Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Indice des prix à la consommation, avril 2021

Diffusion : 2021-05-19

Indice des prix à la consommation

Avril 2021

3,4 % hausse

(variation sur 12 mois)

L'Indice des prix à la consommation (IPC) a augmenté de 3,4 % d'une année à l'autre en avril, en hausse par rapport à l'augmentation de 2,2 % enregistrée en mars. Une part importante de cette augmentation est attribuable à la baisse marquée des prix observée en avril 2020 puisque l'IPC mensuel a augmenté de 0,5 % en avril 2021. Sur une base mensuelle désaisonnalisée, l'IPC a progressé de 0,6 % en avril. Sans l'énergie, l'IPC a augmenté de 1,6 % d'une année à l'autre en avril, après avoir augmenté de 1,1 % en mars.

L'IPC publié avait diminué de 0,2 % d'une année à l'autre en avril 2020; il s'agissait de la première baisse de l'IPC en plus d'une décennie. En raison de la baisse généralisée des prix observée en 2020, les effets de glissement annuel continuent d'exercer une pression à la hausse sur l'inflation des prix à la consommation, ce qui a contribué à la forte accélération enregistrée en avril 2021.

Les effets de glissement annuel et l'IPC : l'incidence de la pandémie de COVID-1

L'Indice des prix à la consommation (IPC) est une mesure normalisée du prix d'un panier représentatif de biens et de services. L'inflation globale des prix à la consommation est mesurée au moyen de la variation en pourcentage entre l'IPC du mois courant (avril 2021) et l'IPC d'un mois de référence ou du même mois civil de l'année précédente (avril 2020).

L'effet de glissement annuel désigne l'incidence qu'ont les fluctuations des prix enregistrées 12 mois plus tôt sur l'inflation globale des prix à la consommation du mois courant. Lorsqu'une importante variation des prix à la baisse survenue au cours du mois de référence cesse d'influencer la variation des prix sur 12 mois, cela a un effet à la hausse sur l'IPC publié au cours du mois. En revanche, une forte variation à la hausse des prix au cours du mois de référence exerce une pression à la baisse sur la mesure du mois en cours.

Au printemps 2020, la pandémie de COVID-19 a eu de fortes répercussions sur l'économie mondiale et les consommateurs canadiens ont observé une baisse marquée des prix de février à avril 2020. L'inflation globale des prix à la consommation a ralenti pour passer de +2,2 % en février 2020 à +0,9 % en mars 2020 et à -0,2 % en avril 2020. Il s'agit de la décélération la plus marquée sur deux mois de la croissance d'une année à l'autre de l'IPC depuis 1992. La baisse généralisée des prix observée au début de la pandémie, qui est principalement attribuable aux prix des produits énergétiques, a eu un effet à la hausse sur le taux d'inflation des prix à la consommation d'une année à l'autre en avril 2021 puisque les prix considérablement plus bas enregistrés en avril 2020 ont servi de référence pour les comparaisons d'une année à l'autre.

Par exemple, les prix de l'essence étaient 62,5 % plus élevés en avril 2021 qu'en avril 2020, lorsque les prix ont diminué au cours des premières semaines de la pandémie pour atteindre leur plus bas niveau en 11 ans.

L'incidence à la hausse de ces effets de glissement annuel sera temporaire alors que les baisses de prix observées en avril 2020 cesseront d'influer sur la variation des prix sur 12 mois. Les utilisateurs devraient tenir compte de l'incidence des effets de glissement annuel au moment d'interpréter les variations des prix sur 12 mois.

Graphique 1  Graphique 1: Variation sur 12 mois de l'Indice des prix à la consommation (IPC) et de l'IPC excluant l'énergie
Variation sur 12 mois de l'Indice des prix à la consommation (IPC) et de l'IPC excluant l'énergie

Faits saillants

En avril, sous l'effet de la troisième vague de la pandémie de COVID-19, la croissance d'une année à l'autre des prix à la consommation (+3,4 %) a augmenté à son rythme le plus rapide depuis mai 2011, principalement en raison de la baisse marquée des prix observés au cours des premiers mois de la pandémie. Au moment où certaines régions ont prolongé les restrictions pour limiter la propagation de la COVID-19, ce qui a mené à des pertes d'emploi pour certains Canadiens, la croissance des prix d'un mois à l'autre a été de 0,5 % en avril 2021, identique à la croissance observée en mars 2021.

D'une année à l'autre, les prix ont augmenté dans toutes les composantes principales. Les prix des transports (+9,4 %) ont progressé en avril, surtout en raison des prix plus élevés de l'essence par rapport à avril 2020.

Graphique 2  Graphique 2: Hausse des prix dans toutes les composantes principales
Hausse des prix dans toutes les composantes principales

Les prix de l'essence augmentent en raison de l'effet de glissement annuel et de la baisse de l'offre

Les prix de l'essence ont augmenté de 62,5 % d'une année à l'autre en avril, ce qui représente leur plus forte hausse d'une année à l'autre jamais enregistrée. La hausse des prix de l'essence est surtout attribuable à la baisse marquée des prix observée en avril 2020, au moment où les prix de l'essence ont diminué de 15,2 % d'un mois à l'autre en raison des déplacements limités, des fermetures temporaires d'entreprises et du ralentissement du commerce international, ce qui a mené à un surplus d'essence sur le marché.

La hausse des prix de l'essence est aussi partiellement attribuable au maintien de restrictions à la production dans les pays de l'OPEP+ (pays de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole Plus), dans la foulée d'un accroissement de la demande.

Graphique 3  Graphique 3: Augmentation des prix de l'essence
Augmentation des prix de l'essence

Les prix du logement continuent d'augmenter

Les prix du logement ont progressé de 3,2 % d'une année à l'autre en avril, après avoir augmenté de 2,4 % le mois précédent. L'indice du coût de remplacement par le propriétaire (+9,1 %) a poursuivi sa tendance à la hausse, et la croissance enregistrée représente la plus forte hausse depuis avril 1989. Les coûts de construction plus élevés et la demande de logements unifamiliaux ont contribué à la hausse des prix des logements neufs.

Pleins feux sur les prix du bois d'œuvre

L'industrie forestière a une longue et riche histoire au Canada et fait partie intégrante de l'économie canadienne. À titre d'un des principaux exportateurs de produits forestiers au monde, le Canada répond aux besoins de consommateurs de plus de 180 pays.

Les États-Unis sont l'un des principaux marchés étrangers d'exportation de produits en bois canadiens. En fait, les prix du bois d'œuvre canadien sont fortement influencés par la demande de construction domiciliaire aux États-Unis. Dans le contexte de la pandémie de COVID-19, la demande de logements neufs plus grands a crû partout en Amérique du Nord, ce qui explique en partie la hausse des prix du bois d'œuvre. Cette situation a eu, de diverses façons, une incidence sur les prix à la consommation au Canada.

Bien que les prix du bois d'œuvre ne soient pas relevés directement dans le cadre de l'Indice des prix à la consommation (IPC), ils demeurent un intrant important pour les biens durables comme les meubles. La hausse des prix des matériaux bruts pour le bois d'œuvre, conjuguée à d'autres pressions exercées sur les prix, peuvent faire augmenter les prix des produits et des services de consommation mesurés au moyen de l'IPC, comme les meubles en bois (+6,9 %). Les propriétaires peuvent également se procurer eux-mêmes du bois d'œuvre à certaines fins, comme pour construire ou réparer des clôtures ou des terrasses; en avril, la variation d'une année à l'autre des prix du bois d'œuvre utilisé à ces fins a été calculée dans la composante de l'entretien et des réparations par le propriétaire (+1,0 %) de l'IPC. De plus, la hausse des prix du bois d'œuvre peut mener à une augmentation des prix des logements neufs, ce qui a une incidence sur les coûts liés à la propriété, comme le coût de remplacement par le propriétaire (+9,1 %).

Étant donné l'importance du bois d'œuvre pour l'économie canadienne, Statistique Canada continuera de surveiller les répercussions de la hausse des prix du bois d'œuvre sur l'inflation des prix à la consommation.

Les consommateurs déboursent davantage pour les vêtements et chaussures

Les prix des vêtements et chaussures ont crû de 1,8 % d'une année à l'autre en avril. Il s'agit de la première augmentation sur 12 mois de l'indice depuis mars 2020. Les prix plus faibles des vêtements et chaussures enregistrés en avril 2020 ont contribué à l'augmentation d'une année à l'autre des prix observée en avril 2021. À cette période en 2020, les détaillants canadiens ont dû s'adapter à une augmentation de leur inventaire attribuable à la suspension soudaine du magasinage en personne, ce qui les a poussés à offrir de plus gros rabais en ligne. Contrairement à avril 2020, des détaillants de certaines provinces ont pu ouvrir leurs portes selon une capacité limitée en avril 2021.

Infographie 1  Vignette de l'infographie 1: L'indice des prix des vêtements et chaussures augmente en avril
L'indice des prix des vêtements et chaussures augmente en avril

Les prix des aliments progressent à un rythme moins rapide

D'une année à l'autre, les prix des aliments ont augmenté à un rythme moins rapide en avril (+0,9 %) qu'en mars (+1,8 %). Ce ralentissement est partiellement attribuable à la baisse des prix des légumes frais (-7,2 %), laquelle s'explique par un recul de 29,8 % d'une année à l'autre des prix des tomates en raison d'une augmentation de l'offre.

La hausse des prix des aliments secs et en conserve observée en avril 2020, au moment où la demande d'aliments non périssables a augmenté sous l'effet de l'adoption de mesures de santé publique, a eu un effet à la baisse sur l'indice des prix des aliments en avril 2021.

Les consommateurs déboursent moins d'une année à l'autre pour les forfaits de téléphonie

Les prix des services de téléphonie, qui comprennent les services de téléphonie cellulaire, ont reculé de 13,0 % d'une année à l'autre en avril 2021 et sont en baisse depuis septembre 2019. La diminution des prix s'explique en partie par les promotions offertes toute l'année par les fournisseurs de services sans fil de données supplémentaires sur certains forfaits de téléphonie.

Faits saillants régionaux

Les prix ont augmenté d'une année à l'autre dans toutes les provinces en avril. La croissance des prix d'une année à l'autre a été généralement plus élevée dans les provinces de l'Atlantique, où le mazout de chauffage est plus couramment utilisé. De façon similaire à l'essence, le mazout et autres combustibles (+20,3 %) sont assujettis à la dynamique des prix du secteur du pétrole, et les prix de cette composante sont demeurés élevés par rapport à avril 2020.

Graphique 4  Graphique 4: L'Indice des prix à la consommation augmente à un rythme plus rapide dans toutes les provinces
L'Indice des prix à la consommation augmente à un rythme plus rapide dans toutes les provinces

Les prix de l'électricité augmentent le plus en Ontario et en Alberta

En Ontario, les prix de l'électricité ont augmenté de 18,3 % par rapport à avril 2020, au moment où le gouvernement provincial avait appliqué le tarif d'électricité en période creuse, peu importe l'heure de consommation, ce qui a mené à une baisse des tarifs en période de pointe et en période médiane.

D'une année à l'autre, les consommateurs de l'Alberta ont déboursé 16,9 % de plus pour l'électricité en avril 2021. Cette croissance est principalement attribuable aux prix plus faibles enregistrés au mois d'avril 2020, lorsque la demande d'énergie a diminué, dans les premiers temps de la pandémie.






  Note aux lecteurs

La pandémie de COVID-19 et l'Indice des prix à la consommation

Pour obtenir plus de renseignements sur les répercussions de la pandémie de COVID-19 sur l'Indice des prix à la consommation (IPC) pendant la première année de la pandémie, veuillez consulter le document de recherche intitulé « L'Indice des prix à la consommation et la COVID-19 : une rétrospective d'un an », qui est publié dans le cadre de la Série analytique des prix (Numéro au catalogue62F0014M). Ce document porte sur les sources de la variation des prix associée à la pandémie et sur les répercussions continues des effets de glissement annuel sur l'IPC d'ensemble.

Statistique Canada continue de suivre les répercussions du nouveau coronavirus (aussi connu sous le nom de la COVID-19) sur l'IPC au Canada.

Les biens et les services de l'IPC qui n'étaient pas offerts aux consommateurs en avril en raison des restrictions liées à la pandémie de COVID-19 ont fait l'objet de traitements spéciaux, ce qui a permis d'éliminer efficacement leurs effets sur l'IPC mensuel. Les valeurs des sous-indices suivants ont été imputées à partir de la variation mensuelle de l'indice d'ensemble : les voyages organisés, certaines composantes des spectacles, les services de loisirs, les services de soins personnels dans certaines régions, et certaines composantes de l'utilisation d'installations et de services de loisirs dans certaines régions.

Les indices des prix de la bière servie dans un établissement détenant un permis d'alcool, du vin servi dans un établissement détenant un permis d'alcool et des spiritueux servis dans un établissement détenant un permis d'alcool ont été imputés dans plusieurs régions, à partir des indices vers lesquels les consommateurs ont vraisemblablement redirigé leurs dépenses : bière achetée en magasin, vin acheté en magasin et spiritueux achetés en magasin.

À l'instar des mois précédents touchés par la pandémie de COVID-19, les prix des vols suspendus sont exclus du calcul de l'IPC d'avril étant donné que les passagers n'ont finalement pas pu utiliser ces services. Par conséquent, certaines sous-composantes de l'indice du transport aérien ont été imputées à partir de l'indice parent (transport aérien).

Les renseignements concernant ces traitements d'avril 2020 à mars 2021 sont fournis dans des suppléments techniques disponibles dans la Série analytique des prix (Numéro au catalogue62F0014M). Les renseignements et les traitements relatifs à avril 2021 sont offerts sur demande.

Explorez l'Indice des prix à la consommation

Découvrez le « Calculateur de taux d'inflation personnel »! Cet outil interactif vous permet d'inscrire des sommes en dollars dans les catégories de dépenses communes pour produire un taux d'inflation personnalisé que vous pouvez comparer avec la mesure officielle de l'inflation qui représente le ménage canadien moyen : l'IPC.

Visitez le Portail de l'Indice des prix à la consommation pour accéder, en un seul endroit pratique, à l'ensemble des données, des publications, des outils interactifs et des annonces relatives aux nouveaux produits concernant l'IPC et aux changements qui seront apportés à l'indice.

Vous pouvez aussi consulter l' « Outil de visualisation des données de l'Indice des prix à la consommation » pour accéder aux données actuelles et historiques de l'IPC dans un format visuel personnalisable.

Tableaux de données en temps réel

Le tableau de données en temps réel (18-10-0259-01) sera mis à jour le 31 mai. Pour obtenir plus de renseignements, veuillez consulter le document « Tableaux de données en temps réel ».

Prochaine diffusion

L'IPC de mai sera diffusé le 16 juin.

Produits

Vous pouvez consulter l'« Outil de visualisation des données de l'Indice des prix à la consommation » sur le site Web de Statistique Canada.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les concepts et l'utilisation de l'Indice des prix à la consommation (IPC), veuillez consulter la publication Le document de référence de l'Indice des prix à la consommation canadien (Numéro au catalogue62-553-X).

Pour obtenir des renseignements sur l'histoire de l'IPC au Canada, veuillez consulter la publication Survol du premier siècle de l'indice des prix à la consommation au Canada (Numéro au catalogue62-604-X).

Deux vidéos, « Vue d'ensemble de l'Indice des prix à la consommation (IPC) du Canada » et « L'Indice des prix à la consommation et votre expérience de la variation des prix », sont accessibles sur la chaîne YouTube de Statistique Canada.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (STATCAN.mediahotline-ligneinfomedias.STATCAN@canada.ca).

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :