Diversité ethnique et immigration

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Le Canada a accueilli 252 172 immigrants en 2009, en hausse de 2,0 % par rapport à 2008 et de 6,5 % par rapport à 2007. Il s'agit de 33 % plus d'immigrants par rapport aux 189 951 immigrants arrivés en 1999.

Durant cette décennie, la composition de l'immigration s'est transformée. Si le nombre global d'immigrants a augmenté, le poids des réfugiés a diminué en proportion de l'immigration totale (de 13 % à 9 %), tout comme en nombre (de 24 397 à 22 846). Les regroupements familiaux ont aussi diminué en proportion de l'immigration totale (de 29 % à 26 %), mais ont augmenté en nombre (de 55 274 à 65 206).

Par contre, l'immigration économique a fortement progressé depuis 1999, passant de 109 249 à 153 492 immigrants, ce qui représente une hausse de 40 %. Les immigrants économiques représentaient 6 immigrants sur 10 au Canada en 2009.

Les immigrants s'établissent dans les trois plus grandes provinces

En 2009, 3 immigrants sur 4 se sont établis dans les trois plus grandes provinces du Canada : l'Ontario, le Québec et la Colombie-Britannique. Bien qu'elles aient affiché des taux élevés d'immigration en 2009, 2 de ces 3 provinces ont connu une réduction de leur part des nouveaux arrivants par rapport aux années précédentes. Ainsi, la part des nouveaux immigrants s'établissant en Ontario est passée de près de 55 % en 1999 à 42 % en 2009.

Le nombre d'immigrants en Colombie-Britannique a aussi diminué depuis les années 1990. La province a accueilli 19 % des nouveaux arrivants en 1999 et juste un peu plus de 16 % en 2009.

L'immigration au Québec s'est intensifiée depuis la fin des années 1990. En 1999, un peu plus de 15 % des immigrants se sont établis au Québec, contre environ 20 % en 2009, la proportion la plus élevée depuis 1991.

Globalement, la proportion d'immigrants s'établissant dans les trois plus grandes provinces a considérablement baissé depuis les années 1990. En 1999, près de 90 % des immigrants reçus ont opté pour l'Ontario, la Colombie-Britannique ou le Québec, comparativement à 78 % en 2009.

Un peu plus de la moitié des immigrants en Ontario (51 %) ont été admis dans la catégorie économique en 2009. Il s'agit du plus faible pourcentage des provinces. La Colombie-Britannique (62 %) et le Québec (70 %) affichaient des pourcentages plus élevés à ce chapitre.

L'Atlantique attire plus d'immigrants

Si la part des immigrants s'établissant dans les trois plus grandes provinces diminue, le nombre d'immigrants augmente dans les autres régions du Canada. En 2009, 2,6 % des immigrants reçus au Canada ont élu domicile dans les provinces de l'Atlantique. Ce pourcentage est relativement faible, mais nettement supérieur à celui de 1,4 % enregistré en 1999.

La part annuelle des immigrants établis à Terre-Neuve-et-Labrador se maintient entre 0,2 % et 0,4 % depuis 1981. En Nouvelle-Écosse, elle varie légèrement, mais reste près de 1,0 % : 0,9 % en 2009 et 0,8 % en 1999.

Des hausses notables ont été observées à l'Île-du-Prince-Édouard et au Nouveau-Brunswick dans les années 2000. En 2009, l'Île-du-Prince-Édouard a accueilli 0,7 % de tous les immigrants reçus au Canada, par rapport à 0,1 % en 1999. La hausse était moins marquée au Nouveau-Brunswick : 0,8 % en 2009, contre 0,3 % en 1999.

Dans ces deux provinces, la proportion des migrants économiques était nettement supérieure à la moyenne nationale de 61 %. À l'Île-du-Prince-Édouard, 91 % des immigrants arrivés en 2009 étaient admis dans la catégorie de l'immigration économique, et au Nouveau-Brunswick, 78 % l'étaient.

La proportion des immigrants dans les Prairies a presque doublé

La proportion d'immigrants s'établissant au Manitoba, en Saskatchewan et en Alberta a augmenté, passant de 9 % en 1999 à 19 % en 2009. Toutes les provinces des Prairies ont connu une forte hausse de leur part d'immigrants. Le Manitoba a accueilli 5,4 % des immigrants en 2009 (par rapport à 2,0 % en 1999), la Saskatchewan, 2,7 % (par rapport à 0,9 %), et l'Alberta, 10,7 % (par rapport à 6,4 %).

Comme dans le cas des provinces de l'Atlantique, la composition des immigrants s'établissant dans les provinces des Prairies diffère quelque peu de la moyenne nationale, notamment dans les deux provinces les plus à l'est. La proportion d'immigrants admis dans la catégorie de l'immigration économique s'élevait à 80 % en Saskatchewan et à près de 81 % au Manitoba, soit bien plus que la moyenne nationale de 61 %.

En 2009, 16,4 % de l'ensemble des immigrants au Canada se sont établis en Colombie-Britannique, en baisse par rapport à 17,8 % en 2008. Les immigrants de la composante économique représentaient plus des trois cinquièmes des immigrants (62,5 %) qui ont été admis en Colombie-Britannique en 2009, tandis que 30,4 % appartenaient à la catégorie du regroupement familial. Le pourcentage des réfugiés (3,9 %) était moins de la moitié de celui observé pour le Canada dans son ensemble.

graphique 9.1 Immigrants au Canada, par catégorie  d'admission
Voir la source des données du graphique 9.1

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :