Aperçus économiques
Embauches et mises à pied dans les régions économiques du Canada : estimations expérimentales, 2003 à 2013

par Wen Ci, René Morissette et Grant Schellenberg, Division de l ́analyse sociale et de la modélisation

Date de diffusion : le 27 juin 2016 Date de correction : (si requis)

Début de l'encadré

 

Le présent article des Aperçus économiques présente les estimations annuelles des taux d’embauche et des taux de mise à pied pour les 69 régions économiques (RE) du Canada au cours de la période de 2003 à 2013. L’article aborde plusieurs questions : (1) À quel degré les taux d’embauche et les taux de mise à pied diffèrent-ils entre les RE du Canada? (2) Quel est le profil des RE qui comptent des taux de mise à pied relativement faibles ou relativement élevés? (3) À quel degré la récession de 2008-2009 a-t-elle eu une incidence sur les taux d’embauche et les taux de mise à pied dans différentes RE? L’étude utilise des données de la Base de données canadienne sur la dynamique employeurs-employés et l’Enquête sur la population active pour examiner ces questions. L’étude se limite aux employés qui étaient âgés de 18 à 64 ans. Les employés étaient définis comme des personnes recevant des salaires et traitements mais pas de revenus d’un emploi autonome au cours d’une année donnée. Les travailleurs autonomes constitués en société sont exclus.

Fin de l'encadré

Chaque année, des milliers de travailleurs au Canada commencent un emploi auprès d’un nouvel employeur ou quittent un emploi auprès d’un employeur précédent. Les motifs de ces transitions sont nombreux. Les employeurs rajustent la taille de leurs effectifs en recrutant de nouveaux employés ou en réduisant leur effectif en fonction de la conjoncture économique, de changements technologiques, des variations de la structure des échanges et des préférences des consommateurs, ainsi que d’autres facteurs. Certaines entreprises réduisent leurs activités ou meurent, tandis que d’autres développent leurs activités ou entrent sur de nouveaux marchés. En retour, les travailleurs sont redistribués dans l’ensemble de l’économie, passant de secteurs en déclin à d’autres en expansion et d’entreprises en recul à d’autres en expansion. En outre, indépendamment du degré de rendement de certaines entreprises dans un secteur industriel donné ou du degré de rendement de certains secteurs industriels relativement à d’autres secteurs, des milliers de Canadiens prennent leur retraite, entrent ou retournent sur le marché du travail ou changent d’emploi chaque année. Dans l’ensemble, le flux des travailleurs d’une entreprise à une autre constitue une importante caractéristique de la population active canadienneNote 1.

Bien que des mesures bien établies, telles que les niveaux d’emploi et les taux de chômage, fournissent de précieux renseignements au sujet de la population active canadienne, elles ne rendent pas compte entièrement de ces flux de travailleurs d’une entreprise à une autre. Pour mesurer le redéploiement de la main-d’œuvre entre les employeurs, nous avons besoin d’indicateurs additionnels comme les taux d’embauche et les taux de mise à pied.

Le présent article présente de nouvelles estimations expérimentales des taux d’embauche et des taux de mise à pied aux niveaux national, provincial et infraprovincial pour la période de 2003 à 2013. On met un accent particulier sur les taux d’embauche et de mise à pied dans les 69 régions économiques (RE) du pays. Il est nécessaire de disposer de données à ce niveau de détail géographique pour éclairer les discussions au sujet des obstacles et des possibilités auxquels les entreprises et les travailleurs sont confrontés dans ces marchés du travail locaux.

Les taux d’embauche et de mise à pied sont établis à partir de différentes sources de données administratives, notamment le formulaire T4 - État de la rémunération payée (feuillet T4), le formulaire T1 - Déclaration de revenus et les relevés d’emploi (RE). Ces sources de données renferment les grands volumes d’observations nécessaires pour produire des données sur le marché du travail pour des régions de petite taille, et pour obtenir les renseignements sur le code postal nécessaires pour organiser ces données géographiquement. Cependant, les fichiers de données administratives ne sont pas conçus pour tenir compte des indicateurs du marché du travail, et il faut résoudre plusieurs questions de nature conceptuelle et méthodologique lorsqu’ils sont utilisés à cette fin. Les détails relatifs à ces questions sont présentés plus en détail dans le rapport technique qui accompagne le présent article (Morissette, Ci et Schellenberg 2016). Étant donné la nouveauté de l’approche et la possibilité d’affiner encore davantage les méthodes, les taux d’embauche et de mise à pied sont présentés ici sous la forme d’estimations expérimentales.

Les taux d’embauche permettent de rendre compte des déplacements des travailleurs vers de nouvelles entreprises. On entend par « nouvelles recrues » les employés qui commencent un emploi auprès d’au moins un nouvel employeur au cours d’une année donnée et qui sont toujours à l’emploi de cet employeur l’année suivanteNote 2. Cette définition est conforme à l’approche adoptée par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE 2009). Elle exclut de nombreux types d’embauche qui mènent à des emplois à court terme (p. ex., emplois d’été pour les étudiants) et permet de mieux rendre compte de l’expérience des travailleurs qui ont des liens relativement solides avec le marché du travail, comparativement aux autres mesures utilisées (Morissette, Ci et Schellenberg 2016). Le taux d’embauche est calculé en divisant le nombre de nouvelles recrues dans une région par le nombre d’emplois rémunérés dans cette régionNote 3.

Les taux de mise à pied permettent de rendre compte des déplacements des travailleurs hors des entreprises en raison d’une pénurie de travail ou à la fin d’un contratNote 4. On entend par « personnes mises à pied » les travailleurs qui sont mis à pied au cours d’une année donnée et qui ne sont pas réembauchés par le même employeur au cours de la même année ou de l’année suivante. Le taux de mise à pied est calculé en divisant le nombre d’employés dans une région où surviennent des mises à pied par le nombre d’emplois rémunérés dans cette région.

Les taux d’embauche et les taux de mise à pied sont des compléments utiles aux autres indicateurs du marché du travail. Par exemple, les taux de chômage indiquent le pourcentage des participants au marché du travail qui, à un moment donné dans le temps, n’ont pas d’emploi et recherchent activement un emploi. Cependant, les personnes en chômage n’ont pas nécessairement toutes été mises à pied. Certains intègrent ou réintègrent le marché du travail et cherchent du travail, tandis que d’autres tentent de se faire réembaucher après avoir quitté un emploi pour d’autres raisons. À l’inverse, les travailleurs mis à pied ne sont pas tous nécessairement au chômage. Certains trouvent rapidement un autre emploi sans vivre une période d’activités déclarées de recherche d’emploi, et d’autres quittent complètement la population active.

De même, des niveaux d’emploi stables dans une région donnée n’indiquent pas nécessairement une absence de possibilités d’emploi, puisque les entreprises embauchent de nouveaux travailleurs pour remplacer ceux qui prennent leur retraite ou qui quittent la population active pour d’autres raisons. Des taux d’embauche relativement élevés ne s’accompagnent pas nécessairement de taux de chômage relativement faibles. Certaines régions qui vivent une stagnation ou un déclin au plan économique peuvent comporter des taux d’embauche relativement faibles, ce qui reflète des taux élevés de chômage et le manque de possibilités d’emploi. Pourtant, d’autres régions qui présentent des taux élevés de chômage peuvent comporter des taux d’embauche relativement élevés si elles comptent une proportion relativement élevée d’emplois temporaires ou saisonniers qui prennent fin chaque année mais qui sont renouvelés et comblés par de nouveaux candidats l’année suivante.

Enfin, il est important de mentionner que les données administratives contiennent des renseignements sur la RE où une personne réside, mais non pas sur la RE où elle travaille. Bien que la majorité des personnes résident et travaillent dans la même RE, cela n’est pas toujours le cas (Morissette, Ci et Schellenberg 2016). Cela signifie notamment qu’une personne résidant, disons, en Colombie-Britannique qui trouve un emploi en Alberta et qui se déplace entre les deux provinces pour se rendre au travail sera incluse dans le taux d’embauche de la RE de résidence en Colombie-Britannique et non pas dans celui de la RE d’emploi en Alberta. En résumé, les taux d’embauche et les taux de mise à pied fournissent de l’information au sujet des expériences sur le marché du travail des résidents d’une RE donnée.

Les embauches et les mises à pied sont appréciables relativement à la croissance nette de l’emploi

Peu importe la conjoncture économique, beaucoup de travailleurs sont réaffectés entre les employeurs chaque année. Par exemple, même si le nombre des employés de 18 à 64 ans est demeuré pratiquement inchangé, à 13,2 millions, entre janvier 2009 et janvier 2010, 2,4 millions de personnes ont été embauchées en 2009 (tableau 1). Au cours de cette année, 0,9 million de personnes ont été mises à piedNote 5. Parmi les travailleurs de 25 à 54 ans, le total des emplois rémunérés s’est maintenu à environ 9,7 millions, bien que 1,5 million de personnes dans ce groupe d’âge aient été embauchées et que 0,6 million aient été mises à pied en 2009. Au cours de la période de 2003 à 2013, le nombre annuel d’embauches et de mises à pied au Canada a surpassé largement les variations annuelles nettes de l’emploi (graphique 1). Cette conclusion met en lumière un fait important : la croissance nette de l’emploi sous-estime fortement les flux de travailleurs entre les entreprises.

Graphique 1 Embauches et mises à pied dans les régions économiques du Canada : estimations expérimentales, 2003 à 2013

Tableau de données du graphique 1
Tableau de données du graphique 1
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 1. Les données sont présentées selon Groupe d'âge (titres de rangée) et Variation nette de l'emploi, Embauches et Mises à pied, calculées selon thousands unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Groupe d'âge Variation nette de l'emploi Embauches Mises à pied
milliers
Employés de 18 à 64 ans 168 2 710 776
Employés de 25 à 54 ans 68 1 625 495

Les taux de mise à pied varient entre les régions économiques davantage que les taux d’embauche

De 2003 à 2013, 5,8 % des employés de 18 à 64 ans ont été mis à pied, en moyenne, sur une base annuelle (tableau 2). Au cours de cette période, le taux d’embauche au Canada  MathType@MTEF@5@5@+= feaagKart1ev2aqatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbbjxAHX garmWu51MyVXgaruWqVvNCPvMCG4uz3bqefqvATv2CG4uz3bIuV1wy Ubqee0evGueE0jxyaibaiuYhf9irVeeu0dXdh9vqqj=hEeeu0dc9q8 arFj0xb9arFfea0hXxe9vqai=hGCQ8k8xqFbc9s8vqLq=pb9qr0dd9 q8qi0lf9Fve9Fve9FXqaaeaabaGaaiaacaqaaeaadaabauaaaOqaae rbdfgBPjMCPbacgaqcLbwaqaaaaaaaaaWdbiaa=nbiaaa@3BDF@ le nombre de personnes embauchées en proportion du nombre annuel moyen des emplois rémunérés  MathType@MTEF@5@5@+= feaagKart1ev2aqatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbbjxAHX garmWu51MyVXgaruWqVvNCPvMCG4uz3bqefqvATv2CG4uz3bIuV1wy Ubqee0evGueE0jxyaibaiuYhf9irVeeu0dXdh9vqqj=hEeeu0dc9q8 arFj0xb9arFfea0hXxe9vqai=hGCQ8k8xqFbc9s8vqLq=pb9qr0dd9 q8qi0lf9Fve9Fve9FXqaaeaabaGaaiaacaqaaeaadaabauaaaOqaae rbdfgBPjMCPbacgaqcLbwaqaaaaaaaaaWdbiaa=nbiaaa@3BDF@ s’élevait en moyenne à 20,2 %.

Les taux de mise à pied différaient d’une province à l’autre davantage que les taux d’embauche. Par exemple, les taux de mise à pied à Terre-Neuve-et-Labrador étaient en moyenne de 15,7 %, soit plus du triple des taux de 4,7 %, 4,4 %, 4,9 % et 5,1 % observés en Ontario, au Manitoba, en Saskatchewan et en Alberta, respectivement. En revanche, les taux d’embauche à Terre-Neuve-et-Labrador étaient légèrement supérieurs à ceux mesurés en Saskatchewan et presque identiques à ceux mesurés en Alberta (graphique 2). Le Yukon et le Nunavut ont affiché des taux de mise à pied supérieurs à la moyenne et des taux d’embauche supérieurs à la moyenne.Note 6

Graphique 2 Embauches et mises à pied dans les régions économiques du Canada : estimations expérimentales, 2003 à 2013

Tableau de données du graphique 2
Tableau de données du graphique 2
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 2. Les données sont présentées selon Provinces et territoires (titres de rangée) et Taux d'embauche et Taux de mise à pied, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Provinces et territoires Taux d'embauche Taux de mise à pied
pourcentage
T.-N.-L. 25,0 15,7
Î.-P.-É. 22,5 12,9
N.-É. 20,1 8,0
N.-B. 21,3 10,4
Qc 20,0 6,7
Ont. 18,4 4,7
Man. 19,7 4,4
Sask. 21,4 4,9
Alb. 24,8 5,1
C.-B. 21,0 5,9
Yn 24,0 9,9
T.N.-O. 19,6 5,1
Nt 34,9 14,0

En termes relatifs, les taux de mise à pied variaient davantage d’une RE à l’autre que les taux d’embauche. On peut le vérifier en triant les RE par ordre croissant des taux de mise à pied et en traçant à la fois les taux d’embauche et les taux de mise à pied (graphique 3). De 2003 à 2013, les RE de South Coast MathType@MTEF@5@5@+= feaagKart1ev2aqatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbbjxAHX garmWu51MyVXgaruWqVvNCPvMCG4uz3bqefqvATv2CG4uz3bIuV1wy Ubqee0evGueE0jxyaibaiuYhf9irVeeu0dXdh9vqqj=hEeeu0dc9q8 arFj0xb9arFfea0hXxe9vqai=hGCQ8k8xqFbc9s8vqLq=pb9qr0dd9 q8qi0lf9Fve9Fve9FXqaaeaabaGaaiaacaqaaeaadaabauaaaOqaae rbdfgBPjMCPbacgaqcLbwaqaaaaaaaaaWdbiaa=nbiaaa@3BDF@ Burin Peninsula et de Notre Dame MathType@MTEF@5@5@+= feaagKart1ev2aqatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbbjxAHX garmWu51MyVXgaruWqVvNCPvMCG4uz3bqefqvATv2CG4uz3bIuV1wy Ubqee0evGueE0jxyaibaiuYhf9irVeeu0dXdh9vqqj=hEeeu0dc9q8 arFj0xb9arFfea0hXxe9vqai=hGCQ8k8xqFbc9s8vqLq=pb9qr0dd9 q8qi0lf9Fve9Fve9FXqaaeaabaGaaiaacaqaaeaadaabauaaaOqaae rbdfgBPjMCPbacgaqcLbwaqaaaaaaaaaWdbiaa=nbiaaa@3BDF@ Central Bonavista Bay, Campbellton MathType@MTEF@5@5@+= feaagKart1ev2aqatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbbjxAHX garmWu51MyVXgaruWqVvNCPvMCG4uz3bqefqvATv2CG4uz3bIuV1wy Ubqee0evGueE0jxyaibaiuYhf9irVeeu0dXdh9vqqj=hEeeu0dc9q8 arFj0xb9arFfea0hXxe9vqai=hGCQ8k8xqFbc9s8vqLq=pb9qr0dd9 q8qi0lf9Fve9Fve9FXqaaeaabaGaaiaacaqaaeaadaabauaaaOqaae rbdfgBPjMCPbacgaqcLbwaqaaaaaaaaaWdbiaa=nbiaaa@3BDF@ Miramichi et Gaspésie MathType@MTEF@5@5@+= feaagKart1ev2aqatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbbjxAHX garmWu51MyVXgaruWqVvNCPvMCG4uz3bqefqvATv2CG4uz3bIuV1wy Ubqee0evGueE0jxyaibaiuYhf9irVeeu0dXdh9vqqj=hEeeu0dc9q8 arFj0xb9arFfea0hXxe9vqai=hGCQ8k8xqFbc9s8vqLq=pb9qr0dd9 q8qi0lf9Fve9Fve9FXqaaeaabaGaaiaacaqaaeaadaabauaaaOqaae rbdfgBPjMCPbacgaqcLbwaqaaaaaaaaaWdbiaa=nbiaaa@3BDF@ Îles-de-la-Madeleine ont enregistré des taux de mise à pied moyens de 20 % ou plus, tandis que les RE d’Ottawa, Toronto, Winnipeg, Regina MathType@MTEF@5@5@+= feaagKart1ev2aqatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbbjxAHX garmWu51MyVXgaruWqVvNCPvMCG4uz3bqefqvATv2CG4uz3bIuV1wy Ubqee0evGueE0jxyaibaiuYhf9irVeeu0dXdh9vqqj=hEeeu0dc9q8 arFj0xb9arFfea0hXxe9vqai=hGCQ8k8xqFbc9s8vqLq=pb9qr0dd9 q8qi0lf9Fve9Fve9FXqaaeaabaGaaiaacaqaaeaadaabauaaaOqaae rbdfgBPjMCPbacgaqcLbwaqaaaaaaaaaWdbiaa=nbiaaa@3BDF@ Moose Mountain et Calgary ont enregistré en moyenne des taux de mise à pied variant entre 3,9 % et 4,2 %. Le premier groupe de RE avait des taux d’embauche qui variaient entre 25 % et 30 % alors que le second avait des taux d’embauche qui variaient entre 17 % et 24 %. Par conséquent, les taux de mise à pied variaient par un facteur de 4,8 (ou plus) entre ces régions alors que les taux d’embauche variaient par un facteur de moins de deux.

Graphique 3 Embauches et mises à pied dans les régions économiques du Canada : estimations expérimentales, 2003 à 2013

Tableau de données du graphique 3
Tableau de données du graphique 3
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 3. Les données sont présentées selon Ordre croissant des régions économiques (selon la moyenne des taux de mise à pied) (titres de rangée) et Taux de mise à pied et Taux d'embauche, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Ordre croissant des régions économiques (selon la moyenne des taux de mise à pied) Taux de mise à pied Taux d'embauche
pourcentage
1 3,9 17,2
2 3,9 20,7
3 4,0 19,6
4 4,1 24,0
5 4,2 18,8
6 4,3 18,1
7 4,4 21,1
8 4,5 17,0
9 4,6 18,0
10 4,8 20,4
11 4,8 20,9
12 4,8 20,4
13 4,9 22,2
14 4,9 23,7
15 4,9 17,9
16 4,9 18,9
17 5,0 18,1
18 5,1 19,7
19 5,1 17,4
20 5,1 19,6
21 5,1 18,7
22 5,3 23,3
23 5,3 21,1
24 5,4 24,5
25 5,6 17,3
26 5,6 21,2
27 5,6 17,8
28 5,8 19,1
29 6,0 26,6
30 6,0 20,3
31 6,5 19,2
32 6,6 19,2
33 6,7 18,3
34 6,7 18,7
35 6,8 19,4
36 6,9 19,8
37 7,0 27,4
38 7,0 20,0
39 7,1 21,3
40 7,4 19,8
41 7,4 20,5
42 7,5 19,6
43 7,6 23,2
44 7,9 30,5
45 8,0 21,0
46 8,1 20,8
47 8,2 20,1
48 8,5 23,3
49 8,8 20,5
50 8,8 22,2
51 9,6 20,5
52 9,7 28,9
53 9,7 23,6
54 9,9 24,0
55 9,9 21,1
56 10,2 22,1
57 10,5 20,8
58 11,1 20,2
59 11,3 23,8
60 11,4 20,2
61 11,5 22,1
62 12,9 22,5
63 13,4 24,6
64 14,0 34,9
65 14,5 23,7
66 19,0 27,0
67 20,0 24,6
68 20,7 25,8
69 25,4 30,0

Les régions économiques comportant des taux de mise à pied relativement élevés sont moins peuplées et comptent une proportion relativement élevée d’emplois temporaires

Afin de fournir plus de détails sur les caractéristiques régionales, les 69 RE ont été triées selon le taux de mise à pied annuel moyen pendant la période de 2003 à 2013 et regroupées dans le tiers supérieur, moyen ou inférieur de la répartition du taux de mise à pied (tableau 3). Les RE dans ces groupes comportaient des taux de mise à pied annuels moyens de 12,6 %, 6,8 % et 4,7 % respectivement.

Parmi les 23 RE dans le tiers supérieur de la répartition du taux de mise à pied, dix étaient situées dans le Canada atlantique et quatre dans le Nord et l’Est du Québec. Les RE dans le tiers supérieur de la répartition du taux de mise à pied étaient moins peuplées que celles dans le tiers inférieur, avec des niveaux d’emploi moyens de 59 000 et 360 000 respectivement. Les employés résidant dans des régions comportant des taux de mise à pied relativement élevés gagnaient en moyenne 37 600 $ par année (en dollars de 2014) pendant la période de 2003 à 2013, comparativement à 45 300 $ pour leurs homologues résidant dans des RE comportant des taux de mise à pied relativement faibles.

Les RE dans le tiers supérieur de la répartition comptaient des parts plus importantes de l’emploi total dans l’agriculture, la pêche, l’exploitation forestière et la chasse, et des parts plus importantes de l’emploi dans les petites entreprises. En partie en raison de ces différences, ces RE comptaient aussi proportionnellement plus d’employés occupant des postes temporaires (18 %) comparativement aux RE comportant de faibles taux de mise à pied (11 %)Note 7. Dans l’ensemble des 69 RE, la proportion des employés occupant des emplois temporaires constituait un assez bon prédicteur du taux de mise à pied dans une région donnée, représentant ainsi les trois quarts de la variation des taux moyens de mise à pied mesurés dans les RE pendant la période de 2003 à 2013 (graphique 4). Au cours de cette période, une augmentation de 1 point de pourcentage de cette proportion a été associée à une augmentation de 0,84 point de pourcentage du taux moyen de mise à pied.

La forte corrélation positive entre les taux de mise à pied et la proportion des employés occupant des emplois temporaires dans les RE permet d’affirmer que la différence de 7,9 points de pourcentage entre, d’une part, les taux de mise à pied des RE dans le tiers supérieur de la répartition du taux de mise à pied, et d’autre part les taux des RE dans le tiers inférieur, résulte des différences d’importance relative des emplois temporaires dans les économies régionales. Des analyses multivariées confirment cette hypothèse. Lorsque les différences de pourcentage des emplois temporaires entre les régions sont prises en compte, la différence de 7,9 points de pourcentage observée dans les données brutes baisse à 3,5 points de pourcentage. Ainsi, les différences quant à l’importance relative des emplois temporaires dans les marchés du travail locaux expliquent plus de la moitié de la différence dans les taux de mise à pied observée entre les RE du tiers supérieur de la répartition du taux de mise à pied et celles du tiers inférieur.

Graphique 4 Embauches et mises à pied dans les régions économiques du Canada : estimations expérimentales, 2003 à 2013

Tableau de données du graphique 4
Tableau de données du graphique 4
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 4. Les données sont présentées selon Pourcentage des employés occupant un emploi temporaire (titres de rangée) et Taux de mise à pied(figurant comme en-tête de colonne).
Pourcentage des employés occupant un emploi temporaire Taux de mise à pied
pourcentage
20,1 10,2
29,4 25,4
25,8 19,0
21,9 12,9
22,0 14,5
16,3 9,6
16,1 8,2
21,0 11,1
13,2 4,9
22,4 20,0
13,9 8,1
14,7 8,0
15,9 6,9
16,4 11,4
28,6 20,7
16,5 10,5
15,4 6,5
13,1 6,7
13,0 6,8
11,6 7,4
11,1 5,8
14,1 5,3
10,9 5,1
10,7 6,6
11,6 7,0
14,4 5,6
14,5 11,3
13,9 8,8
17,0 11,5
14,6 13,4
13,3 3,9
13,0 5,1
12,0 5,6
11,3 4,2
10,5 4,6
10,2 5,0
10,7 4,9
9,9 6,7
10,4 5,1
12,7 7,4
14,4 7,5
9,0 4,3
10,0 4,8
10,1 4,9
10,5 4,0
11,1 4,5
12,6 7,1
10,7 3,9
11,1 4,8
11,3 4,4
11,0 5,6
12,1 7,6
10,2 4,9
10,7 5,3
9,2 4,1
10,5 7,0
10,1 6,0
11,2 5,4
8,9 7,9
12,5 6,0
11,0 4,8
11,9 8,5
14,3 9,7
12,5 8,8
14,5 9,9
8,9 9,7
15,7 9,9
13,6 5,1
23,3 14,0

Alors que les régions dont l’économie repose en grande partie sur des emplois saisonniers ont tendance à présenter des taux de mise à pied relativement plus élevés, elles peuvent avoir soit des taux d’embauche plus faibles  MathType@MTEF@5@5@+= feaagKart1ev2aqatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbbjxAHX garmWu51MyVXgaruWqVvNCPvMCG4uz3bqefqvATv2CG4uz3bIuV1wy Ubqee0evGueE0jxyaibaiuYhf9irVeeu0dXdh9vqqj=hEeeu0dc9q8 arFj0xb9arFfea0hXxe9vqai=hGCQ8k8xqFbc9s8vqLq=pb9qr0dd9 q8qi0lf9Fve9Fve9FXqaaeaabaGaaiaacaqaaeaadaabauaaaOqaae rbdfgBPjMCPbacgaqcLbwaqaaaaaaaaaWdbiaa=nbiaaa@3BDF@ reflétant les possibilités d’emploi moins nombreuses  MathType@MTEF@5@5@+= feaagKart1ev2aqatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbbjxAHX garmWu51MyVXgaruWqVvNCPvMCG4uz3bqefqvATv2CG4uz3bIuV1wy Ubqee0evGueE0jxyaibaiuYhf9irVeeu0dXdh9vqqj=hEeeu0dc9q8 arFj0xb9arFfea0hXxe9vqai=hGCQ8k8xqFbc9s8vqLq=pb9qr0dd9 q8qi0lf9Fve9Fve9FXqaaeaabaGaaiaacaqaaeaadaabauaaaOqaae rbdfgBPjMCPbacgaqcLbwaqaaaaaaaaaWdbiaa=nbiaaa@3BDF@ soit des taux d’embauche plus élevés, alors que les emplois temporaires prennent fin chaque année mais sont comblés par de nouveaux candidats l’année suivante. Donc, les RE qui ont en moyenne des taux de mise à pied relativement élevés ne comportent pas nécessairement de faibles taux d’embauche. Une telle situation est illustrée dans le Graphique 5. Par exemple, les RE de South Coast MathType@MTEF@5@5@+= feaagKart1ev2aqatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbbjxAHX garmWu51MyVXgaruWqVvNCPvMCG4uz3bqefqvATv2CG4uz3bIuV1wy Ubqee0evGueE0jxyaibaiuYhf9irVeeu0dXdh9vqqj=hEeeu0dc9q8 arFj0xb9arFfea0hXxe9vqai=hGCQ8k8xqFbc9s8vqLq=pb9qr0dd9 q8qi0lf9Fve9Fve9FXqaaeaabaGaaiaacaqaaeaadaabauaaaOqaae rbdfgBPjMCPbacgaqcLbwaqaaaaaaaaaWdbiaa=nbiaaa@3BDF@ Burin Peninsula et Notre Dame MathType@MTEF@5@5@+= feaagKart1ev2aqatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbbjxAHX garmWu51MyVXgaruWqVvNCPvMCG4uz3bqefqvATv2CG4uz3bIuV1wy Ubqee0evGueE0jxyaibaiuYhf9irVeeu0dXdh9vqqj=hEeeu0dc9q8 arFj0xb9arFfea0hXxe9vqai=hGCQ8k8xqFbc9s8vqLq=pb9qr0dd9 q8qi0lf9Fve9Fve9FXqaaeaabaGaaiaacaqaaeaadaabauaaaOqaae rbdfgBPjMCPbacgaqcLbwaqaaaaaaaaaWdbiaa=nbiaaa@3BDF@ Central Bonavista Bay, Campbellton MathType@MTEF@5@5@+= feaagKart1ev2aqatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbbjxAHX garmWu51MyVXgaruWqVvNCPvMCG4uz3bqefqvATv2CG4uz3bIuV1wy Ubqee0evGueE0jxyaibaiuYhf9irVeeu0dXdh9vqqj=hEeeu0dc9q8 arFj0xb9arFfea0hXxe9vqai=hGCQ8k8xqFbc9s8vqLq=pb9qr0dd9 q8qi0lf9Fve9Fve9FXqaaeaabaGaaiaacaqaaeaadaabauaaaOqaae rbdfgBPjMCPbacgaqcLbwaqaaaaaaaaaWdbiaa=nbiaaa@3BDF@ Miramichi et Gaspésie MathType@MTEF@5@5@+= feaagKart1ev2aqatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbbjxAHX garmWu51MyVXgaruWqVvNCPvMCG4uz3bqefqvATv2CG4uz3bIuV1wy Ubqee0evGueE0jxyaibaiuYhf9irVeeu0dXdh9vqqj=hEeeu0dc9q8 arFj0xb9arFfea0hXxe9vqai=hGCQ8k8xqFbc9s8vqLq=pb9qr0dd9 q8qi0lf9Fve9Fve9FXqaaeaabaGaaiaacaqaaeaadaabauaaaOqaae rbdfgBPjMCPbacgaqcLbwaqaaaaaaaaaWdbiaa=nbiaaa@3BDF@ Îles-de-la-Madeleine ont enregistré des taux moyens de mise à pied de 20 % ou plus mais comportaient aussi des taux d’embauche d’au moins 24 %.

Les régions dynamiques au plan économique sont susceptibles d’afficher des taux d’embauche relativement plus élevés et des taux de mise à pied relativement plus faibles, alors que la demande croissante de main-d’œuvre réduit le risque de pertes d’emploi et incite les entreprises à intensifier leurs activités de recrutement. Le Graphique 5 offre des éléments probants à l’appui de cette hypothèse. Pendant la période de 2003 à 2013, les RE de Calgary et d’Edmonton affichaient des taux de mise à pied considérablement plus faibles et des taux d’embauche considérablement plus élevés comparativement à la RE d’Edmunston MathType@MTEF@5@5@+= feaagKart1ev2aqatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbbjxAHX garmWu51MyVXgaruWqVvNCPvMCG4uz3bqefqvATv2CG4uz3bIuV1wy Ubqee0evGueE0jxyaibaiuYhf9irVeeu0dXdh9vqqj=hEeeu0dc9q8 arFj0xb9arFfea0hXxe9vqai=hGCQ8k8xqFbc9s8vqLq=pb9qr0dd9 q8qi0lf9Fve9Fve9FXqaaeaabaGaaiaacaqaaeaadaabauaaaOqaae rbdfgBPjMCPbacgaqcLbwaqaaaaaaaaaWdbiaa=nbiaaa@3BDF@ Woodstock, ce qui reflétait certainement  MathType@MTEF@5@5@+= feaagKart1ev2aqatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbbjxAHX garmWu51MyVXgaruWqVvNCPvMCG4uz3bqefqvATv2CG4uz3bIuV1wy Ubqee0evGueE0jxyaibaiuYhf9irVeeu0dXdh9vqqj=hEeeu0dc9q8 arFj0xb9arFfea0hXxe9vqai=hGCQ8k8xqFbc9s8vqLq=pb9qr0dd9 q8qi0lf9Fve9Fve9FXqaaeaabaGaaiaacaqaaeaadaabauaaaOqaae rbdfgBPjMCPbacgaqcLbwaqaaaaaaaaaWdbiaa=nbiaaa@3BDF@ du moins en partie  MathType@MTEF@5@5@+= feaagKart1ev2aqatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbbjxAHX garmWu51MyVXgaruWqVvNCPvMCG4uz3bqefqvATv2CG4uz3bIuV1wy Ubqee0evGueE0jxyaibaiuYhf9irVeeu0dXdh9vqqj=hEeeu0dc9q8 arFj0xb9arFfea0hXxe9vqai=hGCQ8k8xqFbc9s8vqLq=pb9qr0dd9 q8qi0lf9Fve9Fve9FXqaaeaabaGaaiaacaqaaeaadaabauaaaOqaae rbdfgBPjMCPbacgaqcLbwaqaaaaaaaaaWdbiaa=nbiaaa@3BDF@ l’incidence du boom pétrolier sur les économies régionales de l’Ouest du pays.

D’autres régions affichaient des taux d’embauche relativement plus faibles et des taux de mise à pied relativement plus faibles parce que leur économie repose en grande partie sur l’emploi dans le secteur public, qui se caractérise par de faibles taux de roulement des travailleurs. C’est le cas pour les RE d’Ottawa et de l’Outaouais, qui affichaient toutes deux des taux de mise à pied et des taux d’embauche inférieurs à la moyenne pendant la période de 2003 à 2013.

Graphique 5 Embauches et mises à pied dans les régions économiques du Canada : estimations expérimentales, 2003 à 2013

Tableau de données du graphique 5
Tableau de données du graphique 5
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 5. Les données sont présentées selon Nom de la région économique (titres de rangée) et Taux annuel moyen de mise à pied et Taux annuel moyen d'embauche, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Nom de la région économique Taux annuel moyen de mise à pied Taux annuel moyen d'embauche
pourcentage
Avalon Peninsula 10,2 22,1
Côte-sud–Burin Peninsula et Notre Dame–Central Bonavista Bay 25,4 30,0
Côte-ouest–Northern Peninsula–Labrador 19,0 27,0
Île-du-Prince-Édouard 12,9 22,5
Cape Breton 14,5 23,7
Côte-Nord and Nord-du-Québec 9,6 20,5
Annapolis Valley 8,2 20,1
Sud (N.-É.) 11,1 20,2
Halifax 4,9 18,9
Campbellton–Miramichi 20,0 24,6
Moncton–Richibucto 8,1 20,8
Saint John–St. Stephen 8,0 21,0
Fredericton–Oromocto 6,9 19,8
Edmundston–Woodstock 11,4 20,2
Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine 20,7 25,8
Bas-Saint-Laurent 10,5 20,8
Capitale-Nationale (Qué.) 6,5 19,2
Chaudière-Appalaches 6,7 18,7
Estrie 6,8 19,4
Centre-du-Québec 7,4 19,8
Montérégie 5,8 19,1
Montréal 5,3 21,1
Laval 5,1 19,7
Lanaudière 6,6 19,2
Laurentides 7,0 20,0
Outaouais 5,6 17,3
Abitibi-Témiscamingue 11,3 23,8
Mauricie 8,8 20,5
Saguenay–Lac-Saint-Jean 11,5 22,1
Côte-Nord et Nord-du-Québec 13,4 24,6
Ottawa 3,9 17,2
Kingston–Pembroke 5,1 18,7
Muskoka–Kawarthas 5,6 17,8
Toronto 4,2 18,8
Kitchener–Waterloo–Barrie 4,6 18,0
Hamilton–Niagara Peninsula 5,0 18,1
London 4,9 17,9
Windsor–Sarnia 6,7 18,3
Stratford–Bruce Peninsula 5,1 17,4
Nord-est (Ont.) 7,4 20,5
Nord-ouest 7,5 19,6
Sud-est 4,3 18,1
Centre sud et Centre nord 4,8 20,4
Sud-ouest 4,9 22,2
Winnipeg 4,0 19,6
Interlake 4,5 17,0
Parklands et Nord 7,1 21,3
Regina–Moose Mountain 3,9 20,7
Swift Current–Moose Jaw 4,8 20,9
Saskatoon–Biggar 4,4 21,1
Yorkton–Melville 5,6 21,2
Prince Albert et Nord 7,6 23,2
Lethbridge–Medicine Hat 4,9 23,7
Camrose–Drumheller 5,3 23,3
Calgary 4,1 24,0
Banff–Jasper–Rocky Mountain House et Athabasca–Grande Prairie–Peace River 7,0 27,4
Red Deer 6,0 26,6
Edmonton 5,4 24,5
Wood Buffalo–Cold Lake 7,9 30,5
Île de Vancouver et la côte 6,0 20,3
Lower Mainland–Sud-ouest 4,8 20,4
Thompson–Okanagan 8,5 23,3
Kootenay 9,7 23,6
Cariboo 8,8 22,2
Côte-nord et Nechako 9,9 21,1
Nord-est (C.-B.) 9,7 28,9
Yukon (territoire) 9,9 24,0
Territoires du Nord-Ouest 5,1 19,6
Nunavut 14,0 34,9

Les régions économiques se sont adaptées à la récession de 2008-2009 principalement en réduisant le taux d’embauche

Les données présentées jusqu’à présent sont des moyennes mesurées pendant la période de 2003 à 2013 qui ne permettent pas de déterminer si les RE se sont adaptées à la récession de 2008-2009 principalement en réduisant le taux d’embauche ou en augmentant le taux de mise à pied. Le Graphique 6 apporte des éclaircissements sur cette question. On constate qu’entre 2007 et 2009  MathType@MTEF@5@5@+= feaagKart1ev2aqatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbbjxAHX garmWu51MyVXgaruWqVvNCPvMCG4uz3bqefqvATv2CG4uz3bIuV1wy Ubqee0evGueE0jxyaibaiuYhf9irVeeu0dXdh9vqqj=hEeeu0dc9q8 arFj0xb9arFfea0hXxe9vqai=hGCQ8k8xqFbc9s8vqLq=pb9qr0dd9 q8qi0lf9Fve9Fve9FXqaaeaabaGaaiaacaqaaeaadaabauaaaOqaae rbdfgBPjMCPbacgaqcLbwaqaaaaaaaaaWdbiaa=nbiaaa@3BDF@ des conditions expansionnaires à récessionnistes  MathType@MTEF@5@5@+= feaagKart1ev2aqatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbbjxAHX garmWu51MyVXgaruWqVvNCPvMCG4uz3bqefqvATv2CG4uz3bIuV1wy Ubqee0evGueE0jxyaibaiuYhf9irVeeu0dXdh9vqqj=hEeeu0dc9q8 arFj0xb9arFfea0hXxe9vqai=hGCQ8k8xqFbc9s8vqLq=pb9qr0dd9 q8qi0lf9Fve9Fve9FXqaaeaabaGaaiaacaqaaeaadaabauaaaOqaae rbdfgBPjMCPbacgaqcLbwaqaaaaaaaaaWdbiaa=nbiaaa@3BDF@ le taux d’embauche a baissé de 3,6 points de pourcentage et le taux de mise à pied a augmenté de 1,3 point de pourcentage au niveau national. On peut ainsi supposer que dans la plupart des RE, les entreprises se sont adaptées à la récession de 2008-2009 principalement en réduisant leur offre d’embauche.

Graphique 6 Embauches et mises à pied dans les régions économiques du Canada : estimations expérimentales, 2003 à 2013

Tableau de données du graphique 6
Tableau de données du graphique 6
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 6. Les données sont présentées selon Année (titres de rangée) et Taux d'embauche et Taux de mise à pied, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Année Taux d'embauche Taux de mise à pied
pourcentage
2003 20,5 6,1
2004 21,1 5,9
2005 21,1 5,4
2006 21,5 5,3
2007 21,6 5,3
2008 20,8 6,1
2009 18,0 6,6
2010 19,2 5,9
2011 19,8 5,9
2012 19,4 5,6
2013 19,4 5,6

Le Graphique 7 et les tableaux 4 et 5 confirment cette hypothèse. Ils illustrent les variations absolues des taux d’embauche et des taux de mise à pied dans les RE entre 2007 et 2009. Les RE sont triées de gauche à droite en fonction de la variation absolue de leur taux d’embauche. Comme il fallait s’y attendre, pratiquement aucune des RE n’a augmenté son taux d’embauche de 2007 à 2009. Alors que l’économie entrait en récession, les taux d’embauche ont diminué de 8 points de pourcentage ou plus dans la plupart des RE en AlbertaNote 8, à partir d’un point de départ d’au moins 25 %. Des diminutions de 5 points de pourcentage ou plus ont été constatées dans d’autres RE au pays, notamment Thompson MathType@MTEF@5@5@+= feaagKart1ev2aqatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbbjxAHX garmWu51MyVXgaruWqVvNCPvMCG4uz3bqefqvATv2CG4uz3bIuV1wy Ubqee0evGueE0jxyaibaiuYhf9irVeeu0dXdh9vqqj=hEeeu0dc9q8 arFj0xb9arFfea0hXxe9vqai=hGCQ8k8xqFbc9s8vqLq=pb9qr0dd9 q8qi0lf9Fve9Fve9FXqaaeaabaGaaiaacaqaaeaadaabauaaaOqaae rbdfgBPjMCPbacgaqcLbwaqaaaaaaaaaWdbiaa=nbiaaa@3BDF@ Okanagan, South Central et North Central au Manitoba, Abitibi-Témiscamingue, et South Coast MathType@MTEF@5@5@+= feaagKart1ev2aqatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbbjxAHX garmWu51MyVXgaruWqVvNCPvMCG4uz3bqefqvATv2CG4uz3bIuV1wy Ubqee0evGueE0jxyaibaiuYhf9irVeeu0dXdh9vqqj=hEeeu0dc9q8 arFj0xb9arFfea0hXxe9vqai=hGCQ8k8xqFbc9s8vqLq=pb9qr0dd9 q8qi0lf9Fve9Fve9FXqaaeaabaGaaiaacaqaaeaadaabauaaaOqaae rbdfgBPjMCPbacgaqcLbwaqaaaaaaaaaWdbiaa=nbiaaa@3BDF@ Burin Peninsula et Notre Dame MathType@MTEF@5@5@+= feaagKart1ev2aqatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbbjxAHX garmWu51MyVXgaruWqVvNCPvMCG4uz3bqefqvATv2CG4uz3bIuV1wy Ubqee0evGueE0jxyaibaiuYhf9irVeeu0dXdh9vqqj=hEeeu0dc9q8 arFj0xb9arFfea0hXxe9vqai=hGCQ8k8xqFbc9s8vqLq=pb9qr0dd9 q8qi0lf9Fve9Fve9FXqaaeaabaGaaiaacaqaaeaadaabauaaaOqaae rbdfgBPjMCPbacgaqcLbwaqaaaaaaaaaWdbiaa=nbiaaa@3BDF@ Central Bonavista Bay à Terre-Neuve-et-Labrador. À l’opposé, les taux de mise à pied dans la plupart des RE ont augmenté, en chiffres absolus, de moins de 2 points de pourcentageNote 9,Note 10.

Graphique 7 Embauches et mises à pied dans les régions économiques du Canada : estimations expérimentales, 2003 à 2013

Tableau de données du graphique 7
Tableau de données du graphique 7
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 7. Les données sont présentées selon Ordre croissant des régions économiques de résidence (selon la variation absolue des taux d'embauche) (titres de rangée) et Variation absolue des taux d'embauche, 2007 et 2009 et Variation absolue des taux de mise à pied, 2007 et 2009, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Ordre croissant des régions économiques de résidence (selon la variation absolue des taux d'embauche) Variation absolue des taux d'embauche, 2007 et 2009 Variation absolue des taux de mise à pied, 2007 et 2009
pourcentage
1 -8,6 1,2
2 -8,4 2,9
3 -8,1 1,6
4 -7,9 2,9
5 -7,8 2,3
6 -7,7 2,6
7 -7,3 -1,2
8 -7,0 1,8
9 -6,6 -2,6
10 -6,2 0,1
11 -6,0 2,6
12 -5,1 0,8
13 -5,0 1,4
14 -4,9 0,5
15 -4,8 0,9
16 -4,6 1,9
17 -4,5 2,0
18 -4,5 0,0
19 -4,1 -3,4
20 -4,0 1,8
21 -3,8 1,4
22 -3,6 0,9
23 -3,6 0,1
24 -3,5 -0,1
25 -3,5 4,3
26 -3,5 2,0
27 -3,5 -0,4
28 -3,5 1,1
29 -3,4 1,6
30 -3,4 2,2
31 -3,4 0,1
32 -3,4 1,0
33 -3,3 1,5
34 -3,2 0,7
35 -3,2 0,8
36 -3,2 1,0
37 -3,0 1,1
38 -3,0 4,0
39 -3,0 1,1
40 -2,9 0,2
41 -2,9 1,0
42 -2,8 1,6
43 -2,7 0,9
44 -2,6 4,0
45 -2,6 1,1
46 -2,6 0,2
47 -2,5 0,3
48 -2,4 0,8
49 -2,4 1,0
50 -2,4 0,0
51 -2,3 2,0
52 -2,2 0,7
53 -2,2 1,5
54 -2,1 0,7
55 -2,0 0,9
56 -2,0 0,8
57 -1,9 1,9
58 -1,8 0,6
59 -1,6 0,7
60 -1,6 0,9
61 -1,6 1,6
62 -1,5 4,3
63 -1,5 0,3
64 -1,1 0,1
65 -1,1 1,0
66 -0,8 1,4
67 -0,5 2,1
68 -0,2 1,4

Pendant la période de 2003 à 2013, les taux d’embauche ont beaucoup plus varié au fil du temps dans l’Ouest du Canada comparativement aux autres régions du pays. Pour Red Deer, par exemple, le taux d’embauche a atteint un sommet de 31 % en 2006, mais avait diminué de 11 points de pourcentage en 2009 (graphique 8). Alors que la reprise économique s’amorçait au cours des années subséquentes, le taux d’embauche à Red Deer a rebondi de 4 à 7 points de pourcentage. On a constaté une tendance similaire pour Calgary et d’autres RE telles que Thompson MathType@MTEF@5@5@+= feaagKart1ev2aqatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbbjxAHX garmWu51MyVXgaruWqVvNCPvMCG4uz3bqefqvATv2CG4uz3bIuV1wy Ubqee0evGueE0jxyaibaiuYhf9irVeeu0dXdh9vqqj=hEeeu0dc9q8 arFj0xb9arFfea0hXxe9vqai=hGCQ8k8xqFbc9s8vqLq=pb9qr0dd9 q8qi0lf9Fve9Fve9FXqaaeaabaGaaiaacaqaaeaadaabauaaaOqaae rbdfgBPjMCPbacgaqcLbwaqaaaaaaaaaWdbiaa=nbiaaa@3BDF@ OkanaganNote 11.

Graphique 8 Embauches et mises à pied dans les régions économiques du Canada : estimations expérimentales, 2003 à 2013

Tableau de données du graphique 8
Tableau de données du graphique 8
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 8. Les données sont présentées selon Région économique de résidence (titres de rangée) et 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012 et 2013, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Région économique de résidence 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
pourcentage
Red Deer 26,7 28,6 30,8 31,2 28,4 26,6 20,0 23,6 26,6 26,0 24,2
Calgary 23,1 25,0 27,0 27,7 26,3 24,7 18,3 21,6 23,7 23,3 23,0
Thompson–Okanagan 22,3 23,9 24,5 25,1 26,1 24,3 20,0 21,3 22,3 23,3 23,5
Swift Current–Moose Jaw 20,4 20,4 21,2 21,4 20,6 22,1 19,5 18,9 21,7 21,5 22,0

En général, les taux d’embauche dans les RE de l’Ontario et du Québec variaient beaucoup moins que dans l’Ouest du Canada (graphique 9). Dans les RE de la Capitale-Nationale (Québec) et de Toronto, les taux se sont maintenus autour de 20 % pendant une bonne partie des années 2000, mais sont demeurés légèrement inférieurs à ce niveau à la suite de la récession de 2008-2009. Dans le Sud de l’Ontario, le taux d’embauche dans Hamilton MathType@MTEF@5@5@+= feaagKart1ev2aqatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbbjxAHX garmWu51MyVXgaruWqVvNCPvMCG4uz3bqefqvATv2CG4uz3bIuV1wy Ubqee0evGueE0jxyaibaiuYhf9irVeeu0dXdh9vqqj=hEeeu0dc9q8 arFj0xb9arFfea0hXxe9vqai=hGCQ8k8xqFbc9s8vqLq=pb9qr0dd9 q8qi0lf9Fve9Fve9FXqaaeaabaGaaiaacaqaaeaadaabauaaaOqaae rbdfgBPjMCPbacgaqcLbwaqaaaaaaaaaWdbiaa=nbiaaa@3BDF@ Niagara Peninsula a diminué d’environ 3 points de pourcentage entre 2007 et 2009, et est demeuré légèrement inférieur pendant les années 2010 (à environ 18 %) comparativement au début des années 2000 (19 % à 20 %). Dans les RE de Windsor MathType@MTEF@5@5@+= feaagKart1ev2aqatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbbjxAHX garmWu51MyVXgaruWqVvNCPvMCG4uz3bqefqvATv2CG4uz3bIuV1wy Ubqee0evGueE0jxyaibaiuYhf9irVeeu0dXdh9vqqj=hEeeu0dc9q8 arFj0xb9arFfea0hXxe9vqai=hGCQ8k8xqFbc9s8vqLq=pb9qr0dd9 q8qi0lf9Fve9Fve9FXqaaeaabaGaaiaacaqaaeaadaabauaaaOqaae rbdfgBPjMCPbacgaqcLbwaqaaaaaaaaaWdbiaa=nbiaaa@3BDF@ Sarnia et de Kitchener MathType@MTEF@5@5@+= feaagKart1ev2aqatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbbjxAHX garmWu51MyVXgaruWqVvNCPvMCG4uz3bqefqvATv2CG4uz3bIuV1wy Ubqee0evGueE0jxyaibaiuYhf9irVeeu0dXdh9vqqj=hEeeu0dc9q8 arFj0xb9arFfea0hXxe9vqai=hGCQ8k8xqFbc9s8vqLq=pb9qr0dd9 q8qi0lf9Fve9Fve9FXqaaeaabaGaaiaacaqaaeaadaabauaaaOqaae rbdfgBPjMCPbacgaqcLbwaqaaaaaaaaaWdbiaa=nbiaaa@3BDF@ Waterloo MathType@MTEF@5@5@+= feaagKart1ev2aqatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbbjxAHX garmWu51MyVXgaruWqVvNCPvMCG4uz3bqefqvATv2CG4uz3bIuV1wy Ubqee0evGueE0jxyaibaiuYhf9irVeeu0dXdh9vqqj=hEeeu0dc9q8 arFj0xb9arFfea0hXxe9vqai=hGCQ8k8xqFbc9s8vqLq=pb9qr0dd9 q8qi0lf9Fve9Fve9FXqaaeaabaGaaiaacaqaaeaadaabauaaaOqaae rbdfgBPjMCPbacgaqcLbwaqaaaaaaaaaWdbiaa=nbiaaa@3BDF@ Barrie, les taux d’embauche ont baissé d’environ 3 points de pourcentage de 2007 à 2009. Encore ici, les taux d’embauche étaient plus élevés dans le Canada atlantique comparativement au Centre du Canada.

Graphique 9 Embauches et mises à pied dans les régions économiques du Canada : estimations expérimentales, 2003 à 2013

Tableau de données du graphique 9
Tableau de données du graphique 9
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 9. Les données sont présentées selon Région économique de résidence (titres de rangée) et 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012 et 2013, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Région économique de résidence 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
pourcentage
Côte-ouest–Northern Peninsula–Labrador 26,3 30,2 25,1 26,7 26,3 27,3 25,5 26,3 27,1 26,8 30,0
Campbellton–Miramichi 25,6 25,7 26,2 25,0 26,2 25,7 23,8 23,6 23,1 23,2 22,9
Capitale-Nationale (Québec) 20,7 19,8 19,2 19,5 20,1 20,3 18,6 18,5 18,7 18,2 17,3
Toronto 19,1 20,1 19,6 20,0 19,7 19,2 16,4 18,1 18,4 18,1 18,1
Hamilton–Niagara Peninsula 18,7 19,6 18,9 19,1 19,1 17,9 15,7 17,4 17,7 17,5 17,7

Tout comme les taux d’embauche, les taux de mise à pied ont évolué différemment selon la RE pendant la récession de 2008-2009. De 2007 à 2009, les taux de mise à pied ont augmenté de moins de 1 point de pourcentage dans les RE de Montréal et d’Ottawa (graphique 10). À l’opposé, ils augmenté de 2,9 et 2,5 points de pourcentage, respectivement, dans les RE de Calgary et d’Edmonton. Les RE d’Halifax, Toronto et Vancouver Island and Coast ont enregistré des hausses des taux de mise à pied variant de 1,4 à 2,0 points de pourcentage.

Graphique 10 Embauches et mises à pied dans les régions économiques du Canada : estimations expérimentales, 2003 à 2013

Tableau de données du graphique 10
Tableau de données du graphique 10
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 10. Les données sont présentées selon Région économique de résidence (titres de rangée) et 2007 et 2009, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Région économique de résidence 2007 2009
pourcentage
Halifax 4,2 6,2
Montréal 5,1 6,0
Ottawa 3,6 4,3
Toronto 3,8 5,3
Calgary 3,0 5,9
Edmonton 4,3 6,8
Île de Vancouver et la côte 4,9 6,3

Sommaire

Peu importe la conjoncture économique, un grand nombre de travailleurs sont redéployés d’une entreprise à l’autre chaque année. Pour quantifier les éléments clés de ces redéploiements de travailleurs, nous avons utilisé des données administratives pour produire des estimations expérimentales des taux d’embauche et de mise à pied à un niveau assez détaillé de désagrégation géographique pendant la période de 2003 à 2013.

L’étude a révélé plusieurs tendances importantes. Tout d’abord, les embauches et les mises à pied sont appréciables relativement à la croissance nette de l’emploi. Il en est ainsi tout autant pendant les périodes d’expansion que pendant les récessions. Deuxièmement, les régions qui affichent des taux de mise à pied relativement plus élevés sont en général plus petites et comptent une proportion élevée d’employés occupant des emplois temporaires, notamment des emplois saisonniers en agriculture, en exploitation forestière et en chasse et pêche. En fait, la proportion des employés occupant des emplois temporaires constituait, pendant la période de 2003 à 2013, un assez bon prédicteur des taux de mise à pied moyens affichés par les régions économiques (RE) au cours de cette période. Troisièmement, les régions qui affichent des taux de mise à pied relativement plus élevés ne comportent pas nécessairement des taux d’embauche plus faibles. Quatrièmement, alors que les entreprises dans la plupart des RE se sont adaptées à la récession de 2008-2009 en réduisant l’embauche et augmentant les mises à pied, les baisses des taux d’embauche étaient quantitativement plus importantes que les hausses des taux de mise à pied. Les taux d’embauche suivaient des tendances temporelles différentes selon les RE, chutant considérablement dans plusieurs régions de l’Ouest du pays mais variant peu dans plusieurs régions des provinces de l’Atlantique. Les taux de mise à pied ont aussi évolué différemment selon les régions. Ils ont davantage augmenté dans les RE de Calgary et d’Edmonton comparativement aux RE de Montréal, Ottawa et Toronto.

Tableau 1
Emplois, embauches et mises à pied, Canada, 2003 à 2013
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Emplois. Les données sont présentées selon Année (titres de rangée) et Employés de 18 à 64 ans, Employés de 25 à 54 ans, Nombre d'employés en janvier, Embauches et Mises à pied, calculées selon milliers unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Année Employés de 18 à 64 ans Employés de 25 à 54 ans
Nombre d'employés en janvier Embauches Mises à pied Nombre d'employés en janvier Embauches Mises à pied
milliers
2003 12 362 2 583 769 9 368 1 554 505
2004 12 585 2 717 755 9 504 1 633 491
2005 12 770 2 749 703 9 543 1 648 454
2006 12 849 2 840 705 9 563 1 699 452
2007 13 185 2 897 710 9 757 1 732 454
2008 13 399 2 834 829 9 818 1 706 529
2009 13 210 2 437 902 9 671 1 460 581
2010 13 211 2 604 800 9 658 1 559 500
2011 13 555 2 730 808 9 831 1 632 493
2012 13 674 2 729 789 9 872 1 629 481
2013 13 973 2 755 798 10 010 1 640 485
Tableau 2-1
Taux d’embauche et taux de mise à pied, Canada, provinces, territoires et régions économiques de résidence, moyennes de 2003 à 2013 — Terre-Neuve-et-Labrador, Île-du-Prince-Édouard, Nouvelle-Écosse, Nouveau-Brunswick, Québec et Ontario
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Taux d’embauche et taux de mise à pied Taux d'embauche, Taux de mise à pied, Personnes de 18 à 64 ans et Personnes de 25 à 54 ans, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
  Taux d'embauche Taux de mise à pied
Personnes de 18 à 64 ans Personnes de 25 à 54 ans Personnes de 18 à 64 ans Personnes de 25 à 54 ans
pourcentage
Canada 20,2 16,6 5,8 5,0
Terre-Neuve-et-Labrador 25,0 20,5 15,7 13,2
Avalon Peninsula 22,1 17,9 10,2 8,7
Côte-sud–Burin Peninsula et Notre Dame–Central Bonavista Bay 30,0 25,1 25,4 21,5
Côte-ouest–Northern Peninsula–Labrador 27,0 22,1 19,0 15,6
Île-du-Prince-Édouard 22,5 18,0 12,9 10,8
Nouvelle-Écosse 20,1 16,2 8,0 6,9
Cape Breton 23,7 19,1 14,5 12,6
Côte-nord 20,5 16,3 9,6 8,3
Annapolis Valley 20,1 16,2 8,2 7,1
Sud 20,2 16,2 11,1 9,6
Halifax 18,9 15,4 4,9 4,3
Nouveau-Brunswick 21,3 17,1 10,4 8,9
Campbellton–Miramichi 24,6 19,9 20,0 17,0
Moncton–Richibucto 20,8 16,9 8,1 6,8
Saint John–St. Stephen 21,0 16,7 8,0 6,8
Fredericton–Oromocto 19,8 15,9 6,9 5,8
Edmundston–Woodstock 20,2 15,9 11,4 9,4
Québec 20,0 16,1 6,7 5,7
Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine 25,8 20,6 20,7 17,2
Bas-Saint-Laurent 20,8 15,8 10,5 8,7
Capitale-Nationale 19,2 15,2 6,5 5,4
Chaudière–Appalaches 18,7 14,0 6,7 5,3
Estrie 19,4 15,0 6,8 5,6
Centre-du-Québec 19,8 15,2 7,4 5,9
Montérégie 19,1 14,9 5,8 4,8
Montréal 21,1 18,7 5,3 5,0
Laval 19,7 15,7 5,1 4,3
Lanaudière 19,2 14,7 6,6 5,5
Laurentides 20,0 15,6 7,0 5,8
Outaouais 17,3 13,1 5,6 4,6
Abitibi–Témiscamingue 23,8 18,5 11,3 9,2
Mauricie 20,5 15,8 8,8 7,3
Saguenay–Lac-Saint-Jean 22,1 16,6 11,5 9,4
Côte-Nord et Nord-du-Québec 24,6 19,3 13,4 11,3
Ontario 18,4 15,0 4,7 4,2
Ottawa 17,2 13,4 3,9 3,3
Kingston–Pembroke 18,7 14,5 5,1 4,3
Muskoka–Kawarthas 17,8 13,5 5,6 4,8
Toronto 18,8 16,1 4,2 3,9
Kitchener–Waterloo–Barrie 18,0 14,1 4,6 3,9
Hamilton–Niagara Peninsula 18,1 14,3 5,0 4,3
London 17,9 13,9 4,9 4,1
Windsor–Sarnia 18,3 14,2 6,7 5,9
Stratford–Bruce Peninsula 17,4 12,9 5,1 4,1
Nord-est 20,5 15,8 7,4 6,1
Nord-ouest 19,6 15,3 7,5 6,4
Tableau 2-2
Taux d’embauche et taux de mise à pied, Canada, provinces, territoires et régions économiques de résidence, moyennes de 2003 à 2013 — Manitoba, Saskatchewan, Alberta, Colombie-Britannique, Yukon, Territoires du Nord-Ouest et Nunavut
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Taux d’embauche et taux de mise à pied Taux d'embauche, Taux de mise à pied, Personnes de 18 à 64 ans et Personnes de 25 à 54 ans, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
  Taux d'embauche Taux de mise à pied
Personnes de 18 à 64 ans Personnes de 25 à 54 ans Personnes de 18 à 64 ans Personnes de 25 à 54 ans
pourcentage
Manitoba 19,7 15,9 4,4 3,7
Sud-est 18,1 13,5 4,3 3,3
Centre sud et Centre nord 20,4 15,3 4,8 3,5
Sud-ouest 22,2 17,5 4,9 3,7
Winnipeg 19,6 16,3 4,0 3,5
Interlake 17,0 12,2 4,5 3,3
Parklands et Nord 21,3 17,0 7,1 5,9
Saskatchewan 21,4 16,9 4,9 4,1
Regina–Moose Mountain 20,7 16,5 3,9 3,3
Swift Current–Moose Jaw 20,9 15,9 4,8 3,7
Saskatoon–Biggar 21,1 16,9 4,4 3,7
Yorkton–Melville 21,2 15,9 5,6 4,4
Prince Albert et Nord 23,2 18,2 7,6 6,4
Alberta 24,8 21,3 5,1 4,5
Lethbridge–Medicine Hat 23,7 19,4 4,9 4,1
Camrose–Drumheller 23,3 18,7 5,3 4,4
Calgary 24,0 20,9 4,1 3,6
Banff–Jasper–Rocky Mountain House et Athabasca–Grande Prairie–Peace River 27,4 23,0 7,0 6,0
Red Deer 26,6 22,7 6,0 5,3
Edmonton 24,5 21,3 5,4 5,0
Wood Buffalo–Cold Lake 30,5 26,3 7,9 7,0
Colombie-Britannique 21,0 17,6 5,9 5,2
Île de Vancouver et la côte 20,3 16,7 6,0 5,3
Lower Mainland–Sud-ouest 20,4 17,3 4,8 4,3
Thompson–Okanagan 23,3 18,9 8,5 7,2
Kootenay 23,6 19,6 9,7 8,4
Cariboo 22,2 18,4 8,8 7,7
Côte-nord et Nechako 21,1 17,5 9,9 8,8
Nord-est 28,9 24,8 9,7 8,5
Yukon 24,0 20,6 9,9 8,6
Territoires du Nord-Ouest 19,6 16,8 5,1 4,4
Nunavut 34,9 29,7 14,0 12,8
Tableau 3
Profils des régions économiques de résidence comportant des taux de mise à pied relativement faibles et relativement élevés, moyennes de 2003 à 2013
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Profils des régions économiques de résidence comportant des taux de mise à pied relativement faibles et relativement élevés Tercile, Inférieur, Intermédiaire et Supérieur, calculées selon nombre , milliers, pourcentage et dollars de 2014 unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
  Tercile
Inférieur Intermédiaire Supérieur
nombre
Régions économiques 23 23 23
  milliers
Nombre moyen d'employés âgés de 18 à 64 ans 360 171 59
  pourcentage
Taux de mise à pied 4,7 6,8 12,6
Taux d'embauche 19,9 21,1 23,8
Pourcentage des employés  
Ayant 24 mois d'ancienneté ou moins 32,9 32,1 33,9
Âgés de 18 à 34 ans 38,7 37,5 33,9
Âgés de 50 à 64 ans 24,2 25,0 27,2
Oeuvrant dans l’agriculture, la pêche, l’exploitation forestière et la chasse 1,7 1,8 3,4
Dans les services d'hébergement et de restauration 5,9 6,1 6,6
Dans la construction 5,5 6,2 6,1
Dans la fabrication 12,1 12,4 11,7
Dans des entreprises de petite taille 19,7 20,4 24,5
Dans des entreprises de grande taille 49,0 48,6 44,2
Occupant des emplois à temps plein 84,4 84,6 84,7
Occupant des emplois temporaires 11,1 12,3 18,0
Occupant des emplois pour une durée déterminée ou à contrat 5,7 6,0 7,0
Occupant des emplois saisonniers 2,6 3,3 6,8
    dollars de 2014
Gains et prestations d'assurance-emploi des employés  
Rémunération annuelle moyenne par emploi occupé par un employé 31 773 29 931 26 023
Rémunération annuelle moyenne par employé 45 260 43 064 37 602
Prestations d’assurance-emploi moyennes reçues par les employés 790 1 117 2 167
Tableau 4-1
Taux d’embauche par région économique de résidence, employés de 18 à 64 ans, 2003 à 2013 — Partie 1
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Taux d’embauche par région économique de résidence 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012 et 2013, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
  2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
pourcentage
Canada 20,5 21,1 21,1 21,5 21,6 20,8 18,0 19,2 19,8 19,4 19,4
Terre-Neuve-et-Labrador 24,2 25,9 23,5 26,1 27,6 26,7 23,2 23,3 24,4 23,8 26,2
Avalon Peninsula 21,5 21,3 21,4 22,8 25,6 23,6 21,1 20,2 21,5 21,1 22,8
Côte-sud–Burin Peninsula et Notre Dame–Central Bonavista Bay 28,2 32,1 26,7 32,6 33,1 33,1 26,4 28,5 29,5 28,4 31,7
Côte-ouest–Northern Peninsula–Labrador 26,3 30,2 25,1 26,7 26,3 27,3 25,5 26,3 27,1 26,8 30,0
Île-du-Prince-Édouard  
Île-du-Prince-Édouard 26,9 22,6 23,7 24,3 24,2 22,8 20,7 21,8 20,9 19,6 20,0
Nouvelle-Écosse 21,1 20,9 20,7 20,9 21,5 20,7 18,4 21,1 18,6 18,4 18,2
Cape Breton 25,7 23,6 24,9 24,6 26,1 24,0 23,2 22,6 22,2 21,9 21,7
Côte-nord 22,2 21,7 21,0 21,5 22,4 21,6 19,0 20,5 19,2 18,4 18,1
Annapolis Valley 20,9 21,2 20,2 20,4 20,4 20,0 18,8 20,4 20,1 19,7 18,8
Sud 20,5 21,3 20,2 22,2 21,6 20,5 19,0 20,1 18,3 18,3 20,1
Halifax 19,7 19,6 19,8 19,5 20,2 19,7 16,7 21,3 17,3 17,3 16,9
Nouveau-Brunswick 22,6 22,2 22,4 22,6 23,2 23,0 19,9 20,0 19,8 19,2 19,4
Campbellton–Miramichi 25,6 25,7 26,2 25,0 26,2 25,7 23,8 23,6 23,1 23,2 22,9
Moncton–Richibucto 22,1 21,1 21,6 22,0 22,9 22,9 19,4 20,2 19,9 18,5 18,5
Saint John–St. Stephen 22,7 21,2 21,7 23,0 23,5 23,8 19,7 19,4 18,9 17,8 18,8
Fredericton–Oromocto 21,6 21,1 21,2 21,7 21,3 20,6 18,0 18,0 17,9 17,9 18,8
Edmundston–Woodstock 20,3 22,8 20,7 21,0 21,3 20,8 18,4 18,7 19,3 19,8 18,7
Québec 20,9 20,9 20,4 20,5 21,1 20,5 18,8 19,3 19,9 19,2 18,6
Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine 25,9 27,6 26,5 28,4 29,7 25,9 25,7 24,5 24,3 23,3 22,0
Bas-Saint-Laurent 23,8 21,5 20,1 20,2 21,3 20,8 20,2 20,5 21,6 20,0 18,8
Capitale-Nationale 20,7 19,8 19,2 19,5 20,1 20,3 18,6 18,5 18,7 18,2 17,3
Chaudière–Appalaches 19,5 19,9 18,5 18,7 19,7 19,9 18,0 18,5 18,1 17,3 17,1
Estrie 20,0 19,8 19,5 19,9 21,4 19,7 17,8 18,4 18,8 19,1 19,0
Centre-du-Québec 21,8 20,5 19,3 18,9 20,9 19,6 17,8 19,4 19,9 20,3 19,5
Montérégie 19,2 19,8 19,8 19,9 20,2 19,4 18,0 18,4 19,1 18,3 17,8
Montréal 21,7 22,1 21,8 21,6 21,5 21,3 19,5 20,3 21,0 20,8 20,2
Laval 20,5 20,9 20,5 20,3 20,2 19,5 18,6 19,3 20,4 19,2 17,8
Lanaudière 19,7 20,3 19,7 19,8 20,8 19,8 18,2 18,1 18,0 18,1 18,2
Laurentides 21,6 21,0 20,5 20,5 21,5 20,5 18,8 19,3 19,9 19,0 18,0
Outaouais 19,2 18,0 17,7 18,5 19,3 18,5 16,8 15,9 16,1 15,2 15,3
Abitibi–Témiscamingue 23,7 24,3 23,5 23,7 27,6 23,9 21,4 24,6 24,1 24,2 21,1
Mauricie 21,6 20,7 20,5 21,3 22,4 20,8 18,8 19,6 20,2 19,7 19,7
Saguenay–Lac-Saint-Jean 23,3 23,0 22,2 22,3 23,2 22,1 20,3 22,0 24,6 20,9 19,4
Côte-Nord et Nord-du-Québec 24,9 24,7 22,7 22,3 25,5 25,7 25,0 25,4 26,8 24,6 22,9
Ontario 19,1 19,6 19,2 19,3 19,3 18,7 16,3 17,9 18,0 17,6 17,7
Ottawa 18,1 17,9 18,2 18,4 18,0 18,4 16,4 16,8 16,0 15,2 15,5
Kingston–Pembroke 20,6 20,8 20,0 19,7 19,2 19,0 16,1 17,4 17,2 17,4 17,8
Muskoka–Kawarthas 19,7 18,8 18,8 18,5 17,8 17,6 16,2 17,3 17,1 16,7 17,1
Toronto 19,1 20,1 19,6 20,0 19,7 19,2 16,4 18,1 18,4 18,1 18,1
Kitchener–Waterloo–Barrie 19,5 19,6 18,7 18,3 18,5 18,1 15,7 17,9 17,7 17,2 17,2
Hamilton–Niagara Peninsula 18,7 19,6 18,9 19,1 19,1 17,9 15,7 17,4 17,7 17,5 17,7
Tableau 4-2
Taux d’embauche par région économique de résidence, employés de 18 à 64 ans, 2003 à 2013 — Partie 2
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Taux d’embauche par région économique de résidence 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012 et 2013, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
  2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
pourcentage
Ontario (suite)  
London 19,2 19,7 18,5 18,2 18,1 17,0 15,9 18,0 17,7 17,4 17,6
Windsor–Sarnia 19,3 18,6 18,6 17,7 19,2 17,5 16,6 18,5 18,8 17,9 18,3
Stratford–Bruce Peninsula 17,4 16,9 16,9 18,0 17,8 18,7 15,6 17,2 17,4 16,9 18,2
Nord-est 20,5 21,6 22,4 21,5 22,0 20,3 18,0 20,0 20,5 19,6 18,8
Nord-ouest 18,6 19,0 18,5 20,1 21,8 19,8 18,4 19,2 21,7 19,5 18,8
Manitoba 20,2 20,2 20,0 21,3 21,1 20,4 18,1 18,3 19,3 18,9 18,9
Sud-est 17,4 17,7 17,1 18,4 20,3 19,7 17,8 17,4 17,6 18,7 17,7
Centre sud et Centre nord 20,6 20,9 19,8 25,4 22,8 21,4 17,7 18,0 20,1 18,9 18,8
Sud-ouest 21,6 23,3 23,6 24,2 24,0 23,0 20,8 20,5 21,4 21,5 19,9
Winnipeg 20,0 20,1 20,0 21,1 21,0 20,3 17,9 18,2 19,5 18,9 19,1
Interlake 20,4 19,6 17,5 17,8 17,1 17,0 15,1 15,0 16,1 15,2 15,8
Parklands et Nord 22,1 20,6 22,5 22,1 22,5 22,2 20,1 20,6 20,5 20,3 20,8
Saskatchewan 20,3 20,4 21,0 22,4 22,4 23,0 19,6 19,8 21,8 22,1 21,9
Regina–Moose Mountain 18,9 19,1 19,4 21,6 21,8 23,0 19,8 19,7 21,7 21,6 21,6
Swift Current–Moose Jaw 20,4 20,4 21,2 21,4 20,6 22,1 19,5 18,9 21,7 21,5 22,0
Saskatoon–Biggar 19,7 20,3 21,1 22,0 22,3 22,6 18,8 19,4 21,5 22,7 21,5
Yorkton–Melville 22,0 21,2 20,2 20,7 20,5 22,1 20,4 20,2 21,4 22,2 22,4
Prince Albert et Nord 23,3 22,6 24,1 25,8 25,5 24,5 20,6 21,0 22,7 22,3 23,2
Alberta 23,9 25,7 27,5 28,4 27,1 25,7 19,5 22,1 24,2 24,2 24,0
Lethbridge–Medicine Hat 24,5 25,0 25,3 25,6 25,3 25,0 20,8 20,6 22,5 21,9 24,2
Camrose–Drumheller 23,3 25,1 26,6 26,5 25,4 22,7 17,3 20,0 22,6 23,3 23,8
Calgary 23,1 25,0 27,0 27,7 26,3 24,7 18,3 21,6 23,7 23,3 23,0
Banff–Jasper–Rocky Mountain House et Athabasca–Grande Prairie–Peace River 27,8 30,1 31,1 30,5 28,3 27,6 20,5 24,0 25,9 27,3 28,1
Red Deer 26,7 28,6 30,8 31,2 28,4 26,6 20,0 23,6 26,6 26,0 24,2
Edmonton 23,0 24,9 26,6 28,2 27,4 25,9 19,7 21,9 24,0 24,2 23,8
Wood Buffalo–Cold Lake 27,4 28,7 33,7 37,4 35,4 33,8 26,7 28,2 27,6 29,2 27,5
Colombie-Britannique 19,8 22,1 22,7 23,4 23,3 21,9 18,4 19,2 19,9 20,1 20,4
Île de Vancouver et la côte 20,5 21,8 21,7 22,3 22,3 20,5 17,3 17,9 18,9 19,8 19,8
Lower Mainland–Sud-ouest 19,0 21,3 22,0 22,8 22,9 21,4 18,3 18,8 19,3 19,1 19,7
Thompson–Okanagan 22,3 23,9 24,5 25,1 26,1 24,3 20,0 21,3 22,3 23,3 23,5
Kootenay 23,6 27,8 26,9 27,8 24,2 23,0 19,4 22,0 22,0 22,4 20,7
Cariboo 19,9 24,0 24,8 24,1 21,6 23,9 18,6 21,1 22,0 21,5 22,3
Côte-nord et Nechako 18,6 20,6 22,5 22,8 23,2 22,5 15,9 17,5 21,5 22,7 24,7
Nord-est 25,1 28,8 32,9 35,2 30,3 30,9 23,4 27,1 29,2 28,8 26,0
Yukon (Territoire)  
Territoire du Yukon 24,9 24,5 24,5 25,2 26,7 24,5 23,2 23,6 24,3 22,2 20,5
Territoires du Nord-Ouest  
Territoires du Nord-Ouest 22,4 21,0 20,1 21,1 20,5 19,6 18,6 19,4 17,9 17,0 18,1
Nunavut  
Nunavut Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 36,4 37,0 35,4 31,0
Tableau 5-1
Taux de mise à pied par région économique de résidence, employés de 18 à 64 ans, 2003 à 2013 — Partie 1
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Taux de mise à pied par région économique de résidence 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012 et 2013, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
  2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
pourcentage
Canada 6,1 5,9 5,4 5,3 5,3 6,1 6,6 5,9 5,9 5,6 5,6
Terre-Neuve-et-Labrador 16,6 18,4 17,3 16,1 16,3 15,5 15,8 14,4 14,9 13,3 13,4
Avalon Peninsula 11,0 11,2 11,5 10,7 10,4 10,4 10,4 9,5 9,5 8,3 9,2
Côte-sud–Burin Peninsula et Notre Dame–Central Bonavista Bay 25,2 31,2 26,0 25,4 28,4 25,1 25,8 22,8 24,9 22,9 21,8
Côte-ouest–Northern Peninsula–Labrador 20,8 21,7 21,9 18,9 17,9 17,9 19,3 18,5 18,9 17,1 16,3
Île-du-Prince-Édouard  
Île-du-Prince-Édouard 15,3 14,6 12,8 12,5 11,5 11,7 15,8 13,8 11,9 11,3 11,0
Nouvelle-Écosse 8,8 8,4 8,0 7,6 7,4 7,8 9,8 7,8 7,7 7,4 7,1
Cape Breton 15,8 16,4 14,9 14,6 13,7 14,3 14,8 14,5 13,6 13,4 13,8
Côte-nord 10,8 10,3 9,5 9,1 9,7 8,9 11,9 9,5 9,2 8,7 8,0
Annapolis Valley 8,7 8,2 7,5 7,4 7,3 7,0 11,6 8,7 9,2 7,9 6,9
Sud 12,2 11,0 11,0 11,0 10,4 11,1 14,4 10,4 10,7 10,1 10,2
Halifax 5,3 5,0 4,9 4,5 4,2 5,1 6,2 4,8 4,8 4,7 4,5
Nouveau-Brunswick 11,7 11,4 10,4 10,7 10,0 10,1 10,2 10,1 10,1 10,1 9,6
Campbellton–Miramichi 22,8 21,7 19,9 20,5 19,0 19,7 19,0 20,4 19,2 19,0 19,2
Moncton–Richibucto 9,3 9,0 8,3 8,2 7,7 7,8 7,6 8,0 7,8 7,9 7,4
Saint John–St. Stephen 8,4 8,9 7,4 8,0 7,2 7,6 8,6 7,9 8,1 8,3 7,4
Fredericton–Oromocto 7,8 7,7 6,3 6,8 6,7 6,0 6,8 6,6 7,3 6,8 6,8
Edmundston–Woodstock 12,2 11,4 12,4 12,0 11,1 11,7 11,3 10,4 11,0 11,5 10,2
Québec 7,3 7,2 6,5 6,5 6,5 7,0 7,2 6,4 6,5 6,4 6,3
Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine 19,6 25,0 25,0 24,0 22,9 20,8 19,5 18,4 17,6 17,7 16,9
Bas-Saint-Laurent 13,2 11,7 11,1 10,5 9,9 10,1 9,9 9,5 10,4 9,7 9,0
Capitale-Nationale 8,1 8,1 6,4 6,1 6,2 6,7 6,5 6,1 6,1 5,5 5,9
Chaudière–Appalaches 7,6 7,7 6,4 6,2 6,4 7,1 7,1 6,9 6,6 6,1 6,1
Estrie 6,9 7,4 6,2 6,9 7,1 7,6 7,2 6,3 6,6 6,5 6,3
Centre-du-Québec 8,4 7,4 6,5 6,6 6,8 7,5 7,6 7,5 7,8 7,7 7,3
Montérégie 5,8 5,7 5,3 5,8 5,8 6,1 6,4 5,7 5,9 5,8 5,8
Montréal 5,7 5,5 4,9 4,9 5,1 5,5 6,0 5,1 5,2 5,4 5,2
Laval 5,3 5,0 4,7 4,9 4,8 5,1 5,7 5,0 5,2 5,1 4,9
Lanaudière 6,6 6,5 6,4 6,7 7,0 7,2 7,2 6,0 6,3 6,6 6,7
Laurentides 7,5 6,8 6,7 7,0 7,0 7,2 7,9 6,9 6,9 6,9 6,4
Outaouais 6,8 6,5 5,7 5,3 5,3 5,5 5,6 5,1 5,4 5,2 5,1
Abitibi–Témiscamingue 12,6 13,6 12,4 12,2 11,1 12,2 11,2 10,7 9,6 9,8 9,1
Mauricie 9,6 9,4 8,6 8,7 8,4 8,9 9,4 8,4 8,5 8,6 8,2
Saguenay–Lac-Saint-Jean 13,0 13,7 12,0 11,8 11,1 11,3 12,1 11,2 10,5 10,3 9,6
Côte-Nord et Nord-du-Québec 13,8 15,7 13,1 12,2 12,6 14,8 14,6 13,7 12,8 12,6 11,9
Ontario 4,4 4,3 4,1 4,2 4,3 5,3 5,7 5,0 5,0 4,8 4,9
Ottawa 4,2 3,8 3,5 3,8 3,6 3,9 4,3 4,0 4,1 3,9 4,1
Kingston–Pembroke 4,9 5,0 4,6 4,8 4,6 5,3 5,6 5,3 5,7 5,1 5,6
Muskoka–Kawarthas 5,4 5,6 5,0 5,5 5,0 5,7 6,6 5,9 6,0 5,5 6,0
Toronto 3,7 3,7 3,6 3,6 3,8 4,9 5,3 4,5 4,5 4,4 4,4
Kitchener–Waterloo–Barrie 3,9 4,0 3,9 4,1 4,2 5,3 5,8 5,0 5,0 4,7 4,9
Hamilton–Niagara Peninsula 4,8 4,6 4,4 4,3 4,5 5,6 6,1 5,3 5,3 4,9 5,0
Tableau 5-2
Taux de mise à pied par région économique de résidence, employés de 18 à 64 ans, 2003 à 2013 — Partie 2
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Taux de mise à pied par région économique de résidence 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012 et 2013, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
  2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
pourcentage
Ontario (suite)  
London 4,6 4,2 3,8 4,1 4,3 6,1 5,8 5,2 5,4 5,1 5,2
Windsor–Sarnia 5,4 5,9 5,5 6,2 6,4 8,4 7,6 7,2 7,4 7,1 6,5
Stratford–Bruce Peninsula 4,3 4,8 4,2 4,5 4,4 5,3 6,4 5,4 5,7 5,3 5,9
Nord-est 7,6 7,1 7,0 7,2 6,7 7,2 8,5 8,0 7,4 7,3 7,4
Nord-ouest 6,8 6,9 6,5 7,8 7,4 8,4 8,5 7,4 8,1 7,8 7,4
Manitoba 5,2 4,2 4,0 4,0 3,7 4,7 4,7 4,4 4,6 4,3 4,4
Sud-est 4,3 3,6 3,4 3,9 3,8 5,2 4,9 4,6 4,4 4,7 4,7
Centre sud et Centre nord 5,9 5,0 4,8 4,6 4,2 4,5 5,0 4,3 4,8 4,5 4,6
Sud-ouest 6,3 5,3 5,4 5,4 4,2 5,0 4,8 4,1 4,8 4,1 4,0
Winnipeg 4,8 3,7 3,4 3,5 3,4 4,4 4,5 4,1 4,3 4,1 4,1
Interlake 6,0 5,3 4,2 4,2 3,8 4,5 4,6 4,1 4,5 4,1 4,4
Parklands et Nord 7,7 7,2 7,6 7,2 5,9 6,5 6,7 7,1 7,6 7,3 7,4
Saskatchewan 5,8 5,1 5,0 5,1 4,3 4,7 5,2 4,6 4,9 4,6 4,9
Regina–Moose Mountain 4,5 3,9 3,9 3,8 3,5 3,8 4,2 3,7 3,8 3,7 4,4
Swift Current–Moose Jaw 5,5 4,8 4,7 5,0 4,4 4,3 5,4 4,4 4,7 4,4 4,7
Saskatoon–Biggar 5,1 4,7 4,3 4,1 3,6 3,9 4,6 4,3 4,7 4,5 4,3
Yorkton–Melville 6,4 6,2 6,0 5,9 4,7 5,4 6,2 5,2 5,4 5,0 5,6
Prince Albert et Nord 9,4 7,8 7,9 8,8 7,1 7,6 7,6 6,5 7,1 6,6 7,0
Alberta 5,8 5,2 4,7 4,4 4,1 5,0 6,6 5,4 5,2 4,8 5,0
Lethbridge–Medicine Hat 6,2 5,3 4,7 4,3 4,0 4,8 6,0 4,9 4,7 4,2 4,5
Camrose–Drumheller 6,1 5,4 5,3 4,9 4,5 4,9 6,1 5,4 5,2 5,0 5,3
Calgary 4,5 4,0 3,5 3,0 3,0 4,0 5,9 4,4 4,2 4,1 4,2
Banff–Jasper–Rocky Mountain House et Athabasca–Grande Prairie–Peace River 8,5 7,9 6,9 6,1 5,9 6,6 8,2 6,9 6,6 6,3 6,5
Red Deer 7,0 5,9 5,7 5,5 4,9 6,0 7,9 6,2 6,2 5,3 5,3
Edmonton 5,8 5,3 4,9 4,9 4,3 5,3 6,8 5,9 5,5 4,9 5,3
Wood Buffalo–Cold Lake 9,0 8,4 8,2 8,5 7,4 8,1 8,6 8,1 7,4 6,8 6,9
Colombie-Britannique 6,6 6,1 5,5 5,1 5,0 6,2 6,8 6,4 5,9 5,6 5,6
Île de Vancouver et la côte 7,6 6,8 5,7 5,0 4,9 6,5 6,3 5,8 6,0 5,9 5,8
Lower Mainland–Sud-ouest 5,3 4,8 4,3 3,9 3,9 4,9 5,7 5,7 4,9 4,6 4,7
Thompson–Okanagan 9,5 8,5 7,6 7,1 7,3 9,3 9,9 8,8 8,8 8,4 8,2
Kootenay 11,2 11,3 11,3 10,3 9,2 9,7 10,0 9,3 9,2 8,3 7,4
Cariboo 9,0 9,0 8,5 8,4 7,6 9,2 11,6 9,4 8,4 8,1 7,5
