Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Postes vacants, quatrième trimestre de 2021

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Diffusion : 2022-03-22

Au quatrième trimestre de 2021, le nombre de postes vacants au Canada a atteint un sommet de 915 500, ce qui était presque inchangé par rapport au troisième trimestre (912 600). Le sommet atteint au quatrième trimestre a coïncidé avec une reprise presque complète de l'emploi salarié ainsi qu'avec une baisse du chômage.

Les données trimestrielles de l'Enquête sur les postes vacants et les salaires (EPVS) fournissent des renseignements supplémentaires qui complètent les données mensuelles sur les postes vacants publiées précédemment. Tandis que les estimations mensuelles de l'EPVS fournissent des renseignements plus actuels sur le nombre de postes vacants selon la province et le secteur d'activité, les données trimestrielles de l'EPVS fournissent des renseignements sur les postes vacants selon le sous-secteur, le nombre de postes vacants selon la profession, les salaires offerts, et l'évolution de la durée pendant laquelle les postes restent vacants.

Le nombre de postes vacants demeure élevé

Dans l'ensemble des 20 secteurs, les employeurs canadiens cherchaient à pourvoir 915 500 postes vacants au quatrième trimestre de 2021, en hausse de 80,0 % par rapport à 2019, et en hausse de 63,4 % par rapport à 2020.

Infographie 1  Vignette de l'infographie 1: Postes vacants au Canada, 2017 à 2021
Postes vacants au Canada, 2017 à 2021

Le taux de postes vacants — qui mesure le nombre de postes vacants exprimé en proportion de la demande totale de main-d'œuvre (postes occupés et vacants) — s'est établi à 5,3 % au quatrième trimestre de 2021, en baisse par rapport à 5,4 % au trimestre précédent, mais en hausse par rapport à 3,0 % au quatrième trimestre de 2019 et à 3,5 % au quatrième trimestre de 2020.

Du troisième trimestre au quatrième trimestre de 2021, le nombre de postes vacants a peu varié dans la plupart des provinces. Les seules exceptions notables ont été la Nouvelle-Écosse (+11,9 % pour atteindre 20 300), et le Manitoba (+5,9 % pour atteindre 25 800), où le nombre de postes vacants a augmenté. Comparativement à deux ans plus tôt, le nombre de postes vacants était en hausse de 80,0 % à l'échelle nationale, et les hausses provinciales les plus marquées ont été enregistrées à l'Île-du-Prince-Édouard (+87,1 %), au Québec (+87,9 %), en Alberta (+89,0 %) et en Saskatchewan (+90,1 %).

Le nombre de postes vacants a atteint un sommet historique dans huit secteurs au quatrième trimestre, à savoir les soins de santé et l'assistance sociale (+6,6 % pour atteindre 126 000); le commerce de détail (+9,1 % pour atteindre 113 500); les services professionnels, scientifiques et techniques (+6,6 % pour atteindre 65 500); les services administratifs, les services de soutien, les services de gestion des déchets et les services d'assainissement (+14,3 % pour atteindre 63 000); les autres services (sauf les administrations publiques) (+7,5 % pour atteindre 37 800); les services d'enseignement (+6,0 % pour atteindre 21 100); les services immobiliers et les services de location et de location à bail (+16,3 % pour atteindre 10 500) et les services publics (+17,4 % pour atteindre 2 300). Le nombre de postes vacants dans les administrations publiques a aussi augmenté du troisième trimestre au quatrième trimestre de 2021, en hausse de 4,5 % pour atteindre 13 200.

Parallèlement, le nombre de postes vacants a diminué dans le secteur des services d'hébergement et de restauration, en baisse de 12,1 % pour s'établir à 143 300, après avoir atteint un sommet inégalé de 163 000 au troisième trimestre. La majeure partie de cette baisse était prévue et peut être attribuée aux effets saisonniers puisque le nombre de postes vacants dans ce secteur diminue habituellement du troisième trimestre au quatrième trimestre de l'année.

Le nombre de postes vacants a diminué ou a peu varié dans les 10 secteurs restants du troisième trimestre au quatrième trimestre de 2021.

Le nombre de postes vacants est en hausse dans tous les secteurs par rapport aux niveaux observés avant la COVID-19

Par rapport à deux ans plus tôt, le nombre de postes vacants était en hausse dans les 20 secteurs au Canada. Cinq secteurs ont été à l'origine de 65,0 % de l'augmentation globale, soit les services d'hébergement et de restauration (20,0 %), les soins de santé et l'assistance sociale (15,2 %), le commerce de détail (11,2 %), la fabrication (9,6 %) et la construction (8,9 %). Dans le secteur des soins de santé et de l'assistance sociale et dans celui de la construction, l'emploi salarié était en hausse au quatrième trimestre de 2021 par rapport au niveau observé en février 2020 avant la COVID-19 (Enquête sur l'emploi, la rémunération et les heures de travail [EERH], données désaisonnalisées), ce qui laisse à penser que l'emploi dans ces deux secteurs s'est redressé et que la hausse du nombre de postes vacants découle d'une augmentation de la demande de main-d'œuvre.

Les employeurs du secteur de la construction cherchaient activement à pourvoir 69 000 postes vacants au quatrième trimestre de 2021, ce qui représente plus du double du nombre (32 900) observé au quatrième trimestre de 2019. Les hausses les plus marquées ont été observées dans les sous-secteurs des entrepreneurs spécialisés (+113,7 %; +23 600) et de la construction de bâtiments (+105,4 %; +9 900). L'augmentation du nombre de postes vacants dans les professions connexes de la construction était répartie entre différents niveaux de compétence, et les augmentations les plus prononcées ont été observées chez les aides de soutien des métiers et manœuvres en construction (+158,4 %; +11 100) et chez les charpentiers-menuisiers et charpentières-menuisières (+127,2 %; +6 100).

L'emploi salarié dans la construction était en hausse de 3,2 % au quatrième trimestre de 2021 par rapport à son niveau de février 2020 avant la COVID-19 (EERH, données désaisonnalisées). Les résultats récents de l'Enquête sur la population active ont révélé que l'emploi dans le secteur a augmenté de 95 000 travailleurs de décembre 2021 à février 2022, après que la valeur totale des permis de bâtir a atteint un sommet historique au quatrième trimestre de 2021.

La demande de main-d'œuvre sans précédent dans le système de soins de santé, qui a été exacerbée par la COVID-19, a contribué à l'augmentation du nombre de postes vacants dans le secteur des soins de santé et de l'assistance sociale. Il y avait 126 000 postes vacants dans ce secteur au quatrième trimestre de 2021, ce qui représente près du double du nombre de postes vacants enregistré deux ans plus tôt (64 000). Parallèlement, l'emploi salarié dans le secteur était en hausse de 5,3 % (+109 500) par rapport à son niveau d'avant la COVID-19, en février 2020 (EERH, données désaisonnalisées).

Le nombre de postes vacants a augmenté dans tous les sous-secteurs de la santé au cours de la période de deux ans, et en particulier dans les hôpitaux (+91,6 %; +18 400) et dans les établissements de soins infirmiers et de soins pour bénéficiaires internes (+115,0 %, +18 800). Proportionnellement, les augmentations les plus marquées du nombre de postes vacants dans les établissements de soins infirmiers et de soins pour bénéficiaires internes sont survenues en Ontario (+163,7 %; +10 000), tandis que, dans les hôpitaux, les plus fortes hausses ont été enregistrées au Québec (+131,7 %; +7 100) et en Colombie-Britannique (+127,1 %; +2 800). En raison de la hausse du nombre de postes vacants dans les sous-secteurs de la santé, le nombre de postes vacants a augmenté dans les professions de la santé. Parmi celles-ci, les hausses les plus importantes du nombre de postes vacants ont été observées chez les infirmiers autorisés et infirmières autorisées et chez les infirmiers psychiatriques autorisés et infirmières psychiatriques autorisées (+117,1 % pour atteindre 23 000), de même que chez les aides-infirmiers et aides-infirmières, aides-soignants et aides-soignantes et préposés aux bénéficiaires et préposées aux bénéficiaires (+81,3 % pour atteindre 20 500). De plus, le nombre de postes vacants chez les infirmiers auxiliaires et infirmières auxiliaires a augmenté de 190,2 % pour atteindre 10 800 au cours de la période de deux ans.

Le secteur des services d'hébergement et de restauration a été durement touché par la pandémie de COVID-19 et les restrictions de santé publique connexes. Le nombre de postes vacants dans ce secteur s'est établi à 143 300 au quatrième trimestre de 2021, en hausse de 132,1 % (+81 500) par rapport au quatrième trimestre de 2019. Bien que ce secteur ait enregistré la plus forte augmentation du nombre de postes vacants au cours de cette période, la demande de travail totale, qui comprend tous les postes occupés et vacants, était inférieure de 7,4 % (-106 000) au niveau observé deux ans plus tôt. Le sous-secteur des services de restauration et des débits de boissons a été à l'origine de 91,6 % de l'augmentation globale des postes vacants dans le secteur.

Il y avait 81 400 postes vacants dans le secteur de la fabrication au quatrième trimestre de 2021, en hausse de 93,1 % (+39 300) par rapport au même trimestre deux ans plus tôt. Cette augmentation s'est répartie entre plusieurs sous-secteurs, et les hausses les plus prononcées ont été observées dans la fabrication de matériel de transport (+119,9 %; +4 200), dans la fabrication de machines (+102,8 %; +4 000) et dans la fabrication d'aliments (+85,1 %; +7 500).

Dans le commerce de détail, le nombre de postes vacants a augmenté de 67,1 % (+45 600) pour atteindre 113 500 au quatrième trimestre de 2021 par rapport au quatrième trimestre de 2019, et les hausses les plus marquées ont été enregistrées dans les magasins d'alimentation (+75,3 %; +11 700) et dans les magasins de marchandises diverses (+102,1 %; +9 800). Parmi les professions prédominantes dans le secteur, le nombre de postes vacants a augmenté le plus chez les vendeurs et vendeuses du commerce de détail (+48,9 %; +16 800).

Le resserrement du marché du travail entraîne une augmentation de la période pendant laquelle les postes sont vacants

Le ratio chômeurs-postes vacants représente le nombre de personnes au chômage par poste vacant. Une diminution de ce ratio indique un resserrement du marché du travail, car moins de chômeurs sont disponibles pour pourvoir les postes vacants, ce qui peut augmenter la période pendant laquelle les postes sont vacants.

À l'échelle nationale, le ratio chômeurs-postes vacants était de 1,3 au quatrième trimestre de 2021, en baisse par rapport à 2,9 au cours de la même période en 2020. (Les données sur le chômage sont tirées de l'Enquête sur la population active et ne sont pas désaisonnalisées.)

Au quatrième trimestre de 2021, 49,1 % (449 200) des postes vacants dans tous les secteurs étaient vacants pendant 60 jours ou plus, en hausse par rapport à 35,8 % (200 600) au même trimestre en 2020. Au cours de la même période, la proportion de postes vacants pour lesquels les employeurs prévoyaient continuer de chercher d'autres candidats après les avoir pourvus s'est établie à 56,2 % en 2021, en hausse par rapport à 50,4 % en 2020. L'augmentation du nombre de postes faisant l'objet d'un recrutement constant pourrait signaler une hausse des pénuries de main-d'œuvre ou un faible maintien en poste des employés.

La profession ayant enregistré la plus forte hausse du nombre de postes vacants pendant 60 jours ou plus était celle des serveurs et serveuses au comptoir, des aides de cuisine et du personnel de soutien, pour laquelle 60,8 % des postes vacants le sont restés pendant 60 jours au plus au quatrième trimestre de 2021, en hausse par rapport à 43,3 % un an plus tôt. Les autres professions ayant enregistré de fortes hausses du nombre de postes vacants pendant 60 jours ou plus incluaient les vendeurs et vendeuses du commerce de détail (de 11,8 % à l'automne 2020 à 33,3 % au quatrième trimestre de 2021), les cuisiniers et cuisinières (de 41,8 % à 65,1 %) et les serveurs et serveuses d'aliments et de boissons (de 40,7 % à 60,7 %). Au cours de la même période, la proportion de postes de vendeurs et vendeuses du commerce de détail ayant fait l'objet d'un recrutement constant a augmenté pour passer de 31,5 % à 52,3 %. Il convient de souligner que ces quatre professions offrent des salaires relativement faibles et, mis à part les vendeurs et vendeuses du commerce de détail, sont surtout concentrées dans les services d'hébergement et de restauration, le secteur qui a enregistré la plus forte augmentation sur 12 mois du nombre de postes vacants.

La croissance des salaires offerts dépasse celle de l'Indice des prix à la consommation dans les entreprises comptant moins de 20 employés

Selon les résultats de l'Enquête canadienne sur la situation des entreprises, qui a été menée du mois d'octobre au début de novembre 2021, 25,1 % des entreprises ont déclaré qu'elles prévoyaient augmenter les salaires offerts aux nouveaux employés pour surmonter les obstacles liés à l'embauche et au recrutement.

Les résultats de l'EPVS révèlent que, dans l'ensemble, les salaires horaires moyens offerts ont augmenté de 1,8 % (0,8 point de pourcentage de plus que la hausse de l'Indice des prix à la consommation [IPC]) du troisième trimestre au quatrième trimestre de 2021, et de 5,5 % (une hausse identique à celle de l'IPC) depuis le quatrième trimestre de 2019.

Du quatrième trimestre de 2019 au quatrième trimestre de 2021, la proportion du total des postes vacants des petites entreprises (comptant moins de 20 employés) a augmenté pour passer de 32,1 % à 34,1 %, tandis que celle des grandes entreprises (comptant plus de 500 employés) a diminué pour passer de 16,1 % à 13,4 %.

Au cours de la même période, les salaires horaires moyens offerts ont augmenté de 5,6 % (pour atteindre 28,55 $) dans les grandes entreprises, une hausse presque identique à celle de l'IPC (+5,5 %), tandis qu'ils ont augmenté de 8,1 % (pour atteindre 21,15 $) dans les petites entreprises.

La croissance des salaires horaires moyens offerts dans les petites entreprises a dépassé la croissance de l'IPC au cours de la même période dans 11 des 20 secteurs. Parmi ces secteurs, ceux qui ont enregistré les plus fortes augmentations en pourcentage sont la construction (+11,1 % pour atteindre 25,55 $) et le commerce de détail (+11,1 % pour atteindre 17,35 $).

Dans les services d'hébergement et de restauration, les salaires horaires moyens offerts dans les petites entreprises ont augmenté plus que l'IPC (+6,8 % pour s'établir à 15,55 $). Cependant, la hausse des salaires offerts a été plus marquée dans les grandes entreprises de ce secteur (+18,8 %, pour les porter à 22,60 $).

Dans le secteur de la fabrication, bien que les salaires horaires moyens offerts aient peu varié dans l'ensemble, ils ont augmenté de 4,3 % pour atteindre 21,10 $ dans les petites entreprises, ce qui représente l'augmentation la plus importante pour l'ensemble des entreprises de toutes les tailles.

Regard vers l'avenir

Statistique Canada continuera de surveiller le niveau de demande de main-d'œuvre non comblée au moyen des résultats mensuels de l'EPVS. Les résultats de janvier 2022 seront diffusés le 29 mars 2022. Des renseignements détaillés pour le premier trimestre de 2022, y compris des renseignements sur le profil des professions et des compétences des postes vacants et les changements dans les salaires horaires moyens offerts, seront publiés le 21 juin 2022.



  Note aux lecteurs

L'Enquête sur les postes vacants et les salaires (EPVS) fournit des données exhaustives sur les postes vacants et les salaires offerts selon le secteur d'activité et la profession détaillée pour le Canada, les provinces, les territoires et les régions économiques. Les données sur les postes vacants et les salaires offerts sont diffusées trimestriellement.

Les estimations selon le secteur sont fondées sur la version 3.0 du Système de classification des industries de l'Amérique du Nord de 2017. Les estimations selon la région géographique sont fondées sur la Classification géographique type de 2016. Les estimations selon la profession correspondent à la version 1.3 de la Classification nationale des professions (CNP) de 2016. La CNP est une structure hiérarchique à quatre niveaux de groupes de professions comportant des niveaux successifs de désagrégation. La structure est la suivante : 1) 10 grandes catégories professionnelles (CNP à un chiffre); 2) 40 grands groupes (CNP à deux chiffres); 3) 140 groupes intermédiaires (CNP à trois chiffres); 4) 500 groupes de base (CNP à quatre chiffres).

En raison de la pandémie de COVID-19, la collecte des données de l'EPVS a été suspendue pour les deuxième et troisième trimestres de 2020.

En janvier 2020, un nouveau questionnaire électronique a été mis en place. Les modifications mineures apportées au contenu sont documentées dans le plus récent Guide de l'Enquête sur les postes vacants et les salaires (Numéro au catalogue75-514-G).

Depuis la période de référence d'octobre 2020, des estimations mensuelles provisoires de l'EPVS sont diffusées chaque mois en même temps que la diffusion des données de l'Enquête sur l'emploi, la rémunération et les heures travaillées. Ces estimations fournissent des renseignements sur le nombre et le taux de postes vacants selon la province et selon le secteur d'activité.

La population cible de l'enquête comprend tous les emplacements commerciaux au Canada, à l'exclusion de ceux dont l'activité principale relève des secteurs des organismes religieux et des ménages privés. Les administrations publiques fédérale, provinciales et territoriales, ainsi que les organismes publics internationaux et autres organismes publics extraterritoriaux sont également exclus de l'enquête.

Les données de l'EPVS ne sont pas désaisonnalisées. Une certaine prudence est donc de mise dans l'interprétation des comparaisons d'un trimestre à l'autre, puisque celles-ci pourraient rendre compte de mouvements saisonniers.

La présente analyse porte sur les différences entre les estimations qui sont statistiquement significatives à un niveau de confiance de 68 %.

Les données de l'Enquête sur la population active utilisées dans le présent communiqué du Quotidien correspondent à des moyennes mobiles sur trois mois non désaisonnalisées pour le mois de décembre 2021 (à moins d'indication contraire).

Prochaine diffusion

Les données sur les postes vacants de l'EPVS pour le premier trimestre de 2022 seront diffusées le 21 juin 2022.

Produits

Il est possible d'obtenir en ligne de plus amples renseignements sur les concepts et l'utilisation des données de l'Enquête sur les postes vacants et les salaires dans le Guide de l'Enquête sur les postes vacants et les salaires (Numéro au catalogue75-514-G).

Il est également possible de consulter le produit « Indicateurs du marché du travail, selon la province, le territoire et la région économique, données non désaisonnalisées » (Numéro au catalogue71-607-X). Cette application Web dynamique donne accès aux indicateurs du marché du travail de Statistique Canada pour le Canada, selon la province, le territoire et la région économique, et elle permet aux utilisateurs d'obtenir un aperçu des indicateurs clés du marché du travail, de consulter le classement géographique pour chaque indicateur en utilisant une carte et un tableau interactifs ainsi que d'insérer facilement les données dans d'autres programmes.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (infostats@statcan.gc.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias (statcan.mediahotline-ligneinfomedias.statcan@statcan.gc.ca).

Date de modification :