Analyse en bref
Les subventions, les dons, les commandites de sociétés et la collecte de fonds occupent une place de premier plan dans les industries des arts d’interprétation sans but lucratif au Canada

Date de diffusion : le 22 août 2022

Passer au texte

Début du texte

Les subventions, les dons, les commandites de sociétés et la collecte de fonds continuent de faire partie intégrante des revenus des entreprises canadiennes dans les industries des arts d’interprétation sans but lucratifNote . Le financement de ces industries a augmenté depuis que des données comparables ont commencé à être diffusées en 2014, et il représente une part grandissante des revenus d’exploitation totaux en 2020 (62,0 %), en hausse par rapport aux années précédentes où il se situait sous la barre des 50 % (voir le graphique 1). Le financement octroyé peut être divisé en deux catégories : le secteur public et le secteur privé. Le financement du secteur public est constitué de subventions d’organismes gouvernementaux fédéraux, provinciaux, territoriaux, municipaux et autres, tandis que le financement du secteur privé provient de dons de sociétés, de commandites de sociétés, de dons de particuliers, d’activités de collecte de fonds, de fondations et d’autres contributions privées.

graphique 1 Part des subventions, des dons, des commandites de sociétés et des collectes de fonds parmi les revenus d’exploitation totaux des industries des arts d’interprétation sans but lucratif au Canada, 2014 à 2020

Tableau de données du graphique 1 
Tableau de données du graphique 1
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 1 pourcentage des revenus d’exploitation totaux(figurant comme en-tête de colonne).
pourcentage des revenus d’exploitation totaux
2014 40,1
2016 45,6
2018 46,1
2020 62,0

En raison des conditions économiques et sociales, le financement des industries des arts d’interprétation sans but lucratif a changé au fil du temps et a continué d’évoluer tout au long de la pandémie de COVID-19, de même que l’accès aux fonds et leur disponibilité. Les données utilisées pour cette analyse proviennent de l’Enquête sur les industries de services : Arts de la scène, qui est menée tous les deux ans et qui permet de recueillir les données financières et d’exploitation nécessaires pour produire des statistiques économiques sur les industries des arts d’interprétation au Canada. Les plus récentes données disponibles sont celles de l’année de référence 2020Note .

Financement du secteur public

Au cours des dernières années, l’offre accrue de subventions du secteur public a entraîné une augmentation des niveaux de financement dans les industries. Même si le financement provenant de cette source augmente depuis 2014, c’est en 2020 que les industries ont connu la plus forte augmentation des subventions provenant du secteur public jamais enregistrée, en hausse de 32,7 % par rapport à 2018. Le principal moteur de cette croissance était le financement sous forme de subventions fédérales, qui a atteint un sommet sans précédent en 2020 et a représenté 48,3 % du total des subventions du secteur public. Les mesures de soutien fédérales traditionnelles visant à aider ces industries ont été complétées par des programmes de soutien liés à la COVID-19 en 2020, notamment par la Subvention salariale d’urgence du Canada; le Fonds d’urgence pour soutenir les organismes chargés de la culture, du patrimoine et du sportNote ; le financement anticipé du Conseil des arts du Canada pour aider les organismes à relever les défis financiersNote . Le financement fédéral accordé au Conseil des arts du Canada a également augmenté depuis 2016, lorsque le gouvernement du Canada a annoncé de nouveaux fonds dans son budget, pour un total de 550 millions de dollars sur quatre ans (de 2016 à 2020)Note . Les compagnies d’arts d’interprétation peuvent également accéder à des subventions fédérales, comme le Fonds du Canada pour l’investissement en culture, qui offre des incitatifs stratégiques et des fonds de dotation, accorde de l’aide pour des projets de collaboration et verse des fonds de contrepartie pour des investissements du secteur privéNote .

À l’opposé, la part des subventions provinciales et territoriales dans le financement total du secteur public a diminué depuis 2014, passant d’environ la moitié du financement public total (49,4 %) à un peu plus du tiers en 2020 (35,5 %). Bien que le financement provincial et territorial des arts ait continué de progresser de façon constante en dollars, augmentant de 24,2 millions de dollars au cours de la même période, la croissance plus rapide du financement fédéral a entraîné une diminution de la part de financement provincial et territorial. Les subventions municipales et d’autres sources gouvernementales ont également augmenté de façon constante depuis 2014, représentant environ 20 % du financement total du secteur public chaque année; toutefois, leur part de financement a diminué pour s’établir à 16,2 % en 2020.

graphique 2 Proportion des subventions gouvernementales par rapport au financement total du secteur public dans les industries des arts d’interprétation sans but lucratif au Canada, 2014 à 2020

Tableau de données du graphique 2 
Tableau de données du graphique 2
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 2 Subventions fédérales, Subventions provinciales et territoriales et Subventions municipales et autres subventions gouvernementales, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Subventions fédérales Subventions provinciales et territoriales Subventions municipales et autres subventions gouvernementales
pourcentage
2014 30,0 49,4 20,6
2016 31,2 45,9 22,9
2018 35,9 43,9 20,2
2020 48,3 35,5 16,2

Financement provenant du secteur privé

Bien que les subventions du secteur privé aient augmenté avant le début de la pandémie de COVID-19, les activités de commandite et de collecte de fonds qui ont été fortement touchées par les fermetures liées à la pandémie ont entraîné un déclin en 2020, les contributions totales du secteur privé ayant diminué de 9,2 % par rapport à 2018. Dans l’ensemble, la répartition des dons, des collectes de fonds et des commandites du secteur privé est demeurée relativement inchangée depuis 2014 (voir le graphique 3). Les dons de particuliers sont demeurés les principaux contributeurs du secteur privé dans les industries des arts d’interprétation sans but lucratif, représentant plus du tiers du financement privé chaque année, la plus forte proportion ayant été observée en 2020 (42,9 %). Cette observation concorde avec les rapports qui indiquent que la valeur totale en dollars des dons de bienfaisance a augmenté de façon constante au cours de la même périodeNote .

Les fondations sont le deuxième contributeur du secteur privé en importance; ce sont des organismes de bienfaisance canadiens qui fournissent du financement et du soutien à d’autres organismes sans but lucratif et de bienfaisance en recueillant des fonds au moyen de dons et de subventions. Le montant des revenus provenant des fondations a augmenté dans la part du financement total du secteur privé depuis 2014, atteignant un nouveau sommet de 21,3 % en 2020. La capacité des entreprises à s’appuyer sur des fondations a également été affectée par le quota de versements imposé par le gouvernement fédéralNote , qui régit le montant qui doit être réparti annuellement en fonction du total des fonds gérés par les fondations.

Les commandites de sociétés et les activités de collecte de fonds représentent généralement une part semblable du financement, et il s’agissait des sources de financement du secteur privé les plus touchées par la pandémie de COVID-19. De 2014 à 2018, les deux sources sont demeurées relativement stables dans leur part du financement du secteur privé, mais elles ont baissé pour atteindre leur plus bas niveau en 2020; les commandites de sociétés se sont établies à 13,0 % de tous les événements de financement et les collectes de fonds du secteur privé ont représenté 12,2 %. Ces sources ont été considérablement touchées par les restrictions provinciales et territoriales mises en œuvre pendant la pandémie, car les entreprises n’ont pas été en mesure de présenter des spectacles pour obtenir des commanditaires ou organiser des événements pour recueillir des fonds pendant une grande partie de l’année 2020.

Les dons de sociétés sont en baisse depuis qu’ils ont atteint leur niveau le plus élevé en 2016. Après avoir augmenté de 2014 à 2016 (+43,4 %), le financement provenant de cette source a diminué en 2018 (-23,3 %) et est demeuré relativement inchangé en 2020 (+0,3 %). Cette source de financement dépend de la générosité des entreprises, ainsi que des conditions économiques, qui peuvent avoir une incidence sur le montant des revenus que les entreprises peuvent consacrer aux contributions.

graphique 3 Répartition des sources de financement du secteur privé dans les industries des arts d’interprétation sans but lucratif au Canada, 2014 à 2020

Tableau de données du graphique 3 
Tableau de données du graphique 3
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 3. Les données sont présentées selon Sources de revenus du secteur privé, sans but lucratif (titres de rangée) et 2014, 2016, 2018 et 2020, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Sources de revenus du secteur privé, sans but lucratif 2014 2016 2018 2020
pourcentage
Dons de sociétés 6,6 7,3 5,1 5,6
Commandites de sociétés 18,1 15,6 16,1 13,0
Dons de particuliers 38,1 36,4 37,6 42,9
Activités de collecte de fonds 15,5 15,2 15,6 12,2
Fondations 16,4 17,4 17,5 21,3
Autre soutien du secteur privé 5,4 8,1 8,2 5,0

Financement dans l’ensemble des industries des arts d’interprétation

L’apparition de la pandémie en 2020 a eu d’importantes répercussions sur les sources de financement de toutes les industries des arts d’interprétation. Les subventions du secteur public ont augmenté dans toutes les industries des arts d’interprétation, tandis que les contributions de source privée ont diminué, les répercussions globales variant selon l’industrie (voir le graphique 4).

Pour les compagnies de théâtre (sauf de comédie musicale), la valeur de toutes les sources de financement a augmenté de 2014 à 2018, à l’exception des dons de sociétés, qui ont diminué de 2016 à 2018. Depuis le début de la pandémie en 2020, toutes les sources de financement du secteur privé dans cette industrie ont baissé, à l’exception des dons de particuliers (+18,4 %) et du financement des fondations (+15,1 %). Cette industrie a été à l’origine de l’augmentation des dons de particuliers versés aux industries des arts d’interprétation en 2020, en hausse de 5,2 millions de dollars par rapport à 2018. De même, les compagnies de théâtre (sauf de comédie musicale) ont connu la plus forte augmentation du financement du gouvernement fédéral parmi les industries des arts d’interprétation en 2020, en hausse de 41,4 millions de dollars par rapport à 2018. Bien que l’augmentation du financement ait aidé à atténuer les répercussions économiques de la pandémie, les compagnies de théâtre (sauf de comédie musicale) ont été l’industrie des arts d’interprétation la plus durement touchée par la pandémie, leurs ventes ayant diminué de 129,6 millions de dollars en 2020.

Les compagnies de comédie musicale et d’opéra ont eu du succès à obtenir des dons de particuliers, qui étaient la plus importante source de financement pour l’industrie de 2016 à 2020, représentant plus du quart du financement chaque année. Au cours de la même période, les sources de financement les plus importantes pour les quatre autres industries des arts d’interprétation étaient des sources publiques. Comme des fonds de soutien supplémentaires étaient disponibles en 2020 pour répondre à la COVID-19, l’écart entre les subventions fédérales et les dons de particuliers s’est rétréci à sa plus faible marge (2,4 millions de dollars), mais les compagnies de comédie musicale et d’opéra ont continué de recevoir un soutien important de la part des donateurs. Grâce à la générosité des donateurs individuels, cette source de financement représentait 28,0 % du financement total en 2020. En raison de l’incidence considérable des dons de particuliers, les contributions du secteur privé sont demeurées supérieures au financement public pour l’industrie de 2014 à 2020. Toutefois, comme les contributions provenant du financement du secteur privé ont diminué en 2020, le soutien global dans cette industrie est en légère baisse (-0,8 %) par rapport au niveau enregistré en 2018. Cela a représenté un autre défi pour cette industrie, où les revenus liés au rendement ont reculé de 58,3 %.

Les compagnies de danse étaient la seule industrie où les subventions fédérales constituaient la plus importante source de financement avant 2020. Cette source de financement a été rehaussée par les programmes d’aide liés à la COVID-19 tout au long de 2020, une augmentation de 10,1 millions de dollars par rapport à 2018. Cela a contribué à un écart croissant entre les principales sources de financement de l’industrie, la part des subventions fédérales parmi le financement total augmentant pour s’élever à 36,0 % et la part des subventions provinciales et territoriales diminuant pour s’établir à 21,9 %. Dans l’ensemble, le financement de cette industrie a augmenté de 8,0 % en 2020 (+5,5 millions de dollars). Cela est dû, principalement, à l'augmentation des contributions du secteur public, les contributions du secteur privé dans cette industrie ayant diminué pour atteindre environ un tiers du financement total. Toutefois, en raison des fermetures et des reports liés à la pandémie, la croissance du financement n’a fait qu’adoucir la baisse des revenus liés au rendement dans cette industrie, qui ont diminué de 9,0 millions de dollars par rapport à 2018.

Pour toutes les années pour lesquelles des données sont disponibles, la plus grande source de financement pour les formations musicales et musiciens sans but lucratif (qui comprennent les orchestres symphoniques) était constituée de subventions provinciales et territoriales. Même en 2020, lorsque les subventions fédérales ont augmenté de 9,5 millions de dollars pour atteindre 30,1 millions de dollars, les subventions provinciales et territoriales ont maintenu la plus grande part du financement dans l’industrie, totalisant 32,4 millions de dollars. Toutefois, grâce à d’importantes contributions de donateurs individuels, de commandites de sociétés et de fondations, le secteur privé a représenté une plus grande part du financement dans cette industrie que le secteur public de 2014 à 2018, fournissant un peu plus de la moitié du financement total chaque année. Puisque la pandémie a entraîné une baisse du financement du secteur privé (-7,9 %), les subventions du secteur public sont devenues la source la plus importante dans cette industrie, atteignant 54,4 % de tout le financement en 2020. Le financement total de l’industrie a augmenté de 6,8 millions de dollars en 2020 pourtant, cela n’a pas beaucoup atténué les pertes de l’industrie, car le revenu provenant des ventes, ayant diminué de 27,9 millions de dollars par rapport à 2018.

graphique 4 Variation en pourcentage des sources de financement des secteurs public et privé dans les industries des arts d’interprétation sans but lucratif au Canada, 2018 à 2020

Tableau de données du graphique 4 
Tableau de données du graphique 4
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 4 Secteur public et Secteur privé, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Secteur public Secteur privé
pourcentage
Autres compagnies d’arts d’interprétation 43,1 -26,0
Formations musicales et musiciens 19,0 -7,9
Compagnies de danse 30,7 -20,6
Compagnies de comédie musicale et d’opéra 24,0 -15,6
Compagnies de théâtre (sauf de comédie musicale) 42,6 -3,0

Conclusion et perspectives

Les subventions, les dons, les commandites de sociétés et la collecte de fonds devraient continuer de faire partie intégrante du succès des industries des arts d’interprétation sans but lucratif. À mesure que les entreprises reprendront leurs activités, d’autres formes de revenus (p. ex. ventes de biens et services, revenus liés au rendement) devraient augmenter; toutefois, les sources de financement continueront d’être essentielles à la reprise économique de ces industries. À mesure que les programmes de soutien d’urgence liés à la pandémie prendront fin, les sources de financement traditionnelles deviendront encore plus importantes pour les exploitants de l’industrie. Parallèlement à la reprise d’activités des entreprises d’arts d’interprétation, les contributions du secteur privé devraient augmenter, même si l’ampleur du taux de croissance dépendra de la reprise parmi les autres entreprises et de la stabilité générale de l’économie.

Date de modification :