Recherche par mot-clé

Filtrer les résultats par

Aide à la recherche
Currently selected filters that can be removed

Mot(s)-clé(s)

Type

1 facets displayed. 0 facets selected.

Année de publication

4 facets displayed. 0 facets selected.

Géographie

1 facets displayed. 0 facets selected.

Contenu

1 facets displayed. 0 facets selected.
Aide à l'ordre
entrées

Résultats

Tout (4)

Tout (4) ((4 résultats))

  • Articles et rapports : 75-006-X201600114639
    Description :

    La présente étude vise à déterminer dans quelle mesure les jeunes adultes de 20 à 29 ans vivent avec leurs parents, selon diverses caractéristiques ethnoculturelles et socioéconomiques. Les résultats sont fondés sur des données de l’Enquête nationale auprès des ménages (ENM) de 2011, ainsi que des données des recensements précédents.

    Date de diffusion : 2016-06-15

  • Articles et rapports : 89-503-X201500114235
    Description :

    La majorité des femmes et des filles au Canada vivent dans des familles, mais il existe une grande diversité dans leur situation. Le présent chapitre de la publication Femmes au Canada commence par un bref aperçu du contexte familial et de la situation des filles âgées de 14 ans et moins dans les ménages, puis met principalement l’accent sur la situation des femmes de 15 ans et plus. Les sujets examinés incluent la situation conjugale des femmes – sous l’angle de la proportion de femmes mariées légalement ou vivant en union libre –, la question de savoir si ces femmes font partie d’un couple de sexe opposé ou de même sexe, et la présence ou non d’enfants à la maison. En outre, on analyse les tendances relatives aux femmes vivant dans des familles recomposées, aux femmes divorcées ou séparées, ainsi qu’aux mères monoparentales. D’autres situations des femmes dans les ménages, par exemple la vie avec des personnes apparentées, avec des personnes non apparentées uniquement ou seules, ainsi que certaines tendances liées à la fécondité, seront aussi explorées.

    Date de diffusion : 2015-11-10

  • Articles et rapports : 75F0002M2008001
    Description :

    Le logement représente la principale dépense pour la plupart des ménages, et son abordabilité peut influer sur le bien-être des membres du ménage. C'est pourquoi l'abordabilité du logement est étroitement surveillée par une variété d'intervenants - des défenseurs du logement aux analystes des politiques - qui s'intéressent au bien-être des Canadiens. La mesure de l'abordabilité comprend la comparaison des coûts du logement à la capacité des ménages de couvrir ces coûts. Le rapport des frais de logement au revenu (RFLR) est l'une des mesures souvent utilisée. La valeur de référence de 30 % est généralement reconnue comme la limite supérieure pour qu'un logement soit considéré abordable. L'abordabilité du logement est également un intrant essentiel de l'indicateur des besoins impérieux de logement de la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL), qui est utilisé par les gouvernements pour les aider à la conception, à la prestation, au financement et à l'évaluation des programmes de logement social. Le rapport, rédigé conjointement par Statistique Canada et la SCHL, est seulement axé sur la dynamique de l'abordabilité du logement et ne concerne pas les besoins impérieux de logement. Il examine la probabilité qu'un ménage consacre 30 % ou plus de son revenu au logement, la récurrence d'une telle situation et si elle est occasionnelle ou permanente, et met en opposition les ménages qui consacrent 30 % ou plus de leur revenu au logement aux ménages qui y consacrent une part moins importante. Les estimations transversales montrent qu'en 2002, environ 19 % des Canadiens faisaient partie de ménages qui consacraient davantage au logement que la valeur de référence en matière d'abordabilité. D'une perspective longitudinale toutefois, moins de 9 % des Canadiens vivaient dans des ménages qui consacraient davantage au logement que cette valeur de référence pour chacune des années entre 2002 et 2004, tandis qu'un autre 19 % vivaient dans des ménages dont les dépenses ont dépassé cette valeur de référence pendant seulement une ou deux années. Les caractéristiques associées à des probabilités plus élevées de vivre dans un ménage qui consacre davantage au logement que la valeur de référence maximale d'abordabilité sont : vivre seul, être une mère seule, être locataire, être immigrant ou habiter à Vancouver ou à Toronto. En outre, les personnes qui faisaient partie de ménages en situation de transition entre 2002 et 2004 avaient une probabilité plus élevée d'avoir dépassé la limite au moins une fois durant cette période. De telles transitions comprenaient les locataires qui changeaient de statut quant aux logements subventionnés, les propriétaires qui sont devenus locataires et vice versa, les personnes qui ont changé de type de famille (par exemple par un mariage ou un divorce) et les personnes qui ont déménagé d'une ville à une autre. Il est intéressant de noter que les personnes qui ont vécu ce type de transitions n'ont pas dépassé la valeur de référence de façon continue.

    Date de diffusion : 2008-01-25

  • Articles et rapports : 11-008-X20050028451
    Géographie : Canada
    Description :

    L'âge entraîne certaines restrictions qui influent sur le lieu de résidence, le mode d'habitation et les personnes qui partagent un logement. Le logement à prix abordable peut être un sujet de préoccupation pour les aînés. Cette préoccupation peut revêtir une importance particulière aux yeux des personnes âgées qui perdent leur conjoint et dont le revenu du ménage est réduit alors que les coûts d'habitation demeurent inchangés. À l'aide des données du Recensement de la population de 2001 et de l'Enquête sociale générale (ESG) de 2002, on examine, dans le présent article, la situation des personnes âgées afin de déterminer avec qui elles vivent et l'abordabilité de leur logement.

    Date de diffusion : 2005-09-13
Données (0)

Données (0) (0 résultat)

Aucun contenu disponible actuellement

Analyses (4)

Analyses (4) ((4 résultats))

  • Articles et rapports : 75-006-X201600114639
    Description :

    La présente étude vise à déterminer dans quelle mesure les jeunes adultes de 20 à 29 ans vivent avec leurs parents, selon diverses caractéristiques ethnoculturelles et socioéconomiques. Les résultats sont fondés sur des données de l’Enquête nationale auprès des ménages (ENM) de 2011, ainsi que des données des recensements précédents.

    Date de diffusion : 2016-06-15

  • Articles et rapports : 89-503-X201500114235
    Description :

    La majorité des femmes et des filles au Canada vivent dans des familles, mais il existe une grande diversité dans leur situation. Le présent chapitre de la publication Femmes au Canada commence par un bref aperçu du contexte familial et de la situation des filles âgées de 14 ans et moins dans les ménages, puis met principalement l’accent sur la situation des femmes de 15 ans et plus. Les sujets examinés incluent la situation conjugale des femmes – sous l’angle de la proportion de femmes mariées légalement ou vivant en union libre –, la question de savoir si ces femmes font partie d’un couple de sexe opposé ou de même sexe, et la présence ou non d’enfants à la maison. En outre, on analyse les tendances relatives aux femmes vivant dans des familles recomposées, aux femmes divorcées ou séparées, ainsi qu’aux mères monoparentales. D’autres situations des femmes dans les ménages, par exemple la vie avec des personnes apparentées, avec des personnes non apparentées uniquement ou seules, ainsi que certaines tendances liées à la fécondité, seront aussi explorées.

    Date de diffusion : 2015-11-10

  • Articles et rapports : 75F0002M2008001
    Description :

    Le logement représente la principale dépense pour la plupart des ménages, et son abordabilité peut influer sur le bien-être des membres du ménage. C'est pourquoi l'abordabilité du logement est étroitement surveillée par une variété d'intervenants - des défenseurs du logement aux analystes des politiques - qui s'intéressent au bien-être des Canadiens. La mesure de l'abordabilité comprend la comparaison des coûts du logement à la capacité des ménages de couvrir ces coûts. Le rapport des frais de logement au revenu (RFLR) est l'une des mesures souvent utilisée. La valeur de référence de 30 % est généralement reconnue comme la limite supérieure pour qu'un logement soit considéré abordable. L'abordabilité du logement est également un intrant essentiel de l'indicateur des besoins impérieux de logement de la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL), qui est utilisé par les gouvernements pour les aider à la conception, à la prestation, au financement et à l'évaluation des programmes de logement social. Le rapport, rédigé conjointement par Statistique Canada et la SCHL, est seulement axé sur la dynamique de l'abordabilité du logement et ne concerne pas les besoins impérieux de logement. Il examine la probabilité qu'un ménage consacre 30 % ou plus de son revenu au logement, la récurrence d'une telle situation et si elle est occasionnelle ou permanente, et met en opposition les ménages qui consacrent 30 % ou plus de leur revenu au logement aux ménages qui y consacrent une part moins importante. Les estimations transversales montrent qu'en 2002, environ 19 % des Canadiens faisaient partie de ménages qui consacraient davantage au logement que la valeur de référence en matière d'abordabilité. D'une perspective longitudinale toutefois, moins de 9 % des Canadiens vivaient dans des ménages qui consacraient davantage au logement que cette valeur de référence pour chacune des années entre 2002 et 2004, tandis qu'un autre 19 % vivaient dans des ménages dont les dépenses ont dépassé cette valeur de référence pendant seulement une ou deux années. Les caractéristiques associées à des probabilités plus élevées de vivre dans un ménage qui consacre davantage au logement que la valeur de référence maximale d'abordabilité sont : vivre seul, être une mère seule, être locataire, être immigrant ou habiter à Vancouver ou à Toronto. En outre, les personnes qui faisaient partie de ménages en situation de transition entre 2002 et 2004 avaient une probabilité plus élevée d'avoir dépassé la limite au moins une fois durant cette période. De telles transitions comprenaient les locataires qui changeaient de statut quant aux logements subventionnés, les propriétaires qui sont devenus locataires et vice versa, les personnes qui ont changé de type de famille (par exemple par un mariage ou un divorce) et les personnes qui ont déménagé d'une ville à une autre. Il est intéressant de noter que les personnes qui ont vécu ce type de transitions n'ont pas dépassé la valeur de référence de façon continue.

    Date de diffusion : 2008-01-25

  • Articles et rapports : 11-008-X20050028451
    Géographie : Canada
    Description :

    L'âge entraîne certaines restrictions qui influent sur le lieu de résidence, le mode d'habitation et les personnes qui partagent un logement. Le logement à prix abordable peut être un sujet de préoccupation pour les aînés. Cette préoccupation peut revêtir une importance particulière aux yeux des personnes âgées qui perdent leur conjoint et dont le revenu du ménage est réduit alors que les coûts d'habitation demeurent inchangés. À l'aide des données du Recensement de la population de 2001 et de l'Enquête sociale générale (ESG) de 2002, on examine, dans le présent article, la situation des personnes âgées afin de déterminer avec qui elles vivent et l'abordabilité de leur logement.

    Date de diffusion : 2005-09-13
Références (0)

Références (0) (0 résultat)

Aucun contenu disponible actuellement

Date de modification :