Recherche par mot-clé

Filtrer les résultats par

Aide à la recherche
Currently selected filters that can be removed

Mot(s)-clé(s)

Type

1 facets displayed. 0 facets selected.

Année de publication

9 facets displayed. 0 facets selected.

Géographie

2 facets displayed. 0 facets selected.
Aide à l'ordre
entrées

Résultats

Tout (11)

Tout (11) (0 à 10 de 11 résultats)

  • Articles et rapports : 11-010-X200800410559
    Géographie : Canada
    Description :

    Malgré la turbulence sur les marchés financiers et un ralentissement aux États-Unis, la croissance a été remarquablement stable au Canada en 2007. Il s'agit de la conséquence de l'essor continu dans le secteur des ressources et de la poussée que le dollar canadien en hausse a exercée sur les dépenses au pays.

    Date de diffusion : 2008-04-10

  • Articles et rapports : 12-001-X20060019258
    Description :

    L'objectif principal de l'article est de proposer une stratégie rentable d'estimation du taux de chômage intercensitaire au niveau provincial en Iran. Cette stratégie, qui tire parti des méthodes d'estimation pour petits domaines, s'appuie sur un échantillonnage unique au niveau national. Trois méthodes, basées respectivement sur un estimateur synthétique, un estimateur composite et un estimateur empirique bayésien, sont utilisées pour calculer les estimations d'intérêt indirectes pour 1996. Les résultats confirment non seulement que la stratégie proposée est appropriée, mais montrent aussi que l'estimateur composite et l'estimateur empirique bayésien produisent de bonnes estimations et ont des propriétés semblables.

    Date de diffusion : 2006-07-20

  • Articles et rapports : 11F0019M2002168
    Géographie : Canada
    Description :

    Le présent document porte sur les facteurs qui contribuent à l'adoption de technologies de pointe dans le secteur de la transformation des aliments au Canada. On a observé un rapport très important entre le nombre de technologies utilisées par une usine et les gains de rendement escomptés. D'autre part, les avantages que présentent une plus grande qualité et salubrité des aliments ainsi que les accroissements de la productivité sont étroitement liés à l'utilisation de la technologie. Les obstacles à l'utilisation de la technologie comprennent le coût des logiciels, les problèmes de financement externe, l'absence de liquidités pour le financement et les problèmes de gestion interne. Même en tenant compte des différents avantages et coûts associés à l'adoption de la technologie, on a constaté que les plus grandes usines, celles qui sont contrôlées par des intérêts étrangers et celles qui font de la première transformation et de la transformation secondaire de même que celles des branches d'activité des produits laitiers, des fruits et légumes et des « autres » produits alimentaires adoptent un plus grand nombre de technologies de pointe.

    Date de diffusion : 2002-05-28

  • Articles et rapports : 75-001-X20021036210
    Géographie : Canada
    Description :

    Dans cet article, on examine les obstacles à la formation liée à l'emploi, les groupes qui se heurtent à ces obstacles et on tente de déterminer si l'accès à la formation s'est amélioré au fil des ans.

    Date de diffusion : 2002-03-20

  • Articles et rapports : 11F0019M2001173
    Géographie : Canada
    Description :

    Nous examinons dans le présent document, à l'aide de données d'enquête, les problèmes auxquels font face les entreprises du secteur canadien de la fabrication lorsqu'elles décident d'adopter des technologies de pointe. Les données montrent que l'utilisation des technologies de pointe est relativement importante (leurs utilisateurs représentant plus de 80 % de toutes les livraisons), mais que leur emploi n'est pas répandu dans les entreprises (leurs utilisateurs ne constituant qu'environ le tiers de tous les établissements). Cette situation vient notamment du fait que les technologies de pointe offrent une vaste gamme d'avantages, mais que les entreprises sont également confrontées à une série d'entraves, des problèmes qui les empêchent d'adopter ces technologies. Ces entraves s'inscrivent à l'intérieur de cinq groupes : les problèmes liés aux coûts, les problèmes liés au cadre institutionnel, les problèmes en matière de main-d'oeuvre, les problèmes liés à la structure organisationnelle et les problèmes en matière d'information.

    Même si l'on pourrait s'attendre à ce que les entraves soient plus grandes pour les non-utilisateurs que pour les utilisateurs des technologies de pointe, c'est le contraire qui se produit. Nous postulons qu'il en est ainsi parce que l'innovation suppose un processus d'apprentissage. Les innovateurs et les utilisateurs des technologies de pointe font face à des problèmes qu'ils doivent régler et les entreprises plus innovatrices ont des plus gros problèmes. Nous vérifions ce postulat en examinant les facteurs liés au fait qu'une entreprise signale ou ne signale pas qu'elle a fait face à des entraves. Notre analyse multidimensionnelle révèle que les utilisateurs des technologies de pointe et que les entreprises qui innovent signalent plus souvent des entraves que les non-utilisateurs de ces technologies et que les entreprises qui n'innovent pas. Nous concluons qu'il ne faudrait pas interpréter l'information sur les entraves dans les rapports des enquêtes sur la technologie et d'autres enquêtes connexes (sur l'innovation) comme des obstacles infranchissables qui empêchent les entreprises d'adopter des technologies. Ces enquêtes indiquent plutôt les domaines où les entreprises qui connaissent le succès font face à des problèmes et les règlent.

    Date de diffusion : 2001-09-21

  • Articles et rapports : 81-003-X19990045144
    Géographie : Canada
    Description :

    Dans cet article, on examine les effets de l'augmentation des frais de scolarité sur la participation universitaire et les résultats sur le plan professionnel des diplômés.

    Date de diffusion : 2000-09-01

  • Articles et rapports : 11F0019M2000143
    Géographie : Canada
    Description :

    Le présent document est consacré à un examen des différences entre les établissements innovateurs et les établissements non innovateurs dans les branches des services aux entreprises. Il est axé sur les petits établissements qui fournissent des facteurs techniques essentiels à d'autres entreprises : les établissements des branches des services informatiques et des services connexes, des services de génie et des autres services scientifiques et techniques.

    L'analyse débute par un examen de l'incidence de l'innovation au sein de la population des petites entreprises. Quarante pour cent des petites entreprises déclarent implanter (ou introduire) de nouveaux produits ou procédés ou de nouvelles formes d'organisation ou des produits, des procédés ou des formes d'organisation améliorées. Parmi ces entreprises, l'innovation en produits domine par rapport à l'innovation en procédés ou au changement organisationnel. Une majorité de ces établissements laisse voir, en implantant régulièrement des innovations, un engagement permanent en faveur de programmes d'innovation. À l'opposé, les entreprises qui n'implantent pas de nouveaux produits ou procédés ou de nouvelles méthodes d'organisation ou des produits, des procédés ou des méthodes d'organisation améliorées fournissent peu de preuves à l'appui d'activités d'innovation.

    Le présent document porte ensuite sur un examen des différences au niveau de l'intensité stratégique entre les entreprises innovatrices et les entreprises non innovatrices. Les innovateurs attachent plus d'importance à la gestion financière et à l'acquisition de capital. Les innovateurs mettent aussi davantage l'accent sur le recrutement de personnel qualifié et sur la promotion d'une rémunération comportant des incitatifs. Ces distinctions sont sensées; parmi les petites entreprises des branches effectuant beaucoup de R-D, le financement et les compétences des ressources humaines jouent un rôle crucial à l'intérieur du processus d'innovation.

    La dernière section du présent document est consacrée à un examen visant à déterminer si les obstacles à l'innovation diffèrent entre les innovateurs et les non-innovateurs. Les innovateurs sont plus susceptibles de déclarer des difficultés reliées à la réussite sur le marché, à l'imitation (ou à la copie) et aux restrictions en matière de compétences. Les preuves d'apprentissage par l'action sont plus évidentes dans un cadre multidimensionnel. La probabilité de se heurter à des obstacles reliés aux risques et à des restrictions en matière de ressources est plus élevée à l'intérieur des établissements qui s'engagent dans la R-D et qui ont recours à des droits de propriété intellectuelle, deux éléments clés du processus d'innovation. Bien des obstacles à l'innovation sont également plus évidents pour les entreprises qui insistent sur les stratégies de financement, de marketing, de production ou en matière de ressources humaines.

    Date de diffusion : 2000-01-25

  • Articles et rapports : 11F0019M1998119
    Géographie : Canada
    Description :

    Les auteurs examinent en quoi l'usage de la technologie diffère au Canada et aux États-Unis, et les raisons d'une telle différence. L'étude aborde divers aspects de l'utilisation de la technologieCnombre et genre de technologies utilisées, variations dans leur utilisation sur le plan des régions, de la taille de l'entreprise et du secteur d'activité. Suit une analyse des avantages que procure le recours aux technologies de pointe selon les gestionnaires et des facteurs que les mêmes personnes estiment constituer des entraves. Bien que les gestionnaires d'entreprise des deux pays insistent généralement de manière semblable sur certains éléments de la liste des avantages perçus et des problèmes nuisant à l'adoption de la technologie, on note d'importantes fluctuations, sans doute à cause de la plus petite taille du marché canadien.

    Date de diffusion : 1999-04-07

  • Articles et rapports : 11F0019M1998117
    Géographie : Canada
    Description :

    Dans le présent, sont examinés les facteurs déterminants des retards en matière d'adoption des technologies de pointe dans le secteur des entreprises. On y utilise des données portant sur les retards d'adoption au niveau des entreprises (c'est-à-dire la période de temps écoulée entre le moment où l'entreprise prend conscience de l'existence d'une technologie donnée et l'adoption de celle-ci), afin de déterminer à quel point le retard d'adoption agit en fonction des avantages et des coûts associés à l'adoption de la technologie, de même que certaines caractéristiques qui font office de substituts à la capacité d'absorber de l'entreprise.

    Selon la théorie de l'économie, que procure la diffusion des technologies de pointe devrait être liée aux avantages que procure l'adoption de nouvelles technologies. D'autres études ont eu à remplacer les avantages par des caractéristiques environnementales, notamment la proximité des marchés, la fertilité des terres et la taille de l'entreprise. Ici, on a recours à des faits plus directs tirés de l'Enquête sur les innovations et les technologies de pointe 1993 en ce qui a trait aux propres évaluations de l'entreprise quant aux avantages et aux coûts liés à l'adoption en question, de même qu'aux mesures de la compétence technologique dans son ensemble. Ces deux facteurs s'avèrent être des facteurs déterminants d'une grande importance quant aux retards d'adoption. La proximité géographique des fournisseurs vient réduire les retards d'adoption. Les variables ayant servi antérieurement de substitus aux avantages liés à l'adoption d'une technologie-des variables telles que les entreprises d'une grande taille, une date de création récente et une plus grande diversification de la part de l'entreprise mère viennent aussi réduire les retards d'adoption-mais elles ont un effet beaucoup moins important que la mesure directe des avantages et la compétence de l'entreprise.

    Date de diffusion : 1998-08-31

  • Articles et rapports : 11F0019M1997099
    Géographie : Canada
    Description :

    Contexte : Le poumon est depuis plusieurs années le principal siège de cancer causant le décès pour les hommes et il est devenu depuis 1994 également laprincipale cause de décès par cancer pour les femmes au Canada. Il est donc important d'évaluer les ressources nécessaires à son diagnostic et à son traitement. Cetarticle présente, à partir d'un modèle de micro-simulation, une estimation des coûts médicaux directs associés au diagnostic et au traitement du cancer du poumon. L'incidence de 1992 est choisie comme référence alors que les coûts sont évalués selon les tarifs de 1993.Méthodes : Un module consacré au cancer du poumon a été incorporé au Modèle sur la santé de la population (POHEM). Les paramètres du module proviennent,entre autre, du régistre canadien des cancers (RCC) de Statistique Canada qui a fourni de l'information sur l'incidence et la classification histologique des cas decancer du poumon au Canada. Les registres de deux provinces ont permis d'estimer la distribution des stades du cancer au moment du diagnostic. Une équiped'oncologues a dérivé des méthodes de traitements «types» reflétant la pratique actuelle ainsi que les coûts directs associés. L'intégration de ces informations ainsique des courbes de survie appropriées au modèle POHEM permet, par simulation Monte Carlo, d'estimer les coûts globaux de traitement. Résultats : Nous avons estimé que les coûts médicaux directs de diagnostic et de traitement du cancer du poumon s'élevaient globalement à un peu plus de 528millions de dollars. Le coût par année de vie gagnée grâce au traitement de la maladie était d'environ 19,450 $. Pour la première fois au Canada, on a pu estimer lescoûts pour chacune des cinq années postérieures au diagnostic ainsi que pour chacun des stades au moment du diagnostic. Finalement, le coût par année de viegagnée supplémentaire pour trois traitements alternatifs du cancer du poumon non à petite cellule (CPNPC) a pu être estimé. Une analyse de sensibilité a montré queces coûts variaient entre 1,867 $ et 6,850 $ par année de vie gagnée supplémentaire, ce qui se compare avantageusement aux coûts que peuvent entraîner letraitement d'autres maladies.Conclusions : Contrairement à certains avis répandus, il semble que le traitement du cancer du poumon soit efficace d'un point de vue économique. En outre,l'utilisation d'un modèle de micro-simulation comme POHEM permet non seulement l'intégration cohérente d'information de sources diverses mais offre aussi lapossibilité d'estimer l'effet d'interventions médicales alternatives du point de vue des pressions financières sur le système de soins de santé.

    Date de diffusion : 1997-04-22
Données (0)

Données (0) (0 résultat)

Aucun contenu disponible actuellement

Analyses (11)

Analyses (11) (0 à 10 de 11 résultats)

  • Articles et rapports : 11-010-X200800410559
    Géographie : Canada
    Description :

    Malgré la turbulence sur les marchés financiers et un ralentissement aux États-Unis, la croissance a été remarquablement stable au Canada en 2007. Il s'agit de la conséquence de l'essor continu dans le secteur des ressources et de la poussée que le dollar canadien en hausse a exercée sur les dépenses au pays.

    Date de diffusion : 2008-04-10

  • Articles et rapports : 12-001-X20060019258
    Description :

    L'objectif principal de l'article est de proposer une stratégie rentable d'estimation du taux de chômage intercensitaire au niveau provincial en Iran. Cette stratégie, qui tire parti des méthodes d'estimation pour petits domaines, s'appuie sur un échantillonnage unique au niveau national. Trois méthodes, basées respectivement sur un estimateur synthétique, un estimateur composite et un estimateur empirique bayésien, sont utilisées pour calculer les estimations d'intérêt indirectes pour 1996. Les résultats confirment non seulement que la stratégie proposée est appropriée, mais montrent aussi que l'estimateur composite et l'estimateur empirique bayésien produisent de bonnes estimations et ont des propriétés semblables.

    Date de diffusion : 2006-07-20

  • Articles et rapports : 11F0019M2002168
    Géographie : Canada
    Description :

    Le présent document porte sur les facteurs qui contribuent à l'adoption de technologies de pointe dans le secteur de la transformation des aliments au Canada. On a observé un rapport très important entre le nombre de technologies utilisées par une usine et les gains de rendement escomptés. D'autre part, les avantages que présentent une plus grande qualité et salubrité des aliments ainsi que les accroissements de la productivité sont étroitement liés à l'utilisation de la technologie. Les obstacles à l'utilisation de la technologie comprennent le coût des logiciels, les problèmes de financement externe, l'absence de liquidités pour le financement et les problèmes de gestion interne. Même en tenant compte des différents avantages et coûts associés à l'adoption de la technologie, on a constaté que les plus grandes usines, celles qui sont contrôlées par des intérêts étrangers et celles qui font de la première transformation et de la transformation secondaire de même que celles des branches d'activité des produits laitiers, des fruits et légumes et des « autres » produits alimentaires adoptent un plus grand nombre de technologies de pointe.

    Date de diffusion : 2002-05-28

  • Articles et rapports : 75-001-X20021036210
    Géographie : Canada
    Description :

    Dans cet article, on examine les obstacles à la formation liée à l'emploi, les groupes qui se heurtent à ces obstacles et on tente de déterminer si l'accès à la formation s'est amélioré au fil des ans.

    Date de diffusion : 2002-03-20

  • Articles et rapports : 11F0019M2001173
    Géographie : Canada
    Description :

    Nous examinons dans le présent document, à l'aide de données d'enquête, les problèmes auxquels font face les entreprises du secteur canadien de la fabrication lorsqu'elles décident d'adopter des technologies de pointe. Les données montrent que l'utilisation des technologies de pointe est relativement importante (leurs utilisateurs représentant plus de 80 % de toutes les livraisons), mais que leur emploi n'est pas répandu dans les entreprises (leurs utilisateurs ne constituant qu'environ le tiers de tous les établissements). Cette situation vient notamment du fait que les technologies de pointe offrent une vaste gamme d'avantages, mais que les entreprises sont également confrontées à une série d'entraves, des problèmes qui les empêchent d'adopter ces technologies. Ces entraves s'inscrivent à l'intérieur de cinq groupes : les problèmes liés aux coûts, les problèmes liés au cadre institutionnel, les problèmes en matière de main-d'oeuvre, les problèmes liés à la structure organisationnelle et les problèmes en matière d'information.

    Même si l'on pourrait s'attendre à ce que les entraves soient plus grandes pour les non-utilisateurs que pour les utilisateurs des technologies de pointe, c'est le contraire qui se produit. Nous postulons qu'il en est ainsi parce que l'innovation suppose un processus d'apprentissage. Les innovateurs et les utilisateurs des technologies de pointe font face à des problèmes qu'ils doivent régler et les entreprises plus innovatrices ont des plus gros problèmes. Nous vérifions ce postulat en examinant les facteurs liés au fait qu'une entreprise signale ou ne signale pas qu'elle a fait face à des entraves. Notre analyse multidimensionnelle révèle que les utilisateurs des technologies de pointe et que les entreprises qui innovent signalent plus souvent des entraves que les non-utilisateurs de ces technologies et que les entreprises qui n'innovent pas. Nous concluons qu'il ne faudrait pas interpréter l'information sur les entraves dans les rapports des enquêtes sur la technologie et d'autres enquêtes connexes (sur l'innovation) comme des obstacles infranchissables qui empêchent les entreprises d'adopter des technologies. Ces enquêtes indiquent plutôt les domaines où les entreprises qui connaissent le succès font face à des problèmes et les règlent.

    Date de diffusion : 2001-09-21

  • Articles et rapports : 81-003-X19990045144
    Géographie : Canada
    Description :

    Dans cet article, on examine les effets de l'augmentation des frais de scolarité sur la participation universitaire et les résultats sur le plan professionnel des diplômés.

    Date de diffusion : 2000-09-01

  • Articles et rapports : 11F0019M2000143
    Géographie : Canada
    Description :

    Le présent document est consacré à un examen des différences entre les établissements innovateurs et les établissements non innovateurs dans les branches des services aux entreprises. Il est axé sur les petits établissements qui fournissent des facteurs techniques essentiels à d'autres entreprises : les établissements des branches des services informatiques et des services connexes, des services de génie et des autres services scientifiques et techniques.

    L'analyse débute par un examen de l'incidence de l'innovation au sein de la population des petites entreprises. Quarante pour cent des petites entreprises déclarent implanter (ou introduire) de nouveaux produits ou procédés ou de nouvelles formes d'organisation ou des produits, des procédés ou des formes d'organisation améliorées. Parmi ces entreprises, l'innovation en produits domine par rapport à l'innovation en procédés ou au changement organisationnel. Une majorité de ces établissements laisse voir, en implantant régulièrement des innovations, un engagement permanent en faveur de programmes d'innovation. À l'opposé, les entreprises qui n'implantent pas de nouveaux produits ou procédés ou de nouvelles méthodes d'organisation ou des produits, des procédés ou des méthodes d'organisation améliorées fournissent peu de preuves à l'appui d'activités d'innovation.

    Le présent document porte ensuite sur un examen des différences au niveau de l'intensité stratégique entre les entreprises innovatrices et les entreprises non innovatrices. Les innovateurs attachent plus d'importance à la gestion financière et à l'acquisition de capital. Les innovateurs mettent aussi davantage l'accent sur le recrutement de personnel qualifié et sur la promotion d'une rémunération comportant des incitatifs. Ces distinctions sont sensées; parmi les petites entreprises des branches effectuant beaucoup de R-D, le financement et les compétences des ressources humaines jouent un rôle crucial à l'intérieur du processus d'innovation.

    La dernière section du présent document est consacrée à un examen visant à déterminer si les obstacles à l'innovation diffèrent entre les innovateurs et les non-innovateurs. Les innovateurs sont plus susceptibles de déclarer des difficultés reliées à la réussite sur le marché, à l'imitation (ou à la copie) et aux restrictions en matière de compétences. Les preuves d'apprentissage par l'action sont plus évidentes dans un cadre multidimensionnel. La probabilité de se heurter à des obstacles reliés aux risques et à des restrictions en matière de ressources est plus élevée à l'intérieur des établissements qui s'engagent dans la R-D et qui ont recours à des droits de propriété intellectuelle, deux éléments clés du processus d'innovation. Bien des obstacles à l'innovation sont également plus évidents pour les entreprises qui insistent sur les stratégies de financement, de marketing, de production ou en matière de ressources humaines.

    Date de diffusion : 2000-01-25

  • Articles et rapports : 11F0019M1998119
    Géographie : Canada
    Description :

    Les auteurs examinent en quoi l'usage de la technologie diffère au Canada et aux États-Unis, et les raisons d'une telle différence. L'étude aborde divers aspects de l'utilisation de la technologieCnombre et genre de technologies utilisées, variations dans leur utilisation sur le plan des régions, de la taille de l'entreprise et du secteur d'activité. Suit une analyse des avantages que procure le recours aux technologies de pointe selon les gestionnaires et des facteurs que les mêmes personnes estiment constituer des entraves. Bien que les gestionnaires d'entreprise des deux pays insistent généralement de manière semblable sur certains éléments de la liste des avantages perçus et des problèmes nuisant à l'adoption de la technologie, on note d'importantes fluctuations, sans doute à cause de la plus petite taille du marché canadien.

    Date de diffusion : 1999-04-07

  • Articles et rapports : 11F0019M1998117
    Géographie : Canada
    Description :

    Dans le présent, sont examinés les facteurs déterminants des retards en matière d'adoption des technologies de pointe dans le secteur des entreprises. On y utilise des données portant sur les retards d'adoption au niveau des entreprises (c'est-à-dire la période de temps écoulée entre le moment où l'entreprise prend conscience de l'existence d'une technologie donnée et l'adoption de celle-ci), afin de déterminer à quel point le retard d'adoption agit en fonction des avantages et des coûts associés à l'adoption de la technologie, de même que certaines caractéristiques qui font office de substituts à la capacité d'absorber de l'entreprise.

    Selon la théorie de l'économie, que procure la diffusion des technologies de pointe devrait être liée aux avantages que procure l'adoption de nouvelles technologies. D'autres études ont eu à remplacer les avantages par des caractéristiques environnementales, notamment la proximité des marchés, la fertilité des terres et la taille de l'entreprise. Ici, on a recours à des faits plus directs tirés de l'Enquête sur les innovations et les technologies de pointe 1993 en ce qui a trait aux propres évaluations de l'entreprise quant aux avantages et aux coûts liés à l'adoption en question, de même qu'aux mesures de la compétence technologique dans son ensemble. Ces deux facteurs s'avèrent être des facteurs déterminants d'une grande importance quant aux retards d'adoption. La proximité géographique des fournisseurs vient réduire les retards d'adoption. Les variables ayant servi antérieurement de substitus aux avantages liés à l'adoption d'une technologie-des variables telles que les entreprises d'une grande taille, une date de création récente et une plus grande diversification de la part de l'entreprise mère viennent aussi réduire les retards d'adoption-mais elles ont un effet beaucoup moins important que la mesure directe des avantages et la compétence de l'entreprise.

    Date de diffusion : 1998-08-31

  • Articles et rapports : 11F0019M1997099
    Géographie : Canada
    Description :

    Contexte : Le poumon est depuis plusieurs années le principal siège de cancer causant le décès pour les hommes et il est devenu depuis 1994 également laprincipale cause de décès par cancer pour les femmes au Canada. Il est donc important d'évaluer les ressources nécessaires à son diagnostic et à son traitement. Cetarticle présente, à partir d'un modèle de micro-simulation, une estimation des coûts médicaux directs associés au diagnostic et au traitement du cancer du poumon. L'incidence de 1992 est choisie comme référence alors que les coûts sont évalués selon les tarifs de 1993.Méthodes : Un module consacré au cancer du poumon a été incorporé au Modèle sur la santé de la population (POHEM). Les paramètres du module proviennent,entre autre, du régistre canadien des cancers (RCC) de Statistique Canada qui a fourni de l'information sur l'incidence et la classification histologique des cas decancer du poumon au Canada. Les registres de deux provinces ont permis d'estimer la distribution des stades du cancer au moment du diagnostic. Une équiped'oncologues a dérivé des méthodes de traitements «types» reflétant la pratique actuelle ainsi que les coûts directs associés. L'intégration de ces informations ainsique des courbes de survie appropriées au modèle POHEM permet, par simulation Monte Carlo, d'estimer les coûts globaux de traitement. Résultats : Nous avons estimé que les coûts médicaux directs de diagnostic et de traitement du cancer du poumon s'élevaient globalement à un peu plus de 528millions de dollars. Le coût par année de vie gagnée grâce au traitement de la maladie était d'environ 19,450 $. Pour la première fois au Canada, on a pu estimer lescoûts pour chacune des cinq années postérieures au diagnostic ainsi que pour chacun des stades au moment du diagnostic. Finalement, le coût par année de viegagnée supplémentaire pour trois traitements alternatifs du cancer du poumon non à petite cellule (CPNPC) a pu être estimé. Une analyse de sensibilité a montré queces coûts variaient entre 1,867 $ et 6,850 $ par année de vie gagnée supplémentaire, ce qui se compare avantageusement aux coûts que peuvent entraîner letraitement d'autres maladies.Conclusions : Contrairement à certains avis répandus, il semble que le traitement du cancer du poumon soit efficace d'un point de vue économique. En outre,l'utilisation d'un modèle de micro-simulation comme POHEM permet non seulement l'intégration cohérente d'information de sources diverses mais offre aussi lapossibilité d'estimer l'effet d'interventions médicales alternatives du point de vue des pressions financières sur le système de soins de santé.

    Date de diffusion : 1997-04-22
Références (0)

Références (0) (0 résultat)

Aucun contenu disponible actuellement

Date de modification :