Recherche par mot-clé

Filtrer les résultats par

Aide à la recherche
Currently selected filters that can be removed

Mot(s)-clé(s)

Année de publication

10 facets displayed. 0 facets selected.

Géographie

1 facets displayed. 1 facets selected.
Aide à l'ordre
entrées

Résultats

Tout (19)

Tout (19) (0 à 10 de 19 résultats)

  • Articles et rapports : 81-595-M2013100
    Géographie : Canada
    Description :

    Des recherches antérieures ont démontré que les jeunes femmes sont plus susceptibles de s'inscrire à un programme d'études postsecondaires ayant un rendement plus faible sur le marché du travail, par exemple dans le domaine des arts, des sciences humaines ou des sociales. Les jeunes hommes, par contre, tendent à s'inscrire à des programmes ayant un meilleur rendement sur le marché du travail, c'est-à-dire en sciences, en technologie, en génie et en mathématiques (STGM), et à obtenir leur diplôme dans ces programmes. Des facteurs comme les intérêts du point de vue scolaire, les résultats aux tests de rendement et les notes à l'école secondaire peuvent avoir une incidence sur le choix, plus tard, du programme universitaire. Le présent article, fondé sur les données couplées de l'Enquête auprès des jeunes en transition (EJET) et du Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA), examine la relation entre les résultats aux tests en mathématiques et en sciences à 15 ans et le premier choix du programme universitaire, en mettant l'accent sur les différences dans les compétences en mathématiques et en sciences selon le sexe. De manière générale, les résultants montrent que l'intersection entre le sexe et les compétences joue un rôle important : même les jeunes femmes ayant des compétences élevées en mathématiques sont moins susceptibles d'étudier dans les domaines des STGM que les jeunes hommes ayant des compétences similaires ou inférieures en mathématiques. Cela laisse entendre que des facteurs autres que les compétences comme telles influent sur la probabilité que les jeunes femmes s'inscrivent à un programme en STGM à l'université.

    Date de diffusion : 2013-12-18

  • Articles et rapports : 81-595-M2011090
    Géographie : Canada
    Description :

    Les titulaires d'un diplôme d'études secondaires ne commencent pas tous à fréquenter un établissement d'enseignement postsecondaire dès la fin du cycle secondaire. De plus en plus de jeunes Canadiens choisissent de rester en dehors du système d'enseignement pendant un certain temps avant d'y retourner. Une grande partie de ce que nous savons sur ces « pauses » provient de l'expérience d'autres pays, en particulier le Royaume-Uni. Deux questions demeurent toutefois sans réponse dans le contexte canadien : qui sont les élèves qui décident de différer leurs études et pendant combien de temps sont-elles reportées? Dans le présent document, les données des cinq cycles de l'Enquête auprès des jeunes en transition sont utilisées pour remédier au peu d'attention que portent les chercheurs canadiens au report des études postsecondaires. Les résultats obtenus par Kaplan-Meier montrent que le délai médian s'écoulant entre l'obtention du diplôme d'études secondaires et le début du premier programme d'études postsecondaires est de quatre mois. Cette période semble toutefois être beaucoup plus longue chez les hommes, les jeunes issus des Premières Nations, les anglophones, les jeunes Ontariens et les jeunes dont les parents ont un faible niveau de scolarité. Certaines caractéristiques des élèves pendant leurs études secondaires étaient tout aussi importantes. Par exemple, le délai médian entre l'obtention du diplôme d'études secondaires et le début des études postsecondaires était beaucoup plus long que la moyenne chez les jeunes qui avaient de faibles notes, qui travaillaient de nombreuses heures dans un emploi rémunéré pendant leurs études secondaires, qui séchaient régulièrement des cours, qui participaient à de nombreuses activités parascolaires non organisées par l'école et dont les amis proches disaient ne pas avoir l'intention de faire des études postsecondaires. Des modèles à risques proportionnels de Cox confirment la robustesse de plusieurs résultats descriptifs, y compris les effets des variables du sexe, de la province où se trouve l'école secondaire, du niveau de scolarité des parents, du travail pendant les études secondaires, des notes, des activités parascolaires et des projets d'études des amis proches.

    Date de diffusion : 2011-05-25

  • Articles et rapports : 81-595-M2010087
    Géographie : Canada
    Description :

    Le présent rapport traite du lien entre les cheminements scolaires et la situation sur le marché du travail des répondants aux cinq cycles de l'Enquête auprès des jeunes en transition (la cohorte B de l'EJET). Les cheminements scolaires sont répartis selon trois grands critères : 1) pas d'études postsecondaires, 2) passage direct aux études postsecondaires et 3) passage indirect aux études postsecondaires. Les données du cycle 5 de l'EJET, recueillies lorsque les jeunes étaient âgés de 26 à 28 ans, permettent de mener un examen relativement complet des résultats sur le marché du travail au moment où la hausse des taux de participation aux études postsecondaires au Canada a reporté l'entrée de nombreux jeunes adultes sur le marché du travail. Le présent rapport examine deux résultats sur le marché du travail, soit l'emploi pendant toute l'année et les gains annuels, à deux moments différents : de un à deux ans, puis de cinq à six ans après l'achèvement ou l'interruption des études à temps plein. Les résultats font ressortir l'influence positive des études universitaires sur la situation sur le marché du travail, surtout plusieurs années après la fin des études. De plus, certains résultats portent à croire que, plusieurs années après la fin des études, les diplômés universitaires qui ont reporté leur passage aux études postsecondaires sont plus susceptibles d'être occupés que leurs homologues qui ne l'ont pas fait.

    Date de diffusion : 2010-12-17

  • Articles et rapports : 81-595-M2009075
    Géographie : Canada
    Description :

    L'analyse du présent rapport repose sur des données de l'Enquête auprès des jeunes en transition (EJET), qui a été mise sur pied par Ressources humaines et Développement social Canada et Statistique Canada. Il s'agit d'une enquête longitudinale au cours de laquelle on recueille des données détaillées sur les cheminements scolaire et professionnel d'un échantillon de jeunes Canadiens qui étaient âgés entre 18 et 20 ans en 1999. On a demandé aux répondants de fournir une gamme de renseignements sur leurs études et leurs expériences sur le marché du travail ainsi que des caractéristiques personnelles. On les a interviewés cinq fois depuis la mise sur pied de l'Enquête, soit en 2000, 2002, 2004, 2006 et 2008. Le présent rapport utilise des données de ces cinq entrevues pour décrire où en étaient ces jeunes dans leur cheminement en décembre 2007, alors qu'ils étaient âgés entre 26 et 28 ans.

    Date de diffusion : 2009-07-09

  • Articles et rapports : 81-595-M2008070
    Géographie : Canada
    Description :

    L'analyse du présent rapport repose sur des données de l'Enquête auprès des jeunes en transition (EJET), qui a été mise sur pied par Ressources humaines et Développement social Canada et Statistique Canada. Il s'agit d'une enquête longitudinale au cours de laquelle on recueille des données détaillées sur les cheminements scolaire et professionnel d'un échantillon de jeunes Canadiens qui étaient âgés entre 18 et 20 ans en 1999. On a demandé aux répondants de fournir une gamme de renseignements sur leurs études et leurs expériences sur le marché du travail ainsi que des caractéristiques personnelles. On les a interviewés quatre fois depuis la mise sur pied de l'Enquête, soit en 2000, 2002, 2004 et 2006. Le présent rapport utilise des données de ces quatre entrevues pour décrire où en étaient ces jeunes dans leur cheminement scolaire en décembre 2005, alors qu'ils étaient âgés entre 24 et 26 ans.

    Ce rapport fait suite à une étude précédente de la participation aux études postsecondaires (Shaienks et Gluszynski, 2007) dans laquelle un taux global de décrochage postsecondaire de 15 % avait été obtenu. Ce taux est cependant différent selon le type d'établissement fréquenté et certaines variables démographiques, familiales et scolaires. Le présent rapport explore le lien entre ces caractéristiques et la participation, le taux d'obtention du diplôme et le décrochage de différents types d'établissement postsecondaire.

    Trois nouvelles variables ont été élaborées pour tenir compte des types d'établissements fréquentés par les étudiants et de leur statut dans chacun d'eux. Le statut universitaire, le statut collégial et le statut dans d'autres types d'établissements postsecondaires permettent de déterminer de façon indépendante les résultats de la participation aux programmes des différents types d'établissement ainsi que le profil des diplômés, des persévérants et, en particulier, des décrocheurs, en fonction de leurs caractéristiques spécifiques.

    Date de diffusion : 2008-11-03

  • Articles et rapports : 81-595-M2008068
    Géographie : Canada
    Description :

    Cette publication, qui s'appuie sur les principales sources de données de Statistique Canada portant sur l'éducation et la formation des Canadiens, présente un aperçu provincial et territorial de certaines de nos connaissances sur l'éducation des travailleurs de la santé afin de nous permettre d'adresser certaines des questions essentielles auxquelles les Canadiens font face aujourd'hui. Y a-t-il au Canada suffisamment de personnes possédant les bonnes compétences et qui sont intéressées à travailler dans le domaine de la santé? Le Canada dispose-t-il de l'infrastructure, de la capacité, ainsi que d'un système d'éducation efficace permettant d'assurer un effectif suffisant de travailleurs de la santé et de répondre aux futures demandes de soins de la santé?

    À cet égard, le présent rapport porte principalement sur l'intérêt pour les professions de la santé, le nombre d'étudiants inscrits et qui ont obtenu un diplôme d'un programme d'études en santé en plus de leurs caractéristiques sociodémographiques et de celles des enseignants dans ces programmes d'études, les expériences sur le marché du travail des récents diplômés de ces programmes - incluant leur mobilité après l'obtention du diplôme - ainsi que la participation continue des travailleurs de la santé aux activités de formation officielle et non officielle.

    Date de diffusion : 2008-10-10

  • Articles et rapports : 81-595-M2008055
    Géographie : Canada
    Description :

    Le taux de décrochage, lequel est défini comme la proportion des personnes de 20 à 24 ans qui sont sans diplôme d'études secondaires et qui ne fréquentent pas l'école, suit une tendance à la baisse. De 1990-1991 à 2004-2005, selon les données de l'Enquête sur la population active, le taux est passé de 21 % à 14 % chez les hommes et de 16 % à 9 % chez les femmes. Beaucoup de décrocheurs retournent plus tard à l'école, se prévalant de la « seconde chance » de faire des études qui leur est offerte par les provinces et les établissements au Canada.

    Ce rapport utilise les données de l'Enquête auprès des jeunes en transition pour analyser les déterminants du retour à l'école. L'analyse révèle que le taux de décrochage est moins élevé chez les jeunes femmes que chez les jeunes hommes et que lorsqu'elles décrochent avant de terminer leurs études secondaires, les jeunes femmes sont également plus susceptibles que les jeunes hommes de retourner à l'école.

    La décision des jeunes décrocheurs et des jeunes décrocheuses de retourner à l'école est influencée par différents facteurs. Dans le cas des jeunes hommes, deux des plus puissants prédicteurs de la décision de retourner à l'école sont l'éducation de leurs parents et le fait d'avoir suivi à l'école secondaire un cours de mathématiques préparatoires aux études postsecondaires. Les jeunes hommes qui décrochent durant leur dernière année du secondaire étaient plus susceptibles de retourner à l'école que ceux qui avaient décroché plutôt pendant leurs études. Le facteur qui influence le plus les jeunes femmes, c'est le temps qui s'est écoulé depuis qu'elles ont quitté l'école. Cependant, les jeunes femmes qui quittent l'école pour des raisons personnelles (le plus souvent une grossesse) sont 30 % plus susceptibles que les autres décrocheuses de retourner à l'école.

    Date de diffusion : 2008-04-09

  • Articles et rapports : 81-595-M2007059
    Géographie : Canada
    Description :

    L'analyse du présent rapport repose sur des données de l'Enquête auprès des jeunes en transition (EJET), qui a été mise sur pied par Ressources humaines et Développement social Canada et Statistique Canada. Il s'agit d'une enquête longitudinale au cours de laquelle on recueille des données détaillées sur les cheminements scolaire et professionnel d'un échantillon des jeunes Canadiens qui étaient âgés entre 18 et 20 ans en 1999.

    On a demandé aux répondants de fournir une gamme de renseignements sur leurs études et leurs expériences sur le marché du travail ainsi que des caractéristiques personnelles comme par exemple leurs aspirations scolaires. On les a interviewés quatre fois depuis la mise sur pied de l'enquête, soit en 2000, 2002, 2004 et 2006. Le présent rapport utilise des données de ces quatre entrevues pour décrire où en étaient ces jeunes dans leur cheminement scolaire en décembre 2005, alors qu'ils étaient âgés entre 24 et 26 ans.

    Des études précédentes sur la participation aux études postsecondaires des jeunes Canadiens ont montré qu'aucun facteur particulier n'explique pleinement ce qui les incite à poursuivre des études postsecondaires. On a cependant pris note de diverses caractéristiques permettant de différencier les jeunes qui entreprennent de telles études des autres. Le présent rapport compare les caractéristiques démographiques et familiales, l'engagement à l'école secondaire, le rendement scolaire et l'expérience lors de la première année d'études postsecondaires des jeunes qui ont entrepris des études postsecondaires et ceux qui n'en ont pas entrepris ou qui les ont abandonnées.

    Le chapitre 2 présente la relation entre diverses caractéristiques démographiques, familiales ou scolaires et la participation des jeunes aux études postsecondaires, quant au type d'établissement fréquenté et au niveau du programme entrepris à l'université (baccalauréat ou études de deuxième ou troisième cycle).

    Le chapitre 3 analyse la relation entre ces mêmes caractéristiques et le statut de participation des jeunes aux études postsecondaires, c'est-à-dire s'ils sont diplômés, persévérants ou décrocheurs.

    Le chapitre 4 conclut en résumant les résultats.

    Date de diffusion : 2007-11-20

  • Articles et rapports : 81-595-M2007054
    Géographie : Canada
    Description :

    Cheminements des jeunes Canadiens des études au marché du travail : résultats de l'Enquête auprès des jeunes en transition. Ce rapport a pour but d'examiner les différents chemins qu'empruntent les jeunes du Canada pour se rendre de l'école secondaire au marché du travail, de savoir qui prend ces chemins et de déterminer les résultats qui en découlent sur le marché du travail.

    La présente étude emploie les données de l'Enquête auprès des jeunes en transition (EJET) de 2004. L'EJET est une enquête longitudinale qui a recueilli des données auprès de jeunes de deux groupes d'âge lors du premier cycle de l'enquête, en l'an 2000, les premiers ayant 15 ans (Cohorte A) et les autres, de 18 à 20 ans (Cohorte B), au début de leur participation. L'analyse dans ce rapport utilise les données pour le deuxième groupe. Les deux cohortes ont été invitées à fournir un éventail de renseignements sur leurs expériences d'études et d'emploi et sur des caractéristiques personnelles telles que leurs aspirations scolaires.

    La première entrevue de suivi des participants de l'EJET s'est déroulée au début de 2002. À ce moment-là, les participants de la Cohorte B étaient âgés de 20 à 22 ans. La deuxième entrevue de suivi s'est tenue en 2004, pour la période de référence de décembre 2003, quand les participants de la Cohorte B étaient alors âgés de 22 à 24 ans.

    Le présent rapport s'appuie sur les descriptions des cheminements de base que suivaient les non-étudiants en décembre 2003, cernant d'abord les grands facteurs qui aident à prédire qui suivra quel chemin. Cela fait, nous examinons le lien entre ces cheminements et la « réussite » sur le marché du travail. Plus précisément, le restant du rapport est organisé comme suit :

    Chapitre 2 : Ce chapitre analyse en quoi certains facteurs contextuels permettent de prédire les parcours de l'école au marché du travail que suivaient les jeunes adultes de 22 à 24 ans en décembre 2003; il s'agit essentiellement de facteurs statiques qui ne changent pas (par exemple le sexe, l'âge, l'origine ethnique, le niveau de scolarité des parents, etc.).

    Chapitre 3 : Ce chapitre introduit des facteurs « intermédiaires », mesurés durant les études secondaires (par exemple la moyenne pondérée cumulative, travailler pendant le secondaire, etc.). Ces facteurs joueraient, croit-on, un rôle important d'atténuation de l'effet qu'exercent les facteurs contextuels susmentionnés sur la prévision des transitions de l'école au travail.

    Chapitre 4 : Dans ce chapitre, l'analyse change d'optique. Au lieu d'y étudier les prédicteurs des cheminements de l'école au travail, nous nous intéressons aux cheminements en tant qu'indicateurs de la situation sur le marché du travail. Dans ce chapitre, nous sommes en mesure de déterminer si certains parcours sont plus ou moins porteurs de succès professionnel et prometteurs de « bons » emplois, ainsi définis en fonction du revenu et du degré de satisfaction au travail. Nous sommes aussi à même de déterminer la profession qu'exerçaient les répondants en décembre 2003.

    Chapitre 5 : Ce chapitre de conclusion résume les résultats et l'analyse.

    Date de diffusion : 2007-11-01

  • Articles et rapports : 81-595-M2007049
    Géographie : Canada
    Description :

    Cette publication, qui s'appuie sur les principales sources de données actuelles de Statistique Canada liées à l'éducation des Canadiens, présente certaines de nos connaissances sur l'éducation des travailleurs de la santé afin de nous permettre d'adresser certaines des questions essentielles auxquelles les Canadiens font face aujourd'hui. Y a-t-il au Canada suffisamment de personnes possédant les bonnes compétences et qui sont intéressées à travailler dans le domaine de la santé? Le Canada dispose-t-il de l'infrastructure, de la capacité, ainsi que d'un système d'éducation efficace permettant d'assurer un effectif suffisant de travailleurs de la santé et de répondre aux futures demandes de soins de la santé? À cet égard, le présent rapport se compose principalement de tableaux de données accompagnés de brèves analyses destinées à mettre en évidence les conclusions générales susceptibles de guider le lecteur dans l'interprétation des tableaux.

    Date de diffusion : 2007-08-13
Données (0)

Données (0) (0 résultat)

Aucun contenu disponible actuellement

Analyses (18)

Analyses (18) (0 à 10 de 18 résultats)

  • Articles et rapports : 81-595-M2013100
    Géographie : Canada
    Description :

    Des recherches antérieures ont démontré que les jeunes femmes sont plus susceptibles de s'inscrire à un programme d'études postsecondaires ayant un rendement plus faible sur le marché du travail, par exemple dans le domaine des arts, des sciences humaines ou des sociales. Les jeunes hommes, par contre, tendent à s'inscrire à des programmes ayant un meilleur rendement sur le marché du travail, c'est-à-dire en sciences, en technologie, en génie et en mathématiques (STGM), et à obtenir leur diplôme dans ces programmes. Des facteurs comme les intérêts du point de vue scolaire, les résultats aux tests de rendement et les notes à l'école secondaire peuvent avoir une incidence sur le choix, plus tard, du programme universitaire. Le présent article, fondé sur les données couplées de l'Enquête auprès des jeunes en transition (EJET) et du Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA), examine la relation entre les résultats aux tests en mathématiques et en sciences à 15 ans et le premier choix du programme universitaire, en mettant l'accent sur les différences dans les compétences en mathématiques et en sciences selon le sexe. De manière générale, les résultants montrent que l'intersection entre le sexe et les compétences joue un rôle important : même les jeunes femmes ayant des compétences élevées en mathématiques sont moins susceptibles d'étudier dans les domaines des STGM que les jeunes hommes ayant des compétences similaires ou inférieures en mathématiques. Cela laisse entendre que des facteurs autres que les compétences comme telles influent sur la probabilité que les jeunes femmes s'inscrivent à un programme en STGM à l'université.

    Date de diffusion : 2013-12-18

  • Articles et rapports : 81-595-M2011090
    Géographie : Canada
    Description :

    Les titulaires d'un diplôme d'études secondaires ne commencent pas tous à fréquenter un établissement d'enseignement postsecondaire dès la fin du cycle secondaire. De plus en plus de jeunes Canadiens choisissent de rester en dehors du système d'enseignement pendant un certain temps avant d'y retourner. Une grande partie de ce que nous savons sur ces « pauses » provient de l'expérience d'autres pays, en particulier le Royaume-Uni. Deux questions demeurent toutefois sans réponse dans le contexte canadien : qui sont les élèves qui décident de différer leurs études et pendant combien de temps sont-elles reportées? Dans le présent document, les données des cinq cycles de l'Enquête auprès des jeunes en transition sont utilisées pour remédier au peu d'attention que portent les chercheurs canadiens au report des études postsecondaires. Les résultats obtenus par Kaplan-Meier montrent que le délai médian s'écoulant entre l'obtention du diplôme d'études secondaires et le début du premier programme d'études postsecondaires est de quatre mois. Cette période semble toutefois être beaucoup plus longue chez les hommes, les jeunes issus des Premières Nations, les anglophones, les jeunes Ontariens et les jeunes dont les parents ont un faible niveau de scolarité. Certaines caractéristiques des élèves pendant leurs études secondaires étaient tout aussi importantes. Par exemple, le délai médian entre l'obtention du diplôme d'études secondaires et le début des études postsecondaires était beaucoup plus long que la moyenne chez les jeunes qui avaient de faibles notes, qui travaillaient de nombreuses heures dans un emploi rémunéré pendant leurs études secondaires, qui séchaient régulièrement des cours, qui participaient à de nombreuses activités parascolaires non organisées par l'école et dont les amis proches disaient ne pas avoir l'intention de faire des études postsecondaires. Des modèles à risques proportionnels de Cox confirment la robustesse de plusieurs résultats descriptifs, y compris les effets des variables du sexe, de la province où se trouve l'école secondaire, du niveau de scolarité des parents, du travail pendant les études secondaires, des notes, des activités parascolaires et des projets d'études des amis proches.

    Date de diffusion : 2011-05-25

  • Articles et rapports : 81-595-M2010087
    Géographie : Canada
    Description :

    Le présent rapport traite du lien entre les cheminements scolaires et la situation sur le marché du travail des répondants aux cinq cycles de l'Enquête auprès des jeunes en transition (la cohorte B de l'EJET). Les cheminements scolaires sont répartis selon trois grands critères : 1) pas d'études postsecondaires, 2) passage direct aux études postsecondaires et 3) passage indirect aux études postsecondaires. Les données du cycle 5 de l'EJET, recueillies lorsque les jeunes étaient âgés de 26 à 28 ans, permettent de mener un examen relativement complet des résultats sur le marché du travail au moment où la hausse des taux de participation aux études postsecondaires au Canada a reporté l'entrée de nombreux jeunes adultes sur le marché du travail. Le présent rapport examine deux résultats sur le marché du travail, soit l'emploi pendant toute l'année et les gains annuels, à deux moments différents : de un à deux ans, puis de cinq à six ans après l'achèvement ou l'interruption des études à temps plein. Les résultats font ressortir l'influence positive des études universitaires sur la situation sur le marché du travail, surtout plusieurs années après la fin des études. De plus, certains résultats portent à croire que, plusieurs années après la fin des études, les diplômés universitaires qui ont reporté leur passage aux études postsecondaires sont plus susceptibles d'être occupés que leurs homologues qui ne l'ont pas fait.

    Date de diffusion : 2010-12-17

  • Articles et rapports : 81-595-M2009075
    Géographie : Canada
    Description :

    L'analyse du présent rapport repose sur des données de l'Enquête auprès des jeunes en transition (EJET), qui a été mise sur pied par Ressources humaines et Développement social Canada et Statistique Canada. Il s'agit d'une enquête longitudinale au cours de laquelle on recueille des données détaillées sur les cheminements scolaire et professionnel d'un échantillon de jeunes Canadiens qui étaient âgés entre 18 et 20 ans en 1999. On a demandé aux répondants de fournir une gamme de renseignements sur leurs études et leurs expériences sur le marché du travail ainsi que des caractéristiques personnelles. On les a interviewés cinq fois depuis la mise sur pied de l'Enquête, soit en 2000, 2002, 2004, 2006 et 2008. Le présent rapport utilise des données de ces cinq entrevues pour décrire où en étaient ces jeunes dans leur cheminement en décembre 2007, alors qu'ils étaient âgés entre 26 et 28 ans.

    Date de diffusion : 2009-07-09

  • Articles et rapports : 81-595-M2008070
    Géographie : Canada
    Description :

    L'analyse du présent rapport repose sur des données de l'Enquête auprès des jeunes en transition (EJET), qui a été mise sur pied par Ressources humaines et Développement social Canada et Statistique Canada. Il s'agit d'une enquête longitudinale au cours de laquelle on recueille des données détaillées sur les cheminements scolaire et professionnel d'un échantillon de jeunes Canadiens qui étaient âgés entre 18 et 20 ans en 1999. On a demandé aux répondants de fournir une gamme de renseignements sur leurs études et leurs expériences sur le marché du travail ainsi que des caractéristiques personnelles. On les a interviewés quatre fois depuis la mise sur pied de l'Enquête, soit en 2000, 2002, 2004 et 2006. Le présent rapport utilise des données de ces quatre entrevues pour décrire où en étaient ces jeunes dans leur cheminement scolaire en décembre 2005, alors qu'ils étaient âgés entre 24 et 26 ans.

    Ce rapport fait suite à une étude précédente de la participation aux études postsecondaires (Shaienks et Gluszynski, 2007) dans laquelle un taux global de décrochage postsecondaire de 15 % avait été obtenu. Ce taux est cependant différent selon le type d'établissement fréquenté et certaines variables démographiques, familiales et scolaires. Le présent rapport explore le lien entre ces caractéristiques et la participation, le taux d'obtention du diplôme et le décrochage de différents types d'établissement postsecondaire.

    Trois nouvelles variables ont été élaborées pour tenir compte des types d'établissements fréquentés par les étudiants et de leur statut dans chacun d'eux. Le statut universitaire, le statut collégial et le statut dans d'autres types d'établissements postsecondaires permettent de déterminer de façon indépendante les résultats de la participation aux programmes des différents types d'établissement ainsi que le profil des diplômés, des persévérants et, en particulier, des décrocheurs, en fonction de leurs caractéristiques spécifiques.

    Date de diffusion : 2008-11-03

  • Articles et rapports : 81-595-M2008068
    Géographie : Canada
    Description :

    Cette publication, qui s'appuie sur les principales sources de données de Statistique Canada portant sur l'éducation et la formation des Canadiens, présente un aperçu provincial et territorial de certaines de nos connaissances sur l'éducation des travailleurs de la santé afin de nous permettre d'adresser certaines des questions essentielles auxquelles les Canadiens font face aujourd'hui. Y a-t-il au Canada suffisamment de personnes possédant les bonnes compétences et qui sont intéressées à travailler dans le domaine de la santé? Le Canada dispose-t-il de l'infrastructure, de la capacité, ainsi que d'un système d'éducation efficace permettant d'assurer un effectif suffisant de travailleurs de la santé et de répondre aux futures demandes de soins de la santé?

    À cet égard, le présent rapport porte principalement sur l'intérêt pour les professions de la santé, le nombre d'étudiants inscrits et qui ont obtenu un diplôme d'un programme d'études en santé en plus de leurs caractéristiques sociodémographiques et de celles des enseignants dans ces programmes d'études, les expériences sur le marché du travail des récents diplômés de ces programmes - incluant leur mobilité après l'obtention du diplôme - ainsi que la participation continue des travailleurs de la santé aux activités de formation officielle et non officielle.

    Date de diffusion : 2008-10-10

  • Articles et rapports : 81-595-M2008055
    Géographie : Canada
    Description :

    Le taux de décrochage, lequel est défini comme la proportion des personnes de 20 à 24 ans qui sont sans diplôme d'études secondaires et qui ne fréquentent pas l'école, suit une tendance à la baisse. De 1990-1991 à 2004-2005, selon les données de l'Enquête sur la population active, le taux est passé de 21 % à 14 % chez les hommes et de 16 % à 9 % chez les femmes. Beaucoup de décrocheurs retournent plus tard à l'école, se prévalant de la « seconde chance » de faire des études qui leur est offerte par les provinces et les établissements au Canada.

    Ce rapport utilise les données de l'Enquête auprès des jeunes en transition pour analyser les déterminants du retour à l'école. L'analyse révèle que le taux de décrochage est moins élevé chez les jeunes femmes que chez les jeunes hommes et que lorsqu'elles décrochent avant de terminer leurs études secondaires, les jeunes femmes sont également plus susceptibles que les jeunes hommes de retourner à l'école.

    La décision des jeunes décrocheurs et des jeunes décrocheuses de retourner à l'école est influencée par différents facteurs. Dans le cas des jeunes hommes, deux des plus puissants prédicteurs de la décision de retourner à l'école sont l'éducation de leurs parents et le fait d'avoir suivi à l'école secondaire un cours de mathématiques préparatoires aux études postsecondaires. Les jeunes hommes qui décrochent durant leur dernière année du secondaire étaient plus susceptibles de retourner à l'école que ceux qui avaient décroché plutôt pendant leurs études. Le facteur qui influence le plus les jeunes femmes, c'est le temps qui s'est écoulé depuis qu'elles ont quitté l'école. Cependant, les jeunes femmes qui quittent l'école pour des raisons personnelles (le plus souvent une grossesse) sont 30 % plus susceptibles que les autres décrocheuses de retourner à l'école.

    Date de diffusion : 2008-04-09

  • Articles et rapports : 81-595-M2007059
    Géographie : Canada
    Description :

    L'analyse du présent rapport repose sur des données de l'Enquête auprès des jeunes en transition (EJET), qui a été mise sur pied par Ressources humaines et Développement social Canada et Statistique Canada. Il s'agit d'une enquête longitudinale au cours de laquelle on recueille des données détaillées sur les cheminements scolaire et professionnel d'un échantillon des jeunes Canadiens qui étaient âgés entre 18 et 20 ans en 1999.

    On a demandé aux répondants de fournir une gamme de renseignements sur leurs études et leurs expériences sur le marché du travail ainsi que des caractéristiques personnelles comme par exemple leurs aspirations scolaires. On les a interviewés quatre fois depuis la mise sur pied de l'enquête, soit en 2000, 2002, 2004 et 2006. Le présent rapport utilise des données de ces quatre entrevues pour décrire où en étaient ces jeunes dans leur cheminement scolaire en décembre 2005, alors qu'ils étaient âgés entre 24 et 26 ans.

    Des études précédentes sur la participation aux études postsecondaires des jeunes Canadiens ont montré qu'aucun facteur particulier n'explique pleinement ce qui les incite à poursuivre des études postsecondaires. On a cependant pris note de diverses caractéristiques permettant de différencier les jeunes qui entreprennent de telles études des autres. Le présent rapport compare les caractéristiques démographiques et familiales, l'engagement à l'école secondaire, le rendement scolaire et l'expérience lors de la première année d'études postsecondaires des jeunes qui ont entrepris des études postsecondaires et ceux qui n'en ont pas entrepris ou qui les ont abandonnées.

    Le chapitre 2 présente la relation entre diverses caractéristiques démographiques, familiales ou scolaires et la participation des jeunes aux études postsecondaires, quant au type d'établissement fréquenté et au niveau du programme entrepris à l'université (baccalauréat ou études de deuxième ou troisième cycle).

    Le chapitre 3 analyse la relation entre ces mêmes caractéristiques et le statut de participation des jeunes aux études postsecondaires, c'est-à-dire s'ils sont diplômés, persévérants ou décrocheurs.

    Le chapitre 4 conclut en résumant les résultats.

    Date de diffusion : 2007-11-20

  • Articles et rapports : 81-595-M2007054
    Géographie : Canada
    Description :

    Cheminements des jeunes Canadiens des études au marché du travail : résultats de l'Enquête auprès des jeunes en transition. Ce rapport a pour but d'examiner les différents chemins qu'empruntent les jeunes du Canada pour se rendre de l'école secondaire au marché du travail, de savoir qui prend ces chemins et de déterminer les résultats qui en découlent sur le marché du travail.

    La présente étude emploie les données de l'Enquête auprès des jeunes en transition (EJET) de 2004. L'EJET est une enquête longitudinale qui a recueilli des données auprès de jeunes de deux groupes d'âge lors du premier cycle de l'enquête, en l'an 2000, les premiers ayant 15 ans (Cohorte A) et les autres, de 18 à 20 ans (Cohorte B), au début de leur participation. L'analyse dans ce rapport utilise les données pour le deuxième groupe. Les deux cohortes ont été invitées à fournir un éventail de renseignements sur leurs expériences d'études et d'emploi et sur des caractéristiques personnelles telles que leurs aspirations scolaires.

    La première entrevue de suivi des participants de l'EJET s'est déroulée au début de 2002. À ce moment-là, les participants de la Cohorte B étaient âgés de 20 à 22 ans. La deuxième entrevue de suivi s'est tenue en 2004, pour la période de référence de décembre 2003, quand les participants de la Cohorte B étaient alors âgés de 22 à 24 ans.

    Le présent rapport s'appuie sur les descriptions des cheminements de base que suivaient les non-étudiants en décembre 2003, cernant d'abord les grands facteurs qui aident à prédire qui suivra quel chemin. Cela fait, nous examinons le lien entre ces cheminements et la « réussite » sur le marché du travail. Plus précisément, le restant du rapport est organisé comme suit :

    Chapitre 2 : Ce chapitre analyse en quoi certains facteurs contextuels permettent de prédire les parcours de l'école au marché du travail que suivaient les jeunes adultes de 22 à 24 ans en décembre 2003; il s'agit essentiellement de facteurs statiques qui ne changent pas (par exemple le sexe, l'âge, l'origine ethnique, le niveau de scolarité des parents, etc.).

    Chapitre 3 : Ce chapitre introduit des facteurs « intermédiaires », mesurés durant les études secondaires (par exemple la moyenne pondérée cumulative, travailler pendant le secondaire, etc.). Ces facteurs joueraient, croit-on, un rôle important d'atténuation de l'effet qu'exercent les facteurs contextuels susmentionnés sur la prévision des transitions de l'école au travail.

    Chapitre 4 : Dans ce chapitre, l'analyse change d'optique. Au lieu d'y étudier les prédicteurs des cheminements de l'école au travail, nous nous intéressons aux cheminements en tant qu'indicateurs de la situation sur le marché du travail. Dans ce chapitre, nous sommes en mesure de déterminer si certains parcours sont plus ou moins porteurs de succès professionnel et prometteurs de « bons » emplois, ainsi définis en fonction du revenu et du degré de satisfaction au travail. Nous sommes aussi à même de déterminer la profession qu'exerçaient les répondants en décembre 2003.

    Chapitre 5 : Ce chapitre de conclusion résume les résultats et l'analyse.

    Date de diffusion : 2007-11-01

  • Articles et rapports : 81-595-M2007049
    Géographie : Canada
    Description :

    Cette publication, qui s'appuie sur les principales sources de données actuelles de Statistique Canada liées à l'éducation des Canadiens, présente certaines de nos connaissances sur l'éducation des travailleurs de la santé afin de nous permettre d'adresser certaines des questions essentielles auxquelles les Canadiens font face aujourd'hui. Y a-t-il au Canada suffisamment de personnes possédant les bonnes compétences et qui sont intéressées à travailler dans le domaine de la santé? Le Canada dispose-t-il de l'infrastructure, de la capacité, ainsi que d'un système d'éducation efficace permettant d'assurer un effectif suffisant de travailleurs de la santé et de répondre aux futures demandes de soins de la santé? À cet égard, le présent rapport se compose principalement de tableaux de données accompagnés de brèves analyses destinées à mettre en évidence les conclusions générales susceptibles de guider le lecteur dans l'interprétation des tableaux.

    Date de diffusion : 2007-08-13
Références (1)

Références (1) ((1 résultat))

Date de modification :