Recherche par mot-clé

Filtrer les résultats par

Aide à la recherche
Currently selected filters that can be removed

Mot(s)-clé(s)

Type

1 facets displayed. 0 facets selected.

Année de publication

1 facets displayed. 1 facets selected.

Géographie

1 facets displayed. 0 facets selected.
Aide à l'ordre
entrées

Résultats

Tout (3)

Tout (3) ((3 résultats))

  • Articles et rapports : 62F0014M19970103362
    Géographie : Canada
    Description :

    On a discuté du biais de mesure de l'IPC des décennies durant, mais c'est la question de la surestimation de l'inflation et donc des prestations sociales qui, en raison de l'importance des déficits budgétaires de l'État, a avivé l'intérêt pour ce biais. Dans le rapport final de la U.S. Advisory Commission to Study the Concumer Price Index, que présidait Michael Boskin, on affirme que, depuis 1996, l'IPC américain a été surévalué de 1.1% par an. Depuis que ce rapport a été rendu public, maints groupes intéressés se sont interrogés sur l'ordre de grandeur de ce biais dans l'IPC canadien. Il s'agissait de savoir si le biais canadien avait la même ampleur. Dans cet article, nous commencerons par présenter la question du biais dans le contexte de l'IPC canadien, et nous traiterons de certains des plans que Statistique Canada entend bientôt réaliser pour améliorer sa mesure de l'IPC. Nous concluons que, si l'IPC canadien peut être entaché des problèmes que pose l'IPC américain, l'effet global de ces biais est moins marqué, puisque Statistique Canada s'est doté plus tôt d'une méthodologie appropriée. En fait, dans des études récentes, Crawford (1993 et 1997) a essayé d'estimer un biais global et est parvenu à la conclusion que, à cause du généreux jugement porté dans les estimations, il est probable que le biais de mesure soit en moyenne moins de 0,5%.

    Date de diffusion : 1997-10-02

  • Articles et rapports : 62F0014M19970103363
    Géographie : Canada
    Description :

    Les débats autour des problèmes de mesure de l'inflation ne sont pas nouveaux. Ils sont revenus récemment dans l'actualité avec la publication, par une commission du Sénat américain présidée par M.J. Boskin, d'un rapport affirmant que l'indice des prix à la consommation (IPC) américain surestimait l'inflation de 1,1% par an. Le présent article montre que le biais qui pourrait affecter l'indice des prix en France serait d'un ordre de grandeur très nettement inférieur. Résumer l'évolution d'une multitude de prix en un seul chiffre est forcément difficile. Même dans le cas théorique le plus favorable où l'on considère un consommateur unique face à un choix budgétaire, les problèmes de traitement des substitutions entre produits existants sont importants. On sait néanmoins assez bien caractériser les propriétés des diverses approches envisageables et les procédures statistiques utilisées en France mettent notre indice largement à l'abri des critiques sur ce point. L'apparition de nouveaux produits (entendus au sens large: produits réellement nouveaux sur le marché, produits déjà vendus ailleurs mais apparaissant dans un nouveau point de vente, en remplacement ou pas d'un produit ancien) soulève des difficultés non encore complètement résolues que ce soit aux États-Unis, en France ou dans les autres pays. La commission Boskin a affirmé qu'il existerait du fait des nouveaux produits, une surestimation de 0,6% par ans dans l'IPC des États-Unis. Cette affirmation reporse sur des estimations fragiles et probablement exagérées. Cette conclusion rejoint l'avis exprimé par un certain nombre d'experts américains.

    Date de diffusion : 1997-10-02

  • Articles et rapports : 62F0014M1997010
    Géographie : Canada
    Description :

    Le débat sur la mesure des biais de l'Indice des prix à la consommation, né du rapport de la "Commission consultative américaine sur l'étude de l'indice des prix à la consommation", mieux connu sous le nom du rapport Boskin, n'est pas nouveau : il remonte à plusieurs décennies. Toutefois, plusieurs circonstances confèrent un caractère spécial au débat actuel.

    Cette publication présente l'expérience et le point de vue de cinq pays différents de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) en ce qui a trait à la mesure des biais de l'IPC. Alors que la plupart des organismes statistiques reconnaissent que leur IPC n'est pas une mesure parfaite de l'inflation, certains organismes des pays de l'OCDE ont toujours préconisé le développement de programme de recherche destiné à améliorer ces mesures.

    Date de diffusion : 1997-10-02
Données (0)

Données (0) (0 résultat)

Aucun contenu disponible actuellement

Analyses (3)

Analyses (3) ((3 résultats))

  • Articles et rapports : 62F0014M19970103362
    Géographie : Canada
    Description :

    On a discuté du biais de mesure de l'IPC des décennies durant, mais c'est la question de la surestimation de l'inflation et donc des prestations sociales qui, en raison de l'importance des déficits budgétaires de l'État, a avivé l'intérêt pour ce biais. Dans le rapport final de la U.S. Advisory Commission to Study the Concumer Price Index, que présidait Michael Boskin, on affirme que, depuis 1996, l'IPC américain a été surévalué de 1.1% par an. Depuis que ce rapport a été rendu public, maints groupes intéressés se sont interrogés sur l'ordre de grandeur de ce biais dans l'IPC canadien. Il s'agissait de savoir si le biais canadien avait la même ampleur. Dans cet article, nous commencerons par présenter la question du biais dans le contexte de l'IPC canadien, et nous traiterons de certains des plans que Statistique Canada entend bientôt réaliser pour améliorer sa mesure de l'IPC. Nous concluons que, si l'IPC canadien peut être entaché des problèmes que pose l'IPC américain, l'effet global de ces biais est moins marqué, puisque Statistique Canada s'est doté plus tôt d'une méthodologie appropriée. En fait, dans des études récentes, Crawford (1993 et 1997) a essayé d'estimer un biais global et est parvenu à la conclusion que, à cause du généreux jugement porté dans les estimations, il est probable que le biais de mesure soit en moyenne moins de 0,5%.

    Date de diffusion : 1997-10-02

  • Articles et rapports : 62F0014M19970103363
    Géographie : Canada
    Description :

    Les débats autour des problèmes de mesure de l'inflation ne sont pas nouveaux. Ils sont revenus récemment dans l'actualité avec la publication, par une commission du Sénat américain présidée par M.J. Boskin, d'un rapport affirmant que l'indice des prix à la consommation (IPC) américain surestimait l'inflation de 1,1% par an. Le présent article montre que le biais qui pourrait affecter l'indice des prix en France serait d'un ordre de grandeur très nettement inférieur. Résumer l'évolution d'une multitude de prix en un seul chiffre est forcément difficile. Même dans le cas théorique le plus favorable où l'on considère un consommateur unique face à un choix budgétaire, les problèmes de traitement des substitutions entre produits existants sont importants. On sait néanmoins assez bien caractériser les propriétés des diverses approches envisageables et les procédures statistiques utilisées en France mettent notre indice largement à l'abri des critiques sur ce point. L'apparition de nouveaux produits (entendus au sens large: produits réellement nouveaux sur le marché, produits déjà vendus ailleurs mais apparaissant dans un nouveau point de vente, en remplacement ou pas d'un produit ancien) soulève des difficultés non encore complètement résolues que ce soit aux États-Unis, en France ou dans les autres pays. La commission Boskin a affirmé qu'il existerait du fait des nouveaux produits, une surestimation de 0,6% par ans dans l'IPC des États-Unis. Cette affirmation reporse sur des estimations fragiles et probablement exagérées. Cette conclusion rejoint l'avis exprimé par un certain nombre d'experts américains.

    Date de diffusion : 1997-10-02

  • Articles et rapports : 62F0014M1997010
    Géographie : Canada
    Description :

    Le débat sur la mesure des biais de l'Indice des prix à la consommation, né du rapport de la "Commission consultative américaine sur l'étude de l'indice des prix à la consommation", mieux connu sous le nom du rapport Boskin, n'est pas nouveau : il remonte à plusieurs décennies. Toutefois, plusieurs circonstances confèrent un caractère spécial au débat actuel.

    Cette publication présente l'expérience et le point de vue de cinq pays différents de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) en ce qui a trait à la mesure des biais de l'IPC. Alors que la plupart des organismes statistiques reconnaissent que leur IPC n'est pas une mesure parfaite de l'inflation, certains organismes des pays de l'OCDE ont toujours préconisé le développement de programme de recherche destiné à améliorer ces mesures.

    Date de diffusion : 1997-10-02
Références (0)

Références (0) (0 résultat)

Aucun contenu disponible actuellement

Date de modification :