Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Produit intérieur brut, revenus et dépenses, troisième trimestre de 2023

Diffusion : 2023-11-30

Le produit intérieur brut (PIB) réel a reculé de 0,3 % au troisième trimestre, après avoir progressé de 0,3 % au deuxième trimestre. Le recul des exportations internationales et le ralentissement de l'accumulation des stocks ont été en partie contrebalancés par les augmentations des dépenses des administrations publiques et des investissements en logement. La demande intérieure finale s'est accrue de 0,3 %, après avoir enregistré une hausse similaire au deuxième trimestre.

Graphique 1  Graphique 1: Produit intérieur brut réel et demande intérieure finale
Produit intérieur brut réel et demande intérieure finale

Graphique 2  Graphique 2: Contribution à la variation en pourcentage du produit intérieur brut réel, troisième trimestre de 2023
Contribution à la variation en pourcentage du produit intérieur brut réel, troisième trimestre de 2023

Le recul des exportations conduit à la baisse du produit intérieur brut

Les exportations de biens et de services ont diminué de 1,3 % au troisième trimestre, après avoir affiché une hausse de 1,3 % au deuxième trimestre. Les produits pétroliers raffinés pour combustibles, en recul de 25,4 % au troisième trimestre après avoir augmenté de 23,9 % au deuxième trimestre, ont été le principal facteur expliquant la diminution.

Graphique 3  Graphique 3: Volumes d'exportations et d'importations
Volumes d'exportations et d'importations

Au troisième trimestre, les importations de biens et de services ont légèrement reculé de 0,2 %, après avoir augmenté de 1,1 % au deuxième trimestre. Des baisses affichées par les vêtements, chaussures et produits textiles, les services de transports, et le matériel et les pièces électroniques et électriques ont surtout été à l'origine du recul des importations. Ces baisses ont été atténuées par la hausse des importations de voitures automobiles et camions légers ainsi que des services de voyage.

L'accumulation des stocks est à son rythme de croissance le plus lent en deux ans

Le ralentissement de l'accumulation des stocks au troisième trimestre a exercé une pression à la baisse sur la croissance du PIB. L'accumulation des stocks a été à son plus faible niveau depuis le troisième trimestre de 2021.

Parmi les industries, les fabricants ont enregistré une sortie des stocks au troisième trimestre de 2023, après avoir connu six trimestres consécutifs d'accumulations. Les biens non durables fabriqués ont enregistré la sortie des stocks trimestrielle la plus marquée depuis le quatrième trimestre de 2010; le commerce de gros a également enregistré une sortie des stocks, soit la première depuis le premier trimestre de 2022. En revanche, une accumulation croissante des stocks de la vente au détail a été enregistrée au troisième trimestre de 2023, principalement attribuable à l'accumulation des stocks de véhicules automobiles, laquelle a plus que contrebalancé la sortie de stocks des secteurs de la fabrication et du commerce de gros.

La construction de logements neufs progresse pour la première fois depuis le début de 2022

Après avoir affiché cinq diminutions trimestrielles consécutives, les investissements en logement ont progressé de 2,0 % au troisième trimestre de 2023. La hausse de la construction neuve (+6,5 %) a été partiellement contrebalancée par un recul des coûts de transfert de propriété (-4,3 %), lesquels représentent l'activité de la revente.

Graphique 4  Graphique 4: Investissement immobilier
Investissement immobilier

La construction d'appartements a le plus influé sur la hausse de la construction neuve, alors que les coûts liés à celle-ci, comme les taxes et les frais de clôture associés au transfert de propriété, ont aussi contribué aux investissements en construction neuve. Une hausse des investissements en construction neuve a été observée dans toutes les provinces et dans les Territoires du Nord-Ouest, parmi lesquels les provinces de l'Atlantique ont affiché les plus fortes progressions.

Les dépenses des ménages restent stables

Les dépenses des ménages ont été stables au troisième trimestre, après avoir été inchangées au deuxième trimestre. Les biens durables ont progressé de 1,0 %, principalement en raison des camions, fourgonnettes et véhicules utilitaires sport neufs (+1,9 %), alors que les problèmes liés à la chaîne d'approvisionnement et les retards de fabrication se sont atténués et que les stocks ont été regarnis.

L'augmentation des dépenses des ménages en services (+0,3 %) a été largement contrebalancée par la baisse de dépenses en biens non durables (-0,4 %) et semi-durables (-2,8 %).

Les investissements des entreprises dans la construction non résidentielle et les machines et matériel reculent

Les investissements des entreprises en structures non résidentielles ont reculé de 2,0 % au troisième trimestre, principalement en raison des dépenses en ouvrages de génie (-2,5 %), lesquelles ont diminué pour la première fois depuis le premier trimestre de 2022. L'achèvement imminent du projet de gaz naturel liquéfié à Kitimat a contribué à la baisse.

Les dépenses des entreprises en machines et matériel ont diminué de 3,8 %, au troisième trimestre de 2023 après avoir enregistré une augmentation de 4,4 % au deuxième trimestre. La baisse est principalement attribuable à la diminution des dépenses en aéronefs et autre matériel de transport, laquelle a fait suite à une forte croissance des aéronefs et des navires au deuxième trimestre.

Les dépenses des entreprises en produits de propriété intellectuelle ont légèrement reculé de 0,3 % au troisième trimestre. Ce repli s'explique principalement par la diminution des dépenses en logiciels (-0,8 %). Cependant, les dépenses en prospection minière (+2,8 %) ont presque annulé la diminution.

L'indice implicite des prix du produit intérieur brut s'accroît en raison de la hausse des prix à l'exportation

L'indice implicite des prix du PIB a progressé de 1,8 % au troisième trimestre, principalement en raison de la hausse des prix des articles exportés (+3,9 %), y compris le pétrole brut et le bitume. Les termes de l'échange, c'est-à-dire le ratio du prix des exportations au prix des importations, se sont accrus de 4,0 %. Il s'agit de la première augmentation depuis le deuxième trimestre de 2022.

Graphique 5  Graphique 5: Produit intérieur brut, indices des prix, certaines composantes
Produit intérieur brut, indices des prix, certaines composantes

Le prix implicite de la consommation finale des ménages a progressé de 0,8 % au troisième trimestre de 2023, après avoir augmenté de 0,9 % au deuxième trimestre. La hausse des prix des biens non durables et des services est principalement à l'origine de l'augmentation. L'indice des prix des dépenses de consommation finale des ménages (sans les aliments et les produits énergétiques) a progressé de 0,5 % au troisième trimestre, ce qui correspond à la hausse la plus faible observée depuis le premier trimestre de 2021.

La rémunération des salariés augmente

La rémunération des salariés a progressé de 1,3 % sur une base nominale au troisième trimestre de 2023, en raison de la hausse des gains moyens et de l'emploi. Les salaires et traitements dans les industries productrices de services ont augmenté de 1,7 %, tandis que ceux des industries productrices de biens ont été inchangés (+0,0 %). Parmi les industries, ce sont celles des services professionnels et personnels, de la santé et de l'administration publique fédérale et militaires qui ont le plus contribué à la hausse globale des salaires.

Carte 1  Vignette de la carte 1: Rémunération des salariés, variation en % d'un trimestre à l'autre, données désaisonnalisées
Rémunération des salariés, variation en % d'un trimestre à l'autre, données désaisonnalisées

La rémunération des salariés a le plus augmenté à l'Île-du-Prince-Édouard (+3,2 %) et à Terre-Neuve-et-Labrador (+2,8 %) au troisième trimestre, venait ensuite la Colombie-Britannique (+1,9 %). La rémunération des salariés dans les Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut (-1,3 %) a reculé, après avoir enregistré une croissance relativement faible au trimestre précédent.

Le taux d'épargne des ménages augmente

L'épargne nette des ménages (en termes nominaux) a augmenté au troisième trimestre, alors qu'une hausse modérée du revenu disponible des ménages (+1,0 %) a surpassé la croissance des dépenses des ménages (+0,8 %). L'affaiblissement du marché du travail et le ralentissement de la croissance des marchés financiers par rapport au deuxième trimestre ont été contrebalancés par la hausse des transferts des administrations publiques, qui a été principalement attribuable à l'introduction du remboursement pour l'épicerie le 5 juillet 2023.

La rémunération des salariés a progressé de 1,3 % au troisième trimestre, conduit par une hausse du revenu de la propriété (+2,9 %). Parallèlement, les transferts des administrations publiques aux ménages se sont accrus de 0,7 %, la première hausse trimestrielle enregistrée depuis le quatrième trimestre de 2022.

Par conséquent, le taux d'épargne des ménages a atteint 5,1 % au troisième trimestre de 2023, en hausse par rapport au taux de 4,7 % enregistré au deuxième trimestre. Le taux d'épargne des ménages est agrégé sur l'ensemble des classes de revenus; et en général, les taux d'épargne sont plus élevés dans les quintiles de revenu supérieurs.

L'excédent d'exploitation brut se redresse

L'excédent d'exploitation brut a augmenté de 2,3 % au troisième trimestre, après avoir accusé quatre reculs trimestriels consécutifs. La hausse des excédents d'exploitation brut des sociétés non financières a été partiellement contrebalancée par une baisse de celle des sociétés financières.

Les revenus du secteur non financier au troisième trimestre ont été propulsés par la hausse des prix du pétrole brut et des produits pétroliers raffinés. Les hausses des revenus dans l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement des véhicules automobiles ont aussi contribué à l'augmentation des revenus des sociétés, laquelle s'est traduite par une hausse des bénéfices, malgré une baisse des ventes de véhicules automobiles au cours des deux premiers mois du trimestre.

L'excédent d'exploitation brut des sociétés financières a continué sa baisse au troisième trimestre, principalement en raison de la hausse des demandes d'indemnisation. La réduction de la marge nette sur les intérêts des banques à charte qui est attribuable au rythme rapide des augmentations du taux directeur de la banque centrale a aussi contribué à la baisse.







Objectifs liés au développement durable

Le 1er janvier 2016, des pays du monde entier ont officiellement commencé à mettre en œuvre le Programme de développement durable à l'horizon 2030, le plan d'action des Nations Unies axé sur la transformation qui vise à relever des défis mondiaux urgents au cours des 15 années suivantes. Ce plan est fondé sur 17 objectifs précis liés au développement durable.

Les données sur le produit intérieur brut selon les revenus et les dépenses sont un exemple de la manière dont Statistique Canada appuie le suivi des progrès relatifs aux objectifs mondiaux liés au développement durable. Le présent communiqué contribuera à mesurer les objectifs suivants :

  Note aux lecteurs

Dans la présente diffusion, les nouvelles données repères des tableaux des ressources et des emplois pour l'année de référence 2020 ont été intégrées dans les comptes du produit intérieur brut (PIB) selon les revenus et les dépenses. Ces tableaux rassemblent, dans un cadre de comptabilité équilibré, des données provenant d'un large éventail de sources. Par conséquent, ils constituent le système de comptabilité le plus détaillé et cohérent pour la structure de l'économie canadienne et ils sont considérés comme les repères les plus précis sur lesquels fonder les estimations.

Les révisions pour les années de référence 2021 et 2022 rendent compte de l'intégration, dans les comptes, de renseignements à jour provenant de l'Enquête annuelle sur les industries manufacturières et de l'exploitation forestière, de l'Enquête annuelle sur la recherche et le développement dans l'industrie canadienne, du Recensement annuel des mines, des carrières et des sablières, des comptes des administrations publiques et de données administratives mises à jour. Ces révisions reflètent également l'intégration des données du feuillet T4 pour 2021 et des données provisoires du feuillet T4 pour 2022, qui sont utilisées pour estimer les salaires et traitements.

Les résultats de l'Enquête annuelle sur les dépenses en immobilisations et réparations, réelles, de 2021 ont été intégrés, et les estimations pour 2022 ont été révisées pour intégrer les mises à jour des grands projets tirées de la diffusion à venir des données réelles de 2022 (février 2024).

Pour obtenir plus de renseignements sur les révisons des comptes du PIB selon les revenus et dépenses, consultez Révisions de 2020 à 2022 des comptes des revenus et dépenses.

Changement de l'année de référence pour les estimations des volumes et des prix

Dans le cadre de cette diffusion, les estimations des volumes et des prix pour le PIB trimestriel et l'ensemble connexe de comptes ont été mises à jour selon l'année de référence 2017 (2017 = 100). De plus, la classification pour le commerce international a été mise à jour selon le Système de classification des produits de l'Amérique du Nord (SCPAN) de 2022. En raison du changement de l'année de référence et de l'utilisation d'une version plus récente du SCPAN, les paniers des prix ont fait l'objet d'une mise à jour.

Prise en compte des opérations du commerce électronique effectuées auprès de vendeurs non résidents

Les indicateurs utilisés pour estimer les dépenses de consommation finale des ménages ont été rajustés pour rendre compte du commerce électronique effectué auprès de vendeurs non résidents. Les données sur le commerce électronique recueillies dans le cadre de l'Enquête mensuelle sur le commerce de détail portent uniquement sur les opérations effectuées auprès de vendeurs résidents. Le rajustement visant à tenir compte des vendeurs non résidents, qui est appliqué aux indicateurs servant au calcul de la consommation des ménages provenant principalement de l'Enquête sur les marchandises vendues au détail, correspond à une valeur trimestrielle non désaisonnalisée. Ce rajustement est effectué depuis le quatrième trimestre de 2019. Au troisième trimestre de 2023, le rajustement appliqué aux indicateurs de la consommation des ménages correspond à 849,9 millions de dollars. Il est calculé à partir de sources de données comme les opérations douanières détaillées, les remises de la taxe sur les produits et services et les états financiers de certaines entreprises.

Général

Les variations en pourcentage des statistiques relatives aux dépenses (comme les dépenses des ménages, l'investissement et les exportations) sont calculées à partir de mesures en volume qui sont corrigées en fonction des variations de prix. Les variations en pourcentage des statistiques relatives au revenu (comme la rémunération des salariés et l'excédent d'exploitation) sont calculées à partir des valeurs nominales, c'est-à-dire qu'elles ne sont pas corrigées en fonction des variations de prix. À moins d'indication contraire, les taux de croissance représentent la variation en pourcentage dans la série d'un trimestre à l'autre, par exemple du deuxième trimestre de 2023 au troisième trimestre de 2023.

Pour obtenir des renseignements sur la désaisonnalisation, veuillez consulter la page Données désaisonnalisées — Foire aux questions.

Le tableau 34-10-0163-01 Flux et stocks de capital fixe non résidentiel et résidentiel, selon des secteurs et actifs, provinciaux et territoriaux sera diffusé avec les Comptes du bilan national et des flux financiers le 13 décembre 2023.

Tableaux de données en temps réel

Les tableaux de données en temps réel 36-10-0430-01 et 36-10-0431-01 seront mis à jour le 11 décembre 2023.

Prochaine diffusion

Les données sur le PIB selon les revenus et dépenses du quatrième trimestre de 2023 seront diffusées le 29 février 2024.

Produits

Le produit de visualisation « Produit intérieur brut selon les revenus et les dépenses : outil interactif », qui fait partie de la série Statistique Canada – Produits de visualisation des données (Numéro au catalogue71-607-X), est maintenant accessible.

Le document intitulé « Révisions de 2020 à 2022 des comptes des revenus et dépenses », qui fait partie de la collection Les nouveautés en matière de comptes économiques canadiens (Numéro au catalogue13-605-X), est maintenant accessible.

Le document « Saisie de nouvelles mesures liées à la COVID-19 dans les comptes nationaux », qui fait partie de la collection Les nouveautés en matière de comptes économiques canadiens (Numéro au catalogue13-605-X), est accessible.

Le portail Statistiques des comptes économiques, accessible sous l'onglet Sujets du site Web de Statistique Canada, offre un portrait à jour des économies nationale et provinciales et de leur structure.

Le Guide de l'utilisateur : Système canadien des comptes macroéconomiques (Numéro au catalogue13-606-G) est accessible.

Le Guide méthodologique : Système canadien des comptes macroéconomiques (Numéro au catalogue13-607-X) est accessible.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (infostats@statcan.gc.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias (statcan.mediahotline-ligneinfomedias.statcan@statcan.gc.ca).

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :