Rendement des entreprises et appartenance

Indicateurs clés

Toute modification apportera automatiquement une mise à jour au contenu de la page.

Région géographique choisie : Canada

Plus d'indicateurs clés de «rendement des entreprises et appartenance»

Région géographique choisie : Canada

Aide à l'ordre
entrées

Résultats

Tout (1 089)

Tout (1 089) (1 050 à 1 060 de 1 089 résultats)

Données (587)

Données (587) (40 à 50 de 587 résultats)

Analyses (378)

Analyses (378) (350 à 360 de 378 résultats)

  • Revues et périodiques : 61-525-X
    Géographie : Canada
    Description :

    Les taux de faillite sont en hausse au Canada. Près de la moitié des faillites au Canada sont principalement attribuables à des lacunes de l'entreprise plutôt qu'à des problèmes qui échappent à son contrôle. Ces entreprises n'ont pas acquis les compétences de base essentielles à leur survie. Les lacunes en matière de gestion ainsi que le manque de débouchés pour leur produit ont causé leur perte.

    La présente étude laisse entendre que, à tout le moins dans une large mesure, les problèmes de financement de l'entreprise sont tributaires des lacunes des gestionnaires plutôt que des facteurs externes associés à l'imperfection des marchés financiers. De nombreux faillis ont du mal à obtenir du financement dans les marchés financiers; cependant, il convient de souligner que bon nombre d'entre eux éprouvent également des problèmes internes (par exemple, les gestionnaires méconnaissent les différentes options de financement).

    Date de diffusion : 1998-04-01

  • Articles et rapports : 61-532-X19970013493
    Description :

    Dans ce bref exposé, mon propos est de décrire les récentes tendances des fusions et des acquisitions dans le secteur canadien des produits forestiers. Les deux moteurs de cette activité le plus souvent cités sont l'augmentation des coûts en capital et la pleine intégration des produits forestiers. L'un et l'autre de ces facteurs ont joué à diverses époques dans l'histoire de cette industrie, mais ces quelques dernières années, on en est venu de plus en plus à croire, sur le plan tant national qu'international, que l'offre actuelle de bois ne suffirait pas à la demande future. Si la raison avouée des nombreux cas de restructuration peut être la délaissement du mouvement de diversification des dernières décennies pour l'intégration plus récente des produits forestiers de base, on est porté à penser que ce qui incite réellement l'industrie à se restructurer, c'est l'incertitude croissante au sujet des approvisionnements en matières premières. Cela semble à son tour indiquer que d'éventuelles fusions et acquisitions à l'échelle interrégionale pourraient aider à assurer l'approvisionnement en matière ligneuse, directement ou indirectement, et à faire face à l'augmentation de la demande.

    Date de diffusion : 1998-02-02

  • Articles et rapports : 61-532-X19970013498
    Description :

    Comme le secteur de la petite entreprise, et particulièrement des nouvelles entreprises, est le principal moteur de la création nette d'emplois au Canada, il suscite un regain d'intérét et fait l'objet de nouvelles politiques gouvernementales et de recherches inédites. La présente étude porte notamment sur les pratiques commerciales, le financement, les caractéristiques des propriétaires d'entreprises et les statistiques relatives aux entreprises, dans le but d'examiner les causes du succès ou de l'insuccès des petites entreprises.

    Date de diffusion : 1998-02-02

  • Articles et rapports : 61-532-X19970013506
    Description :

    Le système économique englobe de nombreuses institutions servant d'intermédiaire entre acheteurs et vendeurs. Sur le marché des denrées, on retrouve des détaillants et des supermarchés; sur celui du logement, il y a des agents immobiliers; les marchés financiers, pour leur part, regroupent les institutions de dépôt (banques commerciales, établissements d'épargne et de prêt, caisses de crédit), les institutions d'épargne contractuelle (sociétés d'assurance et caisses de retraite) et les intermédiaires en matière de placement (fonds communs de placement et sociétés de financement).

    Date de diffusion : 1998-02-02

  • Revues et périodiques : 61-532-X
    Géographie : Canada
    Description :

    Les 11 et 12 septembre 1996, le Secteur de la statistique du commerce et des entreprises de Statistique Canada a parrainé son huitième congrès annuel sur l'analyse statistique et économique. Le thème du congrès était, Le changement structurel de l'économie canadienne à l'ère de l'ALÉNA. Des conférenciers invités et des travaux de recherche soumis ont discutés sur divers sujets liés à la restructuration économique et l'ALÉNA.

    Date de diffusion : 1998-02-02

  • Articles et rapports : 11F0019M1997102
    Géographie : Canada
    Description :

    Le présent document traite ici des stratégies et des compétences des petites et moyennes entreprises à partir des réponses à l'Enquête sur la croissance des petites et moyennes entreprises, menée par Statistique Canada. Dans le document, nous classons les petites et moyennes entreprises selon le type d'innovateur et nous explorons les stratégies complémentaires adoptées par chaque type d'innovateur dans les domaines de la gestion, de la commercialisation, des ressources humaines et du financement, de même que le succès de chaque type d'innovateur.

    Une taxonomie des types d'innovation est élaborée en fonction de l'orientation de l'entreprise quant au développement de produits ou de procédés. Nous examinons les différentes compétences que possèdent les entreprises de chaque groupe dans le domaine des ressources humaines, de la gestion, de la commercialisation et du financement. Les entreprises sont classées en quatre groupes-innovateurs en produits, innovateurs complets (produits et procédés), innovateurs en procédés ou non-innovateurs-selon leurs réponses aux 22 questions de l'enquête liées à l'innovation. Ces groupes correspondent à différents stades du cycle de vie des produits. Au premier stade, les innovateurs en produits s'occupent de mettre au point de nouveaux produits. Les innovateurs complets représentent le deuxième stade quand la demande d'un produit continue d'augmenter et que les entreprises en plus de produire de nouveaux produits ont commencé à relever considérablement l'efficience de leurs productions, en se concentrant à la fois sur les innovations en procédés et sur les innovations en produits. Les innovateurs en procédés dominent au troisième stade du cycle de vie des produits quand les caractéristiques des produits sont fixées et que les entreprises cherchent à améliorer leur part du marché principalement en relevant l'efficience de leurs productions. Enfin, au dernier stade, c'est l'étape de la maturité sur le plan de la technologie de la production où l'on trouve une gamme de produits relativement stable.

    Les compétences des entreprises diffèrent selon les types d'innovation. Les innovateurs complets ont tendance à acquérir des compétences supérieures à celles des autres innovateurs dans une vaste gamme de domaines. Par ailleurs, les innovateurs complets l'emportent généralement sur les autres entrepreneurs pour ce qui est de leurs chiffres d'affaires, de leur part de marché et de leur main-d'oeuvre.

    En outre, les innovateurs adaptent leur stratégie financière à leur type d'innovation. Les innovateurs en produits se concentrent sur une stratégie de faible rapport emprunts-actifs et de sources novatrices du financement comme le capital de risque. Dans les derniers stades du cycle de vie de l'innovation, les innovateurs complets et les innovateurs en procédés se concentrent sur un rapport emprunts-actif élevé et recourent abondamment aux dettes à long terme et aux capitaux propres.

    Date de diffusion : 1998-01-22

  • Stats en bref : 88-001-X19970137998
    Description :

    Ce numéro présente des données sur les activités de recherche et du développement des organismes privés sans but lucratif.

    Date de diffusion : 1997-12-18

  • Stats en bref : 88-001-X19970128034
    Description :

    En 1995, les sommes concédées par l'industrie à la R-D au titre de la protection de l'environnement égalaient 2 % du total des dépenses de R-D. Cette modeste part des dépenses, que l'industrie continue à consacrer à la R-D environnementale depuis 1990, est probablement sous-estimée puisqu'elle ne tient pas compte des investissements en R-D qui visent surtout à améliorer la production. Dans ce cas, les statistiques ne refléteraient pas les montants consacrés à ce type de R-D pour la protection de l'environnement malgré les bienfaits supplémentaires dont ils peuvent être à l'origine.

    Date de diffusion : 1997-11-24

  • Articles et rapports : 11F0019M1997108
    Géographie : Canada
    Description :

    Les échanges commerciaux produisent généralement des effets favorables sur la performance des industries manufacturières nationales pour ce qui est de l'allocation optimale et de la production optimale. Ce document examine la théorie et les observations récentes sur ces relations et nous explorons également un troisième effet, sur la turbulence dans les conditions de la concurrence et sur le mouvement des entités commerciales. Selon nos calculs fondés sur des enregistrements primaires du recensement pour le Canada pour la période 1973-1992, il ressort, compte tenu de l'effet produit par le temps et par les industries, que le mouvement des parts de marché, l'entrée, la sortie et les fusions sont autant de facteurs qui s'amplifient selon la vulnérabilité au commerce. L'effet est lié aux structures de marché de produits différenciés, mais de vastes perturbations internationales (la zone de libre échange nord-américaine) ont également des effets prononcés. Le caractère significatif normatif de la turbulence est mixte, mais il comporte des éléments positifs importants.

    Date de diffusion : 1997-10-15

  • Articles et rapports : 11F0019M1996093
    Géographie : Canada
    Description :

    La constatation statistique selon laquelle les petites entreprises ont créé la majorité des nouveaux emplois durant les années 80 a eu une incidence considérable sur les politiques gouvernementales. Pour encourager la croissance de l'emploi, les gouvernements se sont tournés vers les petites entreprises et ont adopté des politiques favorisant leur expansion. Il ressort toutefois de recherches menées récemment aux États-Unis qu'on a peut-être surestimé la création nette d' emplois dans les petites entreprises par rapport aux grandes entreprises. La première partie de la présente étude examine diverses questions soulevées dans des travaux de recherche récents relativement aux méthodes de mesure. On y réévalue la création d' emplois selon la taille des entreprises à l'aide d'un ensemble unique de données longitudinales sur toutes les sociétés canadiennes. On conclut qu'au cours de la période de 1978 à 1992, le taux de croissance nette et brute de l'emploi décroît de façon monotone lorsque la taille des entreprises augmente, quelle que soit la méthode utilisée pour déterminer la taille, et ce, pour l'ensemble de l'économie aussi bien que pour le secteur de la fabrication au Canada. Toutefois, le type de mesure utilisée à une certaine incidence, la différence entre les taux de croissance des petites et des grandes entreprises dépendant beaucoup des méthodes de mesure choisies. La première partie de l'étude fournit également des résultats concernant divers secteurs industriels et examine la croissance de l'emploi dans les petites et les grandes entreprises existantes (c.-à-d. à l'exclusion des entreprises nouvellement créées). On constate que la croissance de l'emploi est presque la même dans les petites et dans les grandes entreprises existantes. Enfin, on tente de prendre en compte l'aspect qualité du travail en fondant les calculs sur la répartition de la masse salariale plutôt que sur lesemplois. Il s'avère que les taux de croissance et de décroissance nette et brute de la masse salariale selon la taille des entreprises ne diffèrent que légèrement des taux de croissance et de décroissance de l'emploi pour les mêmes groupes de taille. La deuxième partie de l'étude analyse la concentration des créations et des pertes d'emplois à l'intérieur des divers groupes d'entreprises définis selon la taille. Cette question est pertinente car, si la croissance est fortement concentrée, le fait de savoir qu'une entreprise est de petite taille ne nous éclaire guère sur ses perspectives de croissance. La plupart des petites entreprises enregistreraient soit une progression relativement faible, soit un déclin, tandis qu'un petit nombre d'entre elles connaîtraient une vive expansion. Il est constaté que, dans tous les groupes de taille, les créations et les pertes d'emplois sont très concentrées dans un nombre relativement restreint d'entreprises, mais qu'elles sont plus nombreuses dans les petites et moyennes entreprises que dansles grandes. Enfin, on a tenté d'établir une corrélation entre les variations de l'emploi dans lesentreprises sur deux périodes de trois années. Il en ressort que le fait de savoir qu'une entreprise a été très performante (en nombre d'emploiss créés) pendant une période donnée n'a qu'une valeur limitée lorsqu'il s'agit de déterminer sa croissance durant la période suivante, et ce, tout particulièrement dans le cas des petites entreprises. Ces résultats indiquent que les entreprises qui prennent rapidement de l'expansion au cours d'une période seront remplacées dans une large mesure par d'autres entreprises durant la période suivante.

    Date de diffusion : 1997-07-17
Références (104)

Références (104) (60 à 70 de 104 résultats)

Explorer notre page de partenaires pour trouver la liste complète de nos partenaires et de leurs produits associés.

Date de modification :