Recherche par mot-clé

Filtrer les résultats par

Aide à la recherche
Currently selected filters that can be removed

Mot(s)-clé(s)

Type

1 facets displayed. 0 facets selected.

Année de publication

1 facets displayed. 1 facets selected.

Géographie

1 facets displayed. 0 facets selected.
Aide à l'ordre
entrées

Résultats

Tout (4)

Tout (4) ((4 résultats))

  • Articles et rapports : 11F0019M2000140
    Géographie : Canada
    Description :

    La corrélation entre le taux de féminité des professions et les salaires constitue le fondement de la législation en matière d'équité salariale et de valeur comparable. Diverses études antérieures ont analysé cette corrélation à partir de données américaines et ont cerné certains des facteurs déterminants des niveaux de salaire peu élevés dans les «emplois à prédominance féminine» de même que d'importantes limites des politiques publiques dans ce domaine. Toutefois, il existe peu de données visant d'autres secteurs de compétence. Cette lacune est particulièrement perturbante dans le cas du Canada, qui s'est doté de l'une des législations les plus élaborées en matière d'équité salariale au monde. Dans le présent article, nous dressons un portrait complet, de la fin des années 1980, de la ségrégation professionnelle fondée sur le sexe au Canada et de ses répercussions sur les salaires. Nous établissons également des comparaisons explicites entre nos résultats et des données américaines. Ces résultats indiquent un lien entre la rémunération des femmes et le taux de féminité des professions beaucoup plus fort aux États-Unis qu'au Canada, où cette relation est généralement peu marquée et non significative sur le plan statistique. La position relativement meilleure dont jouissent les femmes dans les emplois à prédominance féminine au Canada est associée à des taux de syndicalisation plus élevés et aux effets fixes des salaires des secteurs des «services publics».

    Date de diffusion : 2000-09-05

  • Articles et rapports : 75-001-X20000025072
    Géographie : Canada
    Description :

    Cet article examine la preuve empirique disponible relative à l'«exode de cerveaux» que subit le Canada - la perte de travailleurs du savoir vers les États-Unis. Il traite également du gain du Canada en la matière - l'apport des travailleurs du savoir en provenance du reste du monde. (Adapté d'un article paru dans la Revue trimestrielle de l'éducation, printemps 2000.)

    Date de diffusion : 2000-06-07

  • Articles et rapports : 11F0019M2000146
    Géographie : Canada
    Description :

    Dans le présent document, nous examinons dans quelle mesure les Canadiens ont été exposés au faible revenu au cours de la période de 1993 à 1996. Nos principales conclusions sont les suivantes. Tout d'abord, même si seulement un Canadien sur 10 vit dans une famille à faible revenu pendant une année donnée, un Canadien sur cinq est exposé à au moins une année de faible revenu au cours d'un intervalle de quatre ans. En deuxième lieu, un Canadien sur 20 est exposé au faible revenu pendant quatre années consécutives. Troisièmement, de 40 % à 60 % des personnes qui tombent sous le seuil de faible revenu pendant une année ne seront plus dans cette situation l'année suivante. En quatrième lieu, certaines périodes de faible revenu durent longtemps : parmi toutes les périodes qui ont commencé en 1994, 30 % ont duré trois ans ou plus. Cinquièmement, les Canadiens les plus susceptibles d'être exposés au faible revenu ont tendance à être jeunes; à avoir peu de scolarité; à être étudiants ou à vivre seuls ou dans des familles monoparentales. Par ailleurs, les Canadiens qui ont une incapacité qui limite leur activité sur le marché du travail, qui appartiennent à une minorité visible (dans les cas d'exposition à quatre années de faible revenu) ou qui ont immigré en 1977 ou par la suite ont tendance à se trouver dans une situation de faible revenu. Sixièmement, de fortes probabilités d'être exposé au faible revenu ne signifient pas nécessairement des écarts importants de revenu, c'est-à-dire que le revenu moyen des personnes à faible revenu peut se situer assez près du seuil de faible revenu. Par conséquent, pour bien comprendre dans quelle mesure les Canadiens sont exposés au faible revenu, il faut analyser à la fois les probabilités d'être exposé et les écarts de revenu des personnes qui sont exposées.

    Date de diffusion : 2000-05-19

  • Articles et rapports : 11F0019M2000148
    Géographie : Canada
    Description :

    Nous avons généralement l'impression que le marché du travail des années 1990 a été unique. Il a été caractérisé par des notions comme « rationalisation », « révolution technologique », « économie fondée sur le savoir », « plus grande instabilité d'emploi », etc. Nous fournissons dans le présent document un aperçu détaillé du rendement du marché du travail pendant les années 1990, ainsi qu'une analyse de la façon dont il a dévié par rapport à celui des années 1980. Nous examinons ensuite si les faits qui se sont produits sont conformes à un grand nombre de croyances et d'explications courantes. Le document est axé a) sur les résultats au niveau macro-économique, et b) sur les résultats répartis. Dans les résultats macro-économiques, nous traitons des sujets suivants : la nature du travail a-t-elle changé radicalement pendant les années 1990? y a-t-il eu un effet de crémaillère soutenu du chômage? avons-nous été témoins d'une hausse de l'instabilité d'emploi et d'une augmentation des mises à pied? la rationalisation dans les entreprises a-t-elle progressé pendant les années 1990? pourquoi y a-t-il eu un ralentissement de la croissance du revenu par habitant pendant les années 1990? pour un travailleur ayant un certain capital humain, y a-t-il eu une détérioration des résultats sur le marché du travail?

    Les résultats répartis ont retenu une bonne partie de l'attention sur le marché du travail pendant les années 1980 et 1990 - qui gagne et qui perd. Les résultats répartis du marché du travail pendant les années 1990 qui sont traités dans le document comprennent entre autres les suivants : les résultats pour les hommes et pour les femmes; les changements dans les gains relatifs des personnes très instruites et l'inégalité salariale; les tendances dans le taux de faible revenu; les nouveaux résultats obtenus par de récents entrants sur le marché du travail, y compris les jeunes et les immigrants; et la mesure dans laquelle les changements technologiques jouent un rôle important dans ces résultats.

    Le document se termine par un examen du rendement global du marché du travail pendant les années 1990 comparativement à celui des années 1980.

    Date de diffusion : 2000-05-04
Données (0)

Données (0) (0 résultat)

Aucun contenu disponible actuellement

Analyses (4)

Analyses (4) ((4 résultats))

  • Articles et rapports : 11F0019M2000140
    Géographie : Canada
    Description :

    La corrélation entre le taux de féminité des professions et les salaires constitue le fondement de la législation en matière d'équité salariale et de valeur comparable. Diverses études antérieures ont analysé cette corrélation à partir de données américaines et ont cerné certains des facteurs déterminants des niveaux de salaire peu élevés dans les «emplois à prédominance féminine» de même que d'importantes limites des politiques publiques dans ce domaine. Toutefois, il existe peu de données visant d'autres secteurs de compétence. Cette lacune est particulièrement perturbante dans le cas du Canada, qui s'est doté de l'une des législations les plus élaborées en matière d'équité salariale au monde. Dans le présent article, nous dressons un portrait complet, de la fin des années 1980, de la ségrégation professionnelle fondée sur le sexe au Canada et de ses répercussions sur les salaires. Nous établissons également des comparaisons explicites entre nos résultats et des données américaines. Ces résultats indiquent un lien entre la rémunération des femmes et le taux de féminité des professions beaucoup plus fort aux États-Unis qu'au Canada, où cette relation est généralement peu marquée et non significative sur le plan statistique. La position relativement meilleure dont jouissent les femmes dans les emplois à prédominance féminine au Canada est associée à des taux de syndicalisation plus élevés et aux effets fixes des salaires des secteurs des «services publics».

    Date de diffusion : 2000-09-05

  • Articles et rapports : 75-001-X20000025072
    Géographie : Canada
    Description :

    Cet article examine la preuve empirique disponible relative à l'«exode de cerveaux» que subit le Canada - la perte de travailleurs du savoir vers les États-Unis. Il traite également du gain du Canada en la matière - l'apport des travailleurs du savoir en provenance du reste du monde. (Adapté d'un article paru dans la Revue trimestrielle de l'éducation, printemps 2000.)

    Date de diffusion : 2000-06-07

  • Articles et rapports : 11F0019M2000146
    Géographie : Canada
    Description :

    Dans le présent document, nous examinons dans quelle mesure les Canadiens ont été exposés au faible revenu au cours de la période de 1993 à 1996. Nos principales conclusions sont les suivantes. Tout d'abord, même si seulement un Canadien sur 10 vit dans une famille à faible revenu pendant une année donnée, un Canadien sur cinq est exposé à au moins une année de faible revenu au cours d'un intervalle de quatre ans. En deuxième lieu, un Canadien sur 20 est exposé au faible revenu pendant quatre années consécutives. Troisièmement, de 40 % à 60 % des personnes qui tombent sous le seuil de faible revenu pendant une année ne seront plus dans cette situation l'année suivante. En quatrième lieu, certaines périodes de faible revenu durent longtemps : parmi toutes les périodes qui ont commencé en 1994, 30 % ont duré trois ans ou plus. Cinquièmement, les Canadiens les plus susceptibles d'être exposés au faible revenu ont tendance à être jeunes; à avoir peu de scolarité; à être étudiants ou à vivre seuls ou dans des familles monoparentales. Par ailleurs, les Canadiens qui ont une incapacité qui limite leur activité sur le marché du travail, qui appartiennent à une minorité visible (dans les cas d'exposition à quatre années de faible revenu) ou qui ont immigré en 1977 ou par la suite ont tendance à se trouver dans une situation de faible revenu. Sixièmement, de fortes probabilités d'être exposé au faible revenu ne signifient pas nécessairement des écarts importants de revenu, c'est-à-dire que le revenu moyen des personnes à faible revenu peut se situer assez près du seuil de faible revenu. Par conséquent, pour bien comprendre dans quelle mesure les Canadiens sont exposés au faible revenu, il faut analyser à la fois les probabilités d'être exposé et les écarts de revenu des personnes qui sont exposées.

    Date de diffusion : 2000-05-19

  • Articles et rapports : 11F0019M2000148
    Géographie : Canada
    Description :

    Nous avons généralement l'impression que le marché du travail des années 1990 a été unique. Il a été caractérisé par des notions comme « rationalisation », « révolution technologique », « économie fondée sur le savoir », « plus grande instabilité d'emploi », etc. Nous fournissons dans le présent document un aperçu détaillé du rendement du marché du travail pendant les années 1990, ainsi qu'une analyse de la façon dont il a dévié par rapport à celui des années 1980. Nous examinons ensuite si les faits qui se sont produits sont conformes à un grand nombre de croyances et d'explications courantes. Le document est axé a) sur les résultats au niveau macro-économique, et b) sur les résultats répartis. Dans les résultats macro-économiques, nous traitons des sujets suivants : la nature du travail a-t-elle changé radicalement pendant les années 1990? y a-t-il eu un effet de crémaillère soutenu du chômage? avons-nous été témoins d'une hausse de l'instabilité d'emploi et d'une augmentation des mises à pied? la rationalisation dans les entreprises a-t-elle progressé pendant les années 1990? pourquoi y a-t-il eu un ralentissement de la croissance du revenu par habitant pendant les années 1990? pour un travailleur ayant un certain capital humain, y a-t-il eu une détérioration des résultats sur le marché du travail?

    Les résultats répartis ont retenu une bonne partie de l'attention sur le marché du travail pendant les années 1980 et 1990 - qui gagne et qui perd. Les résultats répartis du marché du travail pendant les années 1990 qui sont traités dans le document comprennent entre autres les suivants : les résultats pour les hommes et pour les femmes; les changements dans les gains relatifs des personnes très instruites et l'inégalité salariale; les tendances dans le taux de faible revenu; les nouveaux résultats obtenus par de récents entrants sur le marché du travail, y compris les jeunes et les immigrants; et la mesure dans laquelle les changements technologiques jouent un rôle important dans ces résultats.

    Le document se termine par un examen du rendement global du marché du travail pendant les années 1990 comparativement à celui des années 1980.

    Date de diffusion : 2000-05-04
Références (0)

Références (0) (0 résultat)

Aucun contenu disponible actuellement

Date de modification :