Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Indices des prix des produits industriels et des matières brutes, décembre 2023

Diffusion : 2024-01-17

Les prix des produits fabriqués au Canada, tels que mesurés au moyen de l'Indice des prix des produits industriels (IPPI), ont diminué de 1,5 % d'un mois à l'autre en décembre et ils étaient inférieurs de 2,7 % à ceux de décembre 2022. Les prix des matières brutes achetées par les fabricants exerçant des activités au Canada, tels que mesurés au moyen de l'Indice des prix des matières brutes (IPMB), ont reculé de 4,9 % sur une base mensuelle en décembre 2023 et ils ont baissé de 7,9 % d'une année à l'autre.

Graphique 1  Graphique 1: Les prix des produits industriels diminuent en décembre
Les prix des produits industriels diminuent en décembre

Indice des prix des produits industriels

L'IPPI a reculé de 1,5 % d'un mois à l'autre en décembre. Il s'agit d'un troisième recul mensuel consécutif et de la plus forte baisse enregistrée depuis août 2022 (-1,5 %). L'IPPI excluant les produits énergétiques et du pétrole a diminué de 0,6 % en décembre 2023.

Les prix des produits énergétiques et du pétrole ont baissé de 8,5 % d'un mois à l'autre en décembre, ce qui représente leur recul mensuel le plus important depuis décembre 2022 (-10,1 %). Les prix plus faibles du carburant diesel (-12,3 %) et de l'essence à moteur finie (-7,9 %) ont contribué le plus au recul dans ce groupe. Des inquiétudes relatives à la demande de pétrole future et le niveau élevé de l'offre mondiale de pétrole ont joué un rôle dans ces diminutions de prix. Les prix du pétrole brut classique (-9,2 %), la composante principale des produits pétroliers raffinés, ont contribué à la baisse des prix des produits pétroliers raffinés.

Les prix des produits chimiques ont diminué de 1,3 % en décembre 2023, principalement en raison du recul des prix des produits pétrochimiques (-5,5 %). La baisse mensuelle a été attribuable en partie aux prix plus faibles du pétrole brut.

Les prix des produits alimentaires intermédiaires ont reculé de 4,2 % d'un mois à l'autre en décembre. Les prix plus faibles ont touché plusieurs types de produits de céréales et d'oléagineux, y compris les tourteaux d'oléagineux (-9,6 %), l'huile de canola ou de colza (-5,2 %) ainsi que l'huile de soya (-10,4 %). La baisse des prix du canola a été attribuable en partie à l'offre intérieure plus élevée que ce qui était attendu. L'offre abondante en Argentine et les conditions météorologiques favorables au Brésil à la fin de novembre ont exercé des pressions à la baisse sur les prix du soya. Ces deux pays sont les principaux producteurs mondiaux de soya.

Les prix du poulet frais et congelé (-6,4 %) ainsi que du porc frais et congelé (-2,7 %) ont diminué d'un mois à l'autre en décembre. Les prix du poulet ont été en baisse pendant trois mois consécutifs, surtout en raison de l'offre intérieure excédentaire. Selon les données d'Agriculture et Agroalimentaire Canada, les stocks canadiens de poulet en entrepôt sont en hausse depuis septembre 2023. Parallèlement, le niveau élevé de production de porc aux États-Unis et la faible demande de la Chine, principalement en raison d'une offre excédentaire et du ralentissement de l'économie, ont tous deux exercé des pressions à la baisse sur les prix du porc. La Chine est l'une des principales destinations des exportations de la viande de porc des États-Unis, et les prix du porc dans ce pays influencent ceux au Canada.

Les prix de plusieurs métaux industriels ont diminué d'un mois à l'autre en décembre, y compris ceux du nickel et des alliages de nickel sous forme brute (-5,4 %) et des autres métaux non ferreux (-3,8 %). Le marché du nickel continue d'être confronté à une surabondance de l'offre. Selon les estimations de l'International Nickel Study Group, l'excédent de l'offre de nickel en 2023 était supérieur de 214,4 % à celui de 2022.

D'une année à l'autre

L'IPPI a reculé de 2,7 % d'une année à l'autre en décembre 2023.

Les prix des produits énergétiques et du pétrole ont diminué de 14,2 % d'une année à l'autre, surtout en raison de la baisse des prix du carburant diesel (-25,8 %).

L'IPPI excluant les produits énergétiques et du pétrole a reculé de 1,1 % d'une année à l'autre. Ce sont les prix plus faibles du nickel et des alliages de nickel sous forme brute (-43,9 %), de la pâte de bois (-22,1 %), de l'ammoniac et des engrais chimiques (-23,7 %) ainsi que des produits pétrochimiques (-14,6 %) qui ont contribué le plus à la baisse.

Les prix des camions légers, fourgonnettes et véhicules utilitaires sport (+3,1 %), du bœuf et du veau frais et congelés (+14,7 %) ainsi que de l'or, de l'argent et des métaux du groupe du platine sous forme brute et leurs alliages (+3,5 %) ont augmenté d'une année à l'autre, ce qui a atténué en partie la baisse.

Indice des prix des matières brutes

Sur une base mensuelle, l'IPMB a reculé de 4,9 % en décembre.

Les produits énergétiques bruts (-10,3 %), qui avaient diminué de 13,0 % en novembre, ont contribué le plus à la baisse mensuelle de l'IPMB. Les prix du pétrole brut classique (-9,2 %) et du pétrole brut synthétique (-13,7 %) ont diminué sur une base mensuelle. Les prix plus faibles du pétrole brut ont été influencés en partie par les préoccupations croissantes concernant la demande mondiale en pétrole et le niveau élevé de production. Selon l'Energy Information Administration des États-Unis, la production de pétrole brut aux États-Unis a atteint son plus haut niveau de 2023 au quatrième trimestre, en hausse de 1,1 % par rapport au troisième trimestre.

Les prix des produits végétaux (-3,3 %) ont diminué pour un cinquième mois d'affilée en décembre, en raison principalement des prix plus faibles du canola (-5,2 %). Les prix du blé (-5,4 %) ont aussi enregistré une baisse en décembre, attribuable en partie à l'offre intérieure abondante.

D'une année à l'autre

L'IPMB a diminué de 7,9 % d'une année à l'autre en décembre.

Ce sont le pétrole brut classique (-10,5 %), le gaz naturel (-43,0 %), et les minerais et concentrés de nickel (-41,7 %) qui ont le plus contribué à la baisse annuelle.

Parmi les groupes qui ont atténué le recul d'une année à l'autre figurent les minerais et concentrés d'or, d'argent et de métaux du groupe du platine (+6,2 %) ainsi que les bovins et les veaux (+27,3 %).

Graphique 2  Graphique 2: Les prix des matières brutes diminuent en décembre
Les prix des matières brutes diminuent en décembre

Indice des prix des produits industriels : Revue annuelle de 2023

En 2023, l'Indice des prix des produits industriels (IPPI) a diminué de 1,8 %, après deux hausses consécutives en 2021 (+13,9 %) et 2022 (+12,8 %). La baisse enregistrée en 2023 est la deuxième plus forte de l'histoire de l'IPPI (depuis sa création en 1956), après la diminution de 3,5 % enregistrée en 2009. Les prix plus faibles des produits énergétiques et du pétrole ont contribué le plus à la baisse affichée en 2023. Malgré la diminution globale de l'IPPI, 14 des 21 principaux groupes de produits ont affiché des hausses de prix en 2023. Par rapport à 2019, avant la pandémie de COVID-19, les prix ont augmenté de 25,6 % en 2023.

Les produits énergétiques et du pétrole ont diminué de 14,5 % en 2023, principalement en raison de la baisse des prix des produits pétroliers raffinés pour combustibles (-15,6 %), y compris le carburant diesel (-20,5 %) et l'essence finie (-11,6 %). Les prix des produits pétroliers raffinés sont généralement influencés par le prix du pétrole brut, étant donné qu'il s'agit du principal intrant dans la production. Selon l'Indice des prix des matières brutes (IPMB), le prix du pétrole brut classique a baissé de 15,7 % en 2023.

La baisse des prix des produits énergétiques et du pétrole en 2023 fait suite aux importantes fluctuations des prix enregistrées au cours des dernières années. En raison de la diminution de la demande découlant de la pandémie, les prix ont reculé de 27,5 % en 2020. En réponse aux bas prix, les producteurs ont réduit l'offre de pétrole brut, y compris des réductions de production de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses partenaires (OPEP+). À la suite de la relance de l'économie mondiale en 2021 au moyen de mesures économiques, la croissance de la demande a été supérieure à celle de l'offre. L'incertitude de l'offre a été davantage exacerbée en 2022 par l'invasion de l'Ukraine par la Russie. En conséquence, les prix des produits énergétiques et du pétrole ont augmenté de 42,7 % en 2021 et de 53,3 % en 2022.

La baisse des prix affichée en 2023 était en grande partie attribuable aux préoccupations concernant les conditions économiques mondiales, à l'incertitude relative à la demande mondiale de pétrole, ainsi qu'à l'augmentation de la production hors OPEP+. Par conséquent, la production mondiale de pétrole a dépassé la consommation mondiale de 0,6 % en 2023. Malgré la décision de l'OPEP+ de continuer à limiter la production, à l'échelle mondiale, la production est restée élevée. En outre, le temps chaud inattendu au début de 2023 aux États-Unis et en Europe a contribué à une baisse des prix de l'énergie.

L'IPPI excluant les produits énergétiques a progressé de 0,2 % en 2023. La croissance a été principalement attribuable aux prix plus élevés des véhicules motorisés et récréatifs ainsi qu'à ceux des viandes, poissons et produits laitiers.

En 2023, les prix des véhicules motorisés et récréatifs ont augmenté de 5,4 %, surtout en raison de la hausse des prix des voitures automobiles et des camions légers (+4,8 %), des moteurs et des pièces de véhicules automobiles (+3,5 %), ainsi que des aéronefs (+14,7 %). Les prix reçus par les fabricants de véhicules motorisés et récréatifs ont tendance à suivre la variation du taux de change entre le dollar américain et le dollar canadien. En 2023, le dollar canadien s'est déprécié de 3,7 % par rapport au dollar américain.

Les prix des viandes, des poissons et des produits laitiers (+4,2 %) ont augmenté pour une cinquième année consécutive en 2023. Le bœuf et le veau frais et congelés ont surtout contribué à l'augmentation dans ce groupe, en hausse de 15,5 %. Les sécheresses importantes survenues en Amérique du Nord au cours des dernières années ont contribué à la diminution des troupeaux de bovins, et le cheptel bovin canadien au mois de juillet 2023 était le plus petit depuis 1988. Les incidences des sécheresses et du conflit en Ukraine sur l'agriculture ont resserré l'approvisionnement en aliments pour animaux. En plus de l'augmentation des prix de l'énergie en 2021 et 2022, les agriculteurs ont été confrontés à des coûts beaucoup plus élevés qu'avant la pandémie. Alors que les bénéfices diminuaient, certains ont commencé à liquider des bovins afin d'alléger la pression financière. Plus loin dans la chaîne d'approvisionnement, il y avait 24,7 % en moins des stocks de bœuf canadien en entreposage frigorifique au quatrième trimestre de 2023 par rapport au quatrième trimestre de 2022. L'offre insuffisante de bœuf prendra du temps à se résorber en raison de la nature de l'élevage des bovins.

Les prix de l'or, de l'argent et des métaux du groupe du platine sous forme brute et leurs alliages (+9,5 %) ont également progressé en 2023. L'incertitude économique et géopolitique a contribué à la hausse des prix des métaux refuges d'investissement comme l'or malgré la hausse des taux d'intérêt, ce qui a augmenté le coût d'opportunité de leur détention. Au début de 2023, les faillites de banques internationales et les craintes d'une récession ont stimulé les prix des métaux précieux. À l'automne, la fin présumée du resserrement des taux d'intérêt de la Réserve fédérale américaine, de même que le conflit au Moyen-Orient, a également favorisé une hausse des prix.

Les prix moins élevés du bois d'œuvre et autres produits du bois (-24,0 %) ont contrebalancé en grande partie la croissance de l'IPPI sans les produits énergétiques en 2023, plus particulièrement les prix du bois d'œuvre de résineux (-39,8 %). Il s'agit de la plus forte diminution annuelle jamais enregistrée pour le bois d'œuvre de résineux. Les taux d'intérêt élevés en 2023 ont entraîné des répercussions négatives sur le marché immobilier, le principal consommateur de produits du bois d'oeuvre. Les mises en chantier de logements ont baissé de 10,0 % aux États-Unis (le principal marché pour le bois d'œuvre canadien) et de 8,0 % au Canada au cours des 11 premiers mois de 2023, comparativement à la même période en 2022. Jusqu'en novembre 2023, les exportations canadiennes de bois d'œuvre et d'autres produits de scierie ont diminué chaque mois par rapport au mois correspondant en 2022. Le ralentissement observé au cours de l'année pour l'immobilier, et par conséquent pour le bois d'œuvre, survient après que l'accélération de la demande et les faibles taux aient stimulé le marché immobilier à la fin de 2020 et en 2021. Les prix du bois d'œuvre et des autres produits du bois ont augmenté à leur tour, en hausse de 19,6 % en 2020 et de 40,4 % en 2021. Ces prix ont reculé en 2022 (-3,0 %) avant que les conditions du marché n'aient de plus fortes répercussions en 2023.

Saviez-vous que nous avons une application mobile?

Accédez rapidement aux données du bout des doigts en téléchargeant l'application StatsCAN, accessible gratuitement à partir des boutiques d'applications App Store et Google Play.



  Note aux lecteurs

L'Indice des prix des produits industriels (IPPI) et l'Indice des prix des matières brutes (IPMB) sont offerts à l'échelle du Canada uniquement. Certains groupes de produits de l'IPPI sont aussi offerts selon la région.

Lors de chaque diffusion, les données des six mois précédents pourraient avoir été révisées. Les indices ne sont pas désaisonnalisés.

L'IPPI est représentatif des prix payés aux producteurs au Canada au moment où les produits quittent l'usine. L'IPPI ne représente pas ce que le consommateur paie. Contrairement à l'Indice des prix à la consommation, l'IPPI exclut les taxes indirectes et tous les coûts qui s'ajoutent entre le moment où un produit sort de l'usine et le moment où l'utilisateur final en prend possession, y compris les coûts de transport ainsi que les coûts du commerce de gros et de détail.

Les producteurs canadiens exportent de nombreux produits. Ils affichent souvent leurs prix en devises étrangères, particulièrement en dollars américains, et les prix sont par la suite convertis en dollars canadiens. C'est surtout le cas pour les véhicules automobiles, la pâte de bois et les produits de papier ainsi que les produits du bois. Par conséquent, les fluctuations du dollar canadien par rapport à la devise américaine ont une incidence sur l'IPPI. Toutefois, la conversion en dollars canadiens tient compte uniquement de la façon dont les répondants transmettent leurs prix. Il ne s'agit pas d'une mesure qui tient compte du plein effet des taux de change.

La conversion des prix reçus en dollars américains est fondée sur le taux de change moyen mensuel établi par la Banque du Canada et est présentée dans le tableau 33-10-0163-01 (série v111666275). Les variations mensuelles et annuelles du taux de change, dont fait état le communiqué, sont calculées d'après la cotation indirecte du taux de change (par exemple 1$CAN = X $US).

L'IPMB est représentatif des prix que paient les fabricants canadiens pour les principales matières brutes. Un grand nombre de ces prix sont fixés sur le marché mondial. Cependant, comme peu de prix sont libellés en devises étrangères, leur conversion en dollars canadiens a une incidence mineure sur le calcul de l'IPMB.

Produits

Statistique Canada a lancé le Portail des indices des prix à la production, lequel fait partie d'une série de portails relatifs aux prix et aux indices des prix. Ce portail offre à la population canadienne un point d'accès unique à un éventail de statistiques et de mesures relatives aux prix à la production.

La vidéo intitulée « Indices des prix à la production » est accessible sur la page Web de l'Institut de formation de Statistique Canada. Elle se veut une introduction aux indices des prix à la production de Statistique Canada en présentant des renseignements à leur égard : leur définition, la façon dont ils sont élaborés et ce à quoi ils servent.

Prochaine diffusion

Les données de janvier sur les indices des prix des produits industriels et des matières brutes seront diffusées le 19 février.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (infostats@statcan.gc.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias (statcan.mediahotline-ligneinfomedias.statcan@statcan.gc.ca).

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :