Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Avant la pandémie de COVID-19, les étudiants internationaux étaient à l'origine de la croissance des effectifs et des diplômés postsecondaires

Diffusion : 2021-11-24

Au cours de l'année scolaire 2019-2020, juste avant le début de la pandémie de COVID-19, les effectifs des universités et des collèges publics canadiens ont augmenté pour la cinquième année universitaire consécutive pour atteindre près de 2,2 millions. L'augmentation est en grande partie attribuable à l'accroissement des effectifs des étudiants internationaux, une tendance qui se poursuit depuis une décennie. Voir l'article intitulé « Les étudiants internationaux étaient à l'origine de toute la croissance des effectifs des universités et des collèges publics en 2018-2019 ».

De 2018-2019 à 2019-2020, il y a eu une augmentation de 13,7 % (+46 815) du nombre d'étudiants internationaux inscrits dans les collèges et les universités, tandis que le nombre d'étudiants canadiens inscrits a quant à lui diminué de 0,9 % (-16 005).

Pour examiner les données sous forme visuelle, consultez la page Effectifs et diplômés des programmes postsecondaires : outil interactif.

À la fin de l'année scolaire 2019-2020, la pandémie de COVID-19 avait entraîné la fermeture physique des collèges et des universités partout au Canada. De nombreux étudiants postsecondaires ayant participé à une enquête par approche participative au printemps 2020 ont déclaré que certains de leurs cours avaient été reportés ou annulés par leur établissement d'enseignement, y compris les travaux de cours, comme les laboratoires, l'apprentissage appliqué et l'enseignement pratique, qui ne peuvent pas être faits en ligne. Voir l'article intitulé « Répercussions de la pandémie de COVID-19 sur les étudiants du niveau postsecondaire ».

Le nombre d'étudiants internationaux inscrits dans les collèges a plus que doublé au cours des cinq dernières années

Même si la plupart des étudiants internationaux (60,6 %) étaient inscrits à des universités en 2019-2020, la proportion d'étudiants dans les collèges (39,4 %) avait augmenté. Au cours des cinq dernières années, le nombre d'étudiants internationaux inscrits dans les collèges a plus que doublé, passant de 60 318 en 2015-2016 à 153 360 en 2019-2020. Le nombre d'étudiants internationaux dans les universités est passé de 168 606 à 235 422 au cours de la même période.

Globalement en 2019-2020, si l'on tient compte à la fois des étudiants canadiens et des étudiants internationaux, 63,1 % de toutes les inscriptions étaient dans des universités, tandis que 36,9 % étaient dans des collèges.

La proportion d'étudiants internationaux fréquentant les collèges et les universités variait d'une province et d'un territoire à l'autre. Par exemple, près du tiers des étudiants des collèges de l'Ontario (29,9 %) et plus de 1 étudiant sur 5 des collèges de la Colombie-Britannique (23,3 %) venaient de l'extérieur du Canada.

En revanche, les collèges de la Saskatchewan (7,4 %), du Québec (y compris les cégeps – 5,0 %) et de Terre-Neuve-et-Labrador (2,0 %) comptaient beaucoup moins d'inscriptions d'étudiants internationaux. En général, les inscriptions d'étudiants internationaux représentaient 19,3 % de tous les étudiants inscrits dans les collèges au Canada.

Graphique 1  Graphique 1: Effectifs des collèges selon le statut de l'étudiant au Canada et la province d'études, 2019-2020
Effectifs des collèges selon le statut de l'étudiant au Canada et la province d'études, 2019-2020

Graphique 2  Graphique 2: Effectifs des universités selon le statut de l'étudiant au Canada et la province d'études, 2019-2020
Effectifs des universités selon le statut de l'étudiant au Canada et la province d'études, 2019-2020

À l'échelle nationale, les étudiants internationaux représentaient 17,1 % du total des effectifs des universités. Cette proportion variait de la plus élevée à l'Île-du-Prince-Édouard (27,8 %), en Nouvelle-Écosse (26,3 %) et en Colombie-Britannique (24,1 %) à la plus faible en Alberta (11,5 %).

Il existe un certain nombre de programmes tant à l'échelle fédérale qu'à l'échelle provinciale ou territoriale visant à attirer des étudiants internationaux au Canada. La Stratégie en matière d'éducation internationale (2019-2024) du Canada décrit les étudiants étrangers, en particulier ceux qui choisissent de rester au pays, comme contribuant de façon importante à la réussite économique et à la compétitivité à long terme du Canada.

Selon une récente étude de Statistique Canada, la proportion de titulaires d'un premier permis d'études pour des programmes collégiaux est passée de 28 % (101 000 sur 354 500) au cours de la période allant de 2000 à 2004 à 34 % (324 000 sur 950 300) au cours de la période de 2015 à 2019. À titre de comparaison, la proportion des étudiants ayant l'intention d'étudier au niveau du baccalauréat, après avoir augmenté à la fin des années 2000, a baissé pour revenir au niveau du début des années 2000 en 2010 (13 %) et est demeurée relativement stable au cours de la décennie suivante (15 % en 2019). De plus en plus d'étudiants internationaux en provenance de l'Inde s'inscrivent au niveau collégial. La proportion des étudiants internationaux ayant l'intention d'étudier au niveau collégial en provenance de l'Inde est passée de 4 % au cours de la période de 2000 à 2004 à 67 % au cours de la période de 2015 à 2019. Voir l'article intitulé « Les étudiants étrangers comme source de main-d'œuvre : l'augmentation du nombre d'étudiants étrangers et l'évolution de leurs caractéristiques sociodémographiques ».

De nombreux médias ont fait état des obstacles que les restrictions de voyage liées au COVID-19 ont créés pour les étudiants internationaux souhaitant étudier au Canada. Dans une étude récente de Statistique Canada, les répercussions potentielles de la pandémie sur les universités canadiennes au cours de l'année scolaire 2020-2021 ont été évaluées sur la base d'hypothèses concernant les changements possibles dans les inscriptions d'étudiants internationaux et nationaux au moyen de données de substitution. Voir l'article intitulé « Répercussions financières projetées de la pandémie de COVID-19 sur les universités canadiennes pour l'année universitaire 2020-2021 ».

Les diplômés internationaux des collèges sont principalement à l'origine de la croissance globale du nombre de diplômés en 2019

Pour ce qui est des étudiants qui ont obtenu leur diplôme au cours de l'année civile 2019, 587 151 d'entre eux ont reçu une sanction d'études, comme un certificat, un diplôme ou un grade d'un établissement d'enseignement postsecondaire public, en hausse de 4,0 % par rapport à l'année précédente. Bien que la majorité des diplômés aient continué de provenir de programmes universitaires, l'augmentation (+22 446) était principalement attribuable aux diplômés des programmes collégiaux (+19 692), qui représentaient 87,7 % de la croissance totale.

Les étudiants internationaux représentaient la majorité de cette augmentation du nombre de diplômés des programmes collégiaux. Au niveau collégial, 18 366 (+33,6 %) étudiants internationaux de plus ont obtenu leur diplôme, comparativement à 840 (+0,4 %) étudiants canadiens de plus qu'en 2018.

Dans l'ensemble, même si les étudiants internationaux des collèges représentaient 27,7 % des diplômés collégiaux, ils étaient à l'origine de 81,8 % (18 366 sur 22 446) de la croissance de tous les diplômés des universités et des collèges canadiens en 2019.

Chez les diplômés universitaires, le nombre d'étudiants canadiens diplômés a diminué de 903 (-0,3 %), tandis que le nombre d'étudiants internationaux diplômés a augmenté de 3 675 (+7,9 %).

L'augmentation du nombre d'étudiants internationaux diplômés et la diminution du nombre d'étudiants canadiens diplômés ont fait varier la proportion de diplômés canadiens, celle-ci s'étant établie à 78,9 % en 2019, par rapport à 82,0 % en 2018. Au cours de la même période, la proportion d'étudiants internationaux diplômés a augmenté pour passer de 18,0 % à 21,1 %.

Les diplômés des professions en santé seront de plus en plus cruciaux sur le marché du travail après la pandémie de COVID-1

La pandémie de COVID-19 a exacerbé la pénurie de main-d'œuvre qui existait déjà dans certaines professions du secteur de la santé. Selon l'Enquête sur les postes vacants et les salaires, du deuxième trimestre de 2019 au deuxième trimestre de 2021, le secteur des soins de santé et de l'assistance sociale a affiché la plus forte hausse du nombre de postes vacants de tous les secteurs. Le système postsecondaire canadien, ainsi que l'immigration de travailleurs qualifiés, constituera une source de diplômés hautement qualifiés en santé et dans des domaines connexes pour relever ces défis sur le marché du travail après la pandémie de COVID-19. Il reste à voir toute l'ampleur que prendra la pénurie et si la combinaison de ces sources sera suffisante pour la régler.

La cohorte de diplômés qui ont terminé leur programme dans les professions du domaine de la santé et les programmes connexes en 2019, juste avant la pandémie représentait, 12,7 % de tous les diplômés de 2019 (74 277). Parmi ceux-ci, 53,0 % étaient des diplômés collégiaux, tandis que 47,0 % étaient diplômés universitaires.

Les diplômés des programmes en santé étaient principalement des étudiants canadiens (92,5 %), tandis que les étudiants internationaux représentaient 7,5 % des diplômés de ces programmes. Sur les 5 553 étudiants internationaux diplômés des programmes de santé, plus des deux tiers (78,8 %) ont obtenu un diplôme d'un programme collégial. Chez les étudiants canadiens, la proportion de diplômés universitaires (49,2 %) et collégiaux (50,8 %) était à peu près égale.

Les femmes représentaient 82 % des diplômés des programmes de santé, tandis que les hommes en représentaient 18 %. Dans ce domaine d'études, les femmes sont proportionnellement plus nombreuses que les hommes à obtenir un diplôme universitaire (79,4 %) et collégial (84,4 %).

Les diplômés des programmes d'infirmiers autorisés, d'administration en sciences infirmières, de recherches en sciences infirmières et de soins infirmiers cliniques représentaient le sous-groupe le plus important (19 770) pour les collèges et les universités de tous les diplômés des programmes de santé, soit 28,6 % et 71,4 % respectivement.

Par ailleurs, 213 144 étudiants au total étaient inscrits à des programmes de santé au cours de l'année scolaire 2019-2020, dont 85 212 à des programmes de soins infirmiers. Bien que certains étudiants puissent ne pas avoir poursuivi ou terminé leur programme au cours des années suivantes pour diverses raisons, ces effectifs laissent entrevoir une offre de main-d'œuvre potentielle pour pourvoir des postes dans le secteur des soins de santé au cours des années à venir.

Bien qu'il soit trop tôt pour comprendre pleinement dans quelle mesure les étudiants et les diplômés du niveau postsecondaire seront touchés par la pandémie, les futurs cycles du Système d'information sur les étudiants postsecondaires (SIEP) permettront une étude plus approfondie de l'effet des mesures de confinement et des restrictions sanitaires liées à la COVID-19 sur les effectifs et les diplômés.


  Note aux lecteurs

Les données administratives sur les effectifs et les diplômés des établissements postsecondaires du Canada sont tirées des universités et des collèges publics au moyen du Système d'information sur les étudiants postsecondaires (SIEP). Les étudiants inscrits à des programmes d'apprentissage ne sont pas pris en considération dans les effectifs ni dans le nombre de diplômés. Pour certains établissements, les effectifs et le nombre de diplômés sont provisoires ou fondés sur des estimations.

Les nombres d'effectifs présentés ne visent pas à représenter un dénombrement exhaustif de tous les effectifs des établissements postsecondaires pendant l'année universitaire 2019-2020. Ils sont plutôt fondés sur les étudiants inscrits dans les établissements postsecondaires à la date de référence de l'automne, c'est-à-dire une date unique choisie par l'établissement, entre le 30 septembre et le 1er décembre. Par conséquent, les étudiants qui n'étaient pas inscrits durant cette période sont exclus. Cela a de plus grandes répercussions sur les collèges, qui ont un apport continu d'étudiants et qui offrent des programmes plus courts.

Les effectifs sont fondés sur le nombre de programmes et non pas sur le nombre d'étudiants. Si un étudiant est inscrit à plus d'un programme à la date de référence, tous les programmes auxquels il est inscrit sont pris en considération.

Les données publiées sur les diplômés sont fondées sur l'année civile.

Certains programmes équivalents ou supérieurs au baccalauréat peuvent être offerts par les collèges.

Tous les nombres, y compris les totaux, ont été arrondis; par conséquent, les totaux ne correspondent pas nécessairement à la somme de leurs composantes. Les variations en pourcentage ont été calculées à partir des nombres arrondis. Les données peuvent faire l'objet de révisions annuelles. Ces révisions sont appliquées pour inclure de nouvelles soumissions de données à partir de 2004, des mises à jour aux normes de classification et des modifications de concepts.

Produits

Il est possible de consulter l'outil interactif de visualisation « Effectifs et diplômés des programmes postsecondaires : outil interactif », accessible sur le site Web de Statistique Canada.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (STATCAN.mediahotline-ligneinfomedias.STATCAN@canada.ca).

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :