Analyses

Un siècle marqué par la confiance, la sécurité, les faits

Centre de confiance de Statistique Canada : Découvrez comment Statistique Canada veille à la protection de vos données et de vos renseignements personnels.

Filtrer les résultats par

Aide à la recherche
Currently selected filters that can be removed

Mot(s)-clé(s)

Année de publication

1 facets displayed. 1 facets selected.

Auteur(s)

2 facets displayed. 0 facets selected.

Enquête ou programme statistique

1 facets displayed. 1 facets selected.
Aide à l'ordre
entrées

Résultats

Tout (1)

Tout (1) ((1 résultat))

  • Articles et rapports : 92F0138M1998001
    Description :

    Avant le recensement de 2001, la Division de la géographie calculait la superficie des terres manuellement à l'aide d'un planimètre. Cette méthode manuelle était nécessaire parce que la division n'avait pas de base de données numérique nationale pour appuyer une méthode automatisée. Le calcul manuel de la superficie des terres était un procédé utilisateur de main d'oeuvre, qui exigeait beaucoup de temps, était coûteux et apte à comporter des erreurs. La mise en place d'une base numérique nationale prévue pour le recensement de 2001 (qui sera appelée la Base géographique nationale ou BGN) transforme le calcul automatisé de la superficie des terres en un processus SIG simple.

    Les objectifs de ce document sont de démontrer les effets de l'agrégation des données et de diverses projections cartographiques sur la superficie des terres. Le test s'effectue en deux étapes. La première étape est effectuée à partir des Fichiers numériques cartographiques de 1996 (FNC) et la seconde étape utilisera la BGN. Bien que les FNC ne soient pas idéaux pour tester la superficie des terres, ces deux étapes n'en demeurent pas moins nécessaires puisque la BGN ne sera pas complétée avant l'automne 1998. Le présent rapport offre les résultats de la première étape obtenus en utilisant les FNC de 1996.

    Les résultats révèlent que les effets de l'agrégation des données sont minimes. Par conséquent, la superficie des terres peut être stockée au niveau des îlots de recensement et ensuite agrégée à des niveaux d'entités géographiques supérieures sans ramification sérieuse pour le recensement de 2001. Les résultats indiquent aussi qu'une projection équivalente, particulièrement la projection conique équivalente d'Albers, est plus appropriée pour calculer la superficie des terres.

    Date de diffusion : 1998-10-26
Stats en bref (0)

Stats en bref (0) (0 résultat)

Aucun contenu disponible actuellement

Articles et rapports (1)

Articles et rapports (1) ((1 résultat))

  • Articles et rapports : 92F0138M1998001
    Description :

    Avant le recensement de 2001, la Division de la géographie calculait la superficie des terres manuellement à l'aide d'un planimètre. Cette méthode manuelle était nécessaire parce que la division n'avait pas de base de données numérique nationale pour appuyer une méthode automatisée. Le calcul manuel de la superficie des terres était un procédé utilisateur de main d'oeuvre, qui exigeait beaucoup de temps, était coûteux et apte à comporter des erreurs. La mise en place d'une base numérique nationale prévue pour le recensement de 2001 (qui sera appelée la Base géographique nationale ou BGN) transforme le calcul automatisé de la superficie des terres en un processus SIG simple.

    Les objectifs de ce document sont de démontrer les effets de l'agrégation des données et de diverses projections cartographiques sur la superficie des terres. Le test s'effectue en deux étapes. La première étape est effectuée à partir des Fichiers numériques cartographiques de 1996 (FNC) et la seconde étape utilisera la BGN. Bien que les FNC ne soient pas idéaux pour tester la superficie des terres, ces deux étapes n'en demeurent pas moins nécessaires puisque la BGN ne sera pas complétée avant l'automne 1998. Le présent rapport offre les résultats de la première étape obtenus en utilisant les FNC de 1996.

    Les résultats révèlent que les effets de l'agrégation des données sont minimes. Par conséquent, la superficie des terres peut être stockée au niveau des îlots de recensement et ensuite agrégée à des niveaux d'entités géographiques supérieures sans ramification sérieuse pour le recensement de 2001. Les résultats indiquent aussi qu'une projection équivalente, particulièrement la projection conique équivalente d'Albers, est plus appropriée pour calculer la superficie des terres.

    Date de diffusion : 1998-10-26
Revues et périodiques (0)

Revues et périodiques (0) (0 résultat)

Aucun contenu disponible actuellement

Date de modification :