Pesticides et engrais

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

L'emploi de pesticides et de mélanges d'engrais et pesticides pour pelouse et jardin fait l'objet d'un débat public depuis quelques années. Certaines municipalités et provinces en ont restreint l'usage ou ont complètement interdit ces produits chimiques à cause d'inquiétudes concernant de possibles effets sur la santé des humains et des animaux. Jusqu'à présent, il existait peu de données nationales sur l'usage de ces substances et la fréquence à laquelle elles étaient employées par les ménages.

Pesticides : usage en léger déclin

L'emploi de pesticides par les ménages n'a pas changé de façon importante depuis 1994 (tableau explicatif 3.10), à l'exception du Québec, où une réglementation stricte a été mise en place ces dernières années à l'égard de l'emploi des pesticides utilisés à des fins esthétiques (encadré 1). En 2006, les ménages du Québec faisaient un usage moins important des pesticides que ceux des autres provinces, si ce n'est l'Île-du-Prince-Édouard. Il existe une tendance semblable à l'échelle régionale. Dans l'est, l'emploi des pesticides par les ménages allait de 14 % pour l'Île-du-Prince-Édouard à 21 % pour Terre-Neuve-et-Labrador. Plus à l'ouest, à partir de la frontière entre l'Ontario et le Québec, la proportion de ménages qui utilisaient des pesticides s'élevait à 34 % en Ontario (le même taux que celui de 1994) et atteignait son maximum au Manitoba, avec un taux de 44 %, puis ce taux diminuait quelque peu pour atteindre 29 % en Colombie-Britannique.

Encadré 1
Interdictions des pesticides

Le 30 avril 2006, le Québec a annoncé l'interdiction totale de la vente des pesticides à usage esthétique.

En vertu du Code de gestion des pesticides promulgué par le gouvernement du Québec, il est interdit d'appliquer les pesticides les plus nocifs sur les surfaces gazonnées des terrains publics, parapublics et municipaux et, depuis avril 2006, sur les surfaces gazonnées des terrains privés et commerciaux, à l'exception des terrains de golf.

L'emploi des pesticides est prohibé tant à l'intérieur qu'à l'extérieur des centres de la petite enfance et des écoles élémentaires et secondaires, et des règles particulières s'appliquent quant à l'emploi des pesticides autorisés.

Source : Gouvernement du Québec. Code de gestion des pesticides. (site consulté le 15 mai, 2007.)

Tableau explicatif 3.10: Ménages qui ont appliqué des engrais chimiques ou des pesticides sur leur pelouse ou dans leur jardin, selon la province, 2005

La différence marquée entre le Québec et le reste du Canada pour ce qui est de l'emploi des pesticides était encore plus frappante au niveau des RMR. En effet, les quatre RMR dans lesquelles résidait la part la plus faible de ménages utilisant des pesticides se trouvaient toutes au Québec (tableau explicatif 3.11).

En examinant les données de plus près, on s'aperçoit que si les RMR de l'Ontario, du Manitoba, de la Saskatchewan et de l'Alberta avaient des pourcentages semblables de ménages qui utilisaient des pesticides pour leur pelouse ou leur jardin, la manière dont ils les utilisaient était assez différente. Dans la plupart des RMR de l'Ontario, les ménages étaient plus enclins à appliquer des pesticides dans le cadre d'un programme d'entretien régulier, tel qu'un programme offert par une entreprise d'entretien paysager (Tableau 23 en annexe). Par contre, les ménages des RMR des provinces des Prairies avaient plutôt tendance à utiliser des pesticides uniquement en présence d'un problème particulier.

Pour ce qui est de l'utilisation d'engrais à l'échelle du pays, près d'un ménage sur trois qui possédait une pelouse ou un jardin se servait d'engrais commerciaux pour fertiliser son gazon et les plantes de son jardin, et c'est en Alberta, en Saskatchewan et en Manitoba que l'emploi de ces produits était le plus important. L'emploi d'engrais était particulièrement en faveur auprès des ménages des deux RMR de la Saskatchewan, où plus de la moitié des ménages en faisaient usage.

Tableau explicatif 3.11: Ménages qui ont appliqué des engrais chimiques ou des pesticides sur leur pelouse ou dans leur jardin, selon la région métropolitaine de recensement sélectionnée, 2005