Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Produit intérieur brut par industrie : provinces et territoires, 2020

Diffusion : 2021-05-03

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – Canada

2020

-5,3 % baisse

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – T.-N-L.

2020

-5,3 % baisse

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – Î.-P.-É.

2020

-3,0 % baisse

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – N.-É.

2020

-3,2 % baisse

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – N.-B.

2020

-3,7 % baisse

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – Qc

2020

-5,3 % baisse

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – Ont.

2020

-5,0 % baisse

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – Man.

2020

-4,8 % baisse

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – Sask.

2020

-5,2 % baisse

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – Alb.

2020

-8,2 % baisse

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – C.-B.

2020

-3,8 % baisse

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – Yn

2020

1,1 % hausse

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – T.N.-O.

2020

-10,4 % baisse

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – Nt

2020

3,5 % hausse

(variation annuelle)

Le produit intérieur brut (PIB) réel a diminué dans toutes les provinces et dans les Territoires du Nord-Ouest en 2020, et a augmenté au Yukon et au Nunavut après que l'Organisation mondiale de la Santé a déclaré que la COVID-19 était une pandémie le 11 mars.

La pandémie a des répercussions sur le produit intérieur brut dans les 13 secteurs de compétence canadiens

Au cours de l'année, tous les ordres de gouvernement au Canada ont mis en œuvre des mesures pour limiter la propagation du virus. Les mesures, comme les fermetures obligatoires des entreprises non essentielles, des écoles et des institutions publiques, les restrictions liées aux voyages et les règles de distanciation physique, ainsi que la fermeture des frontières internationales au Canada, combinées à la transition d'un grand nombre de Canadiens vers le travail à domicile, ont eu des répercussions sur presque tous les secteurs de l'économie canadienne.

Infographie 1  Vignette de l'infographie 1: Croissance du produit intérieur brut réel, Canada, provinces et territoires, 2020
Croissance du produit intérieur brut réel, Canada, provinces et territoires, 2020

Pour la majorité des provinces, le ralentissement de l'économie observé en 2020 a été le plus marqué en 40 ans. Les répercussions sur le PIB ont varié à l'échelle du pays, ce qui rend compte des différences quant à l'ampleur des restrictions en matière de santé publique nouvelles et existantes imposées dans les provinces et les territoires.

Infographie 2  Vignette de l'infographie 2: Contributions provinciales et territoriales à la variation nationale en pourcentage, croissance économique totale, 2020
Contributions provinciales et territoriales à la variation nationale en pourcentage, croissance économique totale, 2020

L'Ontario (-1,95 point de pourcentage) a contribué le plus à la baisse enregistrée à l'échelle nationale, en raison principalement de la taille de son économie. L'Alberta a été à l'origine de 1,25 point de pourcentage de la baisse nationale; la faiblesse continue des prix du pétrole sur les marchés mondiaux, combinée aux répercussions de la pandémie, a réduit l'activité dans l'important secteur du pétrole et du gaz et dans les industries connexes en aval. Par ailleurs, le Québec a été à l'origine de 1,05 point de pourcentage de la baisse totale enregistrée l'échelle nationale, suivi de la Colombie-Britannique (-0,51 point de pourcentage).

La baisse généralisée observée dans les industries productrices de services est le principal facteur à l'origine du recul de 2020

Les industries productrices de biens et les industries productrices de services ont affiché une diminution dans toutes les provinces, mais ce sont les industries productrices de services qui ont contribué le plus à la baisse globale. Le recul observé dans les industries productrices de services a été généralisé, et il a touché davantage les services qui nécessitent des interactions en personne et ceux pour lesquels la prestation en ligne est impossible ou non viable sur le plan économique. Les secteurs du transport et de l'entreposage, des arts, des spectacles et des loisirs, des services d'hébergement et de restauration ainsi que des autres services (sauf les administrations publiques) ont été particulièrement touchés.

Le transport et l'entreposage a enregistré un recul marqué partout au Canada. Cette baisse est surtout attribuable au transport aérien à la suite des restrictions sévères qui ont été imposées sur les voyages. Le transport en commun et le transport terrestre de voyageurs, ainsi que le transport de tourisme et d'agrément ont affiché une forte baisse du nombre de passagers en raison des mesures visant à promouvoir le travail à domicile et à limiter les voyages non essentiels. De concert avec ces restrictions liées aux voyages, les limites imposées par les gouvernements sur les rassemblements ont entraîné une diminution marquée dans les secteurs des services d'hébergement et de restauration, des arts, des spectacles et des loisirs ainsi que des autres services (sauf les administrations publiques).

Les soins de santé et l'assistance sociale ont reculé en 2020, car les cabinets de médecins, les dentistes et les laboratoires médicaux et d'analyses diagnostiques ont réduit bon nombre de leurs visites en personne et de leurs activités en réponse aux mesures sanitaires restrictives. Les services d'enseignement ont aussi diminué partout au Canada, les autorités publiques ayant fermé les écoles et les universités, mais la baisse a été atténuée puisque les cours ont fini par être offerts en ligne, puis ont recommencé à être offerts en personne ou selon un modèle hybride.

En revanche, le secteur de la finance et des assurances a enregistré une hausse dans tous les secteurs de compétence. Les services immobiliers et les services de location et de location à bail de même que la construction résidentielle ont augmenté dans la plupart des régions malgré les mesures de confinement. Dans de nombreuses provinces, l'activité des bureaux d'agents et de courtiers immobiliers a bondi; la volonté de disposer de plus d'espace personnel, y compris pour les bureaux à domicile, combinée à de faibles taux hypothécaires et un revenu disponible plus élevé, a stimulé le marché immobilier.

Les industries productrices de biens ont affiché les plus importantes contributions à la variation en pourcentage

L'activité des industries productrices de biens variait généralement davantage d'un secteur de compétence à l'autre que celle des industries productrices de services, en partie parce qu'elle a été en quelque sorte moins touchée par les mesures de santé publique mises en place pour lutter contre la pandémie. Et bien que les services, dans l'ensemble, aient contribué davantage à la baisse annuelle du PIB de l'ensemble des provinces et des territoires, sauf la Saskatchewan et le Yukon, sur une base individuelle, ce sont les industries productrices de biens qui ont affiché les plus importantes contributions à la variation en pourcentage (CVP) dans la plupart des secteurs de compétence (croissance ou repli). En Alberta (CVP de -2,07), en Saskatchewan (CVP de -1,50) et dans les trois territoires, l'extraction minière, l'exploitation en carrière, et l'extraction de pétrole et de gaz est le secteur qui a eu le plus d'incidence sur le PIB total. La fabrication a été le principal facteur à l'origine de la baisse au Québec (CVP de -1,26) et en Ontario (CVP de -1,25), tandis que la construction (CVP de -2,61) a été le secteur déterminant pour l'économie de Terre-Neuve-et-Labrador en 2020.

Infographie 3  Vignette de l'infographie 3: Principaux secteurs contribuant à la variation en pourcentage du produit intérieur brut provincial et territorial en 2020
Principaux secteurs contribuant à la variation en pourcentage du produit intérieur brut provincial et territorial en 2020

Terre-Neuve-et-Labrador

À Terre-Neuve-et-Labrador, le PIB a diminué de 5,3 % en 2020, les répercussions de la COVID-19 ayant entraîné des baisses dans 17 des 20 principaux secteurs industriels. Les industries productrices de services (-5,6 %) ont été durement touchées par les restrictions sur les voyages et les rassemblements, et tous les principaux secteurs de services ont enregistré des diminutions, à l'exception de celui de la finance et des assurances.

La construction a reculé de 25,9 %, surtout en raison de la baisse de 35,1 % enregistrée dans les travaux de génie à la suite de la mise sur pause du projet de White Rose et de l'approche de l'achèvement du projet de Muskrat Falls. L'extraction de pétrole et de gaz a augmenté de 5,8 %, stimulée par la hausse de la production de pétrole au champ pétrolier Hebron. L'extraction de minerais de fer a progressé de 8,8 %. Toutefois, l'extraction de minerais de cuivre, de nickel, de plomb et de zinc a diminué de 32,0 % à la suite de la fermeture temporaire de la mine Voisey's Bay en raison de la pandémie. La fabrication a reculé de 4,8 %; la hausse de la production dans la préparation et le conditionnement de poissons et de fruits de mer (+9,7 %) a été plus que contrebalancée par les baisses observées dans les raffineries de pétrole (-66,5 %) sous l'effet de la fermeture des activités de raffinage de North Atlantic, ainsi que la diminution de la production enregistrée dans la première transformation des métaux (-11,1 %) et la fabrication du papier (-19,8 %).

Île-du-Prince-Édouard

Le PIB de l'Île-du-Prince-Édouard a fléchi de 3,0 % en 2020; il s'agit de la plus faible baisse parmi les provinces, mais de son recul le plus prononcé depuis le début de la série en 1981. Malgré l'influence de la forte croissance démographique sur la demande des services, les mesures de santé publique visant à ralentir la propagation de la COVID-19 ont réduit la production de nombreux services liés au tourisme. Les baisses enregistrées dans les services d'hébergement et de restauration, dans les arts, les spectacles et les loisirs, ainsi que dans le transport et l'entreposage ont été à l'origine de plus de la moitié (1,52 des 2,97 points de pourcentage) de la diminution globale de la province.

La production a diminué dans l'aquaculture (-23,0 %) ainsi que dans la pêche, la chasse et le piégeage (-8,3 %) en raison de la baisse de la demande des établissements de restauration du monde entier. Les cultures agricoles ont diminué de 7,7 % en raison de sévères conditions de sécheresse. La fabrication a reculé de 4,4 %, et plus particulièrement dans la fabrication d'aliments (-4,6 %) ainsi que dans la fabrication de produits aérospatiaux et de leurs pièces (-11,6 %), même si la fabrication de produits pharmaceutiques et de médicaments (+13,1 %) a connu une croissance vigoureuse. La construction a progressé de 4,8 %, tous les sous-secteurs ayant augmenté, sauf celui de la construction (réparations). La construction résidentielle (+6,2 %) était en hausse pour une sixième année consécutive.

Nouvelle-Écosse

En Nouvelle-Écosse, le PIB réel a reculé de 3,2 % en 2020, la pandémie ayant ralenti la croissance. Les industries productrices de services ont diminué de 3,5 %, tandis que les industries productrices de biens ont fléchi de 2,3 %. Les industries liées au tourisme ont enregistré une baisse prononcée par suite des mesures de confinement. En outre, des diminutions ont été observées dans les soins de santé et l'assistance sociale (-5,2 %), dans les services d'enseignement (-3,7 %), dans le commerce de détail (-2,5 %), principalement en raison de la baisse des ventes de véhicules automobiles (-17,5 %), et dans le commerce de gros (-1,3 %). Par ailleurs, des hausses ont été enregistrées dans la finance et les assurances (+5,2 %) et dans les services immobiliers et services de location et de location à bail (+2,7 %). La volonté de disposer de plus d'espace personnel, y compris pour les bureaux à domicile, combinée avec de faibles taux hypothécaires, a contribué à la hausse de 22,3 % observée dans l'activité dans les bureaux d'agents et de courtiers immobiliers et dans les activités liées à l'immobilier.

La fabrication a diminué de 5,3 %; les baisses prononcées observées dans la fabrication de produits en plastique et en caoutchouc (-15,9 %) et dans la fabrication de matériel de transport (-10,0 %) ont plus que contrebalancé les hausses enregistrées dans la fabrication de produits pharmaceutiques et de médicaments (+33,2 %). La construction a augmenté de 3,4 %, principalement en raison des projets de génie liés au transport (+24,1 %). Les services publics ont reculé de 6,5 % parallèlement à la baisse de l'activité économique.

Nouveau-Brunswick

Au Nouveau-Brunswick, le PIB a fléchi de 3,7 % en 2020; il s'agit de la plus forte baisse depuis la récession de 1982. Les industries productrices de biens se sont repliées de 6,2 % et les industries productrices de services ont diminué de 2,9 %. En plus des baisses observées dans les industries liées au tourisme, les soins de santé et l'assistance sociale (-3,9 %) et les services d'enseignement (-5,6 %) ont aussi affiché des diminutions. À l'inverse, la finance et les assurances a augmenté de 5,7 % et les bureaux d'agents et de courtiers immobiliers ont progressé de 21,3 %, car les Canadiens ont voulu disposer de plus d'espace personnel, y compris pour les bureaux à domicile, dans le contexte de la pandémie.

La fabrication a diminué de 5,1 %, sous l'effet des baisses observées dans la fabrication d'aliments (-4,8 %), dans la fabrication de produits en plastique et en caoutchouc (-29,0 %), dans la première transformation des métaux (-96,4 %) en raison de la fermeture de la fonderie de Belledune, et dans la fabrication de produits métalliques (-15,4 %). La construction a reculé de 4,5 %, la baisse de l'activité de construction non résidentielle (-26,4 %) attribuable à la diminution des projets de construction d'immeubles commerciaux et à bureaux ayant été contrebalancée en partie par la hausse de l'activité de construction résidentielle (+4,0 %). L'extraction minière et l'exploitation en carrière (sauf l'extraction de pétrole et de gaz) a diminué de 28,7 % par suite de la fermeture de la mine Caribou en mars. La production, le transport et la distribution d'électricité a fléchi de 8,6 % en raison de la baisse de la demande.

Québec

Au Québec, le PIB a diminué de 5,3 % en 2020, ce qui représente une baisse plus marquée que celle enregistrée au cours de la récession de 1982, lorsque le PIB avait reculé de 3,7 %. Le recul a été généralisé; 18 des 20 grands groupes d'industries ont enregistré des baisses en raison de la pandémie de COVID-19. Les industries productrices de services (- 4,9 %) ont contribué davantage à la baisse que les industries productrices de biens (-6,3 %). Les restrictions liées aux voyages et les mesures de distanciation physique ont contribué aux diminutions prononcées observées dans le transport, dans les services d'hébergement et de restauration, ainsi que dans les arts, les spectacles et les loisirs. Les fermetures d'école ont contribué à la baisse de 5,0 % observée dans les services d'enseignement. Le commerce de détail a diminué de 1,2 %, en raison de la baisse observée par les concessionnaires de véhicules et de pièces automobiles et les magasins de vêtements qui a plus que contrebalancée la hausse enregistrée par les détaillants hors magasins, les marchands de matériaux de construction et de matériel et fournitures de jardinage et les magasins d'alimentation. L'intermédiation financière et les activités connexes ont augmenté de 7,2 % et la conception de systèmes informatiques, qui comprend la conception et le développement de jeux vidéo, a progressé de 9,6 %, pour une cinquième année consécutive de forte croissance.

Tous les secteurs de la production de biens ont reculé au Québec; la fabrication a enregistré la baisse la plus marquée et a été à l'origine de près d'un quart (23,8 %) du recul économique global. Tous les grands groupes d'industries de la fabrication ont vu leur production baisser, et la fabrication de produits aérospatiaux et de leurs pièces (-15,2 %), la fabrication de machines (-14,7 %) et la fabrication de produits métalliques (-12,5 %) ont connu les diminutions les plus marquées. Les services publics ont fléchi de 4,0 % dans le contexte du ralentissement économique. La construction a reculé de 2,8 %, principalement en raison de la baisse de 23,5 % observée dans les travaux de génie liés à l'énergie électrique. Cette diminution a été contrebalancée en partie par une hausse des travaux de génie liés au transport, tandis que la construction résidentielle n'a pratiquement pas varié. L'extraction de minerais métalliques a reculé de 5,5 % sous l'effet d'une baisse de la production des mines d'or et d'argent (-16,0 %) et de l'extraction de minerais de cuivre, de nickel, de plomb et de zinc (-13,7 %), qui a plus que contrebalancé les hausses observées dans l'extraction de minerais de fer (+5,4 %).

Ontario

Le PIB de l'Ontario a fléchi de 5,0 % en 2020. Il s'agit de la plus forte baisse depuis que des données sont compilées en 1981; les industries productrices de biens (-5,7 %) et les industries productrices de services (-4,8 %) ont enregistré des diminutions. Le recul observé dans les industries productrices de services, qui découle des restrictions liées aux voyages et aux rassemblements publics, a été à l'origine de près des trois quarts de la diminution globale.

Les services d'enseignement ont diminué; la grève des enseignants qui a commencé en février dans les écoles primaires et secondaires (-9,3 %) a précédé les confinements liés à la COVID-19 de mars. Les mesures de distanciation physique mises en place pour lutter contre la propagation de la maladie ont contribué à la baisse de 6,8 % enregistrée dans les administrations publiques locales, municipales et régionales. Toutefois, l'administration publique fédérale a progressé de 3,2 %. La finance et les assurances ont augmenté de 5,0 %, surtout en raison des services d'intermédiation financière (+6,7 %) et des services d'investissement financier (+8,5 %). Les services immobiliers et les services de location et de location à bail ont progressé de 1,6 %, la hausse enregistrée dans les bureaux d'agents et de courtiers immobiliers (+11,7 %) ayant été partiellement contrebalancée par la baisse observée dans les services de location et de location à bail.

Dans la construction, l'activité a légèrement augmenté; la hausse observée dans la construction résidentielle (+4,5 %) et non résidentielle (+3,6 %) a contrebalancé la baisse enregistrée dans les projets de génie (-10,1 %). Dans la fabrication, la production a reculé de 10,8 %, ce qui représente la baisse la plus prononcée parmi l'ensemble des provinces et des territoires, et la fabrication de matériel de transport (-24,3 %) a affiché la diminution la plus marquée par suite de la réduction de la production par les fabricants en réponse aux restrictions de voyage. La consolidation de l'industrie de l'automobile a entraîné une fermeture d'usine en 2019, ce qui a aussi contribué à la baisse. La première transformation des métaux a reculé de 22,2 % et la fabrication de machines a diminué de 14,1 % en raison d'un ralentissement de l'économie mondiale. En revanche, les cultures agricoles ont augmenté de 15,3 %, en grande partie en raison d'une hausse de 58,6 % de la production de cannabis autorisée.

Manitoba

Au Manitoba, le PIB a diminué de 4,8 % en 2020, ce qui représente la plus forte baisse enregistrée depuis le début de la série en 1981. Le recul a été marqué; 15 des 20 secteurs industriels ont affiché une baisse de la production, au moment où l'économie faisait face aux répercussions de la pandémie de COVID-19. La diminution de 4,6 % observée dans les industries productrices de services était principalement attribuable aux restrictions sur les voyages et les rassemblements. Le commerce de gros a augmenté de 2,2 %, tandis que le commerce de détail a reculé légèrement de 0,1 %, malgré les hausses observées chez les détaillants hors magasins (+21,5 %).

Les industries productrices de biens se sont repliées de 5,3 %. La construction a diminué de 10,7 %, ce qui est en grande partie attribuable à la baisse de 32,3 % observée dans les travaux de génie, plus particulièrement dans les travaux de génie lié à l'énergie électrique (-43,4 %) à la suite de l'achèvement de grands projets hydroélectriques. La construction non résidentielle a augmenté de 11,7 %, sous l'effet des investissements du gouvernement dans les écoles et les structures institutionnelles. La construction résidentielle a reculé de 2,3 %. La fabrication a diminué de 7,0 %, les fabricants de matériel de transport ayant diminué leur production de 17,3 % en raison des restrictions de voyage. La première transformation des métaux a diminué de 52,4 %, en grande partie en raison de la cessation des opérations à la fonderie de nickel de Thompson.

Le secteur de l'extraction minière, de l'exploitation en carrière, et de l'extraction de pétrole et de gaz a diminué de 17,9 %, sous l'effet des baisses observées dans l'extraction de pétrole et de gaz (-16,7 %), dans l'extraction de minerais de cuivre, de nickel, de plomb et de zinc (-24,6 %), et dans les activités de soutien à l'extraction minière, pétrolière et gazière (-37,6 %). Les cultures agricoles ont augmenté de 5,7 % en raison des bonnes conditions de croissance et de récolte.

Saskatchewan

En Saskatchewan, le PIB a fléchi de 5,2 % en 2020, ce qui représente la baisse la plus marquée depuis 2009. Les industries productrices de biens (-6,7 %) ont contribué davantage à la baisse que les industries productrices de services (-4,1 %). La Saskatchewan est la seule province où les industries productrices de biens ont contribué davantage au recul global de son économie.

Le secteur de l'extraction minière, de l'exploitation en carrière, et de l'extraction de pétrole et de gaz a reculé de 9,2 %; l'extraction de pétrole et de gaz a diminué de 12,8 % en raison de la faible demande et de l'offre excédentaire du pétrole sur les marchés mondiaux. Les activités de soutien à l'extraction minière, pétrolière et gazière ont diminué de 32,9 %. L'extraction de potasse a augmenté de 7,8 %, mais l'extraction d'autres minerais métalliques (uranium) a diminué de 39,3 %. La construction a affiché une diminution de 10,9 %, en raison du recul marqué enregistré dans les travaux de génie liés au pétrole et au gaz naturel (-35,3 %), à la suite de l'achèvement de la canalisation 3 d'Enbridge en décembre 2019, et de la baisse de la construction non résidentielle (-24,4 %). Les industries de la fabrication ont enregistré une baisse de 8,2 %, et ce sont les raffineries de pétrole (-15,2 %) et la fabrication de produits métalliques (-16,9 %) qui ont contribué le plus à la diminution globale. L'agriculture, la foresterie, la pêche et la chasse (+1,8 %) est le seul secteur des biens à avoir enregistré une hausse dans la province, qui est attribuable principalement à l'augmentation des cultures agricoles (sauf le cannabis) de 2,1 %.

À la suite des mesures de santé publique mises en place pour les voyages et les rassemblements sociaux, des baisses ont été enregistrées dans le transport et l'entreposage (-10,5 %), dans les services d'hébergement et de restauration (-25,4 %), ainsi que dans les arts, les spectacles et les loisirs (-34,3 %). Les soins de santé et l'assistance sociale ont diminué de 5,4 %, principalement dans les soins de santé ambulatoires, et les services d'enseignement ont reculé de 4,9 %. À l'inverse, le secteur de la finance et des assurances a augmenté de 4,9 %, surtout en raison de la hausse enregistrée dans les services d'intermédiation financière.

Alberta

Le PIB de l'Alberta a diminué de 8,2 % en 2020; il s'agit de la plus forte baisse parmi les provinces et de son quatrième repli annuel en 12 ans. Tant les industries productrices de biens (-10,1 %) que les industries productrices de services (-7,0 %) ont enregistré des diminutions.

L'extraction de pétrole et de gaz a fléchi de 6,4 % sous l'effet de la faible demande et de l'offre excédentaire de pétrole sur les marchés mondiaux. L'extraction de sables bitumineux a fléchi de 5,6 %, ce qui représente la première baisse dans cette industrie depuis 2007, année où des estimations distinctes pour les sables bitumineux ont été produites pour la première fois. Les activités de soutien à l'extraction pétrolière et gazière ont diminué de 40,8 %. La construction a reculé de 12,0 %, et l'activité était en baisse pour une troisième année consécutive. La diminution a été en grande partie attribuable au recul important observé dans les travaux de génie et autres activités de construction, pour lequel l'Alberta a contribué à plus de la moitié (-0,12 point de pourcentage) de la baisse nationale.

La fabrication a reculé de 9,8 %. Au total, 14 des 19 groupes d'industries ont enregistré des baisses, et les plus prononcées ont été observées dans les raffineries de pétrole (-14,3 %), dans la fabrication de machines (-23,2 %) et dans la fabrication de produits métalliques (-22,0 %). Les cultures agricoles ont augmenté de 8,9 %, sous l'effet de la hausse de la production des cultures agricoles (+6,0 %) et du cannabis autorisé (+54,0 %).

Le commerce de gros (-7,5 %) et le commerce de détail (-4,0 %) ont tous deux reculé. Le transport par camion a diminué de 11,8 % et le transport ferroviaire a reculé de 7,3 %. Les restrictions liées aux voyages et aux activités en personne ont contribué à la baisse marquée observée dans le secteur des services, lequel nécessite des interactions en personne. Les soins de santé et l'assistance sociale (-6,3 %) et les services d'enseignement (-7,4 %) ont aussi été touchés par les mesures mises en place pour ralentir la propagation de la COVID-19. En revanche, le secteur de la finance et des assurances a progressé de 5,5 %, surtout en raison de la hausse observée dans les services d'intermédiation financière (+6,8 %).

Colombie-Britannique

En Colombie-Britannique, le PIB a diminué de 3,8 %; il s'agit du plus grand recul enregistré depuis la récession de 1982, la production ayant diminué dans 15 des 20 secteurs industriels en raison des restrictions et des fermetures liées à la COVID-19. La baisse a été presque entièrement attribuable aux industries productrices de services (3,75 des 3,83 points de pourcentage), et la diminution enregistrée par les industries productrices de biens a été la plus faible de toutes les provinces.

Les restrictions imposées sur les voyages par le gouvernement ont eu une incidence sur le transport aérien (-72,5 %), les services urbains de transport en commun (-47,6 %) et les activités de soutien au transport (-22,8 %). Les mesures de confinement prises conformément aux directives de santé publique ont entraîné une baisse de l'activité dans les services d'hébergement et de restauration (-31,1 %), dans les soins de santé et l'assistance sociale (-8,0 %), ainsi que dans les arts, les spectacles et les loisirs (-39,6 %). En revanche, des hausses ont été observées dans les services d'intermédiation financière (+4,8 %) et dans les services immobiliers (+4,1 %).

L'activité des industries productrices de biens a légèrement diminué (-0,3 %); l'importante baisse enregistrée dans la fabrication a été principalement contrebalancée par la forte croissance observée dans la construction. La fabrication a diminué de 7,1 %, 16 des 19 sous-secteurs ayant affiché des baisses. La fabrication de produits métalliques (-20,2 %), la fabrication de produits en bois (-6,6 %), la fabrication du papier (-13,7 %) et la fabrication de machines (-12,3 %) ont contribué le plus à la baisse. Malgré la forte demande de matériaux de construction, l'industrie de la fabrication de produits en bois, l'industrie la plus importante du secteur de la fabrication dans la province, a dû faire face à des coûts d'exploitation plus élevés et à une baisse du volume des exportations. La construction a augmenté de 4,2 %, après avoir progressé de 9,0 % en 2019. Les travaux de génie liés au pétrole et au gaz naturel ont enregistré une hausse de 27,4 %, alors que les travaux relatifs au projet LNG Canada et au projet de gazoduc de Coastal GasLink s'accéléraient.

Le secteur de l'extraction minière, de l'exploitation en carrière et de l'extraction de pétrole et de gaz a progressé de 0,6 %; la légère hausse enregistrée dans l'extraction de pétrole et de gaz par des méthodes classiques (+0,3 %) et celle observée dans l'extraction de minerais de cuivre, de nickel, de plomb et de zinc (+39,8 %) ont plus que contrebalancé la baisse observée dans l'extraction de charbon (-17,3 %).

Yukon

Le PIB du Yukon a progressé de 1,1 % en 2020, après avoir augmenté de 0,7 % en 2019. Les industries productrices de biens ont affiché une hausse de 25,7 %, laquelle était presque entièrement attribuable aux fortes augmentations enregistrées dans l'extraction de minerais d'or et d'argent (+121,9 %), à la suite de la hausse de la production à la mine d'or Eagle de Victoria, et dans l'extraction de minerais de cuivre, de nickel, de plomb et de zinc (+325,8 %) à la suite de la réouverture de la mine Minto en 2019. Les activités de soutien à l'extraction minière ont augmenté de 67,9 % sous l'effet de la hausse des prix des minéraux. Les services publics ont augmenté de 12,8 % et la fabrication a progressé de 15,0 %. La construction a diminué de 7,1 %, principalement en raison de la baisse de 31,9 % enregistrée dans les projets de génie, qui a dépassé la croissance observée dans la construction résidentielle (+15,7 %) et non résidentielle (+7,3 %). Le commerce de gros a diminué de 10,8 % parallèlement à la baisse de l'activité de construction.

L'imposition de restrictions sévères sur les voyages au Yukon et les autres mesures liées à la COVID-19 ont entraîné une baisse prononcée de la production dans les industries liées au tourisme, particulièrement le transport aérien (-65,7 %), les services d'hébergement et de restauration (-37,2 %), ainsi que les arts, les spectacles et les loisirs (-35,2 %). Les services d'enseignement ont reculé de 4,4 % et les soins de santé et l'assistance sociale ont diminué de 4,9 % en raison des règles de distanciation physique mises en place. En revanche, le secteur de la finance et des assurances a progressé de 5,3 %.

Territoires du Nord-Ouest

Le PIB a diminué de 10,4 % dans les Territoires du Nord-Ouest en 2020. Les industries productrices de biens ont affiché des reculs de 15,6 %, tandis que les industries productrices de services ont enregistré des baisses de 8,3 %. L'extraction de diamants a diminué de 30,3 %, en partie à cause de l'interruption des activités à la mine Ekati de mars à novembre. L'extraction de pétrole et de gaz par des méthodes classiques a diminué de 30,7 % à la suite de l'incendie survenu au site de Norman Wells. Les services publics se sont repliés de 9,3 %. En revanche, la construction a contribué de façon considérable à l'activité économique, des hausses ayant été enregistrées dans les travaux de génie (+60,9 %) et dans la construction résidentielle (+11,3 %). Toutefois, après avoir reculé de 53,3 % en 2019, la construction non résidentielle a diminué de 22,7 % étant donné que la construction d'un certain nombre d'immeubles du secteur public a été achevée au cours des dernières années.

Les mesures mises en place pour lutter contre la pandémie de COVID-19 ont entraîné des baisses prononcées dans les industries liées au tourisme. De plus, les mesures de distanciation physique ont contribué aux reculs observés dans les services d'enseignement et dans les soins de santé et l'assistance sociale, particulièrement dans les installations sans rendez-vous. Le commerce de gros a diminué de 36,6 %. Toutefois, le commerce de détail a progressé de 4,4 % et la finance et les assurances ont augmenté de 4,1 %.

Nunavut

Au Nunavut, le PIB s'est accru de 3,5 % en 2020. Il s'agit de l'un des deux secteurs de compétence à avoir enregistré une croissance. L'extraction de minerais d'or et d'argent a progressé de 23,2 %, deux nouvelles mines ayant terminé leur première année complète de production, et l'extraction de minerais de fer a augmenté de 34,4 %. La hausse des prix des minéraux a entraîné une augmentation de 19,7 % des activités de soutien à l'extraction minière. La construction a connu une baisse de 23,4 %, principalement en raison de la baisse prononcée enregistrée dans les autres travaux de génie (-30,3 %) à la suite de l'achèvement des travaux à deux sites d'exploitation minière. Le commerce de gros a diminué de 12,3 %, sous l'effet de la baisse du volume des mouvements des machines, du matériel et des fournitures ainsi que des produits pétroliers et des matériaux de construction provoquée par l'achèvement des travaux aux sites d'exploitation minière.

Les industries productrices de services ont enregistré une baisse de 2,3 %; les restrictions imposées sur un grand nombre d'activités en personne en raison de la COVID-19 ont entraîné des baisses notables dans le transport aérien (-42,6 %), les services d'enseignement (-7,9 %), les services d'hébergement (-27,9 %), et les services de restauration et débits de boissons (-30,7 %). En revanche, le commerce de détail a augmenté de 8,6 % et la finance et les assurances ont progressé de 7,1 %.




Objectifs liés au développement durable

Le 1er janvier 2016, des pays du monde entier ont officiellement commencé à mettre en œuvre le Programme de développement durable à l'horizon 2030, le plan d'action des Nations Unies axé sur la transformation qui vise à relever des défis mondiaux urgents au cours des 15 prochaines années. Ce plan se fonde sur 17 objectifs précis liés au développement durable.

Le communiqué sur le produit intérieur brut réel par industrie : provinces et territoires est un exemple de la manière dont Statistique Canada appuie le suivi des progrès relatifs aux objectifs mondiaux liés au développement durable. Le présent communiqué contribuera à mesurer l'objectif suivant :

  Note aux lecteurs

Les données provinciales et territoriales sur le produit intérieur brut (PIB) par industrie aux prix de base sont des estimations selon des indices de volume en chaîne dont l'année de référence est 2012. Cela signifie que les données pour chaque industrie et agrégat sont obtenues à partir d'un indice enchaîné de volume multiplié par la valeur ajoutée de l'industrie en 2012.

Les variations en pourcentage du PIB par industrie sont calculées à l'aide de mesures en volume, c'est-à-dire qu'elles sont corrigées en fonction des variations de prix.

Dans le cadre de la présente diffusion, Statistique Canada ajoute une mesure complémentaire fournie par les « Contributions à la variation nationale en pourcentage ». Ce nouvel ensemble de statistiques fournit aux utilisateurs des dimensions supplémentaires pour leur analyse en cernant la contribution relative des industries provinciales et territoriales à la croissance de l'économie nationale.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le PIB, veuillez visionner la vidéo « Qu'est-ce que le produit intérieur brut (PIB)? ».

Le public est également invité à assister à une séance « Demandez-moi n'importe quoi » sur Reddit portant sur ce sujet le mercredi 9 juin de 13 h 30 à 14 h 30 (heure de l'Est).

Révisions

Les estimations révisées du PIB provincial et territorial par industrie pour la période allant de 2018 à 2020 seront publiées en novembre 2021, lors de l'incorporation des nouvelles données repères et des tableaux des ressources et des emplois pour l'année de référence 2018.

Note de correction

Le 5 mai 2021, une correction a été apportée à la version de l'article du Quotidien initialement publié concernant l'extraction de diamants dans les Territoires du Nord-Ouest. Le texte original indiquait que « L'extraction de diamants a diminué de 30,3 %, sous l'effet de l'interruption des activités à la mine Ekati de mars à novembre, et de la fermeture temporaire de la mine Gahcho Kué. » Cette énoncée était inexacte, car aucune fermeture temporaire à la mine Gahcho Kué n'a eu lieu en 2020. Le texte a été corrigé pour refléter ce fait.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca).

Pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec Guillaume Dubé (613-863-0782; guillaume.dube2@canada.ca), Division des comptes des industries.

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :