Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Statistiques financières trimestrielles des entreprises, troisième trimestre de 2022

Diffusion : 2022-11-23

Revenu net avant impôt des sociétés canadiennes, données désaisonnalisées

136,8 milliards de dollars

Troisième trimestre de 2022

Les perspectives économiques des entreprises se sont détériorées au troisième trimestre. Les hausses successives des taux directeurs (augmentation de 175 points de base au cours du trimestre) ont commencé à refroidir l'économie. La pénurie de main-d'œuvre qui perdure, la tendance à la baisse des prix des produits énergétiques et métalliques, et la dépréciation de 2,3 % du dollar canadien par rapport au dollar américain ont accru l'incertitude et les préoccupations concernant un ralentissement économique.

Les prix ont atteint un sommet au trimestre précédent et les investissements des entreprises se sont contractés sous l'effet de la hausse des coûts d'emprunt, ce qui s'est répercuté sur la rentabilité du secteur canadien des sociétés au troisième trimestre.

Les sociétés canadiennes ont enregistré une baisse de 8,1 % (-12,1 milliards de dollars) du bénéfice net avant impôts (BNAI) au troisième trimestre. Cette nette diminution est principalement attribuable à un recul enregistré tant dans le secteur financier (-11,6 %) que dans le secteur non financier (-6,7 %).

L'Outil de visualisation du relevé trimestriel des états financiers fournit un aperçu complet des variations trimestrielles du rendement financier des entreprises.

Les préoccupations croissantes liées à une contraction de l'économie entraînent une baisse du prix des produits dans de nombreux secteurs

Le BNAI tiré de l'extraction de pétrole et de gaz a reculé de 3,4 % au troisième trimestre pour s'établir à 14,1 milliards de dollars sous l'effet de la baisse des prix.

La diminution des prix du pétrole brut s'est principalement reflétée dans la baisse du prix de référence du West Texas Intermediate (WTI) et dans l'accroissement de l'écart entre les prix du WTI et du Western Canadian Select (WCS). Les prix des produits énergétiques bruts ont fléchi de 10,6 % au troisième trimestre, comme en témoigne l'Indice des prix des matières brutes (IPMB). La diminution des exportations de pétrole brut vers les États-Unis a en partie été à l'origine d'une baisse de la rentabilité du secteur pétrolier et gazier, la hausse de l'offre aux États-Unis ayant permis de débloquer plus de barils de pétrole de leurs réserves stratégiques de pétrole.

Au troisième trimestre, l'indice des prix du gaz naturel a reculé de 15,8 %. De même, le prix de référence de l'Alberta Energy Company (AECO) a fléchi sous l'effet de la hausse des niveaux de production et de l'allègement des restrictions visant à réduire la production dans le bassin sédimentaire de l'Ouest canadien. Parallèlement, les exportations de gaz naturel ont diminué de 6,2 % en raison des travaux d'entretien de gazoducs dans l'Ouest canadien qui ont limité la capacité des pipelines d'exportation de gaz naturel.

Le BNAI provenant de la fabrication de produits du pétrole et du charbon a affiché une baisse notable de 61,7 % (-5,0 milliards de dollars) au troisième trimestre.

Les ventes de produits pétroliers raffinés ont diminué de 8,0 % au troisième trimestre principalement sous l'effet de la baisse des prix. Au troisième trimestre, le prix des produits énergétiques a fléchi au Canada, puisque les États-Unis ont réduit considérablement leur demande de pétrole brut canadien. Il en a découlé une augmentation de 2,3 % des exportations, qui avaient affiché une augmentation dans les deux chiffres. Les prix des produits pétroliers raffinés ont diminué de 11,6 %, affichant leur première baisse depuis le deuxième trimestre de 2020, selon l'Indice des prix des produits industriels (IPPI). La diminution du BNAI du bénéfice net avant impôts s'explique également par la hausse des dépenses liées aux réévaluations des actifs au cours du troisième trimestre de 2022.

Le BNAI de l'extraction minière et de l'exploitation en carrière et des activités de soutien a baissé de 73,8 % au troisième trimestre pour s'établir à 1,5 milliard de dollars, comparativement à 5,6 milliards de dollars au trimestre précédent.

Les prix des minerais et concentrés de métaux ont reculé de 12,2 % au cours du troisième trimestre, selon l'IPMB. Les minerais de fer (-21,5 %) et les minerais de cuivre (-17,0 %) sont deux minéraux métalliques qui ont affiché les baisses de prix les plus prononcées au cours du trimestre. Les mouvements à la baisse des prix du fer et du cuivre ont été en grande partie influencés par les craintes croissantes d'un ralentissement économique mondial.

La constatation d'une charge de dépréciation hors trésorerie de 1,2 milliard de dollars au troisième trimestre a également eu une incidence sur la diminution du BNAI au cours de la même période.

De plus, les prix des produits primaires de métaux non ferreux (-13,5 %) et les prix pratiqués par les producteurs de produits primaires de métaux ferreux (-7,2 %) ont diminué, selon l'IPPI. Le recul des prix combiné à un repli trimestriel des exportations de métaux de première transformation de 6,0 % — la première diminution depuis le deuxième trimestre de 2020 — a en grande partie contribué à une réduction de 14,9 % du BNAI tiré de la première transformation des métaux et de la fabrication de produits métalliques au troisième trimestre de 2022.

La hausse des coûts de construction réduit la rentabilité du secteur de la construction

Le BNAI de l'industrie de la construction a diminué de 11,1 % au troisième trimestre, les pressions sur les coûts ayant eu des conséquences défavorables pour l'industrie.

Au cours du trimestre, les coûts de la construction de bâtiments résidentiels ont progressé de 2,5 % et ceux de la construction de bâtiments non résidentiels, de 2,1 %, selon l'Indice des prix de la construction de bâtiments. L'augmentation des coûts de construction est en partie attribuable aux pressions à la hausse exercées sur les salaires qui ont fait croître les coûts de main-d'œuvre. Les coûts de construction sont également demeurés élevés en raison de la croissance des prix du ciment et du béton. Selon l'IPPI, le prix du ciment a augmenté de 4,0 % au cours du troisième trimestre, ce qui représente la deuxième hausse en importance depuis le deuxième trimestre de 2020, pendant la phase initiale de la pandémie.

Le bénéfice net avant impôts du secteur financier diminue à mesure que l'incertitude économique s'amplifie au cours du trimestre

La Banque du Canada a continué de hausser son taux directeur au troisième trimestre, l'augmentant de 175 points de base, tandis que le taux d'inflation moyen a légèrement fléchi pour se fixer à 7,2 % au cours du trimestre. La hausse du taux directeur et l'incertitude économique croissante ont contribué à un recul de 4,8 % à la Bourse de Toronto (TSX).

Le BNAI des sociétés financières a diminué de 11,6 % pour s'établir à 39,0 milliards de dollars au troisième trimestre.

Les activités bancaires et autres activités d'intermédiation financière par le biais de dépôts ont affiché une baisse de 3,9 milliards de dollars (-23,1 %) au troisième trimestre. Ce repli découle principalement du fait que la provision pour pertes sur créances a été portée à 1,0 milliard de dollars (+151,0 %) en raison de l'évolution défavorable des perspectives économiques. La dernière fois où la provision pour pertes sur créances a été aussi élevée était au premier trimestre de 2021 (1,1 milliard de dollars). La diminution du BNAI a été légèrement contrebalancée par l'augmentation de 4,8 % du revenu net d'intérêts, qui s'est chiffré à 17,8 milliards de dollars, en partie sous l'effet de la hausse des prêts hypothécaires (+1,1 %) et des prêts non hypothécaires (+1,3 %). Les prêts sur cartes de crédit aux particuliers ont augmenté de 3,0% au troisième trimestre de 2022, suivant une hausse de 7,1% au trimestre précédent. Selon Equifax, l'utilisation des cartes de crédit au troisième trimestre s'est accrue pour le sixième trimestre consécutif, et le solde moyen des cartes de crédit a atteint un sommet sans précédent de 2 121 $ à la fin de septembre.

Le BNAI des sociétés d'assurance a baissé de 12,6 % au troisième trimestre pour se situer à 5,5 milliards de dollars. Ce recul est principalement attribuable à l'industrie de l'assurance de biens et de risques divers, en baisse de 674 millions de dollars (-21,7 %). Le rapport sinistres-primes de l'industrie, qui correspond au pourcentage des coûts liés aux demandes de règlement par rapport aux primes acquises, a augmenté de 5,6 % au troisième trimestre pour atteindre 50,9 %. Cette hausse est en partie attribuable à une augmentation des frais de règlement (+12,9 %) dans le secteur de l'automobile de l'industrie de l'assurance de biens et de risques divers. Les sociétés d'assurance-vie, d'assurance-maladie et d'assurance de soins médicaux ont vu leur BNAI diminuer de 9,4 % pour s'établir à 2,2 milliards de dollars, en partie sous l'effet de la baisse de leurs revenus tirés des primes (-355,3 millions de dollars).

Graphique 1  Graphique 1: Bénéfice net avant impôts des sociétés (données désaisonnalisées)
Bénéfice net avant impôts des sociétés (données désaisonnalisées)

Tableau de bord maintenant offert

L'Outil de visualisation du relevé trimestriel des états financiers est un outil analytique détaillé qui présente les variations trimestrielles du rendement financier des entreprises.

Un examen plus approfondi de la rentabilité dans la chaîne d'approvisionnement alimentaire

La pandémie et le conflit en Ukraine se sont répercutés sur les chaînes d'approvisionnement dans le monde entier. Les prix pratiqués tout au long de la chaîne d'approvisionnement alimentaire ont été particulièrement touchés par ces facteurs, parmi d'autres. Au troisième trimestre de 2022, les prix des produits d'origine végétale (+3,3 %) et ceux des produits d'origine animale (+7,6 %) ont augmenté d'une année à l'autre. Selon l'Indice des prix des produits industriels, qui mesure les prix que les producteurs canadiens reçoivent lorsque les marchandises quittent l'usine, les prix de l'industrie de la fabrication d'aliments ont connu une croissance de 9,5 % d'une année à l'autre au troisième trimestre. Enfin, selon l'Indice des prix à la consommation (IPC), les prix des aliments dans les épiceries ont augmenté de 9,7 % d'une année à l'autre au troisième trimestre.

La hausse des prix a une incidence sur les entreprises qui font partie de la chaîne d'approvisionnement alimentaire, car les pressions inflationnistes se répercutent à la fois sur leurs dépenses (c.-à-d. le coût des biens vendus et les salaires des employés) et leurs revenus (c.-à-d. les ventes de biens et de produits), ce qui, au bout du compte, a un effet sur leur rentabilité. L'industrie de la fabrication d'aliments et de glace et l'industrie des magasins d'alimentation sont incluses dans cette analyse, alors que l'industrie agricole en est exclue pour des raisons méthodologiques. Les données du Relevé trimestriel des états financiers allant du premier trimestre de 2017 au troisième trimestre de 2022 montrent comment la hausse des prix observée au cours des trois trimestres de 2022 a influé sur la rentabilité de l'industrie de la fabrication d'aliments et de boissons gazeuses et de glace et celle de l'industrie des magasins d'alimentation. Les entreprises visées par la présente analyse — bien que classifiées dans les industries de la fabrication d'aliments et de boissons gazeuses et de glace, et des magasins d'alimentation — peuvent être impliquées dans d'autres activités pouvant avoir un effet sur la rentabilité de divers segments d'activités. Par exemple, les entreprises dans l'industrie des magasins d'alimentation peuvent aussi générer des revenus de ventes d'articles non alimentaires.

Le bénéfice net avant impôts (BNAI) et la marge bénéficiaire avant impôt, soit le BNAI divisé par les revenus, servent à évaluer la rentabilité des industries. Le BNAI moyen et la marge bénéficiaire moyenne avant impôt pour la période prépandémie, qui s'étend du premier trimestre de 2017 au quatrième trimestre de 2019, sont comparés à ceux de la période comprenant les trois premiers trimestres de 2022. Cette analyse aide à faire la lumière sur la rentabilité de ces deux industries en période de fortes pressions inflationnistes. La période allant du premier trimestre de 2020 au quatrième trimestre de 2021 n'est pas incluse dans l'analyse, car les mesures liées à la pandémie et les mesures de confinement ont eu une incidence sur les comportements des consommateurs, favorisant les ventes dans les épiceries, tandis que les restaurants devaient composer à des fermetures.

Le bénéfice net avant impôts moyen de l'industrie de la fabrication d'aliments et de boissons gazeuses et de glace et celle des magasins d'alimentation augmente pendant la période comprenant les trois premiers trimestres de 2022

Le bénéfice net trimestriel moyen avant impôts de l'industrie de la fabrication d'aliments et de boissons gazeuses et de glace pour la période prépandémie s'est chiffré à 1 707 millions de dollars, comparativement à 2 323 millions de dollars pour la période comprenant les trois premiers trimestres de 2022. Il s'agit d'une hausse de 616 millions de dollars du BNAI de l'industrie entre la période prépandémie et celle comprenant les trois premiers trimestres de 2022. Par comparaison, les magasins d'alimentation ont enregistré un BNAI moyen de 828 millions de dollars pour la période prépandémie, tandis que la moyenne pour la période comprenant les trois premiers trimestres de 2022 était de 1 576 millions de dollars, ce qui représente une augmentation de 748 millions de dollars.

Les magasins d'alimentation connaissent une croissance importante de leur marge bénéficiaire nette

La marge bénéficiaire avant impôt indique le montant relatif du BNAI que l'entreprise tire de ses revenus.

Alors que la marge bénéficiaire nette moyenne trimestrielle de l'industrie de la fabrication d'aliments et de boissons gazeuses et de glace a légèrement augmenté au cours de la période comprenant les trois premiers trimestres de 2022, la marge bénéficiaire moyenne avant impôt des magasins d'alimentation a affiché une hausse marquée.

La marge de l'industrie de la fabrication d'aliments et de boissons gazeuses et de glace était de 5,3 % en moyenne avant 2020, alors qu'elle a atteint une moyenne de 5,4 % pour les trois premiers trimestres de 2022, ce qui représente une augmentation de 0,1 % entre les deux périodes. En ce qui concerne les magasins d'alimentation, leur marge bénéficiaire moyenne avant impôt s'établissait à 2,2 % avant 2020 et est passée à 3,5 % au cours de la période comprenant les trois premiers trimestres de 2022, ce qui représente une augmentation de 1,2 % entre la période avant 2020 et celle comprenant les trois premiers trimestres de 2022 (les chiffres ayant été arrondis, leur somme peut ne pas correspondre aux totaux indiqués).

Dans l'ensemble, la hausse du BNAI des magasins d'alimentation est principalement attribuable à un volume plus élevé de ventes et à une croissance de leur marge bénéficiaire. Bien que sa marge bénéficiaire avant impôt ait atteint une moyenne de 3,5 % au cours des trois premiers trimestres de 2022, cette industrie continue d'enregistrer de faibles marges par rapport à la marge moyenne avant impôt (8,7 %) des industries non financières.

Graphique 2  Graphique 2: Bénéfice net avant impôt (données non désaisonnalisées)
Bénéfice net avant impôt (données non désaisonnalisées)

Graphique 3  Graphique 3: Marge bénéficiaire avant impôt (données non désaisonnalisées)
Marge bénéficiaire avant impôt (données non désaisonnalisées)

  Note aux lecteurs

Pour obtenir des renseignements sur la désaisonnalisation, veuillez consulter la page Données désaisonnalisées — Foire aux questions.

Nouvelles données disponibles

Trois variables (total des revenus d'exploitation, total des dépenses d'exploitation, et le bénéfice ou la perte d'exploitation) sont ajoutées aux tableaux actuels au troisième trimestre de 2022. Depuis le premier trimestre de 2020, le « total des revenus d'exploitation », le « total des dépenses d'exploitation » et « le bénéfice ou la perte d'exploitation » sont maintenant dérivés à partir d'autres informations recueillies dans le questionnaire. Avant le premier trimestre de 2020, ces trois variables étaient rapportées directement dans le questionnaire par les entreprises. Les utilisateurs de données devraient être prudents en effectuant des comparaisons avant et après le premier trimestre de 2020 puisque ces trois variables sont maintenant compilées différemment.

Révisions, étalonnage et extrapolation rétroactive

La diffusion des données du Relevé trimestriel des états financiers (RTEF) pour le troisième trimestre de 2022 comprenait des estimations révisées pour le premier trimestre et le deuxième trimestre de 2022.

Précédemment, la diffusion des données du RTEF pour le quatrième trimestre de 2021 comprenait des estimations rétrospectives pour les périodes de référence allant du premier trimestre de 2010 au quatrième trimestre de 2019. Ces dernières incluent des estimations corrigées non désaisonnalisées pour un certain nombre de variables de ces périodes de référence.

Les changements suivants ont été apportés à l'enquête à partir du premier trimestre de 2020 :

  1. Du nouveau contenu a été intégré au premier trimestre de 2020 afin d'harmoniser l'enquête aux nouvelles normes comptables adoptées par les sociétés à partir de 2011.
  2. De nouvelles ventilations industrielles ont été mises en place, ce qui permet une meilleure granularité dans la diffusion des données. Par conséquent, certains regroupements industriels ont été fusionnés, d'autres ont été scindés et certains n'ont fait l'objet d'aucun changement.
  3. L'échantillon de l'enquête a été modifié pour tenir compte des nouvelles ventilations d'industries. Cependant, on a assuré un chevauchement maximal de l'échantillon avec l'échantillon précédent.
  4. Une stratégie d'imputation plus automatisée a été mise en œuvre pour simplifier le processus et réduire les interventions manuelles.

Extrapolation rétrospective

Les estimations rétrospectives sont le résultat d'un processus de rapprochement visant à faire en sorte que les séries trimestrielles correspondent aux niveaux d'un ensemble de renseignements provenant de sources d'enquête et de sources administratives, de même que de l'application de la variation d'un trimestre à l'autre des estimations historiques du RTEF.

Plusieurs raisons permettent d'expliquer les changements dans les données par rapport aux estimations publiées précédemment, dont les mises à jour de la population de l'enquête, les reclassifications de l'industrie et les révisions des données.

Bien que des efforts considérables soient déployés pour que soient appliquées des normes rigoureuses à l'ensemble du processus de rapprochement, les estimations produites sont inévitablement sujettes à un certain degré d'erreur. On incite donc les utilisateurs à faire preuve de prudence lorsqu'ils effectuent des comparaisons historiques.

Étalonnage

Pour le RTEF, les estimations des années de référence de 2020 et des années suivantes ont été rapprochées depuis le premier trimestre de 2022 pour s'assurer que la série trimestrielle est conforme aux niveaux du programme des Statistiques financières et fiscales annuelles des entreprises. Des révisions plus importantes que d'habitude pourraient être effectuées plus tard, car les révisions trimestrielles, l'étalonnage annuel, l'extrapolation rétroactive et les nouvelles données d'enquête qui ont été recueillies auprès des répondants seront incorporés, afin d'améliorer la qualité des données.

Portail Statistiques sur le rendement des entreprises et la propriété

Le portail Statistiques sur le rendement des entreprises et la propriété, qui est accessible sous l'onglet Sujets de notre site Web, fournit aux utilisateurs un point d'accès unique à une grande variété de renseignements relatifs au rendement et à la propriété des entreprises au Canada.

Prochaine diffusion

Les statistiques financières des entreprises pour le quatrième trimestre seront diffusées le 24 février 2023.

Produits

Les données consolidées des bilans et des états des résultats des sociétés canadiennes sont maintenant accessibles.

Les données du Relevé trimestriel des états financiers sont également accessibles.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (infostats@statcan.gc.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias (statcan.mediahotline-ligneinfomedias.statcan@statcan.gc.ca).

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :