Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Produit intérieur brut, revenus et dépenses, quatrième trimestre de 2021

Diffusion : 2022-03-01

Le produit intérieur brut (PIB) réel a augmenté de 1,6 % au quatrième trimestre de 2021, après avoir progressé de 1,3 % au troisième trimestre. Le PIB réel a affiché une croissance robuste de 4,6 % en 2021, à la suite de la baisse (-5,2 %) provoquée par la pandémie de COVID-19 en 2020. La demande intérieure finale s'est accrue de 0,7 % au quatrième trimestre de 2021, après avoir augmenté de 1,7 % au trimestre précédent.

Graphique 1  Graphique 1: Produit intérieur brut réel et demande intérieure finale
Produit intérieur brut réel et demande intérieure finale

La croissance du PIB réel a été stimulée par l'investissement des entreprises en ouvrages de génie (+3,5 %), par les coûts de transfert de propriété (+14,3 %), lesquels comprennent les commissions et les taxes sur les transferts fonciers associés à la revente de maisons, ainsi que par l'accumulation des stocks. Les exportations internationales ont affiché une croissance, mais celle-ci a été éclipsée par l'augmentation plus prononcée des importations. Quant à la consommation finale des ménages, la croissance observée à ce chapitre a été modérée par la hausse des prix.

Graphique 2  Graphique 2: Contribution à la variation en pourcentage du produit intérieur brut réel, quatrième trimestre de 2021
Contribution à la variation en pourcentage du produit intérieur brut réel, quatrième trimestre de 2021

L'accumulation des stocks non agricoles des entreprises (+11,0 milliards de dollars), générée notamment par les fabricants et les grossistes, a grandement contribué à la croissance observée au cours du quatrième trimestre. Dans le secteur de la fabrication, les biens non durables étaient à l'origine de la majeure partie de la croissance des stocks, et l'accumulation de biens durables a été de plus petite envergure.

Dans le secteur du commerce de gros, l'accumulation des stocks de biens durables a été assez forte au quatrième trimestre, et les biens non durables ont aussi contribué à l'accumulation. Quant au secteur du commerce de détail, les stocks y ont encore diminué, mais d'environ de moitié moins qu'au troisième trimestre. Aussi, plusieurs catégories de biens durables ainsi que de biens non durables ont affiché une baisse au cours du quatrième trimestre.

Dans l'ensemble, l'accumulation de stocks non agricoles a contribué à maintenir le ratio des stocks aux ventes en termes réels, à l'échelle de l'économie, à 0,829, soit au même niveau qu'au troisième trimestre. Ce ratio demeure cependant inférieur à la moyenne de 0,842 établie pour 2018 et 2019, ce qui peut notamment être observé dans le ratio des stocks aux ventes des concessionnaires de véhicules automobiles, qui a atteint un creux historique.

La croissance enregistrée dans la composante du commerce international, aussi bien pour les exportations (+3,2 %) que pour les importations (+3,4 %), est principalement attribuable aux véhicules automobiles et pièces pour véhicule automobile, et aux services de voyages. L'augmentation de la production de véhicules automobiles après le ralentissement causé par les pénuries de pièces, combinée à la forte demande intérieure et extérieure, s'est traduite par une hausse des exportations (+14,0 %) et des importations (+12,7 %). Parallèlement, dans la foulée de l'assouplissement des restrictions de voyages par différents pays, les voyages ont enregistré un deuxième trimestre consécutif de forte croissance.

Les dépenses des ménages et la construction résidentielle contribuent le plus au PIB en 2021 

Les dépenses des ménages en services de restauration et en vêtements ont affiché une forte croissance en 2021, dans le contexte de la reprise de l'économie et des activités extérieures. De plus, le travail à domicile, l'épargne découlant de la réduction des déplacements ainsi que les faibles taux d'intérêt hypothécaire ont donné lieu à une augmentation des dépenses en logements. Partout au pays, la construction de logements neufs, les reventes et les rénovations se sont accrues pour atteindre un niveau quasi record en 2021. La dette hypothécaire des ménages a augmenté de 10,3 % en 2021; il s'agit d'une hausse sans précédent de 182,4 milliards de dollars.

