Recherche par mot-clé

Filtrer les résultats par

Aide à la recherche
Currently selected filters that can be removed

Mot(s)-clé(s)

Type

2 facets displayed. 0 facets selected.

Année de publication

5 facets displayed. 0 facets selected.

Géographie

1 facets displayed. 0 facets selected.

Enquête ou programme statistique

1 facets displayed. 0 facets selected.
Aide à l'ordre
entrées

Résultats

Tout (6)

Tout (6) ((6 résultats))

  • Stats en bref : 99-012-X2011003
    Description :

    Les documents de la série « Enquête nationale auprès des ménages en bref » (« ENM en bref ») sont un supplément des documents analytiques de l'Enquête nationale auprès des ménages qui portent sur des sujets d'intérêt précis.

    Date de diffusion : 2013-06-26

  • Articles et rapports : 21-006-X2002003
    Géographie : Canada
    Description :

    La revitalisation des régions rurales au Canada demeure une priorité pour les décideurs. De plus, la situation financière des femmes résidant dans ces régions semble susciter un intérêt croissant. L'emploi est un indice important de la situation économique.

    Dans ce bulletin, nous examinons les différences rurales-urbaines liées aux tendances de l'emploi chez les hommes et les femmes. Nous montrons également comment la ruralité influe, à la hausse ou à la baisse, sur les écarts d'emploi entre les hommes et les femmes. Les indicateurs d'emploi suivants sont analysés : 1. les niveaux et taux d'emploi dans l'ensemble; 2. les taux d'emploi à temps plein et à temps partiel; 3. les raisons incitant à travailler à temps partiel; 4. les heures supplémentaires, rémunérées ou non.

    Date de diffusion : 2003-02-14

  • Articles et rapports : 21-006-X2002002
    Géographie : Canada
    Description :

    En 1996, 17 % de l'ensemble de la population canadienne était composée d'immigrants et 88 % de ceux-ci vivaient dans des régions urbaines. Les trois provinces ayant les plus grands centres urbains ont attiré la plupart des immigrants : 55 % d'entre eux sont allés en Ontario, 18 %, en Colombie-Britannique et 13 %, au Québec. Cette tendance est demeurée constante pour les immigrants arrivés depuis 1961. Les 12 % d'immigrants restants (580 000 personnes) vivaient dans des régions à prédominance rurale. Leurs caractéristiques différaient selon la période au cours de laquelle ils sont arrivés au Canada.

    Les immigrants récents et nouveaux étaient plus scolarisés que les immigrants arrivés avant 1981, plus particulièrement en ce qui concerne les études universitaires. Les immigrants arrivés avant 1981 avaient toutefois le taux d'emploi le plus élevé et étaient plus susceptibles de travailler dans le secteur des services professionnels que les personnes nées au Canada. Les immigrants des minorités visibles se trouvaient dans une situation socioéconomique plus défavorable que celle des autres immigrants. En outre, ces différences étaient plus flagrantes dans les régions à prédominance rurale. Les profils des immigrants vivant dans des régions à prédominance rurale étaient semblables à ceux des immigrants vivant dans des régions à prédominance urbaine. Cependant, les quelques immigrants demeurant dans les régions rurales du Nord avaient un profil très différent et plus avantageux que ceux des autres régions.

    Date de diffusion : 2002-12-12

  • Articles et rapports : 21-006-X2001004
    Géographie : Canada
    Description :

    Les technologies de l'information et des communications (TIC) constituent à la fois un « problème » et une « opportunité » pour les Canadiens des régions rurales et des petites villes (RRPV). D'un côté, les niveaux d'emploi en région diminuent par suite de l'augmentation des services fournis aux Canadiens des RRPV au moyen des TIC - l'omniprésent guichet automatique des banques en étant un exemple. D'un autre côté, les TIC et, en particulier, Internet, facilitent l'accès des Canadiens des RRPV aux marchés des grands centres urbains (GCU) et permettent aux consommateurs des GCU d'avoir accès aux produits et services des RRPV.umain. En outre, les caractéristiques des jeunes qui migrent sont analysées, étant donné que la jeunesse peut être perçue comme un indicateur de la situation des régions rurales et que les jeunes sont un facteur important du développement rural. La compréhension des tendances migratoires pourrait aider à cerner des solutions permettant de garder le capital humain dans les RRPV et de favoriser le développement rural.

    Date de diffusion : 2001-12-10

  • Articles et rapports : 21-006-X2000001
    Géographie : Canada
    Description :

    Historiquement, les taux d'emploi des femmes des régions rurales ont été de beaucoup inférieurs à ceux des femmes des régions urbaines (Bollman, 1991; Fuguitt, Brown et Beale, 1989). Le présent article vise à examiner certains des facteurs liés à ces différences entre les taux d'emploi des femmes en milieu rural et ceux des femmes en milieu urbain.

    Date de diffusion : 2000-12-13

  • Articles et rapports : 11F0019M2000152
    Géographie : Canada
    Description :

    La déperdition des jeunes des collectivités rurales cause depuis un bon moment déjà bien des inquiétudes. On pense généralement que la plupart des collectivités rurales offrent peu de possibilités à leurs jeunes, ce qui les oblige à partir vers les villes, vraisemblablement pour toujours. Même s'il existe un corpus de recherche considérable sur la migration interprovinciale, on sait assez peu de choses des modèles de migration entre les régions rurales et urbaines du Canada.

    D'après notre analyse, les jeunes de 15 à 19 ans de presque toutes les provinces quittent en plus grand nombre les régions rurales que les régions urbaines, en partie pour poursuivre des études post-secondaires. Les modèles de migration sont plus complexes pour le groupe des 20 à 29 ans, mais toute la migration a pour résultat net que les provinces de l'Atlantique, tout comme le Manitoba et la Saskatchewan, enregistrent des pertes nettes de leur population rurale de 15 à 29 ans. Le problème est particulièrement aigu à Terre-Neuve. Les régions rurales des provinces de l'Atlantique qui obtiennent des résultats inférieurs à la moyenne nationale, en termes de gains nets de la population de jeunes, enregistrent ces pertes non pas parce qu'elles perdent une proportion de jeunes plus élevée que la moyenne nationale, mais parce qu'elles ne parviennent pas à attirer assez de jeunes personnes à venir vivre chez elles.

    Tout au plus 25 % des personnes qui quittent leur collectivité rurale y reviennent dix ans plus tard. L'effet de ce résultat est clair : on ne peut pas compter sur la migration de retour pour préserver la taille de la population d'une cohorte donnée. Les régions rurales doivent plutôt compter sur les arrivants d'autres régions (urbaines) pour atteindre cet objectif. Certaines collectivités rurales y parviennent, c'est-à-dire qu'elles enregistrent une migration d'entrée nette positive des individus de 25 à 29 ans ou plus, même si elles enregistrent une perte nette pour les plus jeunes.

    Ceux qui quittent les régions rurales connaissent généralement une croissance de leurs revenus supérieure à celle de ceux qui restent. La question suivante sur le sens dans lequel joue le rapport de causalité reste cependant sans réponse : le processus de migration lui-même entraîne-t-il une croissance des gains supérieure ou reflète-t-il la possibilité que ceux dont le potentiel de croissance des gains est supérieur ont plus tendance à partir?

    Date de diffusion : 2000-09-05
Données (0)

Données (0) (0 résultat)

Aucun contenu disponible actuellement

Analyses (6)

Analyses (6) ((6 résultats))

  • Stats en bref : 99-012-X2011003
    Description :

    Les documents de la série « Enquête nationale auprès des ménages en bref » (« ENM en bref ») sont un supplément des documents analytiques de l'Enquête nationale auprès des ménages qui portent sur des sujets d'intérêt précis.

    Date de diffusion : 2013-06-26

  • Articles et rapports : 21-006-X2002003
    Géographie : Canada
    Description :

    La revitalisation des régions rurales au Canada demeure une priorité pour les décideurs. De plus, la situation financière des femmes résidant dans ces régions semble susciter un intérêt croissant. L'emploi est un indice important de la situation économique.

    Dans ce bulletin, nous examinons les différences rurales-urbaines liées aux tendances de l'emploi chez les hommes et les femmes. Nous montrons également comment la ruralité influe, à la hausse ou à la baisse, sur les écarts d'emploi entre les hommes et les femmes. Les indicateurs d'emploi suivants sont analysés : 1. les niveaux et taux d'emploi dans l'ensemble; 2. les taux d'emploi à temps plein et à temps partiel; 3. les raisons incitant à travailler à temps partiel; 4. les heures supplémentaires, rémunérées ou non.

    Date de diffusion : 2003-02-14

  • Articles et rapports : 21-006-X2002002
    Géographie : Canada
    Description :

    En 1996, 17 % de l'ensemble de la population canadienne était composée d'immigrants et 88 % de ceux-ci vivaient dans des régions urbaines. Les trois provinces ayant les plus grands centres urbains ont attiré la plupart des immigrants : 55 % d'entre eux sont allés en Ontario, 18 %, en Colombie-Britannique et 13 %, au Québec. Cette tendance est demeurée constante pour les immigrants arrivés depuis 1961. Les 12 % d'immigrants restants (580 000 personnes) vivaient dans des régions à prédominance rurale. Leurs caractéristiques différaient selon la période au cours de laquelle ils sont arrivés au Canada.

    Les immigrants récents et nouveaux étaient plus scolarisés que les immigrants arrivés avant 1981, plus particulièrement en ce qui concerne les études universitaires. Les immigrants arrivés avant 1981 avaient toutefois le taux d'emploi le plus élevé et étaient plus susceptibles de travailler dans le secteur des services professionnels que les personnes nées au Canada. Les immigrants des minorités visibles se trouvaient dans une situation socioéconomique plus défavorable que celle des autres immigrants. En outre, ces différences étaient plus flagrantes dans les régions à prédominance rurale. Les profils des immigrants vivant dans des régions à prédominance rurale étaient semblables à ceux des immigrants vivant dans des régions à prédominance urbaine. Cependant, les quelques immigrants demeurant dans les régions rurales du Nord avaient un profil très différent et plus avantageux que ceux des autres régions.

    Date de diffusion : 2002-12-12

  • Articles et rapports : 21-006-X2001004
    Géographie : Canada
    Description :

    Les technologies de l'information et des communications (TIC) constituent à la fois un « problème » et une « opportunité » pour les Canadiens des régions rurales et des petites villes (RRPV). D'un côté, les niveaux d'emploi en région diminuent par suite de l'augmentation des services fournis aux Canadiens des RRPV au moyen des TIC - l'omniprésent guichet automatique des banques en étant un exemple. D'un autre côté, les TIC et, en particulier, Internet, facilitent l'accès des Canadiens des RRPV aux marchés des grands centres urbains (GCU) et permettent aux consommateurs des GCU d'avoir accès aux produits et services des RRPV.umain. En outre, les caractéristiques des jeunes qui migrent sont analysées, étant donné que la jeunesse peut être perçue comme un indicateur de la situation des régions rurales et que les jeunes sont un facteur important du développement rural. La compréhension des tendances migratoires pourrait aider à cerner des solutions permettant de garder le capital humain dans les RRPV et de favoriser le développement rural.

    Date de diffusion : 2001-12-10

  • Articles et rapports : 21-006-X2000001
    Géographie : Canada
    Description :

    Historiquement, les taux d'emploi des femmes des régions rurales ont été de beaucoup inférieurs à ceux des femmes des régions urbaines (Bollman, 1991; Fuguitt, Brown et Beale, 1989). Le présent article vise à examiner certains des facteurs liés à ces différences entre les taux d'emploi des femmes en milieu rural et ceux des femmes en milieu urbain.

    Date de diffusion : 2000-12-13

  • Articles et rapports : 11F0019M2000152
    Géographie : Canada
    Description :

    La déperdition des jeunes des collectivités rurales cause depuis un bon moment déjà bien des inquiétudes. On pense généralement que la plupart des collectivités rurales offrent peu de possibilités à leurs jeunes, ce qui les oblige à partir vers les villes, vraisemblablement pour toujours. Même s'il existe un corpus de recherche considérable sur la migration interprovinciale, on sait assez peu de choses des modèles de migration entre les régions rurales et urbaines du Canada.

    D'après notre analyse, les jeunes de 15 à 19 ans de presque toutes les provinces quittent en plus grand nombre les régions rurales que les régions urbaines, en partie pour poursuivre des études post-secondaires. Les modèles de migration sont plus complexes pour le groupe des 20 à 29 ans, mais toute la migration a pour résultat net que les provinces de l'Atlantique, tout comme le Manitoba et la Saskatchewan, enregistrent des pertes nettes de leur population rurale de 15 à 29 ans. Le problème est particulièrement aigu à Terre-Neuve. Les régions rurales des provinces de l'Atlantique qui obtiennent des résultats inférieurs à la moyenne nationale, en termes de gains nets de la population de jeunes, enregistrent ces pertes non pas parce qu'elles perdent une proportion de jeunes plus élevée que la moyenne nationale, mais parce qu'elles ne parviennent pas à attirer assez de jeunes personnes à venir vivre chez elles.

    Tout au plus 25 % des personnes qui quittent leur collectivité rurale y reviennent dix ans plus tard. L'effet de ce résultat est clair : on ne peut pas compter sur la migration de retour pour préserver la taille de la population d'une cohorte donnée. Les régions rurales doivent plutôt compter sur les arrivants d'autres régions (urbaines) pour atteindre cet objectif. Certaines collectivités rurales y parviennent, c'est-à-dire qu'elles enregistrent une migration d'entrée nette positive des individus de 25 à 29 ans ou plus, même si elles enregistrent une perte nette pour les plus jeunes.

    Ceux qui quittent les régions rurales connaissent généralement une croissance de leurs revenus supérieure à celle de ceux qui restent. La question suivante sur le sens dans lequel joue le rapport de causalité reste cependant sans réponse : le processus de migration lui-même entraîne-t-il une croissance des gains supérieure ou reflète-t-il la possibilité que ceux dont le potentiel de croissance des gains est supérieur ont plus tendance à partir?

    Date de diffusion : 2000-09-05
Références (0)

Références (0) (0 résultat)

Aucun contenu disponible actuellement

Date de modification :