Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Nombre provisoire de décès et surmortalité, janvier 2020 à octobre 2022

Diffusion : 2023-01-12

L'émergence de variants préoccupants de la COVID-19 et la réponse communautaire à l'évolution des mesures de santé publique continuent d'influencer le cours de la pandémie de COVID-19 au Canada et dans le monde.

Pour comprendre les répercussions directes et indirectes de la pandémie, il est important de mesurer la surmortalité, laquelle se produit lorsque le nombre de décès enregistrés au cours d'une période donnée est supérieur au nombre de décès attendu. Il convient de noter que, même sans pandémie, le nombre de décès survenus au cours d'une semaine donnée varie toujours d'une année à l'autre. Par conséquent, le nombre de décès auquel on peut s'attendre devrait se situer dans une certaine fourchette. On constate une surmortalité lorsque le nombre hebdomadaire de décès enregistrés est constamment plus élevé que le nombre de décès attendu, mais surtout lorsque le nombre hebdomadaire de décès dépasse ceux qui se situent dans la fourchette du nombre de décès attendu pendant plusieurs semaines consécutives.

Selon les données provisoires, on estime que 53 741 décès en surnombre ont été déclarés au Canada de la fin mars 2020 à la fin août 2022; il s'agit de 7,6 % de décès de plus que le nombre auquel on aurait pu s'attendre s'il n'y avait pas eu de pandémie. Au cours de la même période, au moins 42 215 décès directement attribuables à la COVID-19 ont été déclarés.

La troisième semaine de janvier 2022 a été la semaine la plus mortelle au Canada depuis le début de la pandémie, avec 27 % de décès de plus qu'attendu

Depuis l'émergence du variant Omicron à la fin novembre 2021, les Canadiens ont connu jusqu'à présent deux périodes de surmortalité importante. À l'échelle nationale, 8 286 décès de plus qu'attendu ont été enregistrés du début janvier 2022 à la fin février 2022, soit 16,8 % de décès de plus que le nombre attendu au cours de cette période. C'est lors de cette période de surmortalité, plus précisément au cours de la troisième semaine de janvier 2022, qu'ont été enregistrés le plus grand nombre de décès ainsi que le taux hebdomadaire de surmortalité le plus élevé de la pandémie; 26,8 % de décès de plus que le nombre attendu ont été enregistrés. En d'autres termes, plus de 1 décès sur 5 survenu au cours de cette semaine n'aurait pas été attendu. Au printemps, 2 357 décès en surnombre ont été enregistrés de la mi-avril 2022 à la mi-mai 2022, soit 8,4 % de décès de plus que le nombre attendu. Alors que les décès en surnombre au Québec et en Ontario étaient principalement à l'origine de la première période de surmortalité en 2022, les décès en surnombre dans les trois provinces les plus à l'ouest étaient principalement à l'origine de la plus récente période de surmortalité. En fait, l'Alberta et la Colombie-Britannique ont affiché un nombre de décès hebdomadaires plus élevé qu'attendu pendant une grande partie de 2022.

Les décès liés à la consommation d'alcool ou de drogues ont atteint de nouveaux sommets pendant la pandémie

Bien que la COVID-19 ait été l'un des principaux facteurs de surmortalité dans l'ensemble, d'autres facteurs sont également à l'origine de la surmortalité, en particulier chez les jeunes Canadiens.

Les décès attribuables à une intoxication involontaire (accidentelle) par des substances nocives et l'exposition à ces substances, y compris les surdoses de substances sur ordonnance, en vente libre et illicites, ont augmenté depuis le début de la pandémie. Les données provisoires montrent que, à l'échelle nationale, le nombre de décès attribuables à une intoxication accidentelle par des substances nocives et à l'exposition à ces substances s'est établi à 4 605 en 2020 et à 6 310 en 2021, et ces chiffres devraient augmenter avec les révisions futures apportées aux données. En comparaison, au plus fort de la crise des surdoses en 2017, 4 830 décès avaient été attribués à une intoxication involontaire.

Les groupes d'âge plus jeunes représentaient un nombre disproportionné des décès attribuables à une intoxication accidentelle. Chez les personnes de moins de 45 ans, il y a eu 2 640 décès de ce genre en 2020 et 3 600 en 2021, tandis que, chez les 45 à 64 ans, il y a eu 1 735 décès en 2020 et 2 355 en 2021. À titre de comparaison, chez les personnes de 65 ans et plus, il y a eu 230 décès attribuables à une intoxication accidentelle en 2020 et 350 en 2021.

La mortalité causée par l'alcool a également augmenté de manière importante pendant la pandémie. En 2020, il y a eu 3 790 décès causés par l'alcool au Canada, et 3 875 en 2021, comparativement à 3 200 décès en 2019. L'augmentation de 18 % enregistrée de 2019 à 2020 correspond au plus grand changement d'une année à l'autre des décès causés par l'alcool observé au cours des 20 dernières années au moins. Les effets de cette augmentation ont été les plus ressentis chez les personnes de moins de 65 ans, le nombre de décès causés par l'alcool de 2019 à 2020 dans ce groupe d'âge affichant une augmentation de 27 % (passant de 1 955 à 2 490), comparativement à une hausse de 4 % (passant de 1 245 à 1 300) chez les 65 ans et plus. En 2021, les décès causés par l'alcool se sont établis à 2 525 chez les moins de 65 ans et à 1 345 chez les 65 ans et plus, soit des niveaux semblables à ceux observés en 2020.

Dans le cadre de son engagement à tenir les Canadiens informés des effets de la pandémie, la diffusion d'aujourd'hui comprend une nouvelle mise à jour de l'ensemble de données provisoires de la Base canadienne de données de l'état civil — Décès, qui porte sur la période allant du 1er janvier 2020 au 5 novembre 2022. Ces données sont mises à jour avec les informations les plus récentes disponibles chaque mois.

  Note aux lecteurs

Les données diffusées aujourd'hui sont provisoires, car elles ne sont pas fondées sur tous les décès qui sont survenus pendant la période de référence, en raison des délais de déclaration et puisque les données ne sont pas offertes pour le Yukon. Les chiffres provisoires sur les décès sont fondés sur les données déclarées à Statistique Canada par les registraires provinciaux et territoriaux de l'état civil. Les estimations provisoires des décès ont été corrigées pour tenir compte des données incomplètes, dans la mesure du possible. Le nombre de cas de surmortalité dont il est question dans la présente analyse renvoie aux estimations provisoires. Pour obtenir des renseignements sur les méthodes utilisées, veuillez consulter le module « Définitions, sources de données et méthodes » relatif à la Base canadienne de données de l'état civil – Décès.

Les chiffres et les estimations provisoires des décès diffusés aujourd'hui pourraient ne pas correspondre à ceux provenant d'autres sources, comme les reportages dans les médias, ou à ceux provenant des autorités provinciales ou territoriales de la santé ou d'autres organismes.

Il existe plusieurs façons de mesurer la surmortalité, et chacune présente ses points forts et ses points faibles. Un certain nombre de défis se posent également quand vient le temps de mesurer la surmortalité, surtout lorsqu'il faut estimer correctement le nombre de décès attendu comparativement au nombre de décès actuel, en ayant comme base de comparaison un contexte sans pandémie de COVID-19. Des variations importantes peuvent être observées d'une année à l'autre dans le nombre annuel de décès, particulièrement dans les provinces les moins peuplées et dans les territoires. De plus, le décompte annuel des décès peut être influencé par les changements survenus au sein de la composition de la population, plus particulièrement relativement à l'âge, et par les changements observés dans les taux de mortalité (par exemple une réduction de la mortalité). Dans le contexte canadien, où l'on retrouve une population vieillissante et croissante, le nombre de décès a augmenté de façon constante au cours des dernières années; par conséquent, on s'attend à un nombre plus élevé de décès en 2021 et en 2022, indépendamment de la COVID-19.

Un autre défi qui se pose est la difficulté de recueillir des données actuelles sur le nombre de décès. Compte tenu de ces considérations, la méthode choisie par Statistique Canada pour estimer les décès attendus — qui a également été adoptée par des organisations de plusieurs autres pays, dont les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis — est adaptée d'un algorithme de détection des maladies infectieuses qui a été largement utilisé pour surveiller la mortalité ces dernières années.

De plus amples renseignements sur la surmortalité enregistrée dans le contexte de la pandémie de COVID-19 au Canada peuvent être obtenus dans l'article « La surmortalité au Canada pendant la pandémie de la COVID-19 ».

À compter de septembre 2022, le Québec a mis en œuvre l'enregistrement électronique des décès, ce qui a permis de déclarer plus rapidement les décès dans la province. Alors que Statistique Canada a ajusté le nombre de décès hebdomadaires pour tenir compte des retards de déclaration, l'ampleur de ces ajustements pourrait ne plus s'appliquer au Québec.

La diffusion mensuelle précédente comprenait des estimations ajustées pour le Québec se terminant la semaine du 1er octobre 2022. En réponse aux données plus actuelles, par souci de prudence, les estimations pour les semaines se terminant le 24 septembre et le 1er octobre 2022 ont été remplacées par le nombre de décès déclarés à Statistique Canada, sans aucun ajustement, dans les tableaux 13-10-0762-10, 13-10-0784-10, 13-10-0792-10 et 13-10-0810-10. Les chiffres pour les semaines les plus récentes seront mis à jour lorsque de données supplémentaires auront été reçues pour mieux comprendre le nouveau flux d'informations.

La totalisation des causes de décès est fondée sur la cause initiale du décès, définie par l'Organisation mondiale de la Santé comme la maladie ou le traumatisme qui a déclenché l'évolution morbide menant directement au décès, ou comme les circonstances de l'accident ou de la violence qui ont entraîné le traumatisme mortel. La cause principale du décès est déterminée parmi les causes et les conditions énumérées sur le certificat médical de la cause du décès, lequel est rempli par un professionnel de la santé, un médecin légiste ou un coroner. Il est possible d'obtenir de plus amples renseignements sur les causes de décès, y compris la classification et la certification des décès liés à la COVID-19, dans l'étude « Comorbidités liées aux décès impliquant la COVID-19 au Canada ».

La catégorie de l'intoxication accidentelle comprend les intoxications par diverses drogues illégales, les médicaments sur ordonnance et en vente libre, l'alcool, ainsi que les solvants et les pesticides.

La mortalité causée par l'alcool comprend le décès attribuable aux causes suivantes :

  • Pseudosyndrome de Cushing dû à l'alcool
  • Troubles mentaux et du comportement liés à l'utilisation d'alcool
  • Dégénérescence du système nerveux liée à l'alcool
  • Polynévrite alcoolique
  • Myopathie alcoolique
  • Myocardiopathie alcoolique
  • Gastrite alcoolique
  • Maladie alcoolique du foie
  • Pancréatite aiguë alcoolique
  • Pancréatite chronique alcoolique
  • Présence d'alcool dans le sang
  • Intoxication accidentelle par l'alcool et exposition à l'alcool
  • Auto-intoxication par l'alcool et exposition à l'alcool
  • Intoxication par l'alcool et exposition à l'alcool, intention non déterminée.

Les références à la période allant de la fin mars 2020 à la fin août 2022 désignent la période allant de la semaine se terminant le 28 mars 2020 à la semaine se terminant le 27 août 2022.

Les références à la période allant du début janvier 2022 à la fin février 2022 désignent la période allant de la semaine se terminant le 8 janvier 2022 à la semaine se terminant le 26 février 2022.

Les références à la période allant de la mi-avril 2022 à la mi-mai 2022 désignent la période allant de la semaine se terminant le 23 avril 2022 à la semaine se terminant le 21 mai 2022.

Produits

Le portail Statistiques sur l'espérance de vie et décès, qui fournit des renseignements sur les décès au Canada, a été mis à jour aujourd'hui. Il présente un Tableau de bord des décès provisoires et de la surmortalité au Canada, qui fournit des renseignements récents sur les tendances de la surmortalité ainsi que des outils interactifs de visualisation de données.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (infostats@statcan.gc.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias (statcan.mediahotline-ligneinfomedias.statcan@statcan.gc.ca).

Date de modification :