Environnement

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Les Canadiens adoptent de plus en plus les nouvelles technologies de conservation d'énergie et d'eau pour réduire leur empreinte écologique et leurs factures de services publics.

Des appareils efficaces

En 2009, 54 % des ménages ont déclaré avoir acheté un gros appareil électroménager (p. ex. cuisinière, réfrigérateur, laveuse, sécheuse) au cours des cinq années précédentes. Parmi ces ménages, 64 % ont indiqué que la consommation d'énergie ou d'eau était le principal facteur considéré lors de l'achat.

Selon le coût de l'eau et la quantité d'eau utilisée, les ménages peuvent épargner plus de 100 $ par année en remplaçant leurs toilettes ordinaires par des toilettes à très faible volume d'eau. En 2009, 42 % des ménages ont déclaré avoir une toilette à bas volume, par rapport à 9 % des ménages en 1991. Les pommes de douche à faible débit peuvent aussi réduire la consommation d'eau : les pommes de douche classiques ont un débit de 17 litres par minute, comparativement à 10 litres seulement pour les pommes à faible débit. La proportion de ménages utilisant des pommes de douche à faible débit a augmenté, passant de 28 % en 1991 à 63 % en 2009.

Les ampoules à incandescence classiques sont parmi les ampoules les moins écoénergétiques utilisées aujourd'hui. Les ampoules fluorescentes compactes (CFL), les tubes fluorescents, les ampoules halogènes et les ampoules à diodes électroluminescentes (DEL) sont des dispositifs d'éclairage qui consomment moins d'énergie pour produire le même niveau d'éclairage. En 2009, 88 % des ménages avaient au moins un de ces dispositifs d'éclairage à la maison, 75 % avaient au moins une ampoule CFL et 47 %, des tubes fluorescents. Les ampoules à DEL (excluant les ampoules de Noël) étaient utilisées par 7 % des ménages.

Chauffage et refroidissement

En 2009, 91 % des ménages ont déclaré avoir un thermostat dans leur logement. Près de la moitié (49 %) de ces ménages avaient des thermostats programmables, en hausse par rapport à 42 % en 2007.

Plus de 6 ménages sur 10 (61 %) dont le logement était muni d'un thermostat le réglaient à la baisse la nuit durant l'hiver, soit une légère hausse par rapport à 2007 (55 %). Les ménages de l'Île-du-Prince-Édouard étaient les plus susceptibles d'abaisser la température (66 %), tandis que ceux du Nouveau-Brunswick et du Manitoba étaient les moins susceptibles de le faire (58 %).

En 2009, la moitié des ménages (50 %) ont déclaré avoir un système de climatisation. Plus des deux tiers de ces ménages ajustaient la température de leur logement lorsqu'ils étaient absents en éteignant le climatiseur (55 %) ou en réglant la température à 24 °C ou plus (13 %). Toutefois, près du quart des ménages (24 %) ont déclaré maintenir une température plus basse dans leur logement (23 °C ou moins) lorsque personne ne s'y trouvait.

Vingt-neuf pour cent des ménages ayant un climatiseur ont déclaré qu'ils l'éteignaient pendant leurs heures de sommeil. Les ménages du Canada atlantique étaient les plus susceptibles d'agir ainsi (41 %), et ceux de l'Ontario les moins susceptibles (26 %).

Émission de gaz à effet de serre

De 2007 à 2008, l'utilisation totale d'énergie au Canada a diminué de 2,1 %, et les émissions de gaz à effet de serre (GES) ont baissé de 2,6 %. Parallèlement, la croissance économique telle que mesurée par le produit intérieur brut a légèrement augmenté.

Ainsi, l'intensité énergétique et l'intensité des émissions de GES ont baissé dans bon nombre d'industries en 2008. L'intensité est mesurée en fonction de la consommation d'énergie par unité de production brute et des émissions par unité de production brute.

La moitié des 10 principales industries consommatrices d'énergie ont affiché une baisse de l'utilisation d'énergie nécessaire par unité de production. Chez les 10 grandes industries émettrices, on a observé des baisses semblables de la quantité d'émissions de GES nécessaires par unité de production.

Les ménages représentaient 22,9 % de l'utilisation d'énergie au pays en 2008, par rapport à 22,4 % en 2007. L'utilisation totale d'énergie par les ménages est demeurée stable comparativement à 2007, la hausse de l'utilisation d'énergie pour le chauffage et l'éclairage domestiques ayant contrebalancé la baisse de l'utilisation de carburants.

Les industries des ressources primaires étaient la plus grande source d'émissions de GES en 2008, générant 27,4 % du total. Ces industries sont davantage des émettrices de GES que des consommatrices d'énergie en raison des émissions fugitives de l'extraction minière, pétrolière et gazière, de même que de l'importante contribution aux émissions des sols agricoles et de l'élevage de bétail.

Du point de vue de la demande, les exportations et les dépenses personnelles sont demeurées les principales sources d'émissions de GES, représentant respectivement 46 % et 33 % des émissions industrielles.

Graphique 13.1 Émissions de gaz à effet de serre par les ménages
Voir la source des données du graphique 13.1

Date de modification :