Graphique 3  Graphique 3: Contribution à la variation en pourcentage du produit intérieur brut réel, 2021
Contribution à la variation en pourcentage du produit intérieur brut réel, 2021

Les termes de l'échange s'améliorent et l'indice implicite des prix du produit intérieur brut augmente

Les termes de l'échange du Canada — le ratio des prix des exportations aux prix des importations — ont progressé 1,0 %, en raison principalement de l'augmentation de 12,5 % des prix du pétrole brut et du bitume brut exportés au quatrième trimestre. En 2021, les termes de l'échange ont progressé de 14,0 %, encore une fois sous l'effet de la croissance des prix du pétrole brut et du bitume brut exportés (+81,7 %).

Graphique 4  Graphique 4: Produit intérieur brut, indices des prix, certaines composantes
Produit intérieur brut, indices des prix, certaines composantes

L'indice implicite des prix du PIB, qui rend compte du prix global des biens et des services produits au pays, s'est accru de 1,6 % au quatrième trimestre. Une croissance record des prix de la construction résidentielle et non résidentielle ainsi que du prix des produits exportés en 2021 a fait augmenter l'indice implicite des prix du PIB de 8,2 %, le faisant atteindre son plus haut niveau depuis 1982. La hausse des prix a été stimulée par l'augmentation des coûts de production découlant des perturbations de la chaîne d'approvisionnement et par la demande accrue en logements.

La rémunération des salariés augmente

La rémunération des employés a progressé de 1,9 % au quatrième trimestre, après avoir augmenté de 2,9 % au troisième trimestre. La rémunération en 2021 était supérieure de 9,1 % à ce qu'elle était en 2020.

Carte 1  Vignette de la carte 1: Rémunération des salariés, croissance d'un trimestre à l'autre, données désaisonnalisées
Rémunération des salariés, croissance d'un trimestre à l'autre, données désaisonnalisées

Les industries des services professionnels et personnels, de la finance, des services immobiliers et de la gestion d'entreprises ainsi que de la construction sont à l'origine de la majeure partie de la croissance de la rémunération enregistrée au quatrième trimestre. Cependant, la contribution des différentes industries varie d'une région à l'autre, ce qui rend compte de la différente nature de l'emploi selon l'endroit au pays. Après avoir connu un troisième trimestre vigoureux, le Yukon a affiché une forte croissance au quatrième trimestre. Terre-Neuve-et-Labrador est la seule région à avoir enregistré une baisse de la rémunération au quatrième trimestre.

Après avoir fléchi en 2020, la rémunération en 2021 a augmenté de 77,0 milliards de dollars par rapport à 2019, et des hausses ont été observées à l'échelle du pays, sauf en Alberta. Dans cette province, la rémunération en 2021 est restée plus faible qu'en 2019, en raison notamment des services professionnels et personnels ainsi que de l'extraction minière et de l'extraction de pétrole et de gaz, industries où la rémunération est demeurée en deçà des niveaux prépandémie. Les augmentations les plus marquées de la rémunération, de 2019 à 2021, ont été enregistrées en Colombie-Britannique, à l'Île-du-Prince-Édouard et au Yukon, et ce sont respectivement l'industrie des soins de santé, l'industrie des services d'enseignement et l'industrie de l'extraction minière et de l'extraction de pétrole et de gaz qui ont le plus contribué aux hausses observées dans chacun de ces secteurs de compétence.

Le revenu disponible et l'épargne des ménages diminuent

Le revenu disponible des ménages a fléchi de 1,3 % au quatrième trimestre, et il a affiché une deuxième baisse trimestrielle consécutive. Ce recul est principalement attribuable à la diminution (-11,9 %) des transferts gouvernementaux aux ménages. En proportion du revenu disponible, les transferts gouvernementaux aux ménages ont diminué de 19,1 % au cours du quatrième trimestre, ce qui marque un retour aux proportions observées avant la pandémie, de moins de 20 %.

Graphique 5  Graphique 5: Secteur des ménages, certaines composantes, taux annuels désaisonnalisés
Secteur des ménages, certaines composantes, taux annuels désaisonnalisés

Les mesures liées à la pandémie ont continué d'être assouplies, malgré l'apparition du variant Omicron vers la fin du trimestre, ce qui a contribué à accroître de 1,3 % la consommation nominale des ménages. Les ménages ayant un moins grand revenu disponible et des dépenses plus élevées, leur épargne nette a diminué pour se situer à 23,0 milliards de dollars aux taux trimestriels. Or, bien qu'il s'agisse d'une baisse notable, ce niveau est plus de deux fois plus élevé que celui enregistré au dernier trimestre de 2019. Par conséquent, le taux d'épargne a fléchi pour passer de 9,0 % au troisième trimestre de 2021 à 6,4 % au quatrième trimestre, glissant sous la barre du 10 % au cours de la deuxième moitié de 2021, après cinq trimestres consécutifs au-dessus de 10 %. Le taux d'épargne des ménages est agrégé pour l'ensemble des quintiles de revenu. En général, les taux d'épargne sont plus élevés dans les quintiles de revenus supérieurs.

Les programmes de soutien et de relance contribuent encore grandement aux dépenses des administrations publiques, mais leur part diminue

Dans l'ensemble, les recettes des administrations publiques se sont redressées de 11,4 % en 2021, après avoir fléchi de 2,2 % en 2020. Au cours de la même période, les dépenses ont affiché un recul de 1,9 %, puisque certaines mesures de soutien, comme la Subvention salariale d'urgence du Canada et la Prestation canadienne de la relance économique, ont pris fin au quatrième trimestre de 2021. Il s'agit d'un revirement par rapport à 2020, année au cours de laquelle les programmes de soutien ont été instaurés et les dépenses des administrations publiques ont augmenté de 23,8 %. Les dépenses, qui ont représenté environ 45 % du PIB nominal en 2021, sont demeurées élevées, et les recettes ont augmenté. Par conséquent, tous les ordres de l'administration publique étaient encore en situation d'emprunt net considérable en 2021. Toutefois, l'emprunt net a diminué de façon marquée au quatrième trimestre de 2021 pour se situer à 11,8 milliards de dollars, après avoir atteint un sommet de 114,8 milliards de dollars au deuxième trimestre de 2020 et s'est chiffré à 44,9 milliards de dollars au deuxième trimestre de 2021.

Les sociétés non financières demeurent en situation de prêt net

Dans le contexte de la reprise économique, les sociétés non financières ont été en situation de prêt net tout au long de 2021. Après avoir affiché une baisse en 2020, l'excédent d'exploitation net s'est accru de 35,5 %. Certaines industries, comme celles qui exercent des activités liées à l'énergie, ont aussi tiré parti de la montée des prix.

La croissance au sein des sociétés financières se poursuit

Les sociétés financières ont connu une année de forte croissance, et leur excédent d'exploitation net a augmenté de 15,9 % en 2021. Cette croissance, qui fait suite à une augmentation plus faible en 2020, est liée aux hausses appréciables enregistrées par les banques à charte et les entreprises d'investissement, comme les sociétés de gestion de portefeuille. Les activités d'investissement accrues et l'activité soutenue au chapitre des prêts hypothécaires ont stimulé les revenus, malgré la faiblesse des taux d'intérêt. La demande des ménages en services financiers a suivi la même tendance; les dépenses liées aux investissements et les frais explicites ont affiché des taux de croissance à deux chiffres en 2021, comparativement à 2020. L'excédent d'exploitation net a progressé de 5,0 % au quatrième trimestre, ce qui prolonge la série d'augmentations consécutives amorcée au deuxième trimestre de 2020, lorsque les premières répercussions de la pandémie ont commencé à limiter les activités.







Objectifs liés au développement durable

Le 1er janvier 2016, des pays du monde entier ont officiellement commencé à mettre en œuvre le Programme de développement durable à l'horizon 2030, le plan d'action des Nations Unies axé sur la transformation qui vise à relever des défis mondiaux urgents au cours des 15 années suivantes. Ce plan est fondé sur 17 objectifs précis liés au développement durable.

Les données sur le produit intérieur brut selon les revenus et les dépenses sont un exemple de la manière dont Statistique Canada appuie le suivi des progrès relatifs aux objectifs mondiaux liés au développement durable. Le présent communiqué contribuera à mesurer les objectifs suivants :

  Note aux lecteurs

Révision des estimations

Les données sur le produit intérieur brut (PIB) pour le quatrième trimestre de 2021 ont été diffusées en même temps que les données révisées du premier trimestre de 2021. La révision des données du premier trimestre au troisième trimestre de 2021 est attribuable à l'intégration de données sources mises à jour et d'estimations provisoires tirées de l'Enquête sur les dépenses en immobilisations et réparations.

Mesures de soutien prises par les gouvernements

Pour atténuer les répercussions économiques de la pandémie, les gouvernements ont mis en œuvre un certain nombre de programmes, dont la Subvention salariale d'urgence du Canada, la Subvention d'urgence du Canada pour le loyer et la Prestation canadienne de la relance économique, ces deux derniers ayant pris fin récemment. Pour obtenir une explication détaillée de la façon dont ces mesures de soutien ont été traitées dans la compilation des estimations, veuillez consulter les rapports « Saisie des mesures liées à la COVID-19 dans les comptes nationaux » et « Saisie de nouvelles mesures liées à la COVID-19 dans les comptes nationaux ».

Des précisions sur certaines des principales mesures prises par le gouvernement peuvent être consultées à la page Dépenses du gouvernement fédéral pour les mesures liées à la COVID-19.

Pour obtenir des renseignements sur la désaisonnalisation, veuillez consulter la page Données désaisonnalisées — Foire aux questions.

Pour obtenir plus de renseignements sur le PIB, veuillez visionner la vidéo intitulée « Qu'est-ce que le produit intérieur brut (PIB)? ».

Général

Les variations en pourcentage des statistiques relatives aux dépenses (comme les dépenses des ménages, l'investissement et les exportations) sont calculées à partir de mesures en volume qui sont corrigées en fonction des variations de prix. Les variations en pourcentage des statistiques relatives aux revenus (comme la rémunération des salariés et l'excédent d'exploitation) sont calculées à partir de valeurs nominales, c'est-à-dire qu'elles ne sont pas corrigées en fonction des variations de prix.

À moins d'indication contraire, les taux de croissance représentent la variation en pourcentage dans la série d'un trimestre à l'autre, par exemple du troisième trimestre de 2021 au quatrième trimestre de 2021.

Tableaux de données en temps réel

Les tableaux de données en temps réel 36-10-0430-01 et 36-10-0431-01 seront mis à jour le 7 mars 2022.

Prochaine diffusion

Les données sur le PIB selon les revenus et dépenses du premier trimestre de 2022 seront diffusées le 31 mai 2022.

Produits

Le produit de visualisation « Produit intérieur brut selon les revenus et les dépenses : outil interactif », qui fait partie de Statistique Canada – Produits de visualisation des données (Numéro au catalogue71-607-X), est maintenant accessible.

Le document « Les révisions de 2018 à 2020 des comptes des revenus et dépenses », qui fait partie de la collection Les nouveautés en matière de comptes économiques canadiens (Numéro au catalogue13-605-X), est maintenant accessible.

Le document « Saisie de nouvelles mesures liées à la COVID-19 dans les comptes nationaux », qui fait partie de la collection Les nouveautés en matière de comptes économiques canadiens (Numéro au catalogue13-605-X), est accessible.

Le portail Statistiques des comptes économiques, accessible sous l'onglet Sujets du site Web de Statistique Canada, offre un portrait à jour des économies nationale et provinciales et de leur structure.

Le Guide de l'utilisateur : Système canadien des comptes macroéconomiques (Numéro au catalogue13-606-G) est accessible.

Le Guide méthodologique : Système canadien des comptes macroéconomiques (Numéro au catalogue13-607-X) est accessible.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (infostats@statcan.gc.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias (statcan.mediahotline-ligneinfomedias.statcan@statcan.gc.ca).

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :