Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Estimations des principales grandes cultures basées sur des modèles, août 2021

Diffusion : 2021-09-14

Selon les récents modèles de rendement fondés sur l'imagerie par satellite, les exploitants agricoles canadiens devraient récolter en 2021 plus de maïs-grain, mais moins de blé, de canola, d'orge, de soya et d'avoine qu'en 2020. La production plus faible est principalement attribuable aux conditions de sécheresse qui persistent dans l'Ouest canadien, ce qui devrait entraîner une baisse des rendements.

Les ministères provinciaux de l'agriculture ont déclaré que le taux de récolte dans les Prairies était nettement en avance par rapport au taux de récolte moyen, en raison de la croissance plus rapide des cultures.

À la fin du mois d'août, le gouvernement de l'Alberta a déclaré que plus du quart (26 %) des principales cultures ont été récoltées, un taux excédant le double de celui de la saison de récolte de l'an dernier (10 %) et celui de la moyenne quinquennale de 2016 à 2020 (11 %).

Les exploitants agricoles de la Saskatchewan ont récolté 40 % de leurs cultures, en hausse par rapport à l'an dernier (28 %) et en hausse comparativement à la moyenne quinquennale (22 %).

Le Manitoba a fait état d'un taux de récolte plus élevé, lequel s'est établi à 35 %. Il s'agit d'une hausse par rapport à l'an dernier (13 %) et d'une hausse comparativement à la moyenne quinquennale (28 %).

Les exploitants agricoles de l'Ouest canadien ont dû composer avec un manque de pluie (voir carte 1), ce qui a exacerbé les conditions d'humidité du sol qui n'étaient déjà pas optimales au début de la saison de croissance. Les canicules qui ont eu lieu durant la saison, au cours desquelles les températures ont atteint plus de 30 °C (voir carte 2), ont aggravé la situation.

Carte 1  Vignette de la carte 1: Écart par rapport aux précipitations moyennes (en millimètres) du 1<sup><sub>er</sub></sup> avril au 31 août 2021 (durant la saison de croissance), selon la province
Écart par rapport aux précipitations moyennes (en millimètres) du 1er avril au 31 août 2021 (durant la saison de croissance), selon la province

Carte 2  Vignette de la carte 2: Nombre de jours au-dessus de 30°C du 1er avril au 31 août 2021 (durant la saison de croissance), selon la province
Nombre de jours au-dessus de 30°C du 1er avril au 31 août 2021 (durant la saison de croissance), selon la province

Lors de la pollinisation, l'un des stades de développement les plus critiques pour l'ensemble des espèces de cultures, des températures supérieures à 30 °C peuvent être particulièrement nuisibles à la production agricole. Le manque de pluie et les températures élevées ont nui à la croissance des cultures et au potentiel des rendements dans la majeure partie des Prairies.

Depuis 2016, Statistique Canada, en collaboration avec Agriculture et Agroalimentaire Canada, s'appuie sur une technologie satellitaire éprouvée pour modéliser les données provisoires sur les rendements des cultures et sur la production. Au cours des cinq dernières années, ces méthodes se sont révélées efficaces pour produire les estimations des rendements de septembre, et elles remplacent les estimations des rendements de juillet depuis 2020. La diffusion de septembre de la Série de rapports sur les grandes cultures est une publication conjointe de Statistique Canada et d'Agriculture et Agroalimentaire Canada.

Selon le Programme d'évaluation de l'état des cultures (PEEC), la santé générale des plantes dans l'Ouest canadien était moins bonne ou nettement moins bonne que la normale, et elle s'est détériorée considérablement durant tout le mois d'août. Cette détérioration indique qu'il est possible que les rendements s'avèrent inférieurs à la normale.

Une évaluation des courbes de l'Indice de végétation par différence normalisée (IVDN), qui permettent de mesurer la santé des plantes, a révélé que, dans presque toutes les régions des Prairies, les cultures ont affiché une santé optimale nettement meilleure que la normale. Dans certains cas, l'IVDN a atteint un sommet jusqu'à quatre semaines plus tôt que la normale, avant de diminuer rapidement en raison du manque d'humidité et des températures élevées qui ont nui à la santé des plantes.

Il s'agit de la première fois depuis 1987, année où Statistique Canada a commencé à surveiller l'état des cultures à l'aide d'images satellitaires à faible résolution, que les courbes de l'IVDN ont atteint un sommet aussi tôt dans la saison de croissance. Selon le PEEC, la sécheresse a eu des répercussions sur presque tout l'Ouest canadien. En comparaison, d'autres années de sécheresse importantes, comme celle de 2002, bien que difficiles pour plusieurs exploitants agricoles, ont touché un moins grand territoire que celle de l'année en cours.

Pour l'est du Canada, les données du PEEC sont semblables à la moyenne, car certaines régions de l'Ontario et des Maritimes ont reçu des précipitations supérieures à la normale, tandis que les conditions de sécheresse ont été supérieures à la moyenne dans la majeure partie du Québec.

Les conditions météorologiques défavorables devraient avoir des répercussions notables sur le rendement des cultures, et des baisses substantielles des rendements sont prévues pour la plupart des cultures dans l'Ouest canadien. Les projections pour les principales grandes cultures produites au Canada sont décrites dans les sections suivantes.

La production de blé devrait diminuer sous l'effet de la réduction de la superficie récoltée et de la baisse des rendements

À l'échelle nationale, la production de blé devrait diminuer de 38,3 % d'une année à l'autre pour s'établir à 21,7 millions de tonnes en 2021, en raison des rendements plus faibles que prévu (-32,6 % pour s'établir à 35,2 boisseaux à l'acre) et de la réduction de la superficie récoltée (-8,5 % pour s'établir à 22,7 millions d'acres).

La baisse de la superficie récoltée de blé est principalement attribuable au blé de printemps qui, en plus d'avoir une moins grande superficie ensemencée en 2021, a subi les répercussions de la sécheresse dans l'Ouest canadien.

Les rendements du blé dur devraient aussi diminuer considérablement, tandis que le blé d'hiver, qui est principalement cultivé en Ontario, devrait produire des rendements correspondant aux moyennes historiques, en raison des meilleures conditions de croissance dans la province.

En Saskatchewan, la superficie récoltée de blé devrait diminuer de 7,9 % pour se chiffrer à 11,8 millions d'acres, tandis que les rendements devraient connaître une baisse de 38,8 % pour s'établir à 28,1 boisseaux à l'acre. Il s'agit d'une diminution de la production totale de blé de 43,6 % d'une année à l'autre, laquelle s'est établie à 9,0 millions de tonnes.

Les rendements du blé en Alberta devraient enregistrer une réduction de 40,5 % pour s'établir à 33,2 boisseaux à l'acre en 2021, tandis que la superficie récoltée devrait diminuer de 7,0 %, ce qui entraînerait une baisse de 44,6 % de la production pour se chiffrer à 6,1 millions de tonnes.

Au Manitoba, la production de blé devrait se replier de 35,0 % pour s'établir à 3,4 millions de tonnes en 2021, sous l'effet de la réduction prévue de la superficie récoltée (-17,2 % pour se chiffrer à 2,6 millions d'acres) et des rendements plus faibles (-21,4 % pour atteindre 48,2 boisseaux à l'acre).

En revanche, la production de blé en Ontario (dont la majorité est du blé d'hiver) devrait augmenter de 8,9 % d'une année à l'autre pour atteindre 2,7 millions de tonnes, en raison de l'augmentation prévue de la superficie récoltée (+2,3 %) et des rendements (+6,4 %).

Des rendements plus faibles que prévu portent la production de canola à son plus bas niveau depuis 2010

À l'échelle nationale, la production de canola devrait diminuer de 34,4 % pour s'établir à 12,8 millions de tonnes en 2021, la sécheresse dans les Prairies ayant porté les rendements à leur plus bas niveau en 10 ans (-39,5 % pour s'établir à 25,3 boisseaux à l'acre). Cette baisse a contrebalancé l'augmentation de la superficie récoltée (+8,1 % pour atteindre 22,2 millions d'acres). Si ces projections se concrétisaient, il s'agirait de la plus faible production de canola enregistrée depuis 2010.

La production de canola en Saskatchewan devrait reculer de 47,2 % pour se situer à 5,8 millions de tonnes. Les rendements plus faibles (-50,4 % pour s'établir à 21,2 boisseaux à l'acre) devraient contrebalancer l'augmentation de la superficie récoltée (+6,3 % pour atteindre 12,0 millions d'acres).

On s'attend à ce que la production de canola de 2021 en Alberta diminue de 17,1 % pour atteindre 4,3 millions de tonnes. Les rendements devraient afficher une baisse de 28,6 % pour s'établir à 28,7 boisseaux à l'acre, tandis que la superficie récoltée devrait augmenter de 16,0 % pour atteindre 6,6 millions d'acres.

Au Manitoba, les rendements devraient diminuer de 21,3 % pour s'établir à 32,6 boisseaux à l'acre, et la superficie récoltée devrait afficher une légère hausse de 0,1 % pour atteindre 3,4 millions d'acres, ce qui devrait entraîner une baisse de la production de 21,1 %.

Hausse prévue de la production de maïs-grain en raison des rendements plus élevés

À l'échelle nationale, la production de maïs-grain devrait augmenter de 5,9 % pour atteindre 14,4 millions de tonnes en 2021, et les rendements devraient enregistrer une hausse de 7,8 % pour s'établir à 165,4 boisseaux à l'acre. Parallèlement, la superficie récoltée devrait diminuer de 1,7 % pour se chiffrer à 3,4 millions d'acres.

En Ontario, la plus grande province productrice de maïs-grain, la production devrait augmenter de 7,5 % pour s'établir à 9,6 millions de tonnes, sous l'effet des rendements plus élevés (+9,3 % pour atteindre 179,1 boisseaux à l'acre). Cette hausse devrait contrebalancer la baisse de la superficie récoltée, qui devrait diminuer de 1,6 % pour s'établir à 2,1 millions d'acres.

La production de maïs-grain au Québec devrait augmenter de 9,1 % pour atteindre 3,6 millions de tonnes. Les rendements devraient augmenter de 10,1 % pour s'établir à 159,3 boisseaux à l'acre, tandis que la superficie récoltée devrait diminuer de 0,8 % pour s'établir à 880 300 acres.

La production de soya devrait diminuer, malgré une plus grande superficie récoltée

À l'échelle nationale, la production de soya devrait diminuer de 7,4 % d'une année à l'autre pour s'établir à 5,9 millions de tonnes en 2021. Cette baisse est principalement attribuable aux rendements plus faibles, lesquels devraient afficher une baisse de 11,7 % pour se chiffrer à 40,9 boisseaux à l'acre. La superficie récoltée, quant à elle, devrait augmenter de 4,8 % pour atteindre 5,3 millions d'acres.

La production de soya des agriculteurs de l'Ontario devrait diminuer de 2,8 % en 2021 pour totaliser 3,8 millions de tonnes. La superficie récoltée devrait augmenter de 3,2 % pour atteindre 2,9 millions d'acres, tandis que le rendement devrait enregistrer une baisse de 5,9 % pour s'établir à 47,7 boisseaux à l'acre.

Au Manitoba, la production de soya devrait diminuer de 22,2 % pour s'établir à 905 000 tonnes en 2021. La superficie récoltée devrait augmenter de 13,5 % pour atteindre 1,3 million d'acres. Toutefois, les rendements devraient diminuer de 31,4 % d'une année à l'autre pour se chiffrer à 25,6 boisseaux à l'acre, en raison des conditions de sécheresse dans la province.

La production de soya devrait diminuer de 6,9 % au Québec pour s'établir à 1,1 million de tonnes, en raison des rendements plus faibles (-11,0 % pour atteindre 43,1 boisseaux à l'acre), ce qui devrait plus que contrebalancer l'augmentation de 4,5 % prévue pour la superficie récoltée.

Baisse prévue de la production d'orge et d'avoine en raison de la sécheresse

La production d'orge devrait diminuer de 33,5 % d'une année à l'autre pour se chiffrer à 7,1 millions de tonnes en 2021. Malgré l'augmentation prévue de la superficie récoltée (+7,8 % pour atteindre 7,5 millions d'acres), les rendements plus faibles (-38,4 % pour s'établir à 43,8 boisseaux à l'acre), attribuables à la sécheresse et à la chaleur, devraient entraîner la baisse de la production nationale.

La production d'avoine devrait diminuer de 43,6 % pour s'établir à 2,6 millions de tonnes. La superficie récoltée devrait afficher une baisse de 14,2 % pour s'établir à 2,8 millions d'acres, et les rendements devraient diminuer de 34,3 % d'une année à l'autre pour s'établir à 60,0 boisseaux à l'acre en 2021.


  Note aux lecteurs

Le présent communiqué présente les estimations provisoires de la production de 2021, ainsi que des données révisées de la production de 2020, s'il y a lieu. Les estimations sont produites selon une approche élaborée par Statistique Canada, en étroite collaboration avec Agriculture et Agroalimentaire Canada. Ces estimations des rendements sont fondées sur un modèle qui permet d'incorporer des données satellitaires à faible résolution du Programme d'évaluation de l'état des cultures de Statistique Canada, des données de la Série de rapports sur les grandes cultures de Statistique Canada et des données agroclimatiques.

Les approches utilisées pour produire ces estimations sont conformes à l'initiative AgZéro de Statistique Canada, qui vise à produire des estimations de grande qualité au moyen de la modélisation, de données administratives et d'autres approches fondées sur des données d'enquêtes non traditionnelles.

La Série de rapports sur les grandes cultures permet de recueillir des données pour le Québec, l'Ontario, le Manitoba, la Saskatchewan et l'Alberta pour chacun des cycles d'enquête de la campagne agricole (de mars à décembre). Toutefois, les données sont recueillies deux fois par année (dans le cadre de l'Enquête sur les grandes cultures de juin sur les superficies ensemencées et de l'Enquête sur les grandes cultures de novembre sur la production finale des grandes cultures) pour Terre-Neuve-et-Labrador, l'Île-du-Prince-Édouard, la Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick et la Colombie-Britannique, qui représentent de 2 % à 4 % des totaux nationaux.

Depuis 2014, les estimations de la production d'août pour la Colombie-Britannique et les provinces atlantiques du Canada sont calculées au moyen des données définitives des trois campagnes agricoles précédentes. La superficie récoltée est d'abord estimée selon le ratio obtenu par la somme des superficies récoltées des trois années précédentes sur la somme des superficies ensemencées des trois années précédentes. Ce ratio moyen est alors appliqué à la superficie ensemencée de la campagne en cours, tirée de l'enquête de juin. La superficie récoltée est ensuite multipliée par le rendement moyen des trois années précédentes, ce qui permet d'estimer la production.

Les estimations définitives de la production pour 2021 seront diffusées le 3 décembre 2021. Elles peuvent faire l'objet d'une révision pendant deux ans.

Les données modélisées d'août ont été utilisées pour produire les estimations du rendement et de la production des cultures au Manitoba et en Saskatchewan, en utilisant les données d'assurance-récolte au niveau des parcelles. Les données en Alberta, en Ontario et au Québec sont modélisées au niveau des régions agricoles de recensement. Pour obtenir plus de renseignements au sujet des données modélisées, veuillez consulter la page Un modèle intégré de rendement des cultures au moyen de la télédétection, de données agroclimatiques et de données d'assurance-récolte.

Les lecteurs sont invités à utiliser l'application Web du Programme d'évaluation de l'état des cultures, un outil supplémentaire qui permet d'évaluer les conditions de croissance des grandes cultures au cours de la campagne agricole. Ils pourront y suivre un indice de végétation des terres en culture mis à jour chaque semaine.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir de plus amples renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (STATCAN.mediahotline-ligneinfomedias.STATCAN@canada.ca).

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :