Transport

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Les navetteurs canadiens mettaient en moyenne 26 minutes à se rendre au travail lors d'une journée type en 2010, tous modes de transport confondus.

La durée moyenne des déplacements est plus longue dans les régions métropolitaines de recensement (RMR) de 1 million de résidents ou plus. Les navetteurs des six plus grandes RMR mettaient en moyenne 30 minutes pour se rendre au travail en 2010. Ceux des RMR de taille moyenne (250 000 à 999 999 résidents) mettaient 25 minutes.

Cette durée moyenne était plus longue pour les navetteurs des RMR de Toronto (33 minutes), de Montréal (31 minutes) et de Vancouver (30 minutes). À Toronto et à Montréal, plus du quart des navetteurs mettaient 45 minutes ou plus à se rendre au travail, soit beaucoup plus que dans toute autre RMR. Un autre quart consacraient de 30 à 44 minutes à leurs déplacements.

Environ 82 % des navetteurs se rendaient au travail en voiture, 12 %, en transport en commun et 6 %, à pied ou à bicyclette.

Transport en commun plus lent

Les navetteurs qui utilisent le transport en commun mettent beaucoup plus de temps à se rendre au travail que ceux qui vivent à une distance équivalente de leur travail et qui se déplacent en voiture.

En 2010, se rendre au travail prenait 44 minutes en utilisant le transport en commun, par rapport à 24 minutes en voiture. La durée des déplacements se mesure d'une porte à l'autre. Les déplacements au moyen du transport en commun sont en général de plus longue durée parce qu'on peut devoir marcher jusqu'à un arrêt et attendre un autobus.

Dans les six plus grandes RMR, la durée moyenne des déplacements était de 44 minutes au moyen du transport en commun et de 27 minutes en voiture. L'écart entre les durées moyennes des déplacements était un peu plus grand dans les RMR de taille moyenne : 46 minutes en transport en commun et 23 minutes en voiture.

L'écart n'était pas attribuable à la distance parcourue. Parmi les travailleurs des RMR d'au moins 250 000 résidents qui parcouraient moins de 5 kilomètres pour se rendre au travail, les automobilistes mettaient en moyenne 10 minutes pour s'y rendre, comparativement à 26 minutes pour les usagers du transport en commun. Il en allait de même pour les trajets plus longs.

La durée moyenne des déplacements dans les trois plus grandes RMR suivait la tendance générale. À Toronto et à Vancouver, les usagers du transport en commun mettaient environ 20 minutes de plus que les automobilistes à se rendre au travail. À Montréal, la différence était nettement moindre, soit d'environ 10 minutes.

Transport en commun peu pratique

Des 10,6 millions de travailleurs qui se rendaient au travail en voiture en 2010, environ 9 millions ont déclaré ne l'avoir jamais fait en transport en commun. Environ 7,4 millions d'entre eux estimaient que le transport en commun serait assez peu ou très peu pratique.

Environ 1,6 million d'automobilistes (15 % du total) ont dit avoir essayé de se rendre au travail en utilisant le transport en commun. Une légère majorité d'entre eux (53 %) considéraient cela comme peu pratique.

L'accès au transport en commun est étroitement lié à l'aménagement urbain. C'est qu'il est beaucoup plus facile d'offrir des services efficaces de transport en commun dans les quartiers à forte densité résidentielle, typiques des quartiers centraux des plus grandes RMR, où la clientèle potentielle par km2 est beaucoup plus grande. La durée des déplacements des usagers du transport en commun vivant dans les quartiers à faible densité résidentielle est plus longue, car les distances à parcourir sont plus grandes. La moins grande fréquence du service peut aussi en accroître la durée si des correspondances sont nécessaires et que les horaires ne concordent pas.

Satisfaction élevée quant à la durée des déplacements

En général, la satisfaction par rapport à la durée des déplacements est élevée : en 2010, 85 % des navetteurs se sont déclarés satisfaits ou très satisfaits et 15 %, insatisfaits.

L'insatisfaction des navetteurs est plus répandue dans les grands centres urbains, où la congestion routière est plus courante. En 2010, la proportion de navetteurs insatisfaits (20 %) était plus élevée dans les RMR de 1 million de résidents ou plus. Hors de ces régions, elle variait de 8 % à 10 %.

Les usagers du transport en commun sont plus susceptibles que les automobilistes d'être insatisfaits de la durée de leurs déplacements (23 % contre 18 % en 2010), surtout parce qu'il leur faut en moyenne plus de temps pour se rendre au travail. Fait à noter, la tendance s'inverse à mesure que la durée des déplacements augmente : 10 % des usagers du transport en commun et 21 % des automobilistes dont la durée des déplacements se situait entre 30 et 44 minutes en 2010 s'en disaient insatisfaits.

Parmi les travailleurs à temps plein qui mettaient 45 minutes ou plus à se rendre au travail, 36 % disaient que la plupart des journées étaient assez ou extrêmement stressantes. Cette proportion était par contre de 23 % s'ils consacraient moins de 15 minutes à leurs déplacements.

graphique 29.1 Durée des déplacements pour se rendre au  travail selon la taille de la région de résidence, 2010
Voir la source des données du graphique 29.1

Date de modification :