Côte-nord et Nechako 9,3 9,9 9,7 10,6 11,0 9,8 9,9 9,0 9,6 10,5 9,9
Nord-est 10,2 9,8 10,2 10,4 9,3 11,4 11,1 8,9 9,2 8,8 7,6
Yukon (Territoire)  
Territoire du Yukon 10,6 11,0 10,6 9,4 10,1 10,1 9,8 9,2 10,1 8,7 9,1
Territoires du Nord-Ouest  
Territoires du Nord-Ouest 5,7 5,4 4,8 4,4 4,1 4,8 6,1 5,9 5,3 5,1 4,5
Nunavut  
Nunavut Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 15,4 15,1 14,4 10,9
Tableau 6-1
Taux d’embauche par région économique de résidence, employés de 25 à 54 ans, 2003 à 2013 — Partie 1
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Taux d’embauche par région économique de résidence 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012 et 2013, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
  2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
pourcentage
Canada 16,3 17,0 17,0 17,5 17,6 17,2 14,8 15,9 16,4 16,2 16,2
Terre-Neuve-et-Labrador 18,9 21,5 18,8 20,9 22,6 21,8 18,6 18,8 20,2 20,0 23,1
Avalon Peninsula 16,7 17,0 16,9 17,9 20,9 19,0 16,9 16,0 17,7 17,6 19,9
Côte-sud–Burin Peninsula et Notre Dame–Central Bonavista Bay 22,1 27,4 21,8 27,1 27,6 27,4 21,6 24,0 24,5 23,7 28,8
Côte-ouest–Northern Peninsula–Labrador 20,4 25,4 19,9 21,2 21,1 22,4 19,7 20,5 22,8 23,2 26,5
Île-du-Prince-Édouard  
Île-du-Prince-Édouard 21,8 17,6 19,0 19,1 19,4 18,5 16,5 17,2 16,7 16,0 16,2
Nouvelle-Écosse 16,5 16,5 16,6 16,8 17,4 16,7 14,7 17,7 15,2 15,0 15,0
Cape Breton 19,2 18,1 20,1 19,9 20,5 18,9 19,0 18,9 18,4 18,3 18,5
Côte-nord 17,2 16,8 16,1 16,5 18,1 17,2 14,5 16,4 15,7 15,2 15,3
Annapolis Valley 16,1 16,6 16,0 16,3 16,6 16,4 15,0 16,8 16,7 16,5 15,0
Sud 16,2 16,8 15,9 18,1 17,8 16,3 14,7 16,2 14,8 14,9 17,0
Halifax 15,7 15,9 16,1 15,9 16,5 16,0 13,6 18,5 14,0 13,8 13,7
Nouveau-Brunswick 17,6 17,5 17,9 18,1 19,1 18,8 16,0 16,1 16,0 15,6 15,8
Campbellton–Miramichi 19,9 20,3 21,3 19,8 21,4 21,2 19,6 19,4 19,0 18,7 18,6
Moncton–Richibucto 17,4 16,6 17,4 17,6 18,8 19,0 15,8 16,2 16,3 15,2 15,1
Saint John–St. Stephen 17,8 16,7 16,8 18,2 19,7 19,0 15,6 15,5 15,2 14,4 15,2
Fredericton–Oromocto 16,9 16,7 17,0 17,5 17,5 16,7 14,2 14,4 14,4 14,3 15,4
Edmundston–Woodstock 15,1 17,8 16,2 16,7 16,9 16,4 14,3 14,3 15,0 16,6 15,3
Québec 16,5 16,7 16,4 16,4 16,9 16,6 15,2 15,5 16,1 15,5 15,0
Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine 20,5 22,2 21,3 23,6 23,5 20,4 20,2 19,2 19,2 18,4 17,7
Bas-Saint-Laurent 17,5 16,1 15,0 15,1 15,7 16,0 15,6 15,7 16,8 15,6 14,6
Capitale-Nationale 16,2 15,4 14,9 15,5 16,0 16,2 14,7 14,8 14,9 14,6 13,9
Chaudière–Appalaches 14,5 15,2 13,9 14,0 14,6 15,3 13,5 14,0 13,8 12,7 12,9
Estrie 15,0 14,9 15,3 15,8 17,1 15,6 13,5 14,1 14,5 14,7 14,7
Centre-du-Québec 16,9 15,7 14,8 14,3 16,2 15,1 13,4 15,0 15,6 15,6 15,0
Montérégie 14,7 15,6 15,6 15,4 15,4 15,2 14,2 14,2 15,1 14,2 14,0
Montréal 18,7 19,4 19,2 19,0 19,0 19,2 17,4 18,0 18,8 18,6 18,1
Laval 16,0 16,5 16,5 16,3 15,7 15,1 14,9 15,5 16,5 15,3 14,1
Lanaudière 15,1 15,8 15,5 15,5 16,1 15,6 14,4 13,5 13,4 13,5 13,6
Laurentides 17,1 16,4 16,0 16,1 16,8 16,2 14,7 14,9 15,3 14,4 13,8
Outaouais 15,1 14,0 13,6 14,2 14,4 14,0 12,6 11,6 11,9 11,2 11,3
Abitibi–Témiscamingue 17,9 18,5 18,1 18,3 21,8 18,5 16,2 19,4 19,3 19,0 16,4
Mauricie 16,3 15,7 15,4 16,5 17,1 16,0 14,5 15,5 16,1 15,3 15,5
Saguenay–Lac-Saint-Jean 16,8 17,1 16,4 16,8 17,6 16,7 14,9 16,6 19,1 16,0 14,9
Côte-Nord et Nord-du-Québec 18,9 18,9 17,4 17,2 20,1 20,7 19,0 19,8 22,2 20,0 18,3
Ontario 15,3 15,8 15,5 15,6 15,6 15,3 13,4 14,8 14,9 14,5 14,5
Ottawa 14,3 14,0 14,1 14,6 14,2 14,6 12,7 13,1 12,5 11,5 11,5
Kingston–Pembroke 15,7 16,3 15,4 14,9 14,4 15,0 12,4 13,8 13,6 13,6 14,0
Muskoka–Kawarthas 14,8 14,2 14,2 13,4 13,1 13,4 12,4 13,3 13,4 13,2 13,7
Toronto 16,3 17,0 16,7 17,0 16,7 16,5 14,2 15,7 15,9 15,8 15,7
Kitchener–Waterloo–Barrie 15,4 15,3 14,4 14,0 14,2 14,1 12,4 14,3 13,8 13,3 13,4
Hamilton–Niagara Peninsula 14,3 15,3 14,8 14,7 14,9 14,1 12,4 13,9 14,3 14,1 14,1
Tableau 6-2
Taux d’embauche par région économique de résidence, employés de 25 à 54 ans, 2003 à 2013 — Partie 2
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Taux d’embauche par région économique de résidence 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012 et 2013, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
  2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
pourcentage
Ontario (suite)  
London 14,5 15,1 14,2 13,8 13,8 13,1 12,7 14,5 14,1 13,7 13,9
Windsor–Sarnia 14,2 13,9 14,1 13,5 15,0 13,7 13,3 15,0 15,3 14,2 14,5
Stratford–Bruce Peninsula 12,1 12,0 12,2 12,9 12,9 14,7 11,7 12,7 13,0 12,8 14,5
Nord-est 15,2 15,8 17,3 16,5 17,3 15,8 13,9 15,6 16,2 15,4 14,5
Nord-ouest 13,9 14,3 13,8 15,8 17,6 15,5 14,6 15,2 17,3 15,4 15,2
Manitoba 16,0 15,8 15,5 17,0 16,9 16,5 14,5 14,8 15,9 15,6 15,9
Sud-est 13,1 13,0 12,7 13,6 14,8 14,5 13,5 13,0 13,2 14,3 13,3
Centre sud et Centre nord 15,2 14,9 13,7 20,5 17,7 16,4 12,6 13,0 15,2 14,2 14,4
Sud-ouest 15,7 17,0 17,2 18,5 18,8 18,6 17,1 17,0 17,7 18,1 16,3
Winnipeg 16,4 16,2 16,0 17,3 17,3 16,9 14,8 15,3 16,6 16,1 16,6
Interlake 15,5 14,2 12,5 12,7 12,1 12,3 10,8 10,3 11,3 11,0 11,9
Parklands et Nord 17,3 16,1 17,6 17,7 17,9 17,8 16,1 16,8 16,2 16,3 17,5
Saskatchewan 14,5 14,9 15,6 16,9 17,3 18,3 15,8 16,1 18,0 18,9 18,9
Regina–Moose Mountain 13,5 14,2 14,4 16,2 16,9 18,4 16,1 16,3 18,4 18,4 18,7
Swift Current–Moose Jaw 13,8 14,5 15,2 15,5 15,4 17,4 15,1 14,5 17,7 17,8 18,5
Saskatoon–Biggar 14,3 15,1 15,9 16,5 17,2 18,3 15,4 16,2 18,1 20,1 19,1
Yorkton–Melville 15,3 14,8 13,9 14,7 15,2 17,2 15,6 15,3 16,2 18,2 18,4
Prince Albert et Nord 16,7 16,2 17,9 20,3 20,0 19,3 16,7 17,0 18,2 18,5 19,5
Alberta 19,5 21,2 23,1 24,2 23,4 22,5 17,0 19,2 21,1 21,5 21,4
Lethbridge–Medicine Hat 19,2 20,0 20,3 19,8 19,8 21,4 18,2 17,2 18,4 18,0 20,9
Camrose–Drumheller 17,7 19,1 20,4 21,1 20,7 18,5 14,0 16,0 18,5 19,3 20,2
Calgary 19,2 21,4 23,2 23,9 22,8 21,5 15,8 18,9 21,2 21,0 20,8
Banff–Jasper–Rocky Mountain House et Athabasca–Grande Prairie–Peace River 21,9 23,8 25,4 25,5 24,4 24,4 17,9 20,3 21,6 23,5 24,7
Red Deer 21,1 23,1 25,5 26,7 24,6 23,0 17,8 21,2 23,0 22,5 20,9
Edmonton 18,8 20,4 22,3 24,4 24,1 23,2 17,6 19,2 21,0 21,9 21,3
Wood Buffalo–Cold Lake 22,8 23,5 28,2 32,3 30,4 29,8 23,5 24,5 24,1 26,0 24,5
Colombie-Britannique 16,0 17,9 18,5 19,4 19,5 18,6 15,7 16,4 17,0 17,2 17,4
Île de Vancouver et la côte 16,4 17,5 17,6 18,0 17,9 16,9 14,4 14,9 16,1 16,7 16,7
Lower Mainland–Sud-ouest 15,5 17,5 18,1 19,1 19,5 18,5 16,0 16,3 16,6 16,5 16,9
Thompson–Okanagan 17,5 18,9 19,5 20,2 21,3 20,0 15,8 17,1 18,3 19,2 19,9
Kootenay 18,6 22,2 21,8 23,2 20,1 19,2 16,8 19,1 18,7 19,1 16,7
Cariboo 15,3 19,2 20,1 20,1 18,0 20,1 15,8 18,3 19,3 17,8 18,1
Côte-nord et Nechako 14,5 16,5 18,7 19,8 19,7 19,0 12,9 13,6 17,6 19,3 20,9
Nord-est 20,4 23,0 27,4 30,5 25,3 27,1 20,8 23,5 24,8 26,4 23,9
Yukon (Territoire)  
Territoire du Yukon 21,2 20,2 20,4 20,8 22,5 20,4 20,8 21,1 21,8 19,6 17,7
Territoires du Nord-Ouest  
Territoires du Nord-Ouest 19,3 18,0 16,9 17,8 17,3 16,6 15,8 16,0 15,5 15,5 16,1
Nunavut  
Nunavut Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 30,6 30,7 30,3 27,2
Tableau 7-1
Taux de mise à pied par région économique de résidence, employés de 25 à 54 ans, 2003 à 2013 — Partie 1
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Taux de mise à pied par région économique de résidence 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012 et 2013, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
  2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
pourcentage
Canada 5,3 5,1 4,7 4,6 4,6 5,3 5,9 5,1 5,0 4,8 4,8
Terre-Neuve-et-Labrador 14,1 16,0 14,9 13,8 13,8 13,2 13,3 11,9 12,2 11,0 11,4
Avalon Peninsula 9,4 9,7 9,8 9,2 8,8 8,9 8,9 7,9 7,9 7,0 8,0
Côte-sud–Burin Peninsula et Notre Dame–Central Bonavista Bay 21,2 27,1 22,4 21,8 23,9 21,4 21,3 19,4 20,1 18,8 18,7
Côte-ouest–Northern Peninsula–Labrador 17,1 17,9 18,0 15,4 14,7 14,7 15,6 14,7 15,7 14,2 13,7
Île-du-Prince-Édouard  
Île-du-Prince-Édouard 13,0 12,4 10,6 10,6 9,7 9,9 13,7 11,4 9,5 9,0 8,9
Nouvelle-Écosse 7,7 7,3 7,0 6,7 6,4 6,7 8,6 6,6 6,5 6,3 6,0
Cape Breton 13,4 13,7 13,1 13,0 11,8 12,3 12,8 12,4 12,1 11,8 12,4
Côte-nord 9,3 9,0 8,2 7,8 8,4 7,5 10,1 8,1 7,7 7,6 7,2
Annapolis Valley 7,4 7,0 6,5 6,3 6,3 5,9 10,6 7,3 7,9 6,9 5,6
Sud 10,7 9,6 9,4 9,9 9,4 9,5 12,4 8,7 9,1 8,7 8,8
Halifax 4,9 4,5 4,4 3,9 3,7 4,5 5,5 4,1 4,0 3,9 3,7
Nouveau-Brunswick 10,1 10,0 9,1 9,4 8,7 8,7 8,6 8,3 8,3 8,3 7,9
Campbellton–Miramichi 19,6 18,8 17,4 17,8 16,4 17,3 16,2 17,1 15,9 15,3 15,5
Moncton–Richibucto 7,9 7,7 7,0 7,0 6,6 6,7 6,3 6,4 6,2 6,4 6,1
Saint John–St. Stephen 7,2 7,8 6,4 6,9 6,3 6,4 7,4 6,6 6,7 7,1 6,2
Fredericton–Oromocto 6,5 6,7 5,5 5,9 5,9 5,1 6,0 5,4 5,9 5,6 5,6
Edmundston–Woodstock 10,1 9,6 10,6 10,3 9,5 9,7 9,3 8,3 8,8 9,4 8,2
Québec 6,2 6,1 5,6 5,6 5,6 5,9 6,2 5,5 5,4 5,4 5,3
Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine 16,3 21,0 21,8 21,1 19,3 16,9 15,9 14,8 14,6 14,0 14,0
Bas-Saint-Laurent 10,8 9,5 9,5 8,6 8,5 8,4 8,2 7,9 8,6 8,1 7,4
Capitale-Nationale 6,8 6,7 5,3 5,1 5,3 5,5 5,6 5,2 5,0 4,6 4,9
Chaudière-Appalaches 6,0 6,0 5,1 4,9 5,2 5,5 5,7 5,5 5,2 4,8 4,9
Estrie 5,7 5,8 5,0 5,9 6,1 6,4 5,9 5,1 5,4 5,2 5,4
Centre-du-Québec 6,9 6,1 5,3 5,2 5,4 5,9 6,2 6,2 6,3 6,0 5,7
Montérégie 4,7 4,7 4,4 4,7 4,7 5,0 5,4 4,7 4,8 4,7 4,8
Montréal 5,4 5,2 4,7 4,6 4,9 5,2 5,7 4,8 4,8 5,0 4,9
Laval 4,5 4,2 4,1 4,2 4,0 4,3 4,9 4,3 4,5 4,4 4,3
Lanaudière 5,4 5,3 5,4 5,5 6,0 6,1 6,2 4,9 5,0 5,3 5,4
Laurentides 6,2 5,6 5,5 5,8 6,0 5,9 6,7 5,8 5,7 5,5 5,3
Outaouais 5,9 5,6 5,0 4,4 4,4 4,4 4,5 4,1 4,2 4,1 4,1
Abitibi-Témiscamingue 10,0 11,0 10,2 10,1 9,0 9,9 9,3 8,9 7,8 7,8 7,1
Mauricie 7,9 7,8 7,0 7,2 7,0 7,3 8,2 7,2 6,9 7,0 6,9
Saguenay–Lac-Saint-Jean 10,6 11,2 9,8 9,9 9,1 9,2 10,1 9,0 8,5 8,5 7,9
Côte-Nord et Nord-du-Québec 11,2 12,9 10,7 10,0 10,8 12,7 12,3 11,6 11,0 10,5 10,1
Ontario 3,9 3,9 3,6 3,7 3,8 4,8 5,1 4,3 4,2 4,1 4,1
Ottawa 3,9 3,4 3,0 3,4 3,1 3,3 3,7 3,3 3,3 3,1 3,2
Kingston–Pembroke 4,3 4,3 3,9 4,1 3,7 4,5 4,7 4,4 4,6 4,1 4,6
Muskoka–Kawarthas 4,5 4,9 4,2 4,7 4,1 4,9 5,5 4,9 4,9 4,7 5,0
Toronto 3,5 3,5 3,4 3,3 3,6 4,6 5,0 4,1 4,0 3,9 3,9
Kitchener–Waterloo–Barrie 3,4 3,5 3,4 3,5 3,5 4,5 5,1 4,1 3,9 3,8 4,0
Hamilton–Niagara Peninsula 4,2 4,1 3,8 3,6 3,9 4,9 5,4 4,6 4,4 4,2 4,1
Tableau 7-2
Taux de mise à pied par région économique de résidence, employés de 25 à 54 ans, 2003 à 2013 — Partie 2
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Taux de mise à pied par région économique de résidence 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012 et 2013, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
  2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
pourcentage
Ontario (suite)  
London 3,8 3,4 3,1 3,4 3,6 5,6 5,2 4,4 4,4 4,2 4,2
Windsor–Sarnia 4,5 5,1 4,7 5,4 5,7 7,8 6,7 6,3 6,4 6,3 5,5
Stratford–Bruce Peninsula 3,3 3,9 3,4 3,4 3,5 4,3 5,3 4,2 4,4 4,3 4,8
Nord-est 6,4 5,8 5,8 6,1 5,7 6,0 7,2 6,7 6,0 5,9 6,0
Nord-ouest 5,8 5,8 5,7 7,1 6,5 7,4 7,4 5,9 6,6 6,5 6,0
Manitoba 4,5 3,5 3,3 3,3 3,1 3,9 4,0 3,6 3,7 3,6 3,7
Sud-est 3,4 3,0 2,7 3,0 2,8 4,1 3,7 3,6 3,2 3,6 3,4
Centre sud et Centre nord 4,5 3,7 3,8 3,5 3,1 3,2 3,7 3,2 3,6 3,2 3,4
Sud-ouest 4,6 3,9 4,1 4,1 3,1 3,9 3,8 3,4 3,9 3,2 3,1
Winnipeg 4,4 3,3 3,0 3,0 3,0 3,9 4,0 3,6 3,6 3,6 3,6
Interlake 4,7 4,0 3,1 3,1 2,8 3,3 3,4 2,8 3,1 2,9 3,3
Parklands et Nord 6,3 5,9 6,3 6,1 4,9 5,3 5,7 5,9 6,2 6,2 6,2
Saskatchewan 4,7 4,1 4,1 4,3 3,6 3,9 4,4 3,9 4,1 3,9 4,3
Regina–Moose Mountain 3,7 3,2 3,3 3,2 2,9 3,2 3,6 3,1 3,1 3,1 3,9
Swift Current–Moose Jaw 3,9 3,4 3,6 4,3 3,6 3,4 4,4 3,4 3,7 3,6 4,0
Saskatoon–Biggar 4,1 3,8 3,5 3,4 2,9 3,2 4,0 3,8 4,0 4,0 3,9
Yorkton–Melville 4,8 4,6 4,4 4,5 3,6 4,2 4,9 4,1 4,3 3,9 4,7
Prince Albert et Nord 7,9 6,1 6,6 7,7 5,9 6,4 6,5 5,5 5,9 5,6 6,1
Alberta 5,1 4,5 4,1 3,8 3,6 4,5 6,2 4,9 4,6 4,2 4,5
Lethbridge–Medicine Hat 5,1 4,5 3,9 3,4 3,2 4,1 5,4 4,1 3,9 3,3 3,8
Camrose–Drumheller 4,9 4,3 4,3 4,0 3,6 4,1 5,2 4,7 4,4 4,0 4,5
Calgary 4,0 3,6 3,1 2,6 2,6 3,6 5,5 3,9 3,8 3,7 3,7
Banff–Jasper–Rocky Mountain House et Athabasca–Grande Prairie–Peace River 7,2 6,5 5,9 5,4 5,1 5,8 7,4 6,0 5,7 5,4 5,6
Red Deer 5,9 5,0 5,0 4,9 4,4 5,3 7,5 5,7 5,7 4,5 4,6
Edmonton 5,3 4,8 4,5 4,5 3,9 4,9 6,6 5,6 5,0 4,6 4,9
Wood Buffalo–Cold Lake 7,8 7,3 7,1 7,4 6,5 7,2 7,8 7,1 6,6 6,0 5,9
Colombie-Britannique 5,9 5,3 4,7 4,4 4,4 5,5 6,1 5,7 5,2 4,9 4,9
Île de Vancouver et la côte 6,9 6,2 5,1 4,4 4,2 5,6 5,5 5,1 5,4 5,1 5,1
Lower Mainland–Sud-ouest 4,8 4,3 3,8 3,5 3,5 4,5 5,3 5,2 4,4 4,1 4,3
Thompson–Okanagan 8,1 7,1 6,4 6,0 6,3 8,1 8,4 7,3 7,4 7,2 7,2
Kootenay 9,5 9,5 9,6 9,1 8,1 8,3 9,0 8,3 8,1 7,1 6,2
Cariboo 7,5 7,8 7,3 7,6 6,7 8,0 10,7 8,5 7,5 6,9 6,1
Côte-nord et Nechako 8,3 8,6 8,8 10,2 10,2 8,5 8,7 7,8 8,2 9,2 8,6
Nord-est 8,6 7,9 8,7 9,4 7,9 10,2 10,4 7,9 7,7 8,0 6,9
Yukon (Territoire)  
Territoire du Yukon 9,5 9,6 9,4 7,6 8,5 8,8 8,7 8,3 9,1 7,5 7,9
Territoires du Nord-Ouest  
Territoires du Nord-Ouest 4,9 4,8 4,2 3,8 3,5 4,0 5,3 4,9 4,4 4,4 4,0
Nunavut  
Nunavut Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 14,0 13,9 13,2 10,1
Annexe Tableau 1-1
Liste des régions économiques par ordre croissant selon les taux moyens de mise à pied, 2003 à 2013 — Partie 1
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Liste des régions économiques par ordre croissant selon les taux moyens de mise à pied. Les données sont présentées selon Nom de la région économique (titres de rangée) et Par ordre croissant, calculées selon nombre unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Nom de la région économique Par ordre croissant
nombre
Ottawa 1
Regina–Moose Mountain 2
Winnipeg 3
Calgary 4
Toronto 5
Sud-est 6
Saskatoon–Biggar 7
Interlake 8
Kitchener–Waterloo–Barrie 9
Centre sud et Centre nord 10
Swift Current–Moose Jaw 11
Lower Mainland–Sud-ouest 12
Sud-ouest 13
Lethbridge–Medicine Hat 14
London 15
Halifax 16
Hamilton–Niagara Peninsula 17
Laval 18
Stratford–Bruce Peninsula 19
Territoires du Nord-Ouest 20
Kingston–Pembroke 21
Camrose–Drumheller 22
Montréal 23
Edmonton 24
Outaouais 25
Yorkton–Melville 26
Muskoka–Kawarthas 27
Montérégie 28
Red Deer 29
Île de Vancouver et la côte 30
Capitale-Nationale (Québec) 31
Lanaudière 32
Windsor–Sarnia 33
Chaudière–Appalaches 34
Estrie 35
Fredericton–Oromocto 36
Banff–Jasper–Rocky Mountain House et Athabasca–Grande Prairie–Peace River 37
Laurentides 38
Parklands et Nord 39
Centre-du-Québec 40
Nord-est (Ontario) 41
Nord-ouest 42
Prince Albert et Nord 43
Wood Buffalo–Cold Lake 44
Saint John–St. Stephen 45
Moncton–Richibucto 46
Annapolis Valley 47
Thompson–Okanagan 48
Mauricie 49
Cariboo 50
Annexe Tableau 1-2
Liste des régions économiques par ordre croissant selon les taux moyens de mise à pied, 2003 à 2013 — Partie 2
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Liste des régions économiques par ordre croissant selon les taux moyens de mise à pied. Les données sont présentées selon Nom de la région économique (titres de rangée) et Par ordre croissant, calculées selon nombre unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Nom de la région économique Par ordre croissant
nombre
Côte-nord 51
Nord-est (Colombie-Britannique) 52
Kootenay 53
Territoire du Yukon 54
Côte-nord et Nechako 55
Avalon Peninsula 56
Bas-Saint-Laurent 57
Sud 58
Abitibi–Témiscamingue 59
Edmundston–Woodstock 60
Saguenay–Lac-Saint-Jean 61
Île-du-Prince-Édouard 62
Côte-Nord and Nord-du-Québec 63
Nunavut 64
Cape Breton 65
Côte-ouest–Northern Peninsula–Labrador 66
Campbellton–Miramichi 67
Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine 68
Côte-sud–Burin Peninsula et Notre Dame–Central Bonavista Bay 69
Annexe Tableau 2-1
Liste des régions économiques de résidence par ordre croissant selon la variation absolue des taux d'embauche, 2007 à 2009 — Partie 1
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Liste des régions économiques de résidence par ordre croissant selon la variation absolue des taux d'embauche. Les données sont présentées selon Nom de la région économique (titres de rangée) et Par ordre croissant, calculées selon nombre unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Nom de la région économique Par ordre croissant
nombre
Wood Buffalo–Cold Lake 1
Red Deer 2
Camrose–Drumheller 3
Calgary 4
Banff–Jasper–Rocky Mountain House et Athabasca–Grande Prairie–Peace River 5
Edmonton 6
Côte-nord et Nechako 7
Nord-est (Colombie-Britannique) 8
Côte-sud–Burin Peninsula et Notre Dame–Central Bonavista Bay 9
Abitibi–Témiscamingue 10
Thompson–Okanagan 11
Centre sud et Centre nord 12
Île de Vancouver et la côte 13
Prince Albert et Nord 14
Kootenay 15
Lower Mainland–Sud-ouest 16
Lethbridge–Medicine Hat 17
Avalon Peninsula 18
Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine 19
Nord-est (Ontario) 20
Saint John–St. Stephen 21
Mauricie 22
Estrie 23
Moncton–Richibucto 24
Île-du-Prince-Édouard 25
Halifax 26
Territoire du Yukon 27
Saskatoon–Biggar 28
Hamilton–Niagara Peninsula 29
Côte-nord 30
Fredericton–Oromocto 31
Nord-ouest 32
Toronto 33
Sud-ouest 34
Centre-du-Québec 35
Kingston–Pembroke 36
Winnipeg 37
Cariboo 38
Cape Breton 39
Edmundston–Woodstock 40
Saguenay–Lac-Saint-Jean 41
Kitchener–Waterloo–Barrie 42
Laurentides 43
Sud 44
Windsor–Sarnia 45
Lanaudière 46
Outaouais 47
Parklands et Nord 48
Sud-est 49
Campbellton–Miramichi 50
Annexe Tableau 2-2
Liste des régions économiques de résidence par ordre croissant selon la variation absolue des taux d'embauche, 2007 à 2009 — Partie 2
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Liste des régions économiques de résidence par ordre croissant selon la variation absolue des taux d'embauche. Les données sont présentées selon Nom de la région économique (titres de rangée) et Par ordre croissant, calculées selon nombre unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Nom de la région économique Par ordre croissant
nombre
Stratford–Bruce Peninsula 51
Montérégie 52
London 53
Regina–Moose Mountain 54
Montréal 55
Interlake 56
Territoires du Nord-Ouest 57
Chaudière-Appalaches 58
Ottawa 59
Laval 60
Muskoka–Kawarthas 61
Annapolis Valley 62
Capitale-Nationale (Quebec) 63
Bas-Saint-Laurent 64
Swift Current–Moose Jaw 65
Côte-ouest–Northern Peninsula–Labrador 66
Côte-Nord and Nord-du-Québec 67
Yorkton–Melville 68

Références

Morissette, R., Y. Lu et H. Qiu. 2013. Réallocation des travailleurs au Canada. Direction des études analytiques : documents de recherche, no 348. No 11F0019M au catalogue de Statistique Canada. Ottawa : Statistique Canada.

Morissette, R., W. Ci et G. Schellenberg. 2016. Taux d’embauche et de mise à pied selon la région économique de résidence : qualité des données, concepts et méthodes. Études analytiques : méthodes and références, no 001. No 11-633-X au catalogue de Statistique Canada. Ottawa : Statistique Canada.

OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques). 2009. « Comment les caractéristiques des branches d’activité, des entreprises et des travailleurs façonnent-elles les flux d’emplois et de main-d’œuvre?» Dans Perspectives de l’emploi de l’OCDE 2009, chapitre 2. p. 117−163. Paris : Éditions OCDE.

Date de modification :