Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Produit intérieur brut, revenus et dépenses, quatrième trimestre de 2020

Diffusion : 2021-03-02

Le produit intérieur brut (PIB) réel a augmenté de 2,3 % au quatrième trimestre de 2020, après avoir affiché des fluctuations record aux deux trimestres précédents. En 2020, le PIB réel a fléchi de 5,4 %; il s'agit de la baisse annuelle la plus prononcée enregistrée à ce chapitre depuis le début de la collecte de données trimestrielles en 1961. La demande intérieure finale a augmenté de 0,9 % au quatrième trimestre, mais pour 2020 dans son ensemble, elle a reculé de 4,5 %.

Graphique 1  Graphique 1: Produit intérieur brut et demande intérieure finale
Produit intérieur brut et demande intérieure finale

La croissance du PIB réel s'est raffermie en raison d'une forte variation des stocks des entreprises ainsi que des augmentations dans les dépenses de consommation finale des administrations publiques, dans les investissements des entreprises en machines et matériel et dans les investissements immobiliers. Les augmentations dans les investissements immobiliers sont survenues dans le contexte de faibles taux hypothécaires et de la demande accrue de logements.

Les importantes baisses des stocks qui ont freiné la croissance du PIB au troisième trimestre n'ont pas été observées au quatrième trimestre, les stocks ayant enregistré une petite accumulation. En ce qui concerne les stocks des entreprises non agricoles, le changement important s'est concentré dans le secteur du commerce de détail, où ont été enregistrés des accumulations pour les détaillants de véhicules automobiles, de matériaux de construction et d'articles de sport. L'accumulation des stocks de cannabis a principalement contribué à l'augmentation des stocks agricoles. Le ratio des stocks aux ventes dans l'ensemble de l'économie est passé de 0,843 au troisième trimestre à 0,836 au quatrième trimestre.

Graphique 2  Graphique 2: Contribution à la variation en pourcentage du produit intérieur brut réel au quatrième trimestre de 2020
Contribution à la variation en pourcentage du produit intérieur brut réel au quatrième trimestre de 2020

La croissance des investissements immobiliers se poursuit

Les investissements immobiliers ont progressé de 4,3 % au quatrième trimestre, après avoir augmenté de 30,7 % au troisième trimestre.

Graphique 3  Graphique 3: Investissement immobilier
Investissement immobilier

Les hausses étaient généralisées : les nouvelles constructions ont progressé de 4,1 %, les rénovations, de 4,8 %, et les coûts de transfert de propriété, de 4,1 %. Une augmentation substantielle a été observée dans la construction de logements unifamiliaux et d'immeubles à logements multiples neufs, surtout en Ontario et en Alberta. L'augmentation des coûts de transfert de propriété a été générale, l'activité de revente de maisons ayant continué de croître partout au pays. De 2019 à 2020, les investissements immobiliers ont progressé de 3,9 %, tandis que la dette des ménages sur le marché hypothécaire résidentiel s'est accrue de manière considérable au cours de la même période.

Les investissements des entreprises ralentissent

Au quatrième trimestre, les entreprises ont accru leurs investissements en structures d'ingénierie de 1,6 %, mais elles ont réduit leurs investissements en bâtiments non résidentiels de 10,9 %. Cette réduction rend compte de la faiblesse de la demande pour des immeubles à bureaux et des centres d'achats, laquelle a fléchi en raison du télétravail et du magasinage en ligne, devenus plus courants. Les investissements accrus en machines et matériel (+7,0 %) ont coïncidé avec une augmentation des importations de machines et matériel industriels. Cependant, malgré cette hausse, les investissements à ce chapitre ont fléchi de 16,4 % en 2020.

Les dépenses des ménages diminuent légèrement

Après avoir augmenté de 13,1 % au troisième trimestre, les dépenses des ménages ont affiché une légère baisse de 0,1 % au quatrième trimestre. En 2020, les dépenses ont diminué de 6,1 % par rapport à 2019.

Graphique 4  Graphique 4: Dépenses de consommation finale des ménages : biens durables et semi-durables
Dépenses de consommation finale des ménages : biens durables et semi-durables

Les dépenses en biens durables ont fléchi de 0,2 %, après avoir affiché une hausse record (+39,6 %) au troisième trimestre, laquelle a fait suite à des baisses liées à la pandémie de COVID-19 au deuxième trimestre. La diminution des achats de camions, de fourgonnettes et de véhicules utilitaires sport neufs (-3,5 %) et de voitures particulières neuves (-6,4 %) a été partiellement contrebalancée par l'augmentation des ventes de véhicules automobiles d'occasion (+4,0 %). Ce changement dans les habitudes de dépenses témoigne de la tendance des consommateurs à opter pour des produits usagers en période d'incertitude économique.

