Recherche par mot-clé

Filtrer les résultats par

Aide à la recherche
Currently selected filters that can be removed

Mot(s)-clé(s)

Type

1 facets displayed. 0 facets selected.

Année de publication

6 facets displayed. 0 facets selected.
Aide à l'ordre
entrées

Résultats

Tout (9)

Tout (9) ((9 résultats))

  • Articles et rapports : 11F0027M2011069
    Géographie : Canada
    Description :

    Dans le présent article, on estime la contribution, au produit intérieur brut (PIB), des entreprises de taille petite, moyenne et grande dans le secteur des entreprises du Canada pour 2005. Les grandes entreprises comptant 500 employés ou plus ont contribué pour 45,7 % au PIB du secteur des entreprises. Les autres entreprises de taille petite et moyenne, y compris les entreprises non constituées en société, ont été à l'origine des 54,3 % restants.

    Date de diffusion : 2011-05-30

  • Articles et rapports : 11-010-X201001111370
    Description :

    Un aperçu de la manière dont ces différentes mesures sont liées les unes aux autres, du moment auquel elles devraient être utilisées et des raisons pour lesquelles les agences statistiques ont élaboré des mesures plus sophistiquées pour les données en volume.

    Date de diffusion : 2010-11-12

  • Articles et rapports : 12-001-X201000111245
    Description :

    La connaissance des causes des erreurs de mesure dans les enquêtes auprès des entreprises est limitée, même si ces erreurs peuvent compromettre l'exactitude des microdonnées et des indicateurs économiques qui en découlent. Le présent article, qui est fondé sur une étude empirique axée sur le point de vue des entreprises, présente de nouveaux résultats de recherche sur le processus de réponse aux enquêtes auprès des entreprises. Il propose le modèle multidimensionnel intégral de réponse aux enquêtes auprès des entreprises (MMIREE) comme outil pour examiner le processus de réponse et expliquer ses résultats, et comme base d'une stratégie visant à réduire et à prévenir les erreurs de mesure.

    Date de diffusion : 2010-06-29

  • Articles et rapports : 88-003-X20030036655
    Géographie : Canada
    Description :

    En 2000, même si plus de 8 000 entreprises au Canada ont déclaré des dépenses en recherche-développement (R.-D.), seulement 30 d'entre elles ont été responsables de plus de la moitié de toutes les dépenses en R.-D. des entreprises. Par conséquent, seul un petit nombre d'entreprises dans des secteurs d'activité clés ont une influence significative sur l'ensemble des dépenses de 11,4 milliards de dollars des entreprises au Canada au chapitre de la R.-D. Les niveaux les plus élevés de concentration de dépenses en R.-D. se trouvent dans le secteur de la fabrication du matériel de communication, tandis que la conception de systèmes informatiques et services connexes ont affiché le plus faible niveau de concentration.

    Date de diffusion : 2003-10-20

  • Articles et rapports : 11F0019M2002179
    Géographie : Canada
    Description :

    Le présent document de recherche étudie les changements observés au niveau de la diversification des entreprises et des usines depuis le début des années 70 dans le secteur canadien de la fabrication. Il révèle qu'il y a eu, en général, une augmentation de la spécialisation tant des entreprises que des usines. Les entreprises réduisent continuellement le nombre d'industries à l'intérieur desquelles elles font des affaires, surtout lorsque les industries ne sont pas reliées. On a également observé une spécialisation des produits au niveau des usines; par opposition à la spécialisation sur le plan industriel, la spécialisation des produits est cependant apparue à la fin de la période, au moment, ou à peu près, où l'Accord de libre-échange entre le Canada et les États-Unis a été mis en oeuvre. Le degré de spécialisation des usines a surtout augmenté à l'intérieur de celles qui ont le plus solidement envahi les marchés d'exportation.

    Date de diffusion : 2002-02-05

  • Articles et rapports : 11F0019M2001180
    Géographie : Province ou territoire
    Description :

    La présente étude examine les différences de productivité (PIB par emploi) entre les provinces au moyen d'une analyse de décomposition et d'une analyse de régression. Dans un premier temps, nous établissons l'ordre de grandeur des différences de productivité entre les provinces, puis nous décomposons ces différences en deux éléments, à savoir, les différences de composition industrielle et les différences de productivité « réelle » au niveau des branches d'activité. Nous examinons aussi le rôle que jouent les « nouveau » et « ancien » secteurs de l'économie dans les différences de productivité entre les provinces. Enfin, nous procédons à une analyse de régression afin de déterminer la signification statistique des différences de productivité entre les provinces. Nous en arrivons à la conclusion que la Colombie-Britannique, l'Alberta, la Saskatchewan, l'Ontario et le Québec ne diffèrent pas sensiblement pour ce qui est du PIB par emploi si l'on tient compte des différences de composition. Le Manitoba et les provinces de l'Atlantique, pour leur part, accusent un retard sur les autres provinces. L'écart est attribuable surtout aux différences « réelles » au niveau des branches plutôt qu'aux différences de composition. La forte performance de l'Alberta et de la Saskatchewan doit beaucoup au secteur des ressources naturelles.

    Date de diffusion : 2001-12-06

  • Articles et rapports : 11F0019M2001169
    Géographie : Canada
    Description :

    Nous documentons dans le présent rapport l'évolution de la géographie du secteur canadien de la fabrication au cours d'une période de 22 ans (de 1976 à 1997) en examinant les déplacements de l'emploi, et d'autres mesures du changement industriel, entre les différents niveaux de la hiérarchie urbaine-rurale : les villes-centres, les banlieues adjacentes, les villes moyennes, les petites villes et les régions rurales.

    Notre analyse montre que les déplacements les plus spectaculaires de l'emploi dans le secteur de la fabrication se sont produits des villes-centres de grandes régions métropolitaines vers leurs banlieues. La part des régions rurales de l'emploi dans le secteur canadien de la fabrication s'est accrue, ce qui correspond à des tendances observées aux États-Unis. L'augmentation de la part des régions rurales de l'emploi était attribuable à la baisse de celle des petites villes et, dans une moindre mesure, à la diminution de celle également des grandes régions urbaines. L'augmentation des régions rurales de leur part sur ce plan a été particulièrement importante au Québec, où l'emploi s'est éloigné de la région de Montréal. À l'opposé, en Ontario, au cours de la période étudiée seules les régions rurales ont conservé leur part de l'emploi, tandis que la région de Toronto a accru la sienne au niveau provincial. La fortune changeante des régions rurales et urbaines était non pas le résultat de déplacements généraux de l'emploi dans le secteur de la fabrication, mais le résultat net de tendances géographiques divergentes d'une industrie à une autre.

    On mesure aussi le changement à l'intérieur de la hiérarchie urbaine-rurale par les niveaux de salaire et de productivité, la diversité et la volatilité. Par opposition aux États-Unis, les salaires et la productivité au Canada ne baissent pas invariablement, ne suivent pas constamment de façon descendante la hiérarchie urbaine-rurale, des plus grandes villes aux régions les plus rurales du pays. Ce n'est qu'après avoir neutralisé les types d'industries de la fabrication qu'on trouve dans les régions urbaines et rurales qu'il paraît évident que les salaires et que la productivité baissent avec la taille du lieu. Notre analyse montre également qu'au fil du temps la plupart des régions urbaines et rurales se diversifient entre une plus grande variété d'industries de la fabrication et que les déplacements de parts de l'emploi entre les industries, une mesure de l'instabilité économique, se sont accrus modérément pour certaines régions (classifications) urbaines-rurales.

    Date de diffusion : 2001-11-23

  • Articles et rapports : 11F0019M2001177
    Géographie : Région métropolitaine de recensement
    Description :

    Selon certains travaux de recherche récents, l'investissement se serait déplacé des régions urbaines vers des localités plus rurales. Toutefois, la fabrication au Canada demeure une activité essentiellement urbaine, plus de 40 % de l'emploi dans le secteur de la fabrication se trouvant dans les trois plus grandes régions urbaines du Canada. Le présent document examine l'évolution du secteur de la fabrication à Toronto, Montréal et Vancouver et indique les changements survenus dans la composition sectorielle, l'emploi et les niveaux de salaire entre 1976 et 1997. Nous utilisons aux fins de notre analyse une base de données longitudinale au niveau des usines fondée sur l'Enquête annuelle des manufactures menée par Statistique Canada.

    L'expansion du secteur de la fabrication à Toronto et à Vancouver, et son déclin à Montréal, s'expliquent par les différences entre les structures industrielles de ces villes. L'activité manufacturière a augmenté dans un certain nombre de secteurs de l'économie de Toronto, particulièrement sous l'influence de l'expansion du secteur de l'automobile qui relie la ville à un marché nord-américain important. À Montréal, par contre, la plupart des entreprises manufacturières ont connu un déclin auquel a contribué la concentration importante de l'emploi dans des secteurs à forte intensité de main-d'oeuvre, comme le textile et l'habillement, qui ont enregistré de fortes pertes partout au Canada. Toutefois, Montréal a connu une certaine croissance dans les entreprises technologiques. Quant à Vancouver, malgré un secteur de la fabrication beaucoup plus petit en termes absolus, représentant un peu moins de 5 % de l'emploi national dans ce secteur, nous avons constaté des niveaux plus élevés de restructuration et de croissance à long terme que dans les deux villes de l'Est.

    Le présent document examine aussi le lien entre la volatilité et la diversité économiques dans le secteur de la fabrication au moyen d'un certain nombre de mesures statistiques. Toronto et Montréal ont des structures industrielles différentes, bien que la concentration ait légèrement augmenté dans l'une et l'autre pendant la période à l'étude. À Montréal, ce phénomène s'explique par l'importance croissante d'autres secteurs parallèlement à la baisse de l'habillement et du textile. À Toronto, il tient à l'importance croissante des secteurs alimentaire et du matériel de transport. À Vancouver, l'expansion et le dynamisme de ce secteur se sont traduits par une diversification croissante au cours de la période à l'étude. À Toronto et à Montréal, les secteurs de la fabrication, bien établis, ont des niveaux de volatilité inférieurs à ceux de Vancouver.

    Date de diffusion : 2001-11-23

  • Articles et rapports : 88F0006X1999010
    Description :

    Cette deuxième édition de La fiscalité de la recherche et du développement au Canada : comparaison interprovinciale présente une analyse basée sur une méthode mise au point par le Conference Board du Canada pour comparer les stimulants fiscaux à la R-D de chaque province. Les résultats obtenus servent à analyser les différences régionales dans les activités de sciences et technologie menées au Canada. Cette analyse s'inscrit dans le cadre du travail de la division des sciences, de l'innovation et de l'information électronique (DSIIE) de Statistique Canada. Ces indicateurs peuvent être utilisés pour brosser un tableau au niveau national, ou encore à un niveau provincial ou infraprovincial pour refléter les différences régionales, différences parmi lesquelles nous retrouvons notamment les stimulants fiscaux à la R-D. Ainsi, le Programme du crédit d'impôt pour la recherche scientifique et le développement expérimental présente des variantes régionales. De plus, six provinces sur dix offrent des programmes d'encouragement et des taux d'imposition qui leurs sont propres et qui diffèrent. L'analyse de l'Indice-B du Conference Board fournit un moyen pour comparer les stimulants fiscaux et propose un indicateur.

    Date de diffusion : 1999-12-30
Données (0)

Données (0) (0 résultat)

Aucun contenu disponible actuellement

Analyses (9)

Analyses (9) ((9 résultats))

  • Articles et rapports : 11F0027M2011069
    Géographie : Canada
    Description :

    Dans le présent article, on estime la contribution, au produit intérieur brut (PIB), des entreprises de taille petite, moyenne et grande dans le secteur des entreprises du Canada pour 2005. Les grandes entreprises comptant 500 employés ou plus ont contribué pour 45,7 % au PIB du secteur des entreprises. Les autres entreprises de taille petite et moyenne, y compris les entreprises non constituées en société, ont été à l'origine des 54,3 % restants.

    Date de diffusion : 2011-05-30

  • Articles et rapports : 11-010-X201001111370
    Description :

    Un aperçu de la manière dont ces différentes mesures sont liées les unes aux autres, du moment auquel elles devraient être utilisées et des raisons pour lesquelles les agences statistiques ont élaboré des mesures plus sophistiquées pour les données en volume.

    Date de diffusion : 2010-11-12

  • Articles et rapports : 12-001-X201000111245
    Description :

    La connaissance des causes des erreurs de mesure dans les enquêtes auprès des entreprises est limitée, même si ces erreurs peuvent compromettre l'exactitude des microdonnées et des indicateurs économiques qui en découlent. Le présent article, qui est fondé sur une étude empirique axée sur le point de vue des entreprises, présente de nouveaux résultats de recherche sur le processus de réponse aux enquêtes auprès des entreprises. Il propose le modèle multidimensionnel intégral de réponse aux enquêtes auprès des entreprises (MMIREE) comme outil pour examiner le processus de réponse et expliquer ses résultats, et comme base d'une stratégie visant à réduire et à prévenir les erreurs de mesure.

    Date de diffusion : 2010-06-29

  • Articles et rapports : 88-003-X20030036655
    Géographie : Canada
    Description :

    En 2000, même si plus de 8 000 entreprises au Canada ont déclaré des dépenses en recherche-développement (R.-D.), seulement 30 d'entre elles ont été responsables de plus de la moitié de toutes les dépenses en R.-D. des entreprises. Par conséquent, seul un petit nombre d'entreprises dans des secteurs d'activité clés ont une influence significative sur l'ensemble des dépenses de 11,4 milliards de dollars des entreprises au Canada au chapitre de la R.-D. Les niveaux les plus élevés de concentration de dépenses en R.-D. se trouvent dans le secteur de la fabrication du matériel de communication, tandis que la conception de systèmes informatiques et services connexes ont affiché le plus faible niveau de concentration.

    Date de diffusion : 2003-10-20

  • Articles et rapports : 11F0019M2002179
    Géographie : Canada
    Description :

    Le présent document de recherche étudie les changements observés au niveau de la diversification des entreprises et des usines depuis le début des années 70 dans le secteur canadien de la fabrication. Il révèle qu'il y a eu, en général, une augmentation de la spécialisation tant des entreprises que des usines. Les entreprises réduisent continuellement le nombre d'industries à l'intérieur desquelles elles font des affaires, surtout lorsque les industries ne sont pas reliées. On a également observé une spécialisation des produits au niveau des usines; par opposition à la spécialisation sur le plan industriel, la spécialisation des produits est cependant apparue à la fin de la période, au moment, ou à peu près, où l'Accord de libre-échange entre le Canada et les États-Unis a été mis en oeuvre. Le degré de spécialisation des usines a surtout augmenté à l'intérieur de celles qui ont le plus solidement envahi les marchés d'exportation.

    Date de diffusion : 2002-02-05

  • Articles et rapports : 11F0019M2001180
    Géographie : Province ou territoire
    Description :

    La présente étude examine les différences de productivité (PIB par emploi) entre les provinces au moyen d'une analyse de décomposition et d'une analyse de régression. Dans un premier temps, nous établissons l'ordre de grandeur des différences de productivité entre les provinces, puis nous décomposons ces différences en deux éléments, à savoir, les différences de composition industrielle et les différences de productivité « réelle » au niveau des branches d'activité. Nous examinons aussi le rôle que jouent les « nouveau » et « ancien » secteurs de l'économie dans les différences de productivité entre les provinces. Enfin, nous procédons à une analyse de régression afin de déterminer la signification statistique des différences de productivité entre les provinces. Nous en arrivons à la conclusion que la Colombie-Britannique, l'Alberta, la Saskatchewan, l'Ontario et le Québec ne diffèrent pas sensiblement pour ce qui est du PIB par emploi si l'on tient compte des différences de composition. Le Manitoba et les provinces de l'Atlantique, pour leur part, accusent un retard sur les autres provinces. L'écart est attribuable surtout aux différences « réelles » au niveau des branches plutôt qu'aux différences de composition. La forte performance de l'Alberta et de la Saskatchewan doit beaucoup au secteur des ressources naturelles.

    Date de diffusion : 2001-12-06

  • Articles et rapports : 11F0019M2001169
    Géographie : Canada
    Description :

    Nous documentons dans le présent rapport l'évolution de la géographie du secteur canadien de la fabrication au cours d'une période de 22 ans (de 1976 à 1997) en examinant les déplacements de l'emploi, et d'autres mesures du changement industriel, entre les différents niveaux de la hiérarchie urbaine-rurale : les villes-centres, les banlieues adjacentes, les villes moyennes, les petites villes et les régions rurales.

    Notre analyse montre que les déplacements les plus spectaculaires de l'emploi dans le secteur de la fabrication se sont produits des villes-centres de grandes régions métropolitaines vers leurs banlieues. La part des régions rurales de l'emploi dans le secteur canadien de la fabrication s'est accrue, ce qui correspond à des tendances observées aux États-Unis. L'augmentation de la part des régions rurales de l'emploi était attribuable à la baisse de celle des petites villes et, dans une moindre mesure, à la diminution de celle également des grandes régions urbaines. L'augmentation des régions rurales de leur part sur ce plan a été particulièrement importante au Québec, où l'emploi s'est éloigné de la région de Montréal. À l'opposé, en Ontario, au cours de la période étudiée seules les régions rurales ont conservé leur part de l'emploi, tandis que la région de Toronto a accru la sienne au niveau provincial. La fortune changeante des régions rurales et urbaines était non pas le résultat de déplacements généraux de l'emploi dans le secteur de la fabrication, mais le résultat net de tendances géographiques divergentes d'une industrie à une autre.

    On mesure aussi le changement à l'intérieur de la hiérarchie urbaine-rurale par les niveaux de salaire et de productivité, la diversité et la volatilité. Par opposition aux États-Unis, les salaires et la productivité au Canada ne baissent pas invariablement, ne suivent pas constamment de façon descendante la hiérarchie urbaine-rurale, des plus grandes villes aux régions les plus rurales du pays. Ce n'est qu'après avoir neutralisé les types d'industries de la fabrication qu'on trouve dans les régions urbaines et rurales qu'il paraît évident que les salaires et que la productivité baissent avec la taille du lieu. Notre analyse montre également qu'au fil du temps la plupart des régions urbaines et rurales se diversifient entre une plus grande variété d'industries de la fabrication et que les déplacements de parts de l'emploi entre les industries, une mesure de l'instabilité économique, se sont accrus modérément pour certaines régions (classifications) urbaines-rurales.

    Date de diffusion : 2001-11-23

  • Articles et rapports : 11F0019M2001177
    Géographie : Région métropolitaine de recensement
    Description :

    Selon certains travaux de recherche récents, l'investissement se serait déplacé des régions urbaines vers des localités plus rurales. Toutefois, la fabrication au Canada demeure une activité essentiellement urbaine, plus de 40 % de l'emploi dans le secteur de la fabrication se trouvant dans les trois plus grandes régions urbaines du Canada. Le présent document examine l'évolution du secteur de la fabrication à Toronto, Montréal et Vancouver et indique les changements survenus dans la composition sectorielle, l'emploi et les niveaux de salaire entre 1976 et 1997. Nous utilisons aux fins de notre analyse une base de données longitudinale au niveau des usines fondée sur l'Enquête annuelle des manufactures menée par Statistique Canada.

    L'expansion du secteur de la fabrication à Toronto et à Vancouver, et son déclin à Montréal, s'expliquent par les différences entre les structures industrielles de ces villes. L'activité manufacturière a augmenté dans un certain nombre de secteurs de l'économie de Toronto, particulièrement sous l'influence de l'expansion du secteur de l'automobile qui relie la ville à un marché nord-américain important. À Montréal, par contre, la plupart des entreprises manufacturières ont connu un déclin auquel a contribué la concentration importante de l'emploi dans des secteurs à forte intensité de main-d'oeuvre, comme le textile et l'habillement, qui ont enregistré de fortes pertes partout au Canada. Toutefois, Montréal a connu une certaine croissance dans les entreprises technologiques. Quant à Vancouver, malgré un secteur de la fabrication beaucoup plus petit en termes absolus, représentant un peu moins de 5 % de l'emploi national dans ce secteur, nous avons constaté des niveaux plus élevés de restructuration et de croissance à long terme que dans les deux villes de l'Est.

    Le présent document examine aussi le lien entre la volatilité et la diversité économiques dans le secteur de la fabrication au moyen d'un certain nombre de mesures statistiques. Toronto et Montréal ont des structures industrielles différentes, bien que la concentration ait légèrement augmenté dans l'une et l'autre pendant la période à l'étude. À Montréal, ce phénomène s'explique par l'importance croissante d'autres secteurs parallèlement à la baisse de l'habillement et du textile. À Toronto, il tient à l'importance croissante des secteurs alimentaire et du matériel de transport. À Vancouver, l'expansion et le dynamisme de ce secteur se sont traduits par une diversification croissante au cours de la période à l'étude. À Toronto et à Montréal, les secteurs de la fabrication, bien établis, ont des niveaux de volatilité inférieurs à ceux de Vancouver.

    Date de diffusion : 2001-11-23

  • Articles et rapports : 88F0006X1999010
    Description :

    Cette deuxième édition de La fiscalité de la recherche et du développement au Canada : comparaison interprovinciale présente une analyse basée sur une méthode mise au point par le Conference Board du Canada pour comparer les stimulants fiscaux à la R-D de chaque province. Les résultats obtenus servent à analyser les différences régionales dans les activités de sciences et technologie menées au Canada. Cette analyse s'inscrit dans le cadre du travail de la division des sciences, de l'innovation et de l'information électronique (DSIIE) de Statistique Canada. Ces indicateurs peuvent être utilisés pour brosser un tableau au niveau national, ou encore à un niveau provincial ou infraprovincial pour refléter les différences régionales, différences parmi lesquelles nous retrouvons notamment les stimulants fiscaux à la R-D. Ainsi, le Programme du crédit d'impôt pour la recherche scientifique et le développement expérimental présente des variantes régionales. De plus, six provinces sur dix offrent des programmes d'encouragement et des taux d'imposition qui leurs sont propres et qui diffèrent. L'analyse de l'Indice-B du Conference Board fournit un moyen pour comparer les stimulants fiscaux et propose un indicateur.

    Date de diffusion : 1999-12-30
Références (0)

Références (0) (0 résultat)

Aucun contenu disponible actuellement

Date de modification :