Statistique Canada | Statistics Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Ils sont instruits, qualifiés et très mobiles

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Certains Canadiens diplômés au niveau du doctorat choisissent de déménager dans un autre pays, mais la majorité reste ici. Toutefois, l’effet de chaque diplômé au niveau du doctorat qui quitte le pays peut sembler significatif parce qu’ils sont relativement peu nombreux.

Selon l’Enquête auprès des titulaires d’un doctorat, environ 3 600 étudiants ont obtenu un doctorat d’une université canadienne de juillet 2003 à juin 2004. Des 3 300 diplômés qui ont participé à l’Enquête auprès des titulaires d’un doctorat, 20 % prévoyaient quitter le Canada après l’obtention du diplôme. Les deux tiers de ceux qui prévoyaient quitter le pays avaient l’intention de s’installer aux États-Unis. Parmi les titulaires d’un doctorat prévoyant quitter le Canada, 40 % étaient diplômés d’un programme en sciences de la vie comme l’agriculture, la biologie et les sciences de la santé.

Toutefois, environ la moitié des diplômés au niveau du doctorat prévoyant quitter le pays avaient l’intention de revenir au Canada à un moment donné dans l’avenir. Un autre tiers d’entre eux étaient incertains de revenir.

Le Canada attire aussi certains des éléments les meilleurs et les plus brillants dans d’autres pays. Environ 23 % des diplômés au niveau du doctorat en 2004 qui ont participé à l’enquête étaient des étudiants étrangers, et plus de 60 % d’entre eux prévoyaient rester au Canada après l’obtention du diplôme. Environ les trois quarts de ces étudiants étrangers ont obtenu un diplôme d’un programme intensif en recherche-développement (R-D) comme les études de génie, en sciences physiques et en sciences de la vie.

Pour de nombreux titulaires d’un doctorat, la perspective d’un emploi en R-D après l’obtention du diplôme était une grande motivation. Parmi ceux ayant des plans fermes en matière d’emploi, 30 % ont déclaré que leur emploi serait lié à la R-D et un autre 30 %, qu’ils enseigneraient.