 2,5 1,0 1,5 6,0
Transport en commun et transport terrestre de voyageurs (485) 5,9 5,1 0,9 1,1 9,4
Bailleurs de biens immobiliers (5311) 13,9 16,8 37,9 22,6 11,5
Bureaux d’agents et de courtiers immobiliers (5312) 1,6 2,8 1,5 2,3 1,4
Services de comptabilité, de préparation de déclarations de revenus, de tenue de livres et de paye (5412) 1,9 2,8 1,2 2,5 1,3
Architecture, génie et services connexes (5413) 0,4 1,6 0,5 0,7 0,5
Conception de systèmes informatiques et services connexes (5415) 0,7 2,5 0,3 1,4 0,6
Services de conseils en gestion et de conseils scientifiques et techniques (5416) 3,3 7,4 5,7 4,9 2,5
Services relatifs aux bâtiments et aux logements (5617) 13,0 10,5 8,2 11,9 14,8
Cabinets de médecins (6211) 0,9 2,1 0,3 1,8 0,7
Cabinets de dentistes (6212) 0,4 0,4 0,2 0,9 0,4
Services de garderie (6244) 10,7 2,9 1,3 6,8 5,3
Services de restauration et débits de boissons (722) 1,0 0,9 1,0 0,9 1,1
Toutes les autres industries 22,4 24,6 25,0 26,1 21,0
Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
  nombre
Total 119 094 81 116 16 070 88 902 66 056
  pourcentage
Industries fondées sur le savoir 5,8 13,8 7,5 9,0 4,7

Demandeurs principaux de la catégorie des gens d’affaires

Les entreprises constituées en société appartenant à des demandeurs principaux de la catégorie des gens d’affaires étaient regroupées dans les secteurs du commerce de gros, du commerce de détail et des services de restauration, qui, ensemble, représentaient presque 40 % de toutes ces entreprises (voir Picot et Hou, 2009). Seulement 5 % de ces entreprises exerçaient leurs activités dans des IFS, comparativement à 22,9 % des entreprises privées constituées en société appartenant à des demandeurs principaux de la catégorie économique et à 8,2 % de celles qui appartenaient à des immigrants de la catégorie du regroupement familial.

Par ailleurs, 37,9 % des demandeurs principaux de la catégorie des gens d’affaires qui étaient principalement travailleurs autonomes étaient bailleurs de biens immobiliers. Cette part est de beaucoup supérieure à celle que l’on observe chez les autres immigrants et les personnes nées au Canada.

Catégorie du regroupement familial

Les entreprises privées constituées en société appartenant à des immigrants de la catégorie du regroupement familial se regroupaient dans le commerce de détail et les services de restauration (20,6 %) et dans le transport par camion (13 %) (tableau 6). Les entreprises appartenant à des personnes nées au pays étaient moins concentrées dans ces industries.

Les immigrants de la catégorie du regroupement familial qui étaient principalement travailleurs autonomes exerçaient leurs activités en plus grande concentration dans les domaines de la location de biens immobiliers (13,9 %), des services relatifs aux bâtiments et aux logements (13,0 %) et des services de garderie (10,7 %) (tableau 7). Les immigrants de la catégorie du regroupement familial qui étaient travailleurs autonomes étaient sous-représentés dans les IFS et les secteurs du génie et de l’informatique.

Catégorie des réfugiés

Près du quart des entreprises privées constituées en société appartenant à des réfugiés se situaient dans les secteurs du commerce de détail et des services de restauration. Parmi les autres secteurs importants où les réfugiés étaient propriétaires d’entreprise, on compte celui des entrepreneurs spécialisés et du transport par camion. Les réfugiés propriétaires d’entreprises constituées en société étaient sous-représentés dans les IFS comparativement aux personnes nées au Canada; toutefois, ils étaient presque aussi susceptibles d’être dans le domaine de la conception de systèmes informatiques.

Les réfugiés qui étaient principalement travailleurs autonomes se retrouvaient en plus grande concentration dans les services relatifs aux bâtiments et aux logements (14,8 %), ou comme bailleurs de biens immobiliers (11,5 %) et entrepreneurs spécialisés (10,1 %). Tout comme les immigrants de la catégorie du regroupement familial, les réfugiés travaillant principalement comme travailleurs autonomes étaient sous-représentés dans les IFS comparativement aux personnes nées au Canada.

Les immigrants propriétaires d’entreprises dans les industries fondées sur le savoir sont susceptibles d’appartenir à la catégorie économique

En 2010, environ 48 % des immigrants propriétaires d’entreprises constituées en société dans les IFS étaient des demandeurs principaux de la catégorie économique, mais ils représentaient seulement 20 % de tous les immigrants. Près du quart des immigrants propriétaires d’entreprises dans les IFS étaient des personnes à charge de demandeurs principaux de la catégorie économique. Ainsi, les immigrants de la catégorie économique représentaient plus de 70 % de tous les immigrants propriétaires d’entreprises constituées en société dans les IFS. Environ le cinquième des immigrants propriétaires faisaient partie de la catégorie du regroupement familial, et 7 % étaient des réfugiés. Moins de 2 % des immigrants propriétaires de ces types d’entreprises étaient des demandeurs principaux de la catégorie des gens d’affaires. Les profils étaient similaires chez les travailleurs autonomes (non constitués en société) : les immigrants travailleurs autonomes des IFS étaient fortement concentrés dans la catégorie économique.

Conclusion

Les études américaines donnent à penser que l’immigration a un effet positif sur la création et l’exploitation d’entreprises de technologies de pointe (voir Saxenian, 2002), et sur l’innovation de produits et de procédés en général. Ces effets sont liés à des immigrants hautement qualifiés, plus particulièrement dans les secteurs du génie et de l’informatique. Par exemple, Hunt et Gauthier-Loiselle (2010) ont découvert que l’effet positif sur l’innovation s’explique entièrement par la propension, chez les immigrants, à choisir des professions dans les secteurs de la science, du génie et des technologies de l’information (TI).

La recherche de cette nature n’existe pas au Canada. Cependant, la présente analyse met en évidence la mesure dans laquelle les immigrants de la catégorie économique sont propriétaires d’entreprises ou travailleurs autonomes dans les industries fondées sur le savoir, notamment dans les secteurs du génie et des TI.

Comme c’est le cas pour les États-Unis, ces conclusions peuvent refléter le niveau de scolarité des immigrants. Depuis le début des années 1990, le niveau de scolarité des demandeurs principaux de la catégorie économique est plus élevé que celui des personnes nées au Canada dans l’ensemble, et ces demandeurs se trouvent en plus forte concentration dans les professions des secteurs du génie et de l’informatique. Bien qu’il soit possible que le taux de propriété d’entreprise dans les industries fondées sur le savoir (IFS) chez les personnes nées au pays possédant un niveau de scolarité semblable puisse également être élevé, la présente analyse n’a pas permis de tester cette hypothèse.

Les demandeurs principaux dans la catégorie des gens d’affaires ne se retrouvaient pas en mêmes concentrations dans les IFS. S’ils étaient proportionnellement plus nombreux que les personnes nées au pays à être propriétaires d’une entreprise dans de telles industries, c’est parce que leur taux global de propriété d’entreprise est élevé. Ils se retrouvaient en plus grande concentration plutôt dans des entreprises comme le commerce de gros, le commerce de détail et les services de restauration. Chez les demandeurs principaux de la catégorie des gens d’affaires qui étaient travailleurs autonomes, c’est le domaine de la location de biens immobiliers qui se démarquait, car ils y étaient représentés dans une proportion deux fois plus élevée que chez les travailleurs autonomes nés au Canada.

Les propriétaires de la catégorie du regroupement familial et les réfugiés se retrouvaient en grande concentration dans les industries plus traditionnellement favorisées par les immigrants comme le commerce de détail, les services de restauration, le transport en commun et le transport terrestre de voyageurs et les services relatifs aux bâtiments et aux logements. Les immigrants de la catégorie du regroupement familial et les réfugiés principalement travailleurs autonomes étaient proportionnellement moins nombreux que les travailleurs autonomes nés au Canada à travailler dans les IFS.

La moitié des entreprises constituées en société appartenant à des immigrants dans les IFS, appartenaient à des demandeurs principaux de la catégorie économique, un groupe qui représentait 20 % de tous les immigrants. En considérant l’ensemble des demandeurs principaux de la catégorie économique et leurs personnes à charge, ce groupe était propriétaire de plus de 70 % des entreprises appartenant à des immigrants de ces secteurs. Dans les industries plus traditionnelles, les entreprises appartenant à des immigrants étaient largement réparties dans toutes les catégories d’immigrants.

Bibliographie

CIC (Citoyenneté et Immigration Canada). 2012. Canada : Faits et chiffres : Aperçu de l’immigration : Résidents permanents et temporaires 2012. Ottawa : Citoyenneté et Immigration Canada. Disponible au lien suivant : http://publications.gc.ca/collections/collection_2013/cic/Ci1-8-2012-fra.pdf (consulté le 29 novembre 2016).

Gera, S., et P. Massé. 1996. Performance de l’emploi dans l’économie du savoir, Industrie Canada. Document de travail no 14. Ottawa : Industrie Canada.

Gouvernement du Canada. 2000. Comparaison et rapprochement des codes CTI et SCIAN servant à définir les industries fondées sur le savoir (IFS). 71 pages. Préparé pour Industrie Canada par E. Wayne Clendenning & Associates. Disponible au lien suivant : https://www.ic.gc.ca/eic/site/061.nsf/vwapj/ComparisonReconciliation_f.pdf/$FILE/ComparisonReconciliation_f.pdf (consulté le 7 décembre 2016).

Green, D., H. Liu, Y. Ostrovsky, et G. Picot. 2016. Immigration, propriété d’entreprises et emploi au Canada. Direction des études analytiques : documents de recherche, no 375. Produit no 11F0019M au catalogue de Statistique Canada. Ottawa : Statistique Canada.

Hunt, J., et M. Gauthier-Loiselle. 2010. « How Much Does Immigration Boost Innovation? » American Economic Journal: Macroeconomics 2 (2) : 31 à 56.

Lee, F.C., et H. Has. 1996. « A Quantitative Assessment of High-knowledge Industries Versus Low-knowledge Industries ». Dans The Implications of Knowledge-Based Growth for Micro-Economic Policies, édité par P. Howitt, série de recherche d’Industrie Canada, 6. Calgary : University of Calgary Press.

Morissette, R., Y. Ostrovsky, et G. Picot. 2004. Tendances des salaires relatifs des personnes très scolarisées dans une économie du savoir. Direction des études analytiques : documents de recherche, no 232. Produit no 11F0019M au catalogue de Statistique Canada.Ottawa : Statistique Canada.

Picot, G., et F. Hou. 2009. Les caractéristiques des immigrants, l’effondrement de la TI et leur effet sur les gains initiaux des immigrants. Direction des études analytiques : documents de recherche, no 315. Produit no 11F0019M au catalogue de Statistique Canada. Ottawa : Statistique Canada.

Saxenian, A. 2002. « Silicon Valley’s New Immigrant High-growth Entrepreneurs ». Dans Economic Development Quarterly 16 (1) : 20 à 31.

Statistique Canada, s.d. Enquête sur le financement et la croissance des petites et moyennes entreprises (2011). Occasionnelle.

Statistique Canada. 2012. Système de classification des industries de l’Amérique du Nord (SCIAN) Canada 2012. Produit no 12-501-X au catalogue de Statistique Canada. Ottawa : Statistique Canada.

Date de modification :