Si l'on exclut ces achats, les dépenses en biens durables ont augmenté de 1,6 % au quatrième trimestre. Les dépenses des ménages en gros appareils ménagers (+9,0 %) et en meubles (+2,4 %) ont progressé dans le contexte de la croissance des investissements immobiliers. Dans l'ensemble, les dépenses en biens durables ont reculé de 3,7 % en 2020.

Après avoir affiché des fluctuations prononcées aux deux trimestres précédents, les dépenses en bien semi-durables se sont repliées de 4,7 % au quatrième trimestre. La baisse observée au chapitre des vêtements et chaussures (-8,9 %) a été compensée en partie par des hausses dans les jeux, jouets et passe-temps (+0,7 %) et les articles de sport, matériel de camping et matériel pour activités de plein air (+6,9 %). Ces variations rendent compte des effets de la pandémie sur les habitudes de dépenses des ménages. Les dépenses en biens semi-durables ont reculé de 7,8 % en 2020.

Graphique 5  Graphique 5: Dépenses de consommation finale des ménages : biens non durables et services
Dépenses de consommation finale des ménages : biens non durables et services

Les dépenses en biens non durables ont augmenté de 0,6 %, après avoir progressé de 4,2 % au troisième trimestre. Puisque les consommateurs ont passé plus de temps à la maison et moins de temps à voyager, les dépenses en produits alimentaires (+3,1 %), en cannabis (autorisé) (+17,0 %) et en produits pharmaceutiques (+7,1 %) ont augmenté. En revanche, les dépenses en carburants et lubrifiants (-5,4 %) ont diminué, l'utilisation de ces produits ayant diminué par suite des nouvelles restrictions mises en place en Colombie-Britannique, en Ontario et au Québec au quatrième trimestre. Au cours de l'année 2020, les dépenses en biens non durables ont affiché une croissance de 3,1 % par rapport à 2019.

La croissance des dépenses en services a ralenti pour passer de 9,7 % au troisième trimestre à 0,2 % au quatrième trimestre. Des hausses ont été observées dans les services ambulatoires (+6,7 %) ainsi que dans l'assurance et les services financiers (+1,8 %), mais celles-ci ont été plus que contrebalancées par des baisses dans les services de restauration et d'hébergement (-11,1 %) et les services de soins corporels (-7,5 %), engendrées par les fermetures et les ouvertures restreintes des bars, restaurants et salons de beauté et de soins personnels. Dans l'ensemble, les dépenses en services ont fléchi de 10,3 % en 2020.

La croissance des volumes des exportations et des importations affiche un ralentissement

La croissance des volumes des exportations a affiché un ralentissement au quatrième trimestre. En effet, après avoir progressé de 14,7 % au troisième trimestre, les volumes des exportations ont affiché une croissance de 1,2 % au quatrième trimestre. Cette hausse plus modérée des exportations rend compte de la baisse de la demande internationale attribuable au ralentissement des économies des principaux partenaires commerciaux du Canada au quatrième trimestre, dont les États-Unis (+1,0 %), le Royaume-Uni (+1,0 %), les Pays-Bas (-0,1 %), l'Allemagne (+0,1 %) et l'Italie (-2,0 %).

Graphique 6  Graphique 6: Exportations et importations
Exportations et importations

Les exportations de produits énergétiques se sont accrues de 6,1 %, tout comme celles de produits en métal et de produits minéraux non métalliques (+10,8 %). Cette dernière hausse a été principalement attribuable à l'or sous forme brute, l'argent et les métaux du groupe du platine sous forme brute et leurs alliages; cette hausse marquée est attribuable aux exportations d'or raffiné vers le Royaume-Uni, dans le contexte des incertitudes économiques associées au Brexit. De 2019 à 2020, les volumes des exportations ont affiché un repli de 9,8 %.

Les volumes des importations ont progressé de 2,6 % au quatrième trimestre, après avoir enregistré des fluctuations record aux deux trimestres précédents. L'augmentation des importations de biens de consommation (+5,5 %), de véhicules automobiles et pièces pour véhicules automobiles (+5,3 %) et de machines et matériel industriels (+8,3 %) a été atténuée par la diminution de celles de produits en métal et de produits minéraux non métalliques (-10,7 %). Dans l'ensemble, en 2020, les volumes des importations ont fléchi de 11,3 % par rapport à 2019.

Les termes de l'échange s'améliorent

Les termes de l'échange, c'est-à-dire le ratio du prix des exportations au prix des importations, ont augmenté de 1,7 %, en raison principalement de l'augmentation de 2,4 % des prix à l'exportation du pétrole brut et du bitume brut observée au quatrième trimestre. Cependant, pour l'ensemble de 2020, les termes de l'échange ont fléchi de 3,4 %; cette baisse découle en grande partie du repli de 38,6 % des prix à l'exportation du pétrole brut et du bitume brut.

Le produit intérieur brut nominal augmente

L'indice implicite des prix du PIB, qui rend compte du prix global des biens et des services produits au pays, a augmenté de 1,1 % au quatrième trimestre. Par conséquent, la croissance du PIB nominal (+3,4 %) a été plus prononcée que celle du PIB réel. Comparativement à 2019, le PIB nominal a reculé de 4,6 % en 2020.

Carte 1  Vignette de la carte 1: Rémunération des salariés en 2020 comparativement à 2019 (indice 2019 = 100)
Rémunération des salariés en 2020 comparativement à 2019 (indice 2019 = 100)

La rémunération des employés a progressé de 2,5 % au quatrième trimestre, après avoir augmenté de 7,7 % au troisième trimestre. Malgré la croissance observée durant la deuxième moitié de 2020, la rémunération a reculé de 1,6 % au cours de l'année par rapport à 2019. La Subvention salariale d'urgence du Canada représentait 3,3 % de la rémunération totale des employés au quatrième trimestre, en baisse par rapport à la proportion de 7,3 % enregistrée au troisième trimestre. Les baisses, dont l'ampleur variait d'une région à l'autre, ont été particulièrement marquées dans les deux provinces riches en pétrole, soit l'Alberta et Terre-Neuve-et-Labrador, ce qui rend compte des répercussions de la diminution des prix du pétrole brut et du bitume brut en 2020.

Le taux d'épargne des ménages enregistré à la fin de l'année se chiffre à au moins 10 % pour une troisième fois d'affilée

Le revenu disponible des ménages a reculé de 1,0 % au quatrième trimestre, surtout en raison de la diminution de 17,2 % des autres prestations reçues des administrations publiques, comme celles de la Prestation canadienne d'urgence. Malgré ce recul, le revenu disponible a progressé de 10,0 % par rapport à 2019. Cette augmentation, la plus forte jamais enregistrée en près de quatre décennies, est liée aux mesures de soutien économique exceptionnelles mises en place par les administrations publiques au cours de l'année. L'étendue de ces mesures a considérablement diminué au quatrième trimestre, mais la valeur des transferts des administrations publiques a tout de même été nettement supérieure à celle enregistrée au quatrième trimestre de 2019, avant la pandémie (+33,2 %).

Pour un troisième trimestre consécutif, le taux d'épargne des ménages était d'au moins 10 %, et ce résultat est attribuable à l'effet combiné de la reprise de la rémunération — laquelle s'est poursuivie, quoiqu'à un rythme plus lent —, des transferts des administrations publiques toujours élevés et de la stagnation de la consommation. En 2020, les Canadiens ont épargné un montant comparable à celui des sept années précédentes combinées. Une partie de cette épargne s'est retrouvée dans le numéraire et les dépôts des ménages canadiens; la croissance de cet actif a été près de 160,0 milliards de dollars au cours des trois premiers trimestres de l'année. Le taux d'épargne s'est établi à 12,7 % pour le quatrième trimestre, et à 15,1 % pour l'année 2020 dans son ensemble. La valeur des transferts des administrations publiques a été supérieure à celle de la perte de rémunération et de revenus provenant d'un travail autonome, ce qui a fait en sorte que les jeunes ménages et les ménages à faible revenu ont affiché parmi les plus fortes hausses de l'épargne.

Les dépenses liées aux programmes de soutien continuent de faire augmenter les emprunts des administrations publiques

Dans l'ensemble, les revenus des administrations publiques ont été nettement inférieurs aux dépenses tout au long de 2020, et une augmentation marquée a été observée au quatrième trimestre comparativement au sommet de 443,8 milliards de dollars en emprunts nets des administrations publiques atteint au deuxième trimestre.

Les revenus des administrations publiques se sont maintenus à un niveau relativement stable en 2020, à une exception près : lorsqu'un repli des revenus tirés des impôts sur le revenu et des impôts sur les produits a fait diminuer les coffres des administrations publiques au deuxième trimestre. Au quatrième trimestre, ces composantes ont regagné le terrain perdu, mais les revenus annuels des administrations publiques étaient tout de même de 3,9 % inférieurs aux niveaux observés un an plus tôt.







Objectifs liés au développement durable

Le 1er janvier 2016, des pays du monde entier ont officiellement commencé à mettre en œuvre le Programme de développement durable à l'horizon 2030, le plan d'action des Nations Unies axé sur la transformation qui vise à relever des défis mondiaux urgents au cours des 15 années suivantes. Ce plan est fondé sur 17 objectifs précis liés au développement durable.

Les données sur le produit intérieur brut selon les revenus et dépenses sont un exemple de la manière dont Statistique Canada appuie le suivi des progrès relatifs aux objectifs mondiaux liés au développement durable. Le présent communiqué contribuera à mesurer les objectifs suivants :

  Note aux lecteurs

Révisions

Les données sur le produit intérieur brut (PIB) pour le quatrième trimestre ont été diffusées en même temps que les données révisées du premier trimestre au troisième trimestre de 2020. Les données diffusées intègrent des données nouvelles, des données révisées et des données mises à jour sur les tendances saisonnières. Étant donné la situation économique inédite en 2020, on s'attend à un plus grand nombre révisions pour la période que d'habitude.

Mesures de soutien prises par les gouvernements

Pour atténuer les répercussions économiques de la pandémie de COVID-19, les gouvernements ont mis en œuvre un certain nombre de programmes, comme la Subvention salariale d'urgence du Canada et la Prestation canadienne d'urgence. Pour obtenir des explications détaillées de la façon dont ces mesures de soutien ont été traitées dans la compilation des estimations, veuillez consulter le rapport « Saisie des mesures liées à la COVID-19 dans les comptes nationaux » et le rapport « Saisie de nouvelles mesures liées à la COVID-19 dans les comptes nationaux ».

Des précisions concernant les principales mesures de soutien sont fournies dans les notes des tableaux 36-10-0103-01, 36-10-0112-01, 36-10-0115-01, 36-10-0118-01 et 36-10-0477-01.

Pour obtenir des renseignements sur la désaisonnalisation, veuillez consulter la page Données désaisonnalisées — Foire aux questions.

Pour obtenir plus de renseignements sur le PIB, vous pouvez regarder la vidéo intitulée « Qu'est-ce que le produit intérieur brut (PIB)? ».

Variations en pourcentage

Les variations en pourcentage des statistiques relatives aux dépenses (comme les dépenses des ménages, l'investissement et les exportations) sont calculées à partir de mesures en volume qui sont corrigées en fonction des variations de prix. Les variations en pourcentage des statistiques relatives aux revenus (comme la rémunération des employés et l'excédent d'exploitation) sont calculées à partir de valeurs nominales, c'est-à-dire qu'elles ne sont pas corrigées en fonction des variations de prix.

À moins d'indication contraire, les taux de croissance représentent la variation en pourcentage dans la série d'un trimestre au suivant, par exemple, du troisième trimestre de 2020 au quatrième trimestre de 2020.

Tableaux de données en temps réel

Les tableaux de données en temps réel 36-10-0430-01 et 36-10-0431-01 seront mis à jour le 8 mars.

Prochaine diffusion

Les données sur le PIB selon les revenus et dépenses du premier trimestre de 2021 seront diffusées le 1er juin 2021.

Produits

Le document « Saisie de nouvelles mesures liées à la COVID-19 dans les comptes nationaux », qui fait partie de la collection Les nouveautés en matière de comptes économiques canadiens (Numéro au catalogue13-605-X), est maintenant accessible.

Le produit de visualisation « Centre de statistiques sur l'infrastructure », qui fait partie de Statistique Canada – Produits de visualisation des données (Numéro au catalogue71-607-X), est maintenant accessible.

Le portail Statistiques des comptes économiques, accessible sous l'onglet Sujets de notre site Web, offre un portrait à jour des économies nationale et provinciales et de leur structure.

Le Guide de l'utilisateur : Système canadien des comptes macroéconomiques (Numéro au catalogue13-606-G) est accessible.

Le Guide méthodologique : Système canadien des comptes macroéconomiques (Numéro au catalogue13-607-X) est accessible.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (STATCAN.mediahotline-ligneinfomedias.STATCAN@canada.ca).

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :