>

5. Conclusion

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Si l'Ontario enregistre un taux de croissance des dépenses totales semblable à la moyenne nationale pour toute la période à l'étude, soit de 1961 à 2005, elle s'en élève considérablement depuis l'an 2000. Les dépenses d'infrastructures lâchent vivement la vapeur dans la plupart des domaines avec les routes, l'approvisionnement en eau, les bâtiments à vocation récréative etles tours à bureaux en tête.

Le Québec s'était rapidement relevé de la dernière place du capital par habitant en 1961 pour atteindre la moyenne canadienne au moment des jeux olympiques de 1976, dépassant largement l'Ontario durant cette décennie, grâce aux routes et à la culture. Si la croissance est demeurée positive pour la culture, deux décennies d'érosion de l'investissement a fait reculerle capital routier. Le capital a repris dans les années 2000 avec la construction commerciale et les laboratoires de recherche en tête, tandis que la croissance du capital routier prend les devants sur le capital culturel.

Toujours en tenant compte de l'effet de la population, les provinces de l'Atlantique arrivent presque nez à nez en première place avec les Prairies en termes du capital d'infrastructures des administrations publiques par habitant. Le capital d'infrastructures des gouvernements en termes absolus a cependant continué à baisser au cours des années 2000 en Atlantique, contrairement aux autres régions du pays. Ces reculs sont survenus surtout dans la construction marine, l'équipement de transport et les communications, annulantles gains pour les routes et les immeubles à vocation institutionnelle.

Les Prairies prenaient la tête des régions pour le capital d'infrastructure par habitant dans les années 1980, grâce entre autres, aux Jeux de Calgary en 1988. Elles ont reculé durantles années 1990, avec la baisse des revenus pétroliers, pour se situer derrière les provinces de l'Atlantique. Elles ont repris récemment, alors que les prix du pétrole ont rebondi.

Le capital par habitant en Colombie-Britannique suit de près la valeur moyenne nationale presque une grande partie de la période à l'étude, de 1971 à 2005. Récemment, la croissance se relève fortement pour les centres sportifs et les travaux de génie avec la tenue prochaine des jeux olympiques.