Recherche par mot-clé

Filtrer les résultats par

Aide à la recherche
Currently selected filters that can be removed

Mot(s)-clé(s)

Type

1 facets displayed. 1 facets selected.

Année de publication

3 facets displayed. 0 facets selected.

Géographie

1 facets displayed. 0 facets selected.
Aide à l'ordre
entrées

Résultats

Tout (5)

Tout (5) ((5 résultats))

  • Articles et rapports : 11F0027M2014093
    Géographie : Canada
    Description :

    Le présent document propose un examen de la composition de l’épargne nationale brute au Canada et aux États-Unis sur une période de plus de 80 ans, fondé sur des séries chronologiques fournies par le Bureau of Economic Analysis des États-Unis et un nouvel ensemble de données pour le Canada. Grâce à un examen des fluctuations annuelles à court terme, des fluctuations cycliques et des changements de composition à long terme, on constate un degré considérable de réaffectation de l’épargne nationale entre les différents secteurs, annuellement et d’un cycle économique à l’autre. Le taux d’épargne national est plus stable que les taux d’épargne sectoriels, ce qui signifie que les changements sectoriels se sont généralement contrebalancés.

    Date de diffusion : 2014-06-26

  • Articles et rapports : 12-001-X201000211380
    Description :

    Diverses formes d'estimateurs de variance par linéarisation pour les estimateurs par calage généralisé sont définies en choisissant différents poids à appliquer a) aux résidus et b) aux coefficients de régression estimés utilisés dans le calcul des résidus. Des éléments de théorie sont présentés pour trois formes de l'estimateur par calage généralisé, à savoir l'estimateur par ratissage croisé classique, l'estimateur par calage basé sur le « maximum de vraisemblance » et l'estimateur par la régression généralisée, ainsi que pour les estimateurs de variance par linéarisation connexes. Une étude par simulation est effectuée en se servant des données d'une enquête sur la population active et d'une enquête sur les revenus et dépenses. Les propriétés des estimateurs sont évaluées en fonction de l'échantillonnage ainsi que de la non-réponse. L'étude révèle peu de différences entre les propriétés des divers estimateurs par calage pour un plan d'échantillonnage et un modèle de non-réponse donnés. En ce qui concerne les estimateurs de variance, l'approche consistant à pondérer les résidus par les poids de sondage peut être fortement biaisée en présence de non-réponse. L'approche de pondération des résidus par les poids calés a tendance à produire un biais nettement plus faible. Le choix de différents types de poids pour produire les coefficients de régression a peu d'incidence.

    Date de diffusion : 2010-12-21

  • Articles et rapports : 88F0006X1999009
    Description :

    Ce document de travail présente les procédures d'estimation utilisées pour calculer les dépenses en recherche et développement (R-D) dans le secteur de l'enseignement supérieur pour les années 1979-1980 à 1997-1998.

    Date de diffusion : 1999-12-24

  • Articles et rapports : 62F0014M1998007
    Géographie : Canada
    Description :

    Le concept d'inflation sous-jacente est devenu avec les années des plus importants pour les banques centrales de différents pays. En effet, plusieurs d'entre elles se sont données à un moment ou à un autre le mandat de réduire l'inflation et d'atteindre la stabilité des prix. La Banque de Canada a entrepris ce mandat en février 1991. L'inflation sous-jacente doit refléter ce qui est fondamental dans les mouvements de prix et laisser tomber les fluctuations temporaires qui n'ont pas d'impact à long terme sur les prix. Le phénomène de l'inflation sous-jacente doit avoir un caractère persistant.

    Les cibles à atteindre ont été formulées de prime abord en fonction de l'indice des prix à la consommation (IPC) dans son ensemble. Cependant, la Banque du Canada a précisé qu'elle visera, pour des raisons pratiques, l'indice des prix à la consommation, sans les composantes très volatiles que sont l'alimentation et l'énergie.

    La question que beaucoup de gens se posent est la suivante: est-ce qu'une mesure telle que l'IPC sans les aliments et l'énergie est un bon indicateur de l'inflation sous-jacente? Lors de la réunion du Comité consultatif sur la mesure des prix de 1996, une révision de la littérature portant sur l'inflation sous-jacente a été présentée. Le comité a recommandé de regarder de plus près un indice à médiane pondérée pour estimer l'inflation sous-jacente. Cet étude traite de la question d'un indice à médiane pondérée et s'intéresse à la période de janvier 1985 à janvier 1997. Les taux de variation de l'indice à médiane pondérée calculés à partir des mouvements mensuels sont très fréquemment inférieurs aux taux de variation de l'indice officiel. Ce comportement reflète la distribution habituelle des mouvements de prix mensuels pour l'IPC, c'est-à-dire qu'une grande proportion des mouvements mensuels sont près de zéro, et que les mouvements de prix restants sont en majorité positifs.

    À cause de ce comportement des mouvements mensuels, l'indice à médiane pondérée progresse beaucoup plus lentement que l'indice officiel. Ce comportement se rencontre aussi bien lorsque l'inflation progresse à des taux annuels de 4% à 5% que lorsque l'inflation tourne autour de 2%. Un indice basé sur la médiane pondérée des mouvements mensuels de l'IPC offre donc des résultats un peu déroutants. Même si certains pensent que l'IPC officiel n'offre pas un reflet précis du concept de l'inflation sous-jacente, on ne s'attend pas nécessairement à voir un écart aussi important se creuser à mesure que le temps passe.

    Date de diffusion : 1999-10-05

  • Articles et rapports : 62F0014M1998013
    Géographie : Canada
    Description :

    La population de référence de l'indice des prix à la consommation (IPC) est représentée, depuis la mise à jour du panier de biens et services de 1992, par les familles et personnes seules vivant dans des ménages privés, urbains ou ruraux. L'IPC officiel est une mesure du taux de variation moyen dans le temps du coût d'achat d'un panier fixe de biens et services achetés par les consommateurs canadiens.

    Étant donné l'étendue de la population cible de l'IPC, on a reproché à cette mesure de négliger les expériences inflationistes de certains groupes socio-démographiques. La présente étude s'intéresse à cette question pour trois sous-groupes de la population de référence de l'IPC. Elle est une prolongation des recherches antérieures sur le sujet réalisées à Statistique Canada.

    Dans le présent document, les indices analytiques de prix à la consommation des sous-groupes sont comparés à l'indice analytique pour l'ensemble de la population de référence, au niveau géographique national.

    Les conclusions s'inscrivent dans la même lignée que celles des études précédentes de Statistique Canada portant sur des sous-groupes de la population de référence de l'IPC. Ces études ont toujours conclu qu'un indice des prix à la consommation établi pour un sous-groupe quelconque, ne diffère pas sensiblement de l'indice pour l'ensemble de la population de référence.

    Date de diffusion : 1999-05-13
Données (0)

Données (0) (0 résultat)

Aucun contenu disponible actuellement

Analyses (5)

Analyses (5) ((5 résultats))

  • Articles et rapports : 11F0027M2014093
    Géographie : Canada
    Description :

    Le présent document propose un examen de la composition de l’épargne nationale brute au Canada et aux États-Unis sur une période de plus de 80 ans, fondé sur des séries chronologiques fournies par le Bureau of Economic Analysis des États-Unis et un nouvel ensemble de données pour le Canada. Grâce à un examen des fluctuations annuelles à court terme, des fluctuations cycliques et des changements de composition à long terme, on constate un degré considérable de réaffectation de l’épargne nationale entre les différents secteurs, annuellement et d’un cycle économique à l’autre. Le taux d’épargne national est plus stable que les taux d’épargne sectoriels, ce qui signifie que les changements sectoriels se sont généralement contrebalancés.

    Date de diffusion : 2014-06-26

  • Articles et rapports : 12-001-X201000211380
    Description :

    Diverses formes d'estimateurs de variance par linéarisation pour les estimateurs par calage généralisé sont définies en choisissant différents poids à appliquer a) aux résidus et b) aux coefficients de régression estimés utilisés dans le calcul des résidus. Des éléments de théorie sont présentés pour trois formes de l'estimateur par calage généralisé, à savoir l'estimateur par ratissage croisé classique, l'estimateur par calage basé sur le « maximum de vraisemblance » et l'estimateur par la régression généralisée, ainsi que pour les estimateurs de variance par linéarisation connexes. Une étude par simulation est effectuée en se servant des données d'une enquête sur la population active et d'une enquête sur les revenus et dépenses. Les propriétés des estimateurs sont évaluées en fonction de l'échantillonnage ainsi que de la non-réponse. L'étude révèle peu de différences entre les propriétés des divers estimateurs par calage pour un plan d'échantillonnage et un modèle de non-réponse donnés. En ce qui concerne les estimateurs de variance, l'approche consistant à pondérer les résidus par les poids de sondage peut être fortement biaisée en présence de non-réponse. L'approche de pondération des résidus par les poids calés a tendance à produire un biais nettement plus faible. Le choix de différents types de poids pour produire les coefficients de régression a peu d'incidence.

    Date de diffusion : 2010-12-21

  • Articles et rapports : 88F0006X1999009
    Description :

    Ce document de travail présente les procédures d'estimation utilisées pour calculer les dépenses en recherche et développement (R-D) dans le secteur de l'enseignement supérieur pour les années 1979-1980 à 1997-1998.

    Date de diffusion : 1999-12-24

  • Articles et rapports : 62F0014M1998007
    Géographie : Canada
    Description :

    Le concept d'inflation sous-jacente est devenu avec les années des plus importants pour les banques centrales de différents pays. En effet, plusieurs d'entre elles se sont données à un moment ou à un autre le mandat de réduire l'inflation et d'atteindre la stabilité des prix. La Banque de Canada a entrepris ce mandat en février 1991. L'inflation sous-jacente doit refléter ce qui est fondamental dans les mouvements de prix et laisser tomber les fluctuations temporaires qui n'ont pas d'impact à long terme sur les prix. Le phénomène de l'inflation sous-jacente doit avoir un caractère persistant.

    Les cibles à atteindre ont été formulées de prime abord en fonction de l'indice des prix à la consommation (IPC) dans son ensemble. Cependant, la Banque du Canada a précisé qu'elle visera, pour des raisons pratiques, l'indice des prix à la consommation, sans les composantes très volatiles que sont l'alimentation et l'énergie.

    La question que beaucoup de gens se posent est la suivante: est-ce qu'une mesure telle que l'IPC sans les aliments et l'énergie est un bon indicateur de l'inflation sous-jacente? Lors de la réunion du Comité consultatif sur la mesure des prix de 1996, une révision de la littérature portant sur l'inflation sous-jacente a été présentée. Le comité a recommandé de regarder de plus près un indice à médiane pondérée pour estimer l'inflation sous-jacente. Cet étude traite de la question d'un indice à médiane pondérée et s'intéresse à la période de janvier 1985 à janvier 1997. Les taux de variation de l'indice à médiane pondérée calculés à partir des mouvements mensuels sont très fréquemment inférieurs aux taux de variation de l'indice officiel. Ce comportement reflète la distribution habituelle des mouvements de prix mensuels pour l'IPC, c'est-à-dire qu'une grande proportion des mouvements mensuels sont près de zéro, et que les mouvements de prix restants sont en majorité positifs.

    À cause de ce comportement des mouvements mensuels, l'indice à médiane pondérée progresse beaucoup plus lentement que l'indice officiel. Ce comportement se rencontre aussi bien lorsque l'inflation progresse à des taux annuels de 4% à 5% que lorsque l'inflation tourne autour de 2%. Un indice basé sur la médiane pondérée des mouvements mensuels de l'IPC offre donc des résultats un peu déroutants. Même si certains pensent que l'IPC officiel n'offre pas un reflet précis du concept de l'inflation sous-jacente, on ne s'attend pas nécessairement à voir un écart aussi important se creuser à mesure que le temps passe.

    Date de diffusion : 1999-10-05

  • Articles et rapports : 62F0014M1998013
    Géographie : Canada
    Description :

    La population de référence de l'indice des prix à la consommation (IPC) est représentée, depuis la mise à jour du panier de biens et services de 1992, par les familles et personnes seules vivant dans des ménages privés, urbains ou ruraux. L'IPC officiel est une mesure du taux de variation moyen dans le temps du coût d'achat d'un panier fixe de biens et services achetés par les consommateurs canadiens.

    Étant donné l'étendue de la population cible de l'IPC, on a reproché à cette mesure de négliger les expériences inflationistes de certains groupes socio-démographiques. La présente étude s'intéresse à cette question pour trois sous-groupes de la population de référence de l'IPC. Elle est une prolongation des recherches antérieures sur le sujet réalisées à Statistique Canada.

    Dans le présent document, les indices analytiques de prix à la consommation des sous-groupes sont comparés à l'indice analytique pour l'ensemble de la population de référence, au niveau géographique national.

    Les conclusions s'inscrivent dans la même lignée que celles des études précédentes de Statistique Canada portant sur des sous-groupes de la population de référence de l'IPC. Ces études ont toujours conclu qu'un indice des prix à la consommation établi pour un sous-groupe quelconque, ne diffère pas sensiblement de l'indice pour l'ensemble de la population de référence.

    Date de diffusion : 1999-05-13
Références (0)

Références (0) (0 résultat)

Aucun contenu disponible actuellement

Date de modification :