Recherche par mot-clé

Filtrer les résultats par

Aide à la recherche
Currently selected filters that can be removed

Mot(s)-clé(s)

Type

1 facets displayed. 0 facets selected.

Année de publication

1 facets displayed. 1 facets selected.

Géographie

1 facets displayed. 1 facets selected.
Aide à l'ordre
entrées

Résultats

Tout (5)

Tout (5) ((5 résultats))

  • Articles et rapports : 81-595-M2011094
    Géographie : Canada
    Description :

    Contrairement aux vagues d'immigrants arrivés dans les années 1950 et 1960, ceux qui sont arrivés au Canada depuis les années 1970 possèdent des niveaux de scolarité relativement élevés, ce qui grossit énormément le bassin de diplômés de niveau postsecondaire au Canada. Dès leur arrivée toutefois, de nombreux immigrants ont du mal à trouver un travail lié à leur domaine d'études ainsi qu'à obtenir un emploi relativement bien rémunéré.

    À l'aide des données du Recensement de la population de 2006, le rapport dresse le profil des travailleurs rémunérés formés à l'étranger et portent sur les différents facteurs déterminants et les caractéristiques plus étroitement liés à une intégration plus facile au marché du travail canadien. Dans quelle mesure ces personnes sont-elles susceptibles de travailler dans une profession liée à leur domaine d'études ou dans une profession équivalente? Quelles sont leurs chances de toucher un revenu d'emploi égal ou supérieur au revenu médian associé à la profession correspondant le mieux à leur domaine d'études?

    Différents éléments sont pris en considération dans l'examen de leur situation sur le marché du travail, dont le temps écoulé depuis l'arrivée au pays, la région d'études et le type de titres de compétences ainsi que diverses caractéristiques sociodémographiques comme le sexe, le groupe d'âge, l'état matrimonial, la présence d'enfants, la province, le territoire et le lieu de résidence, les compétences linguistiques et l'appartenance à une minorité visible. Les résultats obtenus par les immigrants formés à l'étranger et travaillant contre rémunération sont comparés à ceux de leurs homologues titulaires d'un diplôme d'études postsecondaires obtenu au Canada et à ceux des Canadiens de naissance travaillant contre rémunération et ayant poursuivi des études postsecondaires.

    Date de diffusion : 2011-09-29

  • Articles et rapports : 81-595-M2011093
    Géographie : Canada
    Description :

    Ce rapport utilise des données du recensement de la population de 2006 pour examiner la mesure dans laquelle le lieu des études postsecondaires les plus élevées affecte le succès de marché du travail des travailleurs immigrants à la fleur de l'âge (25-64), au Canada. Au moyen de techniques descriptives et économétriques, différentes cohortes d'immigrants sont comparés aux Canadiens de naissance pour ce qui est du statut d'activité, des revenus salariaux et du niveau d'adéquation entre l'occupation professionnelle et la scolarité requise. Conformément à la recherche canadienne antérieure, nos résultats indiquent que comparativement aux canadiens de naissance, les immigrants, surtout les immigrants les plus récents, sont plus susceptibles d'être en dehors de la main-d'oeuvre et moins susceptibles d'être des employés rémunérés, même après la prise en compte d'un ensemble de variables pertinentes tirées de la recherche antérieure. Lorsqu'employés, les immigrants sont plus susceptibles d'être surqualifiés et moins susceptibles d'être adéquatement qualifiés ou d'être des travailleurs autonomes. Ils sont aussi plus susceptibles d'expérimenter un désavantage salarial sur les marchés du travail du Canada. Le lieu des études postsecondaires les plus élevés joue un rôle significatif. Ceux qui ont achevé leur éducation postsecondaire au Royaume-Uni, en France, aux États-Unis ou dans une certaine mesure en Allemagne sont plus susceptibles de mieux s'en sortir sur les marchés du travail du Canada en termes de ratios d'emploi et de revenus salariaux, peu importe la cohorte d'immigration considérée, comparativement à ceux qui ont complété leurs études postsecondaires dans tout autre pays étranger, spécialement en Chine, dans la fédération russe, au Pakistan ou en Corée du sud. Ce résultat nous a conduit à conclure que plusieurs employeurs prospectifs qui utilisent l'éducation pour jauger la productivité des participants au marché du travail prospectifs, percevraient les 'produits' des systèmes d'éducatifs postsecondaires britannique, américain, français et allemand comme ayant plus de composantes facilement transférables Canada que les 'produits' des systèmes éducatifs postsecondaires chinois, de la fédération russe, pakistanais et Sud-coréen. Nos résultats appuient l'idée selon laquelle plusieurs employeurs canadiens ainsi que bon nombre d'autres parties prenantes (comme les bureaux de régulation, les agences d'évaluation, etc.) ne valoriseraient pas les qualifications éducatives postsecondaires de toutes les régions source également.

    Date de diffusion : 2011-09-13

  • Articles et rapports : 75-001-X201100311505
    Géographie : Canada
    Description :

    Même si les immigrants arrivés au pays lors des dernières décennies sont plus instruits que les autres Canadiens, ils sont proportionnellement plus nombreux à s'inscrire dans des établissements d'enseignement postsecondaire au Canada après leur arrivée. Le présent article considère une cohorte d'immigrants établis au Canada en 1998 et 1999 alors qu'ils avaient entre 25 et 44 ans. À l'aide des données de la banque de Données administratives longitudinales (DAL), on compare l'évolution, sur une période de huit ans, du revenu d'emploi des immigrants selon qu'ils poursuivent ou non des études postsecondaires au Canada.

    Date de diffusion : 2011-06-24

  • Articles et rapports : 11F0019M2011334
    Géographie : Canada
    Description :

    L'incidence à long terme sur le revenu de la fréquentation d'un établissement d'enseignement postsecondaire après la perte d'un emploi est estimée à partir d'une importante base de données administratives longitudinales sur les travailleurs canadiens et à l'aide d'un modèle de la différence des différences. Il semble ressortir des résultats obtenus que, au cours de la période allant de cinq ans avant la perte de l'emploi à neuf ans après celle-ci, les travailleurs ayant fait des études postsecondaires peu après leur déplacement ont vu leur revenu augmenter de près de 7 000 $ de plus que les autres travailleurs déplacés. On observe des gains significatifs, selon le sexe, l'âge, l'état matrimonial et le fait d'être syndiqué ou non, les hommes âgés de 35 à 44 ans constituant l'exception. Mais malgré les avantages liés à la scolarité, on constate que le déplacement n'est associé qu'à une hausse modeste de la fréquentation d'établissements d'enseignement postsecondaire, et ce, pour tous les groupes examinés.

    Date de diffusion : 2011-03-31

  • Articles et rapports : 81-595-M2011089
    Géographie : Canada
    Description :

    Cette étude se penche sur les espérances et les résultats sur le marché du travail d'une récente promotion de titulaires de doctorat en exploitant deux sources de données distinctes qui interviewaient les mêmes personnes à deux moments différents. La première est l'Enquête auprès des titulaires d'un doctorat (ETD), qui interviewait les titulaires de doctorat au moment de l'obtention du diplôme en 2005. La deuxième est l'Enquête nationale auprès des diplômés (END) qui les interviewait une seconde fois en 2007.

    L'étude fournit un portrait des titulaires de doctorat deux ans après l'obtention du diplôme en décrivant leurs caractéristiques démographiques et celles de leurs programmes d'études ainsi que leurs attentes au moment de l'obtention du diplôme. L'étude aborde aussi les tendances de la mobilité en mettant l'accent sur les diplômés qui ont déménagé aux États-Unis. Finalement l'étude traite des résultats des diplômés sur le marché du travail (taux d'emploi, revenu, secteur d'activité et surqualification) lesquels sont comparés aux espérances des diplômés.

    Date de diffusion : 2011-01-06
Données (0)

Données (0) (0 résultat)

Aucun contenu disponible actuellement

Analyses (5)

Analyses (5) ((5 résultats))

  • Articles et rapports : 81-595-M2011094
    Géographie : Canada
    Description :

    Contrairement aux vagues d'immigrants arrivés dans les années 1950 et 1960, ceux qui sont arrivés au Canada depuis les années 1970 possèdent des niveaux de scolarité relativement élevés, ce qui grossit énormément le bassin de diplômés de niveau postsecondaire au Canada. Dès leur arrivée toutefois, de nombreux immigrants ont du mal à trouver un travail lié à leur domaine d'études ainsi qu'à obtenir un emploi relativement bien rémunéré.

    À l'aide des données du Recensement de la population de 2006, le rapport dresse le profil des travailleurs rémunérés formés à l'étranger et portent sur les différents facteurs déterminants et les caractéristiques plus étroitement liés à une intégration plus facile au marché du travail canadien. Dans quelle mesure ces personnes sont-elles susceptibles de travailler dans une profession liée à leur domaine d'études ou dans une profession équivalente? Quelles sont leurs chances de toucher un revenu d'emploi égal ou supérieur au revenu médian associé à la profession correspondant le mieux à leur domaine d'études?

    Différents éléments sont pris en considération dans l'examen de leur situation sur le marché du travail, dont le temps écoulé depuis l'arrivée au pays, la région d'études et le type de titres de compétences ainsi que diverses caractéristiques sociodémographiques comme le sexe, le groupe d'âge, l'état matrimonial, la présence d'enfants, la province, le territoire et le lieu de résidence, les compétences linguistiques et l'appartenance à une minorité visible. Les résultats obtenus par les immigrants formés à l'étranger et travaillant contre rémunération sont comparés à ceux de leurs homologues titulaires d'un diplôme d'études postsecondaires obtenu au Canada et à ceux des Canadiens de naissance travaillant contre rémunération et ayant poursuivi des études postsecondaires.

    Date de diffusion : 2011-09-29

  • Articles et rapports : 81-595-M2011093
    Géographie : Canada
    Description :

    Ce rapport utilise des données du recensement de la population de 2006 pour examiner la mesure dans laquelle le lieu des études postsecondaires les plus élevées affecte le succès de marché du travail des travailleurs immigrants à la fleur de l'âge (25-64), au Canada. Au moyen de techniques descriptives et économétriques, différentes cohortes d'immigrants sont comparés aux Canadiens de naissance pour ce qui est du statut d'activité, des revenus salariaux et du niveau d'adéquation entre l'occupation professionnelle et la scolarité requise. Conformément à la recherche canadienne antérieure, nos résultats indiquent que comparativement aux canadiens de naissance, les immigrants, surtout les immigrants les plus récents, sont plus susceptibles d'être en dehors de la main-d'oeuvre et moins susceptibles d'être des employés rémunérés, même après la prise en compte d'un ensemble de variables pertinentes tirées de la recherche antérieure. Lorsqu'employés, les immigrants sont plus susceptibles d'être surqualifiés et moins susceptibles d'être adéquatement qualifiés ou d'être des travailleurs autonomes. Ils sont aussi plus susceptibles d'expérimenter un désavantage salarial sur les marchés du travail du Canada. Le lieu des études postsecondaires les plus élevés joue un rôle significatif. Ceux qui ont achevé leur éducation postsecondaire au Royaume-Uni, en France, aux États-Unis ou dans une certaine mesure en Allemagne sont plus susceptibles de mieux s'en sortir sur les marchés du travail du Canada en termes de ratios d'emploi et de revenus salariaux, peu importe la cohorte d'immigration considérée, comparativement à ceux qui ont complété leurs études postsecondaires dans tout autre pays étranger, spécialement en Chine, dans la fédération russe, au Pakistan ou en Corée du sud. Ce résultat nous a conduit à conclure que plusieurs employeurs prospectifs qui utilisent l'éducation pour jauger la productivité des participants au marché du travail prospectifs, percevraient les 'produits' des systèmes d'éducatifs postsecondaires britannique, américain, français et allemand comme ayant plus de composantes facilement transférables Canada que les 'produits' des systèmes éducatifs postsecondaires chinois, de la fédération russe, pakistanais et Sud-coréen. Nos résultats appuient l'idée selon laquelle plusieurs employeurs canadiens ainsi que bon nombre d'autres parties prenantes (comme les bureaux de régulation, les agences d'évaluation, etc.) ne valoriseraient pas les qualifications éducatives postsecondaires de toutes les régions source également.

    Date de diffusion : 2011-09-13

  • Articles et rapports : 75-001-X201100311505
    Géographie : Canada
    Description :

    Même si les immigrants arrivés au pays lors des dernières décennies sont plus instruits que les autres Canadiens, ils sont proportionnellement plus nombreux à s'inscrire dans des établissements d'enseignement postsecondaire au Canada après leur arrivée. Le présent article considère une cohorte d'immigrants établis au Canada en 1998 et 1999 alors qu'ils avaient entre 25 et 44 ans. À l'aide des données de la banque de Données administratives longitudinales (DAL), on compare l'évolution, sur une période de huit ans, du revenu d'emploi des immigrants selon qu'ils poursuivent ou non des études postsecondaires au Canada.

    Date de diffusion : 2011-06-24

  • Articles et rapports : 11F0019M2011334
    Géographie : Canada
    Description :

    L'incidence à long terme sur le revenu de la fréquentation d'un établissement d'enseignement postsecondaire après la perte d'un emploi est estimée à partir d'une importante base de données administratives longitudinales sur les travailleurs canadiens et à l'aide d'un modèle de la différence des différences. Il semble ressortir des résultats obtenus que, au cours de la période allant de cinq ans avant la perte de l'emploi à neuf ans après celle-ci, les travailleurs ayant fait des études postsecondaires peu après leur déplacement ont vu leur revenu augmenter de près de 7 000 $ de plus que les autres travailleurs déplacés. On observe des gains significatifs, selon le sexe, l'âge, l'état matrimonial et le fait d'être syndiqué ou non, les hommes âgés de 35 à 44 ans constituant l'exception. Mais malgré les avantages liés à la scolarité, on constate que le déplacement n'est associé qu'à une hausse modeste de la fréquentation d'établissements d'enseignement postsecondaire, et ce, pour tous les groupes examinés.

    Date de diffusion : 2011-03-31

  • Articles et rapports : 81-595-M2011089
    Géographie : Canada
    Description :

    Cette étude se penche sur les espérances et les résultats sur le marché du travail d'une récente promotion de titulaires de doctorat en exploitant deux sources de données distinctes qui interviewaient les mêmes personnes à deux moments différents. La première est l'Enquête auprès des titulaires d'un doctorat (ETD), qui interviewait les titulaires de doctorat au moment de l'obtention du diplôme en 2005. La deuxième est l'Enquête nationale auprès des diplômés (END) qui les interviewait une seconde fois en 2007.

    L'étude fournit un portrait des titulaires de doctorat deux ans après l'obtention du diplôme en décrivant leurs caractéristiques démographiques et celles de leurs programmes d'études ainsi que leurs attentes au moment de l'obtention du diplôme. L'étude aborde aussi les tendances de la mobilité en mettant l'accent sur les diplômés qui ont déménagé aux États-Unis. Finalement l'étude traite des résultats des diplômés sur le marché du travail (taux d'emploi, revenu, secteur d'activité et surqualification) lesquels sont comparés aux espérances des diplômés.

    Date de diffusion : 2011-01-06
Références (0)

Références (0) (0 résultat)

Aucun contenu disponible actuellement

Date de modification :