Autre contenu lié à Comptes de la productivité

Aide à l'ordre
entrées

Résultats

Tout (43)

Tout (43) (0 à 10 de 43 résultats)

  • Avis et consultations : 13-605-X
    Description :

    Ce produit comprend des articles sur les plus récents développements méthodologiques et conceptuels dans le Système canadien des comptes macroéconomiques ainsi que l’analyse de l’économie canadienne. Il comprend des articles qui expliquent les nouvelles méthodes, les nouveaux concepts et les nouvelles techniques statistiques utilisés afin de compiler le Système canadien des comptes macroéconomiques. Il comprend également des renseignements sur les produits nouveaux ou améliorés et fournit des mises à jour et des suppléments d’information pour les divers guides et articles analytiques portant sur une grande variété de sujets liés à l’économie canadienne.

    Date de diffusion : 2019-04-16

  • Articles et rapports : 11F0019M2018409
    Description :

    La croissance de la productivité du travail et la croissance de la productivité multifactorielle (PMF) ont ralenti au Canada et au sein d’autres économies avancées après l’an 2000. Plusieurs questions de mesure ont été suggérées comme explications possibles de cette tendance : la mesure des immobilisations incorporelles au sein d’une économie numérique, la mesure du capital des ressources naturelles dans le secteur de l’extraction des ressources, l’effet du capital infrastructurel et l’effet des fluctuations cycliques de l’utilisation du capital dans les industries subissant les contrecoups de la demande mondiale. La présente étude porte sur le rôle que pourraient jouer ces questions de mesure dans le ralentissement de la croissance de la productivité observé au Canada.

    Date de diffusion : 2018-10-29

  • Articles et rapports : 13-604-M2018089
    Description :

    Le taux d’utilisation de la capacité industrielle (TUCI) d’un secteur d’activité est le ratio de sa production effective à sa production potentielle estimative; il représente l’intensité à laquelle les industries utilisent leur capacité de production. Le taux donne un aperçu de la capacité excédentaire d’une économie ou d’une entreprise à un moment précis dans le temps.

    Date de diffusion : 2018-09-12

  • Articles et rapports : 11F0027M2015098
    Description :

    Deux sources de croissance de la productivité de l’industrie sont les améliorations de la productivité des entreprises et la réaffectation des ressources des entreprises moins productives vers les entreprises plus productives. Le présent document examine le rôle que joue la délocalisation dans l’amélioration de la productivité de l’industrie par ces deux voies, au moyen d’une nouvelle base de données sur le secteur canadien de la fabrication qui couple les données de l’Enquête annuelle des manufactures à celles du Registre des importateurs au niveau des produits. La base de données fournit des renseignements sur les importations directes d’intrants intermédiaires par les entreprises. Cela nous permet d’estimer l’intensité de la délocalisation au Canada au niveau des entreprises et de différencier les importations par région d’origine.

    Date de diffusion : 2015-06-22

  • Articles et rapports : 15-206-X2015039
    Description :

    Le présent document fournit les estimations mises à jour des taux de dépréciation qu’il convient d’utiliser dans les Comptes canadiens de productivité pour calculer le stock de capital et le coût d’usage du capital. Les estimations sont dérivées des courbes de dépréciation établies pour un ensemble varié d’actifs en se basant sur les profils des prix de revente et des âges de mise hors service.

    La méthode du maximum de vraisemblance est appliquée pour estimer conjointement les variations de la valeur des actifs au cours de leur vie utile, ainsi que la nature du processus de mise hors service des actifs utilisés, afin de produire les taux de dépréciation. Cette méthode convient mieux que d’autres, car elle produit des estimations dont le biais est plus faible et l’efficacité, plus élevée.

    Les estimations antérieures, calculées pour la période allant de 1985 à 2001, sont comparées à celles obtenues pour la période la plus récente, allant de 2002 à 2010.

    Date de diffusion : 2015-01-26

  • Revues et périodiques : 15-206-X
    Description :

    Cette publication de référence sur la productivité au Canada montre comment les tendances de la productivité affectent le niveau de vie au Canada et permet de mesurer la performance de l'économie canadienne et celle d'autres pays en termes de productivité. Dans les articles, on traite de la productivité et des questions connexes et on examine les sources sous-jacentes à la croissance économique au Canada.

    Date de diffusion : 2015-01-26

  • Articles et rapports : 15-206-X2014038
    Description :

    Le présent document fournit un aperçu du programme de productivité de Statistique Canada et une brève description du rendement du Canada en matière de productivité. Il définit la productivité et les diverses mesures utilisées pour examiner les différentes facettes de la croissance de la productivité. Il décrit la différence entre des mesures de productivité partielles (par exemple, la productivité du travail) et une mesure plus complète (productivité multifactorielle) ainsi que les avantages et désavantages de chacune de ces mesures. Le document explique pourquoi la productivité est importante. Il décrit sommairement comment la croissance de la productivité s’intègre dans le cadre comptable de la croissance et comment on utilise ce dernier pour examiner les diverses sources de croissance économique. Il présente brièvement les défis que les statisticiens doivent relever lorsqu’ils mesurent la croissance de la productivité. Il fournit également un survol de la productivité à long terme du Canada et compare celle-ci à celle des États-Unis, selon les niveaux de productivité et selon les taux de croissance de la productivité.

    Date de diffusion : 2014-09-15

  • Articles et rapports : 15-206-X2014036
    Description :

    Les contrats de location constituent un outil important pour obtenir l’accès à des actifs, obtenir du financement et réduire l’exposition du preneur aux risques qui sont inhérents à la propriété d’actifs. Un contrat de location peut prendre la forme d’une location acquisition ou d’une location exploitation. Dans le cadre d’une location-acquisition, le détenteur du titre de propriété d’un actif (le bailleur) transfère la propriété économique de l’actif à l’utilisateur de ce dernier (le preneur), qui accepte en contrepartie d’assumer les risques d’exploitation et obtient les avantages économiques découlant de l’utilisation de l’actif dans le cadre d’une activité productive. Dans le cas de la location exploitation, le bailleur est à la fois le détenteur du titre de propriété et le propriétaire économique de l’actif loué, de sorte qu’il assume les risques d’exploitation et qu’il reçoit les avantages économiques engendrés par l’actif. Le bailleur transfère uniquement le droit d’utiliser l’actif au preneur.

    Les contrats de location permettent aux entreprises d’acquérir le droit d’utiliser des immobilisations selon des modalités différentes de celles associées à d’autres instruments financiers. Dans le Système de comptabilité nationale du Canada, les actifs pris en location sont enregistrés en fonction de leur propriétaire plutôt que de leur utilisateur. La distinction qui est faite entre la propriété — en particulier le titre de propriété — des immobilisations et l’utilisation de ces dernières soulève des difficultés lorsque l’on veut mesurer la productivité. Pour obtenir des mesures de la productivité qui soient uniformes au niveau des industries, les immobilisations louées doivent être réaffectées des comptes de leur propriétaire à ceux de leur utilisateur. Dans la présente étude, les bilans des sociétés établis conformément à l’Index général des renseignements financiers (IGRF) ainsi que des tableaux d’entrées sorties détaillés sont utilisés pour tester la robustesse des pratiques servant actuellement à recueillir des données sur les immobilisations louées.

    Date de diffusion : 2014-07-22

  • Articles et rapports : 15-206-X2014034
    Description :

    Récemment, les discussions au sujet des dépenses de santé ont porté essentiellement sur deux questions, à savoir : 1) la mesure dans laquelle l’augmentation des dépenses en soins de santé est due à une augmentation de la quantité plutôt qu’au prix des services de santé et 2) l’efficacité et la productivité des fournisseurs de soins de santé (p. ex. les hôpitaux, les cabinets de médecins et les établissements de soins de longue durée).

    La clé de la réponse à ces deux questions est une mesure directe de la production de services de santé — mesure qui n’existe pas à l’heure actuelle. Dans les comptes nationaux, la production du secteur de la santé est mesurée par le volume des entrées, qui comprennent les coûts de main-d'œuvre pour les médecins, le personnel infirmier et le personnel administratif, la consommation de capital et les entrées intermédiaires. La mesure de la production fondée sur les entrées repose sur l’hypothèse qu’il n’existe pas de gains de productivité dans le secteur de la santé. Par conséquent, elle ne fournit aucune mesure des résultats de la productivité, et ne permet pas non plus de décomposer les dépenses totales en soins de santé en une composante des prix et une composante du volume des produits.

    L’objectif principal du présent document est d’élaborer une mesure directe expérimentale de la production du secteur hospitalier canadien pour pouvoir aborder ces questions. De nombreux pays ont déjà construit une mesure directe de la production du secteur hospitalier et d’autres secteurs des soins de santé.

    Date de diffusion : 2014-04-23

  • Articles et rapports : 11F0027M2014090
    Géographie : Canada
    Description :

    Le présent document a pour objectif de déterminer si l'intégration des entreprises manufacturières canadiennes dans une chaîne de valeur mondiale (CVM) améliore leur productivité. Pour tenir compte de l'effet d'autosélection (les entreprises plus productives choisissent elles-mêmes de se joindre à une CVM), on utilise la méthode d'appariement par scores de propension et celle de la différence des différences. Une entreprise qui commence à participer à une CVM peut voir sa productivité s'améliorer immédiatement ainsi qu'au cours du temps. L'ampleur des effets ainsi que le moment où ils se produisent varient en fonction du secteur d'activité, du processus d'internationalisation et du pays d'origine des importations ou du pays de destination des exportations, ce qui peut signifier que les avantages les plus importants de la participation à une CVM découlent des améliorations technologiques.

    Date de diffusion : 2014-03-17
Données (1)

Données (1) ((1 résultat))

  • Tableau : 11-516-X198300111303
    Description :

    Les données statistiques de cette section sont réparties en cinq sous-sections, qui portent sur les éléments suivants: comptes nationaux des revenus et des dépenses et agrégats connexes de 1926 à 1976 (séries F1-152), revenus produits dans chaque activité économique de 1919 à 1926 et formation brute de capital de 1901 à 1930 (séries F153-182), stock d'actifs corporels à partir de 1926 (séries F183-220) et valeurs comptables des stocks (séries F221-224), produit intérieur réel par activité économique (séries F225-240), et indices de la productivité du travail (séries F241-294).

    Date de diffusion : 1999-07-29
Analyses (29)

Analyses (29) (0 à 10 de 29 résultats)

  • Articles et rapports : 11F0019M2018409
    Description :

    La croissance de la productivité du travail et la croissance de la productivité multifactorielle (PMF) ont ralenti au Canada et au sein d’autres économies avancées après l’an 2000. Plusieurs questions de mesure ont été suggérées comme explications possibles de cette tendance : la mesure des immobilisations incorporelles au sein d’une économie numérique, la mesure du capital des ressources naturelles dans le secteur de l’extraction des ressources, l’effet du capital infrastructurel et l’effet des fluctuations cycliques de l’utilisation du capital dans les industries subissant les contrecoups de la demande mondiale. La présente étude porte sur le rôle que pourraient jouer ces questions de mesure dans le ralentissement de la croissance de la productivité observé au Canada.

    Date de diffusion : 2018-10-29

  • Articles et rapports : 13-604-M2018089
    Description :

    Le taux d’utilisation de la capacité industrielle (TUCI) d’un secteur d’activité est le ratio de sa production effective à sa production potentielle estimative; il représente l’intensité à laquelle les industries utilisent leur capacité de production. Le taux donne un aperçu de la capacité excédentaire d’une économie ou d’une entreprise à un moment précis dans le temps.

    Date de diffusion : 2018-09-12

  • Articles et rapports : 11F0027M2015098
    Description :

    Deux sources de croissance de la productivité de l’industrie sont les améliorations de la productivité des entreprises et la réaffectation des ressources des entreprises moins productives vers les entreprises plus productives. Le présent document examine le rôle que joue la délocalisation dans l’amélioration de la productivité de l’industrie par ces deux voies, au moyen d’une nouvelle base de données sur le secteur canadien de la fabrication qui couple les données de l’Enquête annuelle des manufactures à celles du Registre des importateurs au niveau des produits. La base de données fournit des renseignements sur les importations directes d’intrants intermédiaires par les entreprises. Cela nous permet d’estimer l’intensité de la délocalisation au Canada au niveau des entreprises et de différencier les importations par région d’origine.

    Date de diffusion : 2015-06-22

  • Articles et rapports : 15-206-X2015039
    Description :

    Le présent document fournit les estimations mises à jour des taux de dépréciation qu’il convient d’utiliser dans les Comptes canadiens de productivité pour calculer le stock de capital et le coût d’usage du capital. Les estimations sont dérivées des courbes de dépréciation établies pour un ensemble varié d’actifs en se basant sur les profils des prix de revente et des âges de mise hors service.

    La méthode du maximum de vraisemblance est appliquée pour estimer conjointement les variations de la valeur des actifs au cours de leur vie utile, ainsi que la nature du processus de mise hors service des actifs utilisés, afin de produire les taux de dépréciation. Cette méthode convient mieux que d’autres, car elle produit des estimations dont le biais est plus faible et l’efficacité, plus élevée.

    Les estimations antérieures, calculées pour la période allant de 1985 à 2001, sont comparées à celles obtenues pour la période la plus récente, allant de 2002 à 2010.

    Date de diffusion : 2015-01-26

  • Revues et périodiques : 15-206-X
    Description :

    Cette publication de référence sur la productivité au Canada montre comment les tendances de la productivité affectent le niveau de vie au Canada et permet de mesurer la performance de l'économie canadienne et celle d'autres pays en termes de productivité. Dans les articles, on traite de la productivité et des questions connexes et on examine les sources sous-jacentes à la croissance économique au Canada.

    Date de diffusion : 2015-01-26

  • Articles et rapports : 15-206-X2014038
    Description :

    Le présent document fournit un aperçu du programme de productivité de Statistique Canada et une brève description du rendement du Canada en matière de productivité. Il définit la productivité et les diverses mesures utilisées pour examiner les différentes facettes de la croissance de la productivité. Il décrit la différence entre des mesures de productivité partielles (par exemple, la productivité du travail) et une mesure plus complète (productivité multifactorielle) ainsi que les avantages et désavantages de chacune de ces mesures. Le document explique pourquoi la productivité est importante. Il décrit sommairement comment la croissance de la productivité s’intègre dans le cadre comptable de la croissance et comment on utilise ce dernier pour examiner les diverses sources de croissance économique. Il présente brièvement les défis que les statisticiens doivent relever lorsqu’ils mesurent la croissance de la productivité. Il fournit également un survol de la productivité à long terme du Canada et compare celle-ci à celle des États-Unis, selon les niveaux de productivité et selon les taux de croissance de la productivité.

    Date de diffusion : 2014-09-15

  • Articles et rapports : 15-206-X2014036
    Description :

    Les contrats de location constituent un outil important pour obtenir l’accès à des actifs, obtenir du financement et réduire l’exposition du preneur aux risques qui sont inhérents à la propriété d’actifs. Un contrat de location peut prendre la forme d’une location acquisition ou d’une location exploitation. Dans le cadre d’une location-acquisition, le détenteur du titre de propriété d’un actif (le bailleur) transfère la propriété économique de l’actif à l’utilisateur de ce dernier (le preneur), qui accepte en contrepartie d’assumer les risques d’exploitation et obtient les avantages économiques découlant de l’utilisation de l’actif dans le cadre d’une activité productive. Dans le cas de la location exploitation, le bailleur est à la fois le détenteur du titre de propriété et le propriétaire économique de l’actif loué, de sorte qu’il assume les risques d’exploitation et qu’il reçoit les avantages économiques engendrés par l’actif. Le bailleur transfère uniquement le droit d’utiliser l’actif au preneur.

    Les contrats de location permettent aux entreprises d’acquérir le droit d’utiliser des immobilisations selon des modalités différentes de celles associées à d’autres instruments financiers. Dans le Système de comptabilité nationale du Canada, les actifs pris en location sont enregistrés en fonction de leur propriétaire plutôt que de leur utilisateur. La distinction qui est faite entre la propriété — en particulier le titre de propriété — des immobilisations et l’utilisation de ces dernières soulève des difficultés lorsque l’on veut mesurer la productivité. Pour obtenir des mesures de la productivité qui soient uniformes au niveau des industries, les immobilisations louées doivent être réaffectées des comptes de leur propriétaire à ceux de leur utilisateur. Dans la présente étude, les bilans des sociétés établis conformément à l’Index général des renseignements financiers (IGRF) ainsi que des tableaux d’entrées sorties détaillés sont utilisés pour tester la robustesse des pratiques servant actuellement à recueillir des données sur les immobilisations louées.

    Date de diffusion : 2014-07-22

  • Articles et rapports : 15-206-X2014034
    Description :

    Récemment, les discussions au sujet des dépenses de santé ont porté essentiellement sur deux questions, à savoir : 1) la mesure dans laquelle l’augmentation des dépenses en soins de santé est due à une augmentation de la quantité plutôt qu’au prix des services de santé et 2) l’efficacité et la productivité des fournisseurs de soins de santé (p. ex. les hôpitaux, les cabinets de médecins et les établissements de soins de longue durée).

    La clé de la réponse à ces deux questions est une mesure directe de la production de services de santé — mesure qui n’existe pas à l’heure actuelle. Dans les comptes nationaux, la production du secteur de la santé est mesurée par le volume des entrées, qui comprennent les coûts de main-d'œuvre pour les médecins, le personnel infirmier et le personnel administratif, la consommation de capital et les entrées intermédiaires. La mesure de la production fondée sur les entrées repose sur l’hypothèse qu’il n’existe pas de gains de productivité dans le secteur de la santé. Par conséquent, elle ne fournit aucune mesure des résultats de la productivité, et ne permet pas non plus de décomposer les dépenses totales en soins de santé en une composante des prix et une composante du volume des produits.

    L’objectif principal du présent document est d’élaborer une mesure directe expérimentale de la production du secteur hospitalier canadien pour pouvoir aborder ces questions. De nombreux pays ont déjà construit une mesure directe de la production du secteur hospitalier et d’autres secteurs des soins de santé.

    Date de diffusion : 2014-04-23

  • Articles et rapports : 11F0027M2014090
    Géographie : Canada
    Description :

    Le présent document a pour objectif de déterminer si l'intégration des entreprises manufacturières canadiennes dans une chaîne de valeur mondiale (CVM) améliore leur productivité. Pour tenir compte de l'effet d'autosélection (les entreprises plus productives choisissent elles-mêmes de se joindre à une CVM), on utilise la méthode d'appariement par scores de propension et celle de la différence des différences. Une entreprise qui commence à participer à une CVM peut voir sa productivité s'améliorer immédiatement ainsi qu'au cours du temps. L'ampleur des effets ainsi que le moment où ils se produisent varient en fonction du secteur d'activité, du processus d'internationalisation et du pays d'origine des importations ou du pays de destination des exportations, ce qui peut signifier que les avantages les plus importants de la participation à une CVM découlent des améliorations technologiques.

    Date de diffusion : 2014-03-17

  • Articles et rapports : 11F0027M2013085
    Géographie : Canada
    Description :

    Le présent article décrit une approche non paramétrique de la correction de la mesure de la croissance de la productivité multifactorielle (CPMF) visant à tenir compte des variations de l'utilisation de la capacité au fil du temps. Dans le cadre élaboré ici, en partant de la théorie économique de la production, on établit une mesure de l'utilisation du capital que l'on estime en comparant le rendement ex post au rendement attendu ex ante du capital. On compare ensuite l'approche non paramétrique avec l'approche paramétrique et le cadre classique de comptabilité de la croissance. Les approches non paramétrique et paramétrique permettent toutes deux de corriger le biais cyclique présent dans la mesure classique de la CPMF, mais l'approche non paramétrique offre une correction plus pratique de l'effet de l'utilisation de la capacité, car elle est plus facile à mettre en oeuvre et plus en harmonie avec l'approche non paramétrique utilisée de longue date par les organismes statistiques et les chercheurs.

    Date de diffusion : 2013-07-23
Références (13)

Références (13) (0 à 10 de 13 résultats)

  • Avis et consultations : 13-605-X
    Description :

    Ce produit comprend des articles sur les plus récents développements méthodologiques et conceptuels dans le Système canadien des comptes macroéconomiques ainsi que l’analyse de l’économie canadienne. Il comprend des articles qui expliquent les nouvelles méthodes, les nouveaux concepts et les nouvelles techniques statistiques utilisés afin de compiler le Système canadien des comptes macroéconomiques. Il comprend également des renseignements sur les produits nouveaux ou améliorés et fournit des mises à jour et des suppléments d’information pour les divers guides et articles analytiques portant sur une grande variété de sujets liés à l’économie canadienne.

    Date de diffusion : 2019-04-16

  • Enquêtes et programmes statistiques — Documentation : 15-206-X2010027
    Description :

    Les mesures de la productivité sont calculées en établissant une comparaison entre les sorties et les entrées. Le Système de comptabilité nationale (SCN) du Canada offre un cadre utile pour organiser les renseignements nécessaires aux comparaisons de ce type. Les systèmes intégrés des comptes économiques présentent des estimations de rechange cohérentes et uniformes des différents concepts pouvant être utilisés pour mesurer la productivité.

    Date de diffusion : 2010-06-29

  • Enquêtes et programmes statistiques — Documentation : 15-206-X2008018
    Description :

    Les données officielles produites par les organismes statistiques ne sont pas toujours idéales aux fins de comparaisons entre pays en raison de différences relatives aux sources de données et de la méthodologie. Les analystes qui procèdent à des comparaisons entre pays doivent choisir avec soin entre plusieurs options et parfois adapter les données à leurs propres fins. Dans le présent document, nous élaborons des estimations comparables du stock de capital pour examiner l'intensité relative du capital au Canada et aux États Unis.

    À cette fin, nous appliquons des taux de dépréciation communs aux actifs du Canada et des États-Unis pour produire des estimations comparables du stock de capital selon la catégorie d'actifs et selon l'industrie dans les deux pays. Après application de taux de dépréciation communs, nous concluons que l'intensité du capital est plus forte dans le secteur canadien des entreprises que dans le secteur des entreprises aux États-Unis. Il s'agit du résultat net de ratios assez différents au niveau des actifs individuels. L'intensité des actifs d'infrastructure de génie par dollar de produit intérieur brut produit est plus forte au Canada. L'intensité des actifs des machines et du matériel (M et M) liés aux technologies de l'information et des communications (TIC) est plus faible au Canada. L'intensité des actifs des M et M non TIC et des bâtiments est semblable dans les deux pays.

    Toutefois, ces résultats ne tiennent pas compte du fait que les différentes intensités du capital selon les actifs au Canada et aux États-Unis peuvent provenir d'une structure industrielle différente. Lorsque les actifs et la structure industrielle sont pris en compte, la situation globale est un peu modifiée. Au Canada, l'intensité des actifs d'infrastructure de génie est toujours plus forte et l'intensité des actifs des bâtiments demeure semblable; toutefois, ce pays enregistre un déficit en intensité des actifs des M et M qui surpasse celui des actifs des TIC.

    Date de diffusion : 2008-07-10

  • Enquêtes et programmes statistiques — Documentation : 15-206-X2008017
    Description :

    Le présent document fournit un aperçu du programme de la productivité de Statistique Canada et une brève description du rendement du Canada en matière de productivité. Il définit la productivité et les diverses mesures utilisées pour examiner les différentes facettes de la croissance de la productivité. Il décrit la différence entre des mesures de productivité partielles (par exemple, la productivité du travail) et une mesure plus complète (productivité multifactorielle) ainsi que les avantages et désavantages de chacune de ces mesures. Le document explique pourquoi la productivité est importante. Il décrit sommairement comment la croissance de la productivité s'intègre dans le cadre comptable de la croissance et comment on utilise ce dernier pour examiner les diverses sources de croissance économique. Il présente brièvement les défis que les statisticiens doivent relever lorsqu'ils mesurent la croissance de la productivité. Il fournit également un survol de la productivité à long terme du Canada et compare celle-ci à celle des États-Unis, selon les niveaux de productivité et selon les taux de croissance de la productivité.

    Date de diffusion : 2008-02-25

  • Enquêtes et programmes statistiques — Documentation : 15-206-X2007005
    Description :

    Le présent document décrit la production, pour un ensemble varié d'actifs, de diverses courbes de dépréciation fondées sur les profils des prix de revente et des mises hors service. Cet exercice permet d'étudier la sensibilité des estimations de la croissance du stock de capital et des services du capital à divers modèles d'estimation de la dépréciation.

    Premièrement, nous recourons aux techniques d'analyse de la survie pour estimer les variations de la valeur de l'actif durant sa vie utile. Deuxièmement, nous suivons une méthode en deux étapes où nous estimons d'abord la fonction de mise hors service des actifs usagés (actifs mis hors service à un prix nul), puis utilisons les estimations résultantes pour corriger le biais de sélection qui a lieu lorsqu'on utilise uniquement des prix d'actifs usagés positifs pour produire les courbes âge prix en vue de calculer les taux de dépréciation. Enfin, une troisième méthode consiste à spécifier et à estimer conjointement une fonction de mise hors service et une fonction d'efficacité de l'actif.

    Ces trois méthodes produisent des courbes de dépréciation de forme convexe. Un profil de dépréciation accélérée se dégage pour bon nombre d'actifs classés dans la catégorie des machines et du matériel et celle des bâtiments et travaux de génie.

    Nous comparons aussi les estimations ex post de la durée de vie utile qui sont fondées sur les résultats à la durée de vie prévue ex ante et constatons qu'elles sont fort semblables. Par conséquent, nous choisissons de nous servir des valeurs ex ante de la durée de vie et de l'information tirée des taux ex post sur la vitesse de diminution de la valeur d'un actif en vue de générer un ensemble de taux de dépréciation utilisables dans les comptes de productivité.

    Enfin, nous utilisons notre modèle de dépréciation pour produire des estimations de la croissance du stock de capital et des services du capital au cours de la période allant de 1961 à 1996. Nous constatons que les estimations résultantes du stock de capital et des services du capital sont forts semblables à celles calculées antérieurement.

    Date de diffusion : 2007-02-12

  • Enquêtes et programmes statistiques — Documentation : 15-206-X2006002
    Description :

    Ce document explique en termes simples et concis le concept de productivité ansi que son utilité. Il est destiné au usagers des comptes canadiens de productivité désireux de se familiariser, à un moindre effort, avec le concept.

    Date de diffusion : 2006-04-21

  • Enquêtes et programmes statistiques — Documentation : 11F0026M2005005
    Description :

    L'objectif de cet article est de décrire la méthodologie utilisée pour estimer des heures annuelles travaillées par industrie et par province qui sont cohérentes avec le Système de la comptabilité nationale.

    Date de diffusion : 2005-08-30

  • Enquêtes et programmes statistiques — Documentation : 11F0026M2005004
    Description :

    Un organisme de statistique est appelé à relever plusieurs défis lorsqu'il élabore des comptes de productivité. Pour mesurer la productivité, il faut comparer la production et les facteurs de production ou intrants.

    Le présent document porte sur les défis qu'un organisme de statistique est appelé à relever dans ce domaine, comme le montre l'expérience canadienne. En premier lieu, nous examinons les progrès réalisés sur le plan de l'élaboration d'un système permettant d'intégrer les comptes de productivité à l'ensemble du Système de comptabilité nationale. Nous examinons également les lacunes qui restent à combler. Enfin, nous nous penchons dans le présent document sur la question de savoir s'il y a lieu d'élargir le contenu du manuel du SCN en incluant la mesure de la productivité. Nous soutenons dans le présent document qu'étant donné les avantages notables que procure l'intégration des comptes de productivité aux comptes généraux, le moment est venu d'inclure plus de détails sur la nature des comptes de productivité dans le cadre général du SCN.

    Date de diffusion : 2005-04-28

  • Enquêtes et programmes statistiques — Documentation : 15-002-M2001001
    Description :

    Dans ce document, on décrit les sources, les méthodes et les concepts utilisés par les Comptes canadiens de productivité et on les compare aux sources, aux méthodes et aux concepts américains.

    Date de diffusion : 2004-12-24

  • Enquêtes et programmes statistiques — Documentation : 15-002-M
    Description :

    Cette série d'articles permet aux utilisateurs de comprendre la notion de productivité et les normes, méthodes et concepts statistiques sous-jacents utilisés pour compiler les statistiques sur la productivité.

    Cette série permettra aux utilisateurs de mieux apprécier la signification économique, la qualité et la précision des statistiques sur la productivité. Elle a été créée spécialement à l'intention des personnes qui utilisent régulièrement les estimations de productivité, comme les analystes universitaires, économiques et financiers. Les personnes qui utilisent moins souvent les chiffres de productivité, comme les étudiants en sciences économiques, pourront aussi s'en servir à titre de référence.

    Date de diffusion : 2004-12-24
Date de